Le Dr. Fauci enfin démasqué

Pourquoi les médias ignorent-ils les données montrant un pic de mortalité massif lié au vaccin COVID-19 ?
17 mai 2021
Reuters : Le chef de l’OMS estime que le monde est entré dans une phase d’ « apartheid vaccinal »
17 mai 2021

Article original datant du 17/05/21

Le Dr Anthony Fauci a été le chef de file des réponses politiques du gouvernement fédéral à la Covid-19 depuis le premier jour de la pandémie. Directeur depuis 1984 de l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses, il est aujourd’hui le principal conseiller du président Biden sur cette question. L’année dernière, M. Fauci a critiqué à plusieurs reprises le président Trump lorsqu’il travaillait pour le 45e président. Et maintenant, il est à fond pour Joe Biden.

Ces dernières années, les personnes de gauche qui mentent et enfreignent la loi – des plus pauvres aux plus aisées – ont rarement été tenues pour responsables. L’un d’entre eux, de l’avis de beaucoup, est le Dr Anthony Fauci. Fauci est plus responsable que quiconque de la promotion des confinements, des obligations de port du masque et des vaccins expérimentaux plutôt que des traitements efficaces et peu coûteux pour le Covid-19. Alors que la plupart des conservateurs ont perdu confiance dans le « Dr. Doom« , il semblait qu’il ne serait jamais tenu de rendre des comptes pour ce qu’il a fait ou qu’il ne serait jamais contraint d’abandonner le perchoir bureaucratique qu’il occupe depuis toujours, incroyablement influent et très rémunérateur.

Mais – croisons les doigts – cela pourrait être sur le point de changer. Le sérieux effritement de la réputation imméritée de Fauci en tant que « héros américain » et « la voix la plus fiable sur Covid-19 » a finalement commencé.

Au cours des dernières semaines, un certain nombre de choses se sont produites pour modifier le statu quo de l’image de Fauci tel un dieu. Depuis des mois, des sources fiables – y compris des dénonciateurs comme le Dr Li-Meng Yan, virologue qui s’est échappé de la ‘Chine rouge’ – affirment que l’origine du Covid-19 est l’Institut de Virologie de Wuhan. Selon ces sources, le virus était soit une arme biologique, soit une expérience horrible qui s’est échappée par accident du laboratoire de Wuhan. Après avoir été écartées comme étant des théories du complot, ces possibilités d’expliquer le coronavirus ont maintenant gagné du terrain et sont devenues courantes.

Le 2 mai, Nicholas Wade, journaliste et rédacteur scientifique au New York Times depuis 30 ans, a publié un long article intitulé « Origin of Covid – Following the clues » (Origine du Covid – Suivre les indices), qui examine et confirme en grande partie l’hypothèse de la création du virus dans le laboratoire de Wuhan. Tucker Carlson, de Fox News, qui a l’émission numéro un de toutes les informations câblées, s’appuyant sur le travail de son collègue Steve Hilton qui a fait un premier reportage sur ce sujet en janvier dernier, a mis en avant l’article de Wade sur les origines du Covid-19 le lundi 10 mai. Carlson a mis l’accent sur le rôle de Fauci, notant que ce dernier poussait en faveur des masques et des confinements. Il s’est demandé si ce comportement n’était pas « une couverture pour quelque chose d’autre ». Se pourrait-il que Tony Fauci essaie de détourner l’attention de lui-même et de son propre rôle dans la pandémie de COVID-19 ? ».

Capture d’écran Tucker Carlson Tonight, Fox News Channel 10 mai 2021

Cette enquête très médiatisée a fait ‘sortir le chat du sac’ (qui n’est plus un secret maintenant). Le lendemain, Fauci a été mis sur la sellette par des sénateurs républicains lors d’une audience au Sénat américain.

Recherche sur les ‘gains de fonctions’ en Chine et rôle possible des États-Unis

Même avant le reportage de Fox News il y a une semaine, la volonté de se pencher sérieusement sur les origines du Covid-19 commençait à se faire sentir. Dans un article d’opinion paru dans le Washington Post le 6 mai, intitulé « Le Congrès enquête enfin sur la théorie de l’origine de l’accident de laboratoire du Covid-19 », par exemple, Josh Rogin a pris note des développements et a confirmé que « Il est clair que les NIH (National Institutes of Health – Instituts américains de la santé) et d’autres agences américaines ne veulent pas que leurs activités fassent l’objet d’une enquête » – très probablement en raison de ce qui pourrait être révélé.

Le laboratoire de Wuhan a mené des expériences de recherche sur le « gain de fonction » sur des virus comme le coronavirus afin de les améliorer pour qu’ils soient plus mortels pour l’homme. Le gain de fonction est une forme d’étude controversée qui consiste à augmenter la contagiosité et la létalité d’un agent pathogène. Il s’agit de l’utilisation du coronavirus comme arme. C’est le genre de recherche que l’on s’attendrait à voir sortir d’un endroit comme l’Allemagne pendant la Seconde Guerre mondiale.

Et Fauci, semble-t-il, aurait été un soutien majeur de cette ligne de « recherche ». Des documents, y compris des études scientifiques publiées, et les récits des personnes impliquées attestent du fait que – selon les mots de Carlson – « ces expériences [en Chine] ont été financées par l’argent des contribuables américains. Elles ont été approuvées et dirigées par Tony Fauci à Washington ».

Auparavant, on trouvait ces rapports dans les médias alternatifs ou dans des émissions moins en vue comme The Next Revolution de Steve Hilton (dimanche soir sur Fox News) ou War Room de Stephen K. Bannon : Pandemic de Stephen K. Bannon. Aujourd’hui, le 10 mai, ils ont été claironnés dans le programme numéro un de toutes les informations câblées américaines. Et pas seulement dans l’émission d’opinion conservatrice de Carlson : plus tard dans la semaine, Special Report, l’émission quotidienne du département des informations de Fox News, a commencé à diffuser une série de segments d’investigation (notamment ici et ici) sur les origines du Covid-19.

Les allégations visant Fauci, basées sur divers dossiers, sont que son Institut des Allergies et des Maladies Infectieuses du NIH a fourni des millions de dollars de fonds du gouvernement américain à un tiers qui a utilisé l’argent pour aider à financer la recherche mortelle au laboratoire chinois de Wuhan. Cette action aurait contourné une interdiction de financer d’autres recherches sur le gain de fonction qui avait été ordonnée par l’administration Obama en 2014. En fin de compte, c’est cette recherche – conçue comme une arme biologique ou entraînant une diffusion accidentelle du virus amélioré – qui a probablement conduit à la pandémie mondiale de Covid-19. Carlson a déclaré le 10 mai : « Plus que tout autre Américain, Tony Fauci est responsable de la pandémie de COVID-19. »

Lorsqu’un article sur son émission de lundi a été publié sur Fox News dot com, il était intitulé « Anthony Fauci a laissé la pandémie de coronavirus se produire. Pourquoi n’y a-t-il pas d’enquête criminelle ? »

Carlson a également affirmé – dans un résumé du reportage de son émission :

Pendant cinq ans – de 2014 à 2019 – l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses, que dirige Fauci, et ce depuis des décennies, a pompé de l’argent à un groupe appelé EcoHealth Alliance. La recherche sur le gain de fonction avait été interdite par les États-Unis pendant cette période, sur ordre de l’administration Obama ! L’allégation actuelle est que Tony Fauci. … a invoqué cette exception spéciale afin de continuer à financer le laboratoire de Wuhan et les expériences mortelles qui s’y déroulaient. Des expériences qui ont clairement mal tourné.

Fauci grillé au Capitole

Le mardi 11 mai, Fauci était l’un des témoins d’une audience de la commission sénatoriale de la santé, de l’éducation, du travail et des pensions sur la réponse du gouvernement au Covid-19. Plusieurs membres républicains de la commission, notamment le sénateur Rand Paul (Républicain du Kentucky), ont mis Fauci sur la sellette au sujet de la recherche sur le gain de fonction et du rôle éventuel des NIH dans son financement en Chine. Ce sont les clips vidéo des défis lancés par Paul à Fauci, et des réponses de ce dernier, qui sont devenus viraux et ont contribué à établir l’importance du sujet.

Le reportage de Fox News et l’interrogatoire de Fauci lors de l’audience du 11 mai ne pouvaient être ignorés par les MSM (Mainstream Media – Médias grand public). Le Washington Post a rapporté (et essayé de monter en épingle) l’histoire le 12 mai dans un article intitulé « Rand Paul and the GOP effort to blame Fauci for the coronavirus » (Rand Paul et l’effort du parti républicain pour incriminer Fauci pour le coronavirus.)

Pendant une grande partie de l’année dernière, les républicains ont décrié les prescriptions du principal expert gouvernemental en matière de coronavirus, Anthony S. Fauci, pour atténuer la pandémie – notamment les masques, la distanciation sociale et la fermeture de la société.

Mais de plus en plus, au cours de la semaine dernière, l’effort a pris une nouvelle tournure – avec des suggestions que Fauci pourrait être personnellement responsable de l’apparition du virus lui-même.

De grandes questions subsistent quant à la manière dont le virus est apparu, notamment l’idée qu’il se serait échappé d’un laboratoire de la ville de Wuhan, en Chine, d’où il est originaire. Cette théorie, autrefois hautement spéculative et minimisée par des experts médicaux de premier plan comme M. Fauci, est soudain prise plus au sérieux, bien qu’il n’existe aucune preuve concluante dans un sens ou dans l’autre.

Mais alors que certains républicains ont critiqué le rejet initial de cette théorie comme étant la preuve d’un manque de curiosité de la part des médias et des responsables de la santé sur les origines du virus – ou même une sorte de parti pris pro-Chine ou anti-Trump – les théories sur la complicité de Fauci amènent les choses à un autre niveau. [c’est nous qui soulignons].

Le Dr Anthony Fauci répond aux questions du sénateur Paul lors d’une audition de la commission sénatoriale 11 mai 2021

Source : Vidéo sur le site de la commission du Sénat

Lors de l’audience du 11 mai, le sénateur Paul a interrogé le Dr Fauci pendant les sept minutes qui lui étaient allouées :

Sen. Rand Paul : Dr. Fauci, soutenez vous toujours le financement du NIH pour le laboratoire de Wuhan ?

Dr Anthony Fauci : Sénateur Paul, avec tout le respect que je vous dois, vous avez entièrement et complètement tort de dire que le NIH n’a jamais financé et ne finance pas actuellement la recherche sur les gains de fonction à l’Institut de Virologie de Wuhan. . . [note : il est probable que Fauci se soit mal exprimé dans cette réponse].

Paul : Êtes-vous en faveur d’envoyer de l’argent à l’Institut de Virologie de Wuhan ?

Fauci : Nous n’envoyons pas d’argent maintenant à l’Institut de Virologie de Wuhan.

Paul : Êtes-vous en faveur d’envoyer de l’argent ? Nous l’avons fait sous votre tutelle. Nous l’envoyions par le biais d’EcoHealth. C’était une sous-agence et une sous-subvention. Êtes-vous pour que l’argent des NIH aille à l’Institut Wuhan ?

Fauci : Laissez-moi vous expliquer pourquoi cela a été fait. Le SRAS-CoV-1 est apparu chez les chauves-souris en Chine. Il aurait été irresponsable de notre part de ne pas enquêter sur les virus des chauves-souris et la sérologie pour voir qui aurait pu être infecté en Chine.

Paul : Ou peut-être serait-il irresponsable de l’envoyer au gouvernement chinois auquel nous ne pouvons peut-être pas faire confiance avec ces connaissances et avec ces virus incroyablement dangereux…..

Fauci : Je n’ai aucune idée de ce que les Chinois ont pu faire, et je suis tout à fait favorable à toute enquête supplémentaire sur ce qui s’est passé en Chine. Cependant, je le répète encore une fois, le NIH et le NIAID (Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses) n’ont absolument pas financé la recherche sur les gains de fonction à l’Institut de Virologie de Wuhan. [c’est nous qui soulignons].

La transcription complète de l’audience peut être lue ici. L’interrogatoire de Fauci par le sénateur Paul sur le gain de fonction commence à 59 minutes et 43 secondes dans la transcription.

Le 12 mai, le sénateur Paul a traité Fauci de menteur pour son témoignage de la veille.

Le sénateur républicain du Kentucky, Rand Paul, a affirmé mercredi que le Dr Anthony Fauci a menti au Congrès lorsqu’il a nié que l’Institut National de la Santé finançait des recherches dans le laboratoire controversé de Wuhan.

« Je dirais que ce qu’a dit le Dr Fauci hier est manifestement faux », a affirmé Paul lors d’une apparition dans l’émission America’s Newsroom.

L’intrigue s’épaissit : Le projet de la Chine d’utiliser le coronavirus comme arme a été révélé dans une publication de 2015

Il y a un peu plus d’une semaine, le plus grand journal grand public d’Australie et le seul journal national du pays, le magasine The Australian, a publié un article révélateur qui n’a pratiquement pas été remarqué ici. La journaliste d’investigation du journal, Sharri Markson, a rapporté que, selon les documents qu’elle a obtenus, d’éminents scientifiques du Parti Communiste Chinois ont lancé l’idée d’une arme biologique à base de virus pour détruire l’Occident – en 2015 !

L’article australien, publié le 7 mai, était intitulé « ‘Virus warfare » (« La guerre des virus ») dans les documents militaires chinois.

Les scientifiques militaires chinois ont discuté de la militarisation des coronavirus du SRAS cinq ans avant la pandémie COVID-19, exposant leurs idées dans un document qui prédisait qu’une troisième guerre mondiale serait menée avec des armes biologiques.

L’article australien est derrière un paywall (Article payant) mais un éditorial à ce sujet, « Covid as biological war ? China paper needs answers » (Le Covid comme guerre biologique ? Le journal chinois a besoin de réponses), peut être lu ici. Dans son article sur l’histoire,  » ‘New Era’ May Be Upon Us » (La « nouvelle ère » est peut-être à nos portes), le Daily Telegraph, un autre grand journal australien, rapporte :

Oubliez la perspective d’une guerre avec la Chine. Nous sommes peut-être déjà en guerre, mais nous n’avons tout simplement pas reconnu l’armement.

Sharri Markson sur SkyNews le 9 mai 2021

La télévision australienne a repris l’histoire. Le 9 mai, SkyNews Australia a rapporté que « Un document chinois évoquant la militarisation des coronavirus fournit des informations « effrayantes » ». Dans l’article sur le reportage télévisé :

Sharri Markson, présentatrice de Sky News, a évalué les détails « effrayants » d’un document produit par des scientifiques militaires chinois, dans lequel ils discutaient de la militarisation des coronavirus du SRAS cinq ans avant que la pandémie COVID-19 ne frappe.

Mme Markson a déclaré que le livre avait été écrit par des scientifiques de l’Armée Populaire de Libération et des hauts responsables de la santé publique chinoise en 2015.

Les documents décrivent les coronavirus du SRAS comme annonçant une « nouvelle ère d’armes génétiques » et affirment qu’ils peuvent être « manipulés artificiellement pour devenir un virus de maladie humaine émergente, puis utilisés comme arme et libérés d’une manière jamais vue auparavant ».

Le document en chinois s’intitule « The Unnatural Origin of SARS and New Species of Man-Made Viruses as Genetic Bioweapons ».

« Le document parle également de la terreur psychologique que peuvent provoquer les armes biologiques. Cela fait froid dans le dos », a déclaré Mme Markson. . .

« L’importance de cet article réside dans le fait qu’il offre un aperçu rare de la manière dont les scientifiques de haut niveau de l’une des universités militaires les plus importantes de l’APL (Armée de Libération du Peuple), où des niveaux élevés de recherche en matière de défense étaient menés, envisageaient la recherche biologique. »

Ce développement a été rapporté en Inde, à dnaindia.com.

Le directeur exécutif de l’Australian Strategic Policy Institute (ASPI), Peter Jennings, a déclaré que le document ne pourrait être plus proche d’une « preuve irréfutable ». Je pense que c’est significatif car cela montre clairement que les scientifiques chinois pensaient à une application militaire pour différentes souches du coronavirus et réfléchissaient à la manière dont il pourrait être déployé. »

Le 9 mai, l’Epoch Times, qui excelle dans la couverture de l’actualité asiatique autrement peu médiatisée, a rapporté l’histoire.

Le document militaire chinois récemment découvert est intitulé « The Unnatural Origin of SARS and New Species of Man-Made Viruses as Genetic Bioweapons » (L’origine non naturelle du SRAS et les nouvelles espèces de virus créés par l’homme comme armes biologiques génétiques). Dix-huit auteurs aux plus hauts niveaux de la hiérarchie militaire et universitaire chinoise ont rédigé ce document de 263 pages. Il a été obtenu par le DoS (Department of State – l’équivalent de notre ministère des affaires étrangères, NdT) en mai 2020 et authentifié de manière indépendante par le spécialiste en criminalistique numérique Robert Potter. Des détails supplémentaires sur le document seront publiés dans le livre de Sharri Markson sur les origines du COVID-19, « What Really Happened in Wuhan » (« Ce qui s’est réellement passé à Wuhan ») (Harper Collins), à paraître en septembre.

Avec le temps, la vérité finit inévitablement par éclater – dans ce cas, grâce à Fox News, Nicholas Wade, Stephen K. Bannon, Sharri Markson, les médias australiens et de nombreuses autres sources non corrompues qui recherchent la vérité. Comme l’a noté Brian Kilmeade sur Fox News Primetime le 13 mai, Covid-19 est « la plus grande affaire de responsabilité dans l’histoire de l’homme ».

La bataille pour la vérité sur Covid-19 vient de commencer – mais quatorze mois après le début de la pandémie, il y a enfin des signes encourageants.

Addendum : En réponse au récent reportage en provenance d’Australie, les médias habituels de gauche et grand public, dont le Guardian, ont critiqué l’article. Comme on pouvait s’y attendre, les sources officielles chinoises ont également réagi. Comme l’a noté The Australian, « Pékin nie produire des armes biologiques après les révélations de The Australian sur l’armement du coronavirus du SRAS ».

Dr. Fauci is Finally Unmasked
Dr. Anthony Fauci has been the leader of the federal government’s politically based responses to Covid-19 since day one of the pandemic.  The director since 1984 of the National Institute of Allergy and Infectious Diseases, he now serves a...