La cause du décès de l’agent Brian Sicknick n’a pas été révélée par le FBI

Un contributeur de MSNBC, qui a encouragé des jihadistes à attaquer une tour Trump, témoignera sur le sujet du terrorisme national
2 mars 2021
150 enfants disparus du Tennessee retrouvés par les forces de l’ordre au cours d’une opération de plusieurs mois
4 mars 2021

Article original datant du 02/03/21

L’officier de police du Capitole Brian Sicknick dans une photo de dossier.

Le FBI « ne peut pas divulguer la cause de la mort » de l’officier de police américain Brian Sicknick, après que le New York Times et d’autres organes de presse se soient rétractés ou aient mis à jour des rapports affirmant qu’il avait été tué après avoir été frappé avec un extincteur lors des émeutes du Capitole le 6 janvier.

Le directeur du FBI, Christopher Wray, a répondu à une question du sénateur Chuck Grassley (R-Iowa) lors d’une audition au Sénat mardi, à savoir si l’agence a déterminé la cause du décès de Sicknick. Grassley a pris note de « rapports contradictoires » sur la cause de sa mort et s’est enquis de l’existence d’une enquête pour homicide.

« Il y a une enquête en cours sur sa mort », a déclaré Wray, ajoutant : « je comprends… et j’apprécie vraiment le vif intérêt pour ce qui lui est arrivé ».

Mais malgré le témoignage de Wray, il n’est toujours pas clair si le FBI ne connaît pas la cause de la mort de Sicknick ou si l’agence ne la divulguera tout simplement pas.

Wray a ensuite déclaré : « l’enquête est en cours … cela signifie que nous ne pouvons pas divulguer la cause de la mort ». Interrogé à nouveau par Grassley pour savoir si le FBI connaît la cause de sa mort, Wray a répondu : « Je n’ai pas dit ça », et a répété que le FBI ne peut pas divulguer la cause de la mort.

La mort de Sicknick a été invoquée à plusieurs reprises par les législateurs du Congrès lors de la destitution et du procès de l’ancien président Donald Trump, qui ont tenté de présenter les émeutes comme une insurrection ayant entraîné la perte de vies, répétant les affirmations du New York Times selon lesquelles Sicknick avait été battu par un partisan pro-Trump pendant les émeutes. Le New York Times a par la suite mis à jour son article pour dire que « de nouvelles informations sont apparues concernant la mort de l’officier de police du Capitole Brian Sicknick qui remettent en question la cause initiale de sa mort, fournies par des fonctionnaires proches de la police du Capitole ».

Ce récit a également subi un revers majeur la semaine dernière lorsque la mère de Sicknick, Gladys, a déclaré au Daily Mail que son fils n’avait pas été frappé à la tête.

« Il n’a pas été frappé à la tête, non. Nous pensons qu’il a eu une attaque, mais nous n’avons aucune certitude », a déclaré Gladys Sicknick au Daily Mail dans une interview exclusive le 22 février. « Nous aimerions savoir ce qui s’est passé », a-t-elle dit.

Le frère de Sicknick a également contesté les informations concernant sa mort début janvier. « [L’officier Sicknick] m’a envoyé un SMS hier soir pour me dire : « j’ai été aspergé deux fois de gaz lacrymogène » et il était en bonne forme, a déclaré Ken Sicknick aux médias le mois dernier, semblant contester des détails clés du rapport original du NY Times.

La police du Capitole a déclaré la semaine dernière que le rapport du médecin légiste sur la mort de Sicknick n’était pas encore complet.

« Nous attendons les résultats de la toxicologie et continuons à travailler avec d’autres agences gouvernementales concernant l’enquête sur cette mort », a déclaré l’agence dans un communiqué.

Pendant ce temps, Wray a décrit l’incident du 6 janvier comme du « terrorisme domestique » et a affirmé qu’il coïncidait avec la montée du nationalisme et de l’extrémisme blancs aux États-Unis ces dernières années.

« Une des choses avec lesquelles nous luttons en particulier est que de plus en plus, les idéologies, si vous voulez, qui motivent ces extrémistes violents sont de moins en moins cohérentes, de moins en moins linéaires, de moins en moins faciles à cerner », a déclaré M. Wray aux sénateurs.

FBI Cannot 'Disclose the Cause of Death' of Officer Brian Sicknick: Director Wray
The FBI "cannot disclose the cause of death" of U.S. Capitol Police officer Brian Sicknick, Director Christopher Wray said.