Le FBI publie des documents sur l’enquête concernant la mort de Seth Rich, membre du Comité National Démocrate

Un avis du FISA déclassifié montre d’autres abus du FBI
27 avril 2021
Les scientifiques du NIAID de Fauci ont participé au sommet du laboratoire de Wuhan…
27 avril 2021

Article original datant du 24/04/21

Le siège du FBI à Washington, le 8 mars 2018.

Le FBI a produit 68 pages relatives à un employé du Comité National Démocrate (DNC) qui a été abattu en 2016 à Washington, y compris un résumé d’enquête qui semble suggérer que quelqu’un pourrait avoir payé pour sa mort.

Seth Rich, qui avait été le directeur des données pour l’expansion des électeurs du DNC, a été abattu aux premières heures du matin le 16 juillet 2016, près de son domicile dans la capitale nationale.

Le meurtre, qui n’a toujours pas été élucidé, a fait l’objet d’une large couverture médiatique, notamment après que Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, a suggéré que Rich était la source de WikiLeaks pour les fuites d’emails du DNC de la campagne présidentielle de 2016. La famille de Rich a qualifié cette notion de théorie du complot.

Les dossiers nouvellement publiés montrent que des hauts fonctionnaires du ministère de la Justice se sont réunis en 2018 et ont discuté du meurtre de Rich. Ils ont examiné les dossiers financiers de Rich et n’ont pas identifié de dépôts ou de retraits inhabituels.

De plus, aucun des témoins interrogés au cours de l’enquête n’a signalé aux autorités quelque chose d’inhabituel dans la vie de Rich avant l’homicide.

Un témoin a vu un individu s’éloigner de l’endroit où Rich a été tué mais a pensé que Rich était simplement ivre et n’a donc pas alerté les autorités. Ils ont compris que quelque chose de grave était arrivé lorsqu’ils ont vu une tache de sang sur le sol au même endroit le lendemain, ainsi que du ruban de police autour de la scène.

Une personne dont le nom a été expurgé a emporté l’ordinateur portable personnel de Rich à son domicile, selon l’un des documents récemment publiés. La page indique également que les autorités ne savaient pas si la personne avait supprimé ou modifié quoi que ce soit sur l’ordinateur portable.

Le FBI est entré en possession de l’ordinateur portable professionnel de Rich, a révélé le bureau précédemment.

Sur une autre page, il était dit que « compte tenu de [expurgé], il est concevable qu’un individu ou un groupe veuille payer pour sa mort. »

« Cela ne ressemble pas à un vol de rue commis au hasard », a déclaré Ty Clevenger, un avocat, à The Epoch Times.

Les représentants des forces de l’ordre ont suggéré que Rich a été victime d’une tentative de vol, selon les rapports de presse, bien qu’aucun de ses biens n’ait été volé. Ils ont déclaré qu’aucun élément de preuve ne permettait d’établir un lien entre la fusillade et l’emploi de Rich par le DNC. Un porte-parole du Metropolitan Police Department a déclaré dimanche par courriel à The Epoch Times que l’affaire était toujours en cours d’investigation.

Les documents ont été publiés cette semaine dans le cadre d’un procès intenté au nom de Brian Huddleston, résident du Texas, que Clevenger représente.

Seth Rich, le directeur des données pour l’expansion des électeurs pour le Comité national démocrate, dans une photo d’archive.

M. Huddleston a intenté une action en justice contre le FBI après que celui-ci lui a dit qu’il lui faudrait huit à dix mois, en juin 2020, pour répondre à sa demande en vertu de la loi sur la liberté d’information. M. Huddleston avait demandé au FBI de produire toutes les données, documents, enregistrements ou communications faisant référence à Seth Rich ou à son frère, Aaron Rich.

Plus tôt cette année, un juge fédéral a ordonné au FBI de produire les documents concernant Seth Rich avant le 23 avril. Le FBI a identifié 576 documents pertinents, mais n’en a produit que 68 à M. Huddleston.

Le FBI a refusé de parler de l’action en justice. Les avocats des parents de Rich n’ont pour l’instant pas répondu aux demandes de commentaires de l’Epoch Times.

M. Clevenger a déclaré qu’il trouvait inquiétant que le gouvernement ne sache apparemment pas si quelque chose a été supprimé de l’ordinateur portable personnel de M. Rich.

Les documents ont été largement expurgés, mais les informations qui sont parvenues jusqu’à nous « montrent que l’ensemble de leur récit s’effondre », a-t-il déclaré.

« C’est un pas dans la bonne direction ».

L’avocat prévoit de demander au juge de district Amos Mazzant, nommé par le président Obama, de produire des copies non expurgées afin qu’il puisse les consulter. Le juge pourrait décider que certaines expurgations étaient inappropriées.

Les parties répondantes pourraient également subir des répercussions, y compris des amendes, si elles ne produisent pas tous les documents qu’elles possèdent concernant Rich.

L’avocate américaine Andrea Parker, qui représente le FBI, a déclaré au juge, dans un document déposé cette semaine, que le bureau ne peut traiter que 500 pages par mois pour chaque demande de « Freedom of Information Act ». Elle a demandé au tribunal d’accorder au bureau un délai supplémentaire pour produire tous les documents pertinents.

Mme Clevenger a déclaré au juge, dans un autre document, que le secteur privé traite couramment 500 pages ou plus par jour et que le gouvernement ne devrait pas disposer de plus de deux semaines pour produire les 1 063 pages restantes.