Le FBI publie les premiers dossiers secrets sur le 11 septembre : La question du consulat saoudien

Article datant du 12/09/21

Le FBI publie les premiers dossiers secrets sur le 11 septembre montrant qu’un employé anonyme de l’ambassade saoudienne « a aidé deux pirates de l’air à Los Angeles et les a hébergés dans son appartement avant l’attentat »

  • Le document récemment publié décrit en détail un entretien mené en 2015 par le FBI avec un employé qui travaillait au consulat saoudien de Los Angeles avant les attentats du 11 septembre 2001.
  • L’homme n’est désigné dans le document que sous le nom de PII.
  • PII est accusé d’avoir aidé les pirates du 11 septembre Nawaf al-Hazmi et Khalid al-Mihdhar peu après leur arrivée aux États-Unis.
  • Les familles des victimes du 11 septembre sont impatientes d’examiner les liens potentiels entre le gouvernement saoudien et l’attentat.

Le FBI a publié son premier document déclassifié sur le 11 septembre 2001, 20 ans exactement après l’attaque terroriste meurtrière qui a coûté la vie à 2 996 personnes.

Le document a été publié samedi soir, une semaine après que le président Biden a signé un décret ordonnant à l’agence de rendre les dossiers secrets accessibles au public pour la première fois.

L’ordre de publication des documents est intervenu dans un contexte de pression importante de la part des familles des victimes du 11 septembre, qui souhaitent vivement que soient examinés les liens potentiels entre le gouvernement saoudien et l’attentat.

Le dossier du FBI qui est considérablement expurgé détaille un entretien de 2015 avec un fonctionnaire qui travaillait au consulat saoudien de Los Angeles.

Il a admis avoir permis à deux pirates de l’air d’utiliser son appartement et les a aidés à se déplacer dans Los Angeles. Le FBI a découvert qu’il était un « facilitateur » d’Al-Qaida et le consul général saoudien voulait le renvoyer pour avoir fait circuler de la littérature musulmane extrémiste.

Il était également un proche associé de deux autres Saoudiens, Omar al-Bayoumi et Fahad al-Thumairy, qui ont aidé les pirates de l’air.

Le nouveau dossier du FBI révèle qu’Omar al-Bayoumi, qui a admis s’être lié d’amitié avec eux, travaillait comme « employé fantôme » dans une société d’aviation saoudienne aux États-Unis.

Il explique en détail comment al-Thumairy a donné aux pirates de l’argent, une aide au voyage et un logement.

Le fonctionnaire saoudien, qui n’est désigné que sous le nom de PII et qui a demandé la nationalité américaine en 2015, serait Mussaed Ahmed al-Jarrah, qui travaillait au consulat saoudien de Washington.

Le nom d’Al-Jarrah a été accidentellement laissé tel quel dans des documents judiciaires distincts rédigés par un fonctionnaire du FBI. Cependant, il a vigoureusement nié toute implication et insiste sur le fait qu’il ne connaissait aucun des pirates de l’air.

Sur les 19 pirates de l’air à bord des quatre avions abattus le 11 septembre, 15 étaient des ressortissants saoudiens.

Mercredi dernier, l’Arabie saoudite a publié une déclaration dans laquelle elle maintient son innocence, affirmant qu' »il est lamentable que de telles allégations fausses et malveillantes persistent ».

Le FBI a publié son premier document déclassifié sur le 11 septembre, exactement 20 ans après l’attentat terroriste meurtrier. Le document a été publié samedi soir, une semaine après que le président Biden ait signé un décret ordonnant à l’agence de mettre les dossiers secrets à la disposition du public.
It is theorized PII may be Mussaed Ahmed al-Jarrah, who  worked for a time at the Saudi Consulate in Washington, DC. However, he has vigorously denied any involvement and insists he did not know any of the hijackers
Selon certaines hypothèses, il pourrait s’agir de Mussaed Ahmed al-Jarrah, qui a travaillé pendant un certain temps au consulat saoudien à Washington. Cependant, il a vigoureusement nié toute implication et insiste sur le fait qu’il ne connaissait aucun des pirates de l’air.

Les pirates de l’air sont identifiés dans le document comme étant Nawaf al-Hazmi et Khalid al-Mihdhar. Les deux hommes étaient à bord du vol 77 d’American Airlines lorsque celui-ci s’est écrasé sur le Pentagone le 11 septembre.

Les deux hommes étaient apparemment déjà des affiliés de longue date d’Al-Qaida et avaient une grande expérience du combat. Ils ont été choisis par Oussama ben Laden pour faire partie de l’ambitieux complot terroriste du 11 septembre.

Le document du FBI indique que PII a admis avoir montré à al-Hazimi et al-Mihdhar l’emplacement d’un restaurant méditerranéen de Los Angeles fréquenté par d’autres personnes soupçonnées de fournir un soutien logistique aux terroristes.

PII « a nié avoir été chargé de le faire » et a déclaré qu’il avait simplement « aidé al-Hazimi et al-Mihdar parce qu’il est un bon musulman et qu’aider deux nouveaux étudiants en ville est la manière musulmane ».

Le document indique également que PII a fait déménager sa propre sœur et l’a hébergée chez une autre sœur pendant deux semaines « parce qu’il avait demandé à al-Hazimi et al-Mihdar de rester avec lui ».

Le document indique également que PII « travaillait en tant que facilitateur pour le Groupe islamique armé (GIA) et était associé à des membres du Groupe salafiste pour la prédication et le combat ».

Il est important de noter que le GIA (Groupe islamique armé) et le GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat) « ont évolué vers Al-Qaïda au Maghreb islamique ».

En outre, des sources auraient déclaré au FBI que le GIA était « très très virulent à l’égard des chrétiens, des juifs et des ennemis de l’islam ».

Une autre source a déclaré que « le consul général saoudien à Los Angeles voulait renvoyer PII pour avoir stocké et fait circuler de la littérature musulmane extrémiste au consulat ».

55 military personnel and 70 civilians were killed when Flight 77 crashed into the Pentagon. Nawaf al-Hazmi and Khalid al-Mihdhar were two of the hijackers on board the plane
55 militaires et 70 civils ont été tués lorsque le vol 77 s’est écrasé sur le Pentagone. Nawaf al-Hazmi et Khalid al-Mihdhar étaient deux des pirates de l’air à bord de l’avion.

Selon le document récemment publié par le FBI, « PII a fourni de nombreux détails spécifiques concernant son… emploi au consulat du Royaume d’Arabie saoudite à Los Angeles, [et] des anecdotes sur ses interactions personnelles avec les responsables consulaires ».

Au cours de son entretien avec le FBI, PII a décrit ses fonctions au consulat comme consistant à « fournir une assistance aux étudiants saoudiens qui étudient aux États-Unis, fournir une aide à la traduction, exécuter des tâches administratives et distribuer de la documentation sur l’islam ».

Il est intéressant de noter que le FBI note que les deux pirates de l’air que PII est soupçonné d’avoir aidé ont initialement voyagé aux États-Unis en tant qu’étudiants.

On ignore si PII a obtenu la citoyenneté américaine à la suite de son entretien de 2015 avec le FBI, ou s’il est toujours lié au consulat saoudien.

PII worked at the Consulate of the Kingdom of Saudi Arabia in Los Angeles
PII a travaillé au Consulat du Royaume d’Arabie Saoudite à Los Angeles.

Un nouveau document révèle également les liens de PII avec Omar al-Bayoumi, « agent de renseignement saoudien présumé ».

PII was an associate of Omar al-Bayoumi, who admitted to befriending the two hijackers before 9/11
PII était un associé d’Omar al-Bayoumi, qui a admis s’être lié d’amitié avec les deux pirates de l’air avant le 11 septembre.

Le document récemment rendu public indique également que PII était un associé du Saoudien Omar al-Bayoumi.

Omar al-Bayoumi a précédemment admis s’être lié d’amitié avec al-Hazimi et al-Mihdhar, mais a nié avoir travaillé officiellement avec eux dans le cadre d’un complot terroriste.

Des documents déclassifiés en 2016 révèlent que le FBI pensait déjà en 2003 qu’il était « possible qu’al-Bayoumi soit un agent du gouvernement saoudien et qu’il ait pu faire des rapports sur la communauté locale à des responsables du gouvernement saoudien ».

Il a également été décrit comme un « agent de renseignement saoudien présumé ».

Al-Bayoumi a été arrêté à Londres la semaine suivant les attentats du 11 septembre et ses appels téléphoniques et ses comptes bancaires ont fait l’objet de recherches avant qu’il ne soit libéré sans inculpation.

Le rapport final de la Commission sur le 11 septembre, publié en 2004, concluait qu’il n’y avait « aucune preuve crédible qu’al-Bayoumi croyait en l’extrémisme violent ou aidait sciemment des groupes extrémistes ».

Cependant, le document récemment publié semble dire le contraire et révèle qu’il avait des liens étranges avec les deux terroristes.

Il indique que « Le soutien logistique d’al-Bayoumi à al-Hazimi et al-Mihdhar comprenait la traduction, l’aide au voyage, l’hébergement et le financement. Des transferts d’argent anormaux sur les comptes bancaires d’al-Bayoumi coïncident avec des transactions dans lesquelles al-Bayoumi fournit une assistance à al-Hazimi et al-Mihdhar.

Le rapport indique également que l’ex-femme d’al-Bayoumi lui a dit qu’ils étaient « au Jihad ».

Il est intéressant de noter que dans son interview de 2015, PII a rappelé qu’al-Bayoumi avait reçu un traitement spécial au consulat saoudien de Los Angeles avant l’attaque du 11 septembre.

Selon le document du FBI récemment rendu public : « PIl a décrit al-Bayoumi comme un citoyen saoudien traité avec beaucoup de respect à l’intérieur du consulat saoudien, bien considéré par le personnel du consulat qui avait un « statut très élevé » lorsqu’il est entré dans le bâtiment.

Il a affirmé que le statut d’al-Bayoumi était même plus élevé que celui de nombreuses personnes saoudiennes en charge du consulat.

La raison de son statut élevé parmi les responsables saoudiens reste incertaine.

En 2003, al-Bayoumi a déclaré aux enquêteurs qu’il était venu aux États-Unis pour étudier et travailler pour une société d’aviation saoudienne appelée Dallah AVCO. En ce qui concerne son emploi, cependant, des témoins à AVCO l’ont décrit comme un « employé fantôme » qui était « l’une des 50 personnes environ payées par la société qui ne se présentaient pas au travail ».

Al-Bayoumi vivrait désormais en Arabie saoudite.

PII était également « un proche associé de Fahad al-Thumairy – « un militant pur et dur qui a soutenu les événements du 11 septembre » et avait « un bureau dans le consulat saoudien »

The new FBI file also highlights PII's links to Fahad al-Thumairy
Le nouveau dossier du FBI souligne également les liens de PII avec Fahad al-Thumairy.

Le nouveau dossier du FBI met également en évidence les liens de PII avec Fahad al-Thumairy.

Al-Thumairy serait l’imam de la mosquée King Fahad à Los Angeles.

Il est intéressant de noter qu’al-Thumairy a également été agent administratif au consulat saoudien et y avait un bureau.

Le document récemment rendu public indique également qu’al-Thumairy avait des convictions extrémistes et qu’il a été « renvoyé de sa mosquée pour activité non islamique ».

Il aurait quitté les États-Unis juste avant les attentats du 11 septembre.

Cependant, lors de son entretien de 2015 avec le FBI, PII a admis être toujours en contact avec al-Thumairy. L’endroit où il se trouve actuellement n’a pas été révélé.

Les familles d’environ 2 500 personnes tuées et de plus de 20 000 personnes blessées, des entreprises et divers assureurs, ont poursuivi l’Arabie saoudite pour obtenir des milliards de dollars.

Toutefois, le document récemment publié par le FBI ne confirme pas les allégations selon lesquelles des responsables saoudiens auraient été impliqués dans la planification des attentats du 11 septembre.

Mais dans une déclaration au nom de l’organisation 9/11 Families United, Terry Strada, dont le mari Tom a été tué le 11 septembre, a déclaré que le document publié par le FBI samedi mettait fin à tout doute sur la complicité saoudienne dans les attentats.

« Les secrets des Saoudiens sont maintenant dévoilés et il est grand temps que le Royaume reconnaisse le rôle de ses fonctionnaires dans le meurtre de milliers de personnes sur le sol américain », peut-on lire dans la déclaration publiée par Reuters.

Biden's executive order for the FBI to release the files  came amid significant pressure from the families of 9/11 victims, who are eager to probe potential Saudi government links to the attack. Saudi Arabia has maintained their innocence
Le décret de M. Biden demandant au FBI de divulguer les dossiers est intervenu dans un contexte de pression importante de la part des familles des victimes du 11 septembre, qui souhaitent vivement que soient examinés les liens potentiels du gouvernement saoudien avec l’attentat. L’Arabie saoudite a maintenu leur innocence
FBI release first of its secret 9/11 files 20 years after attack
The document was published Saturday evening, a week after President Biden signed an executive order directing the agency to make the secret files available to the public for the first time.

Chapitres