Le Général Commandant la Garde Nationale remet en question le récit des Démocrates et révèle une directive « inhabituelle » avant le 6 janvier

150 enfants disparus du Tennessee retrouvés par les forces de l’ordre au cours d’une opération de plusieurs mois
4 mars 2021
Enquête Durham sur les poursuites du FBI à l’encontre de Trump : feuille de route
4 mars 2021

Article original datant du 03/03/21

Le Major Général Steven Sund

Un haut fonctionnaire vient de mettre à mal le récit des démocrates sur le chaos du 6 janvier qui a eu lieu au Capitole américain.

Lors de son témoignage devant le Congrès, le Major General William J. Walker, Commandant de la Garde Nationale, a révélé que le bâtiment du Capitole n’était pas « non préparé » au chaos du 6 janvier.

La sécurité était insuffisante car le Commandant de la Garde Nationale avait reçu l’ordre de ne pas autoriser de troupes supplémentaires sans l’approbation expresse d’une autorité civile, y compris une équipe de « réaction rapide ».

Cela incluait la Présidente de la Chambre des Représentants, Nancy Pelosi, et le Sergent d’armes de la Chambre.

« Ce matin, vous avez témoigné que vous avez reçu cette lettre de l’ancien secrétaire de l’armée, Ryan D. McCarthy le 5 janvier », a déclaré le sénateur Portman.

« Donc, le jour avant l’attaque du Capitole. Dans cette lettre, le secrétaire McCarthy vous a-t-il interdit de déployer la force de réaction rapide de la Garde Nationale sans son autorisation ? a-t-il demandé à Walker.

« Et bien, c’est la lettre que j’ai en face de moi », a répondu le général Walker.

« Et sa lettre ne m’en donne pas l’autorisation. Mais le secrétaire à la défense [Christopher C. Miller] dit que je dois « utiliser ce déploiement en dernier recours ». Mais le secrétaire de l’armée m’a dit – j’ai la lettre – que je ne pouvais pas utiliser la force de réaction rapide. Je vais la lire », a ajouté M. Walker.

« Je ne suis pas habilité à approuver le déploiement de la force de réaction rapide de la Garde Nationale du District de Columbia et je ne le ferai qu’en dernier recours, en réponse à une demande d’une autorité civile compétente », a déclaré le général Walker en lisant la lettre du secrétaire de l’armée.

« J’exigerai un concept d’opération avant d’autoriser le déploiement de… d’une force de réaction rapide », a ajouté le général Walker. « Après, une force de réaction rapide est normalement l’outil d’un commandant pour aller aider. Soit aider une agence civile, mais plus typiquement pour aider les Gardes Nationaux qui sont là-bas dans le besoin, et ont besoin d’aide. »

Ainsi, la force de « réaction rapide » a été délibérément empêchée d’agir rapidement pour répondre à une situation d’urgence qui se développerait sur le terrain du Capitole.

Regardez :

Incroyable.

Cela met vraiment à mal tous les points de discussion des démocrates.

Une nuit avant le rassemblement « Stop The Steal » (Arrêtez le vol [des élections, NdT]) du 6 janvier, des agents du Federal Bureau of Investigation (FBI) ont estimé qu’il était nécessaire d’alerter le Congrès sur l’existence d’une menace de violence.

Ils ont donc fait ce que tout responsable de l’application de la loi ferait : Ils ont envoyé un e-mail. Aux fonctionnaires de bas niveau de responsabilité. Et n’ont effectué aucun suivi.

NBC News a fait un reportage sur la révélation surréaliste, qui est apparue lors de l’audition du Sénat sur les émeutes du Capitole aujourd’hui.

Un rapport de renseignement du FBI décrivant des projets de violence au Capitole a été envoyé par e-mail à des responsables de grade inférieur la nuit précédant l’émeute du 6 janvier, et n’a jamais été lu par la police du Capitole ou les dirigeants de Washington, selon les témoignages entendus lors de l’audition du Sénat mardi.

Les sénateurs ont appelé cela « une panne de renseignements » de la part de la police du Capitole et du FBI.

Les anciens chefs de la sécurité du Capitole nient avoir jamais vu le courriel du FBI, ni un mémo qui suggérait qu’une action violente était à venir.

Axios a fait le rapport suivant :

« Les anciens responsables de la sécurité du Capitole le 6 janvier ont témoigné mardi (2 mars 2021, NdT) qu’ils n’avaient pas reçu de rapport de menace du FBI avertissant que des extrémistes prévoyaient de se rendre à Washington pour y commettre violences et « guerre ».

Le témoignage de l’ancien chef de la police du Capitole Steven Sund, de l’ancien Sergent d’armes Paul Irving et de l’ancien Sergent d’armes Michael Stenger du Sénat a eu lieu lors de la première d’une série d’audiences de surveillance du Congrès qui examinera les défaillances de la sécurité et de l’application de la loi qui ont conduit à l’insurrection du 6 janvier ».

Cependant, la police du Capitole avait averti le Congrès quelques jours auparavant qu’il y avait un fort potentiel de violence résultant d’une manifestation près du bâtiment du Capitole.

L’ancien chef de la police du Capitole, Steven Sund, a révélé cette information aujourd’hui lors d’un témoignage au Sénat.

« Pas plus tard que mardi 5 janvier, lors d’une réunion que j’ai organisée avec mon équipe de direction, le conseil de la police du Capitole, et une douzaine de hauts responsables de la police et de l’armée de DC (Washington) », a-t-il déclaré.

« Aucune entité, y compris le FBI, n’a fourni de nouveaux renseignements concernant le 6 janvier. Il convient également de noter que le secrétaire à la sécurité intérieure n’a pas émis d’alerte élevée ou imminente en référence aux événements survenus au Capitole des États-Unis le 6 janvier », a-t-il ajouté.

« Nous avons correctement planifié une manifestation de masse avec une possible violence, ce que nous avons obtenu est un assaut coordonné de style militaire contre mes officiers et une prise de contrôle violente du bâtiment du Capitole », a déclaré Sund.

Sund a également cité des renseignements selon lesquels même Antifa devait assister à une manifestation qui pourrait se transformer en émeute.

« Les renseignements sur lesquels nous avons basé notre planification ont indiqué que les manifestations du 6 janvier devaient être similaires aux précédents rassemblements MAGA [pacifiques] en 2020, qui ont attiré des dizaines de milliers de participants », a-t-il déclaré.

« L’évaluation a indiqué que des membres des Proud Boys, des groupes suprémacistes blancs et d’Antifa et d’autres groupes extrémistes devaient participer le 6 janvier et qu’elle pourrait être encline à devenir violente », a-t-il ajouté.

Le témoignage de l’ancien chef de la police du Capitole a été indispensable pour établir que la Chambre et le Sénat avaient été prévenus à l’avance.

Sund avait déjà déclaré que la Chambre avait été avertie six fois du danger imminent.

Il a révélé les ressources qui avaient été demandées par la police du Capitole, y compris une présence plus forte de la Garde Nationale, dans une lettre de démission adressée directement à la Présidente Pelosi.

Le FBI n’aurait rien fait pour aider à sécuriser le Capitole, malgré les renseignements indiquant que des groupes extrémistes planifiaient un assaut dès le mois de décembre.