Le général Michael Flynn dénonce l’État profond : « Nous avons deux gouvernements distincts »

Un lanceur d’alerte chinois révèle que le COVID-19 était une arme biologique planifiée par l’Armée Populaire de Libération
12 octobre 2021
Live du 12 octobre 2021 – Le précipice
12 octobre 2021

Article original datant du 12/10/21

L’ancien conseiller à la sécurité nationale, le général Michael Flynn [retraité], a rejoint l’émission « Tucker Carlson Today » sur Fox Nation pour discuter du pouvoir et de l’autonomie de l’État profond, et de la façon dont, depuis les attaques terroristes du 11 septembre 2001, les tentatives du gouvernement de mieux sécuriser les États-Unis ont essentiellement conduit à un pic de ressources pour cette entité.

Comme l’a raconté l’animateur Tucker Carlson, le général trois étoiles a passé plus de 30 ans dans les forces armées avant que le président Obama ne le nomme à la tête de l’Agence de renseignement de la défense (DIA), ce qui a été suivi par sa brève et tumultueuse période en tant que conseiller à la sécurité nationale dans les premiers jours de l’administration Trump.

M. Flynn a déclaré à M. Carlson que le président Ike Eisenhower mettait en garde les générations futures contre la montée potentielle de l’État profond lorsqu’il parlait du complexe militaro-industriel.

« Si vous avancez rapidement jusqu’à aujourd’hui, en 2021, vous pouvez ajouter une composante à cela », a-t-il déclaré à propos de l’appareil de sécurité nationale du 21e siècle.

« L’état de sécurité de ce pays a probablement été multiplié par cinq au cours des 25 à 30 dernières années ».

Flynn a déclaré à Carlson que la DIA comptait environ 3 000 personnes au début des années 2000. Lorsque Obama a nommé Flynn à son poste de direction en 2012, il y avait 20 000 personnes.

« Donc, en l’espace de dix ans, et c’était vraiment… – le 11 septembre a probablement été l’impulsion derrière certains de ces événements. Mais je pense que ce qui s’est passé, c’est qu’au fil du temps, ce complexe de l’État de sécurité a vraiment rejoint ce complexe militaro-industriel dont parlait Eisenhower », a-t-il déclaré.

« Et le danger auquel nous sommes confrontés aujourd’hui, c’est que nous avons… ce complexe de l’État de sécurité, ce sont toutes ces agences et activités de la communauté du renseignement que nous avons, dont nous avons tant entendu parler… qui en est réellement responsable?, et ensuite quelles sont les autorités?, ou les choses qu’elles sont capables de faire?… Vous l’avez vécu, par le biais de la surveillance de vos appels téléphoniques, n’est-ce pas ? ». a dit Flynn à Carlson.

En juin, Carlson a rapporté qu’un lanceur d’alerte ayant des connaissances ou un lien avec la NSA (WIKI) lui avait communiqué des informations qui n’auraient été reconnaissables que par l’animateur et une personne non identifiée avec laquelle il avait correspondu, au sujet d’un reportage urgent sur lequel travaillait « Tucker Carlson Tonight« .

Après que cette personne se soit manifestée, M. Carlson a déclaré à l’époque que son équipe avait essayé à plusieurs reprises de contacter le général Paul Nakasone, le chef de l’agence nommé par M. Trump. La NSA a ensuite publié une déclaration niant que l’animateur ait jamais été « une cible des services de renseignement ».

M. Flynn a ajouté que la DIA, la NSA, la CIA et d’autres agences relèvent de la compétence du Directeur du renseignement national, notant que ce responsable est une personne nommée par le pouvoir politique – tout récemment, l’ancien représentant John Ratcliffe, (élu républicain du Texas) et le sénateur Daniel Coats, (élu républicain de l’Indiana) sous Trump, Avril Haines sous le président Biden, et l’actuel analyste de CNN James Clapper sous le président Obama.

« Ce sont de grandes structures. Et elles sont peu maniables », a-t-il dit, ajoutant que leur comportement peut être influencé par les opinions politiques de la Maison-Blanche ou les leurs :

« Quand on parle des sommes extraordinaires, extraordinaires, qui passent par le Congrès et qui alimentent ces agences de renseignement et les activités qu’elles mènent dans le monde – donc la… grande image, la CIA est censée être internationale, le FBI est une grande organisation, est censé être domestique et s’occuper de toutes ces choses. Et ils sont censés coopérer sur différents aspects de ce qui se passe, vous savez, de l’étranger aux questions intérieures. »

Cette ligne proverbiale a maintenant été « brouillée » et plus encore, a déclaré Flynn.

« L’Agence Nationale de Sécurité repère un sujet. La CIA le suit à la trace. Et ensuite, il parle à quelqu’un à l’intérieur des États-Unis, le FBI est censé être un relais propre et agréable », a-t-il dit à propos d’un cas hypothétique. « Donc ce qui s’est passé, c’est que ces lignes n’existent plus. Elles ne sont même pas floues. Elles n’existent tout simplement plus. »

Dans ce royaume, Flynn a plus tard affirmé que lorsque l’État profond a semblé s’en prendre à lui après que Trump l’ait nommé à ce poste, ils auraient décidé de l’utiliser comme un moyen d' »atteindre » le nouveau président.

« Le peuple américain a vu clair dès le début, car il ne s’agissait pas de Mike Flynn. Il ne s’agissait même pas de Donald Trump. Il s’agissait d’eux. Et lorsque la gauche et les médias ont commencé à attaquer la présidence des États-Unis d’Amérique, le peuple américain a vu que, hé, c’est une attaque contre nous », a-t-il déclaré plus tard.

« Si les gens voulaient vraiment, vraiment creuser dans l’affaire contre Mike Flynn, et tous les dépôts, et toutes les choses qui sont sorties. Même maintenant, nous voyons encore des choses qui sortent avec cet acte d’accusation de Sussmann, et certaines des autres choses que je pense que Durham est en fait va probablement commencer à regarder… Et je pense que ce que vous apprenez est que nous avons deux gouvernements distincts. »

« Nous avons celui qui est effectivement élu et qui entre en fonction. Et puis vous avez un gouvernement à l’intérieur de Washington DC qui ne fonctionne sous aucune règle, aucune autorité autre que la leur », a déclaré Flynn au sujet du « deuxième » gouvernement – le Deep State.

« Je dirais que c’est, dans une certaine mesure, ce avec quoi nous fonctionnons aujourd’hui. Donc, quand les gens parlent de l’État profond… Je ne décris pas vraiment l’État profond comme un groupe de [politiciens] – vous savez, de Nancy Pelosi, ou de Chuck Schumer, ou de certaines des personnes qui sont élues. Ils en font partie, mais ils ne sont pas vraiment l’État profond. »

Gen. Michael Flynn decries deep state: 'We have two separate governments'
Retired Gen. Michael Flynn joined Fox Nation's “Tucker Carlson Today” to discuss the power and autonomy of the Deep State, and how attempts to better secure the U.S. led to a spike in resources for such an apparatus.