Le magazine BILD demande à tous les enfants de leur pardonner

Parce que le gouvernement fédéral allemand ne veut pas le faire

Article original datant du 27/05/21

Des salles de classe vides : le gouvernement a fermé les écoles pendant des mois lors de la crise du Coronavirus, avec des conséquences parfois fatales.

Pour les millions d’enfants de ce pays, dont nous sommes tous ensemble responsables en tant que société, je voudrais dire ce que notre gouvernement fédéral et notre chancelière n’ont pas encore osé dire : nous vous demandons de nous pardonner. Nous vous demandons pardon pour un an et demi de politiques qui ont fait de vous des victimes.

Victimes de violence, de négligence, d’isolement, de solitude émotionnelle. Pour une politique et une couverture médiatique qui, aujourd’hui encore, comme un poison, vous donne le sentiment d’être un danger mortel pour notre société.

Ce n’est pas le cas, ne les laisse pas te dire ça. Nous devons vous protéger, pas l’inverse.


Cela nous fait honte en tant que société

Je voudrais être aussi clair que possible : ce qui a été fait à vos enfants par un gouvernement que nous, parents, avons aussi et surtout élu pour vous, que nous n’avons évidemment pas critiqué assez sévèrement pour avoir fermé des écoles et bloqué des terrains de football, nous fait honte en tant que société.

Depuis le début de la pandémie en mars 2020, vingt personnes de moins de 20 ans sont décédées en Allemagne à cause de ou avec Corona. En 2020, 152 enfants de moins de 14 ans ont été tués à la suite de violences domestiques, soit quarante de plus que sur la même période en 2019.

Ils représentent ce que les enfants subissent encore aujourd’hui dans les espaces isolés et cloisonnés de l’enfermement, dans les petits logements publics mais aussi dans les maisons spacieuses où l’enfermement semble avoir déchaîné la violence sans que les refuges et les abris soient ouverts.

Les enfants qui ont été tués représentent tous les enfants maltraités dont les bleus et les écorchures ne pouvaient être vus et signalés par aucun enseignant, aucun entraîneur de football.


Des bars pleins, des salles de classe vides

« Fermer les écoles en dernier et les ouvrir en premier » – voilà une promesse que nos gouvernements à Berlin et dans les Länder (Régions du gouvernement fédéral) brisent chaque jour.

Ce qui est fait aux enfants ne semble pas valoir la peine que la chancelière Angela Merkel et les premiers ministres des Länder fassent en sorte que les enseignants retournent dans les écoles immédiatement – IMMÉDIATEMENT.

Les bières sont pleines, les salles de classe sont vides.

Les Suédois n’ont jamais fermé leurs écoles. Ils ont assumé leur responsabilité envers les enfants. Pas nous. La ministre déléguée à l’enfance vient de quitter son poste de manière anticipée pour se préparer à une campagne électorale non perturbée par des allégations de thèse de doctorat. Franziska Giffey est partie sans laisser plus qu’un post-it avec deux phrases sur ce qui pourrait être mieux fait pour les enfants. On ne peut exprimer l’indifférence à l’égard des personnes qui lui ont été confiées de manière plus cynique.

Avant tout ce qui est arrivé à nos enfants, beaucoup de gens, et aussi le magazine BILD a toujours mis en garde. Mais rien ne s’est passé. Y a-t-il eu le sommet Merkel pour les enfants ? Non. Au lieu de cela, on a fait croire à nos enfants qu’ils tueraient leur grand-mère s’ils osaient être des enfants, rencontrer leurs amis. Rien de tout cela n’a jamais été prouvé scientifiquement par qui que ce soit. C’était juste pratique de le prétendre parce que les enfants ne se défendent pas et ne votent pas.


Slogans de propagande contre les enfants

Je pose la question suivante à nos politiciens : qui dit au visage d’un enfant aux jambes couvertes de bleus que l’éducation est l’affaire des États et des municipalités ?

Des amis me parlent de leurs fils adolescents qui faisaient du sport cinq fois par semaine jusqu’à la pandémie et qui maintenant n’en font plus du tout. Leur énergie adolescente, leur colère, leur désespoir se déchargent vers l’intérieur, au lieu de se transformer en ballon, en tir au but. Nous devons réaliser que nous créons des épaves mentales.

Lorsque l’État retire des droits à un enfant, il doit prouver qu’il évite ainsi un danger imminent et concret. Cette preuve n’a jamais été fournie. Il a été remplacé par les slogans de propagande pointant du doigt l’enfant comme moteur de la pandémie. Ceux qui voulaient le contredire n’étaient pas invités aux réunions d’experts du bureau de la chancelière.

J’ai personnellement fait l’expérience concrète de tout cela lorsque j’ai été autorisée à rendre visite aux impressionnants héros du quotidien de l' »Arche » à Berlin-Hellersdorf il y a quelques semaines. Les enfants les plus pauvres de notre pays riche, qui y trouvaient par ailleurs structure, fiabilité, refuge et nourriture (!) tous les jours, n’ont été autorisés à venir qu’une fois toutes les deux semaines pendant la pandémie. Et c’est simplement parce que personne en politique ne s’est soucié de trouver une solution.

Il faut avoir vécu l’expérience d’entendre un enfant de neuf ans qui vous dit « Je t’aime, tu es mon meilleur ami » après avoir joué au UNO avec lui pendant deux heures pour avoir une idée de la solitude de ces enfants.

Notre gouvernement fédéral n’est qu’à quelques semaines de son entrée en fonction. Je les implore de consacrer enfin, enfin, enfin, le peu de temps et toute leur énergie qu’il leur reste aux enfants et de faire tout ce qu’ils peuvent pour guérir ce qu’ils ont fait aux plus jeunes et aux plus faibles. Nos politiciens devraient plutôt ouvrir des écoles et des gymnases plutôt que des stands de campagne électorale. Sinon, ils laisseront des âmes d’enfants en désordre devant leur conscience et dans les livres d’histoire.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations