Le ministère de la Justice reconnaît discrètement qu’il n’y a pas eu de sédition au Capitole

Édition spéciale : Résurrection 2021
5 avril 2021
Live du 6 avril 2021
6 avril 2021

Article original datant du 03/04/21

L’hyperbole médiatique est à l’origine de la fabrication de crimes qui n’existent pas.

Malgré toute l’indignation et les menaces d’inculpation des « insurrectionnistes » pour sédition – c’est-à-dire pour tentative de renversement du gouvernement -, il semble de plus en plus improbable qu’elle puisse être prouvée sur la base de faits et de preuves réels. Par exemple, Michael Cantrell a rapporté sur America’s Sheriff que :

« De nombreux procès de personnes impliquées dans l’émeute du 6 janvier au Capitole ont commencé, et au grand dam des libéraux du monde entier, les accusations portées contre ces personnes ne sont pas aussi graves que ce que l’on nous a fait croire. En fait, le ministère de la Justice vient de déclarer que l’ensemble des preuves dans ces affaires n’est pas aussi préjudiciable qu’on l’avait cru ».

En outre, selon le Post Millennial, des rapports en cours d’élaboration indiquent qu’aucune des 400 personnes arrêtées pour leur participation à l’émeute n’a été accusée de sédition. L’accusation la plus grave portée contre un défendeur dans cet incident a été l’agression. Pour être clair, il y a un grand écart entre les accusations d’agression et les accusations de conspiration pour renverser le gouvernement.

Plus déconcertant encore, alors que d’autres personnes ont été accusées de conspiration et d’obstruction, il y a un fait plutôt gênant dont les procureurs doivent tenir compte. Comme l’explique le Post Millennial : « D’autres ont été accusés de conspiration et d’obstruction. Si cinq personnes ont perdu la vie au cours de l’émeute, une seule a été tuée avec une arme, il s’agit d’Ashli Babbit, qui est morte après avoir été abattue par un officier de police du Capitole dont le nom n’a pas été révélé. »

Le secret qui entoure les enquêtes sur les décès de Sicknick et Babbit ne contribue pas à renforcer la confiance dans la « transparence ». Les trois autres victimes ont souffert d’urgences médicales, mais la transparence fait toujours défaut dans ces cas également.

Les procureurs chargés de ces affaires ont travaillé fébrilement pour prouver une conspiration de masse. Cependant, « moins de 25 personnes font face à cette accusation, et dix personnes auraient des liens avec le mouvement de la milice Oath Keeper », poursuit le rapport.

Les procureurs de l’Arizona qui détenaient Jacob Chansley (vous savez, le type qui portait les « cornes ») avaient initialement déclaré qu’ils disposaient de nombreuses preuves solides pour étayer l’accusation de sédition et/ou de conspiration de masse. Et ces preuves comprenaient les « propres paroles et actions » de Chansely, qui, selon les procureurs, indiquaient que « l’intention des émeutiers du Capitole était de capturer et d’assassiner des élus ». Cependant, Cantrell affirme qu’aucune preuve de cela n’a jamais été présentée.

En outre, le rapport du Post Millennial explique deux autres points clés : « Un autre homme, Ethan Nordean, a été accusé d’avoir envoyé des « communications cryptées » aux Proud Boys, mais cette affaire a également été abandonnée lorsqu’il s’est avéré que la batterie de son téléphone était déchargée et qu’il n’avait pas pu l’utiliser. Le juge chargé de l’affaire Nordean a déclaré qu’il y avait un  » manque de preuves  » et a refusé de l’incarcérer. Les procureurs essaient à nouveau, cependant. » Une fois de plus, le contraste est frappant entre les menaces d’inculpation déclarées publiquement et les inculpations réelles dans les affaires judiciaires.

Et, ce qui est peut-être le plus révélateur, le rapport cite également Michael Ferrara, avocat du cabinet Kaplan Hecker & Fink, LLP, et ancien procureur fédéral, qui a expliqué que « s’il s’avère que les procureurs sont allés trop loin, ont exagéré les faits ou ont simplement mal compris les médias sociaux et les SMS, il ne s’agirait pas d’une « petite erreur » ».

Ferrara a également déclaré que le zèle des procureurs pourrait « colorer la façon dont le juge voit l’affaire à l’avenir », ce qui pourrait avoir un impact énorme sur l’issue du procès pour de nombreux défendeurs.

Ferrara n’est pas le seul à être inquiet. Au cours d’une audience dans l’affaire contre les Oath Keepers (Gardiens du serment), le juge Amit Mehta du tribunal de district des États-Unis a déclaré que les remarques faites par les fonctionnaires du DOJ (Département de la Justice) « menaçaient d’influencer les poursuites contre les personnes accusées d’avoir pris part à l’agression », comme le rapporte le Washington Examiner.

En effet, malgré les faits réels et l’absence de preuves de sédition, il semble que les procureurs et les médias déploient beaucoup d’efforts pour orienter l’issue de ces affaires.

Heureusement, grâce à leur empressement, il est presque impossible d’ignorer l’hyperbole, l’excès de zèle et l’hypocrisie des politiciens, des procureurs et des médias. Et quelle que soit l’issue de ces affaires, elles offrent un contraste encore plus frappant avec les poursuites à l’encontre des violences et des émeutes qui ont eu lieu l’année dernière, beaucoup moins agressives.

De nombreux agents des forces de l’ordre continuent de se demander : où sont les poursuites agressives à l’encontre des milliers de personnes dont les émeutes qui ont ravagé les villes américaines au cours des quatre dernières années ont causé de nombreux décès – y compris des décès et des blessures de policiers – et des milliards de dégâts matériels ?

Si ces affaires étaient poursuivies de manière aussi agressive – et avec autant de couverture médiatique – la vie de nombreux Américains serait beaucoup plus sûre.

DOJ quietly acknowledges there was no sedition at the US Capitol
Despite all the outrage and the threats of charging "insurrectionists" with sedition—the act of attempting to overthrow the government—proving them