Le ministre israélien affirme que le « pass sanitaire » ne repose pas sur l’épidémiologie

La police du Capitole américain déclare que six agents ont été impliqués dans des actes répréhensibles le 6 janvier
14 septembre 2021
Goldman sonne l’alerte rouge sur le plafond de la dette : « L’échéance à venir semble aussi risquée que le combat pour le plafond de la dette en 2011 »
14 septembre 2021

Article original datant du 13/09/21

Israeli Health Minister Nitzan Horowitz talks with Interior Minister Ayelet Shaked ahead of the weekly Cabinet meeting on Sept. 12, 2021. Source: Channel 12/Screenshot.
Le ministre israélien de la Santé Nitzan Horowitz s’entretient avec la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked avant la réunion hebdomadaire du Cabinet, le 30 septembre 2021.

« Notre problème, ce sont les gens qui ne se font pas vacciner. Nous devons les influencer un peu, sinon, nous ne nous en sortirons jamais », déclare le ministre israélien de la Santé, Nitzan Horowitz, à la ministre de l’Intérieur, Ayelet Shaked.

Le ministre israélien de la Santé, Nitzan Horowitz, a déclaré dimanche, avant la réunion hebdomadaire du Cabinet, que l’imposition d’un pass sanitaire » (« Laissez-passer vert » en Israël / Green Pass = Passeport sanitaire) à certains lieux de spectacle n’était nécessaire que pour inciter le public à se faire vacciner, et non pour des raisons médicales.

Horowitz a été surpris en train de dire cela à la ministre de l’Intérieur Ayelet Shaked, qui ne savait pas non plus que la conversation était enregistrée et serait diffusée sur Channel 30 News.

En réponse à la suggestion de Mme Shaked de supprimer le « pass sanitaire » comme condition pour s’asseoir à l’extérieur dans les restaurants, M. Horowitz a déclaré : « Pour les piscines aussi, pas seulement dans les restaurants ».

« D’un point de vue épidémiologique, c’est vrai », a déclaré Horowitz, ajoutant : « Le fait est que, je vous le dis, notre problème, ce sont les gens qui ne se font pas vacciner. Nous devons les influencer un peu ; sinon, nous ne sortirons pas de cette situation de pandémie. »

À l’heure actuelle, dit-il, « il y a une sorte d’universalité du système de « pass sanitaire », sauf dans les centres commerciaux, où je pense qu’il devrait être imposé, parce que maintenant il est clair qu’il ne s’applique nulle part ».

M. Horowitz a poursuivi en expliquant que la seule façon de ne pas faire d’exception – puisque les gens se demandent pourquoi, s’il est normal de ne pas avoir de pass pour les piscines, « alors pourquoi pour les parcs aquatiques, les installations de plein air et les sports » – est de faire en sorte que les règlements soient appliqués uniformément.

D’un côté, a-t-il ajouté, « nous ne voulons pas faire des choses qui n’ont aucune justification médicale. Mais je vous dis que nous avons un problème. Le « pass sanitaire » n’est même pas appliqué, certainement pas dans le secteur arabe, où il n’existe pas du tout. Et je vois l’effet sur les hôpitaux ».

Horowitz et Shaked ont été rejoints par le ministre du Renseignement, Elazar Stern, qui, ignorant également que la conversation était enregistrée, a exprimé son dégoût pour les non-vaccinés.

« C’est ennuyeux qu’ils occupent les lits d’hôpitaux », a-t-il déclaré. Ce à quoi Horowitz a répondu : « Ceux qui sont en soins intensifs, oui ».

Le Premier ministre israélien Naftali Bennett a ensuite déclaré au Cabinet que la tolérance envers ceux qui choisissent de ne pas se faire vacciner avait pris fin, selon Channel 30.

Caught on hot mic, Israeli minister says ‘green pass’ not based on epidemiology
“Our problem is people who don’t get vaccinated. We need [to influence] them a bit; otherwise, we’ll never get out of this,” Israeli Health Minister Nitzan Horowitz tells Interior Minister Ayelet Shaked.