Le Myanmar est l’un des pires endroits pour la traite des êtres humains, selon un rapport américain

Lorsque le loup accuse l’agneau
1 février 2021
Un ancien avocat du FBI évite la prison après avoir admis avoir falsifié des e-mails dans le cadre de l’enquête sur la campagne 2016 de Trump
2 février 2021

NDLR : Article paru le 28/06/2018

Le Myanmar (Birmanie) a rejoint la Chine, la Syrie et le Sud-Soudan parmi les pays qui font le moins pour lutter contre la traite des êtres humains, selon le dernier rapport annuel du Département d’État américain sur la traite des personnes (TIP).

Le rapport américain cite spécifiquement la crise actuelle des réfugiés rohingyas comme la raison du déclassement du Myanmar au niveau 3, l’échelon inférieur de l’échelle TIP, qui classe les pays les plus performants au niveau 1.

Le rapport indique que les opérations militaires du Myanmar dans le nord-ouest de l’État de Rakhine ont « déplacé des centaines de milliers de Rohingyas et de membres d’autres groupes ethniques, dont beaucoup sont exploités au Myanmar, au Bangladesh et ailleurs dans la région en raison de leur déplacement ».

Au moins 700 000 Rohingyas ont fui l’État de Rakhine depuis l’année dernière, principalement vers le Bangladesh voisin, après que l’armée du Myanmar ait lancé des opérations de nettoyage qui, selon le gouvernement, visaient des groupes terroristes. Le chef des droits de l’homme des États-Unis et de l’ONU a depuis décrit ces opérations comme un « nettoyage ethnique« .

Beaucoup de ceux qui ont fui « ont été soumis à l’exploitation – ou transportés dans d’autres pays à des fins de trafic sexuel – en raison de leur déplacement », indique le rapport du Département d’Etat américain, ajoutant que les réfugiés sont également vulnérables au « travail forcé » dans les mines de jade et d’autres industries.

En revanche, le rapport a loué le Bangladesh pour « ses efforts significatifs » pour faire face aux défis supplémentaires présentés par l’afflux de réfugiés du Myanmar, dont la plupart vivent dans d’énormes camps gérés par le gouvernement à la frontière, bien qu’il ait averti que des efforts supplémentaires étaient nécessaires. Le Bangladesh est resté sur la liste de surveillance de niveau 2 pour la deuxième année consécutive.

Les femmes dans les camps sont particulièrement vulnérables. Elles sont victimes de trafics à l’intérieur du Bangladesh et vers l’Inde pour servir dans le commerce du sexe. Certaines de ces filles sont « échangées » entre les trafiquants sur Internet », selon le rapport. L’Inde est classée au niveau 2.

La traite des êtres humains sévit en Asie

Selon le Département d’État, le rapport TIP est « la ressource la plus complète au monde en matière d’efforts gouvernementaux de lutte contre la traite des êtres humains ».

Il évalue les nations en fonction de l’efficacité des gouvernements dans la lutte contre la traite des êtres humains, sur une échelle allant du pire au niveau 3 au meilleur au niveau 1. Avant d’être rétrogradés au niveau 3, les pays sont placés sur la liste de surveillance du niveau 2. S’ils restent sur la liste pendant plus de deux ans sans amélioration, ils sont automatiquement déclassés.

Une note de niveau 3 peut déclencher des sanctions non commerciales et entraîner des restrictions de l’aide étrangère américaine, mais celles-ci peuvent être annulées par le président américain.

Le rapport dresse un tableau général désastreux de l’Asie du Sud-Est, mais le Japon est passé de la catégorie 2 à la catégorie 1, et les Philippines sont classées dans la catégorie 1 pour la troisième année consécutive. La Thaïlande a été reclassée au niveau 2 après deux ans de présence sur la liste de surveillance.

Alors que le Japon et la Thaïlande ont progressé, d’autres pays d’Asie du Sud-Est et du Pacifique ont été rétrogradés, le Laos et la Papouasie-Nouvelle-Guinée passant au niveau 3, tout comme le Myanmar.

« La Papouasie-Nouvelle-Guinée est un pays d’origine, de transit et de destination pour les hommes, les femmes et les enfants victimes de la traite des êtres humains et du travail forcé », indique le rapport, qui ajoute que 2017 est la cinquième année consécutive où le pays n’a pas été condamné pour traite des êtres humains.

Malgré quelques signes d’amélioration, le Laos a été automatiquement rétrogradé après quatre ans sur la liste de surveillance Tier 2.

En Asie de l’Est, la Corée du Nord et la Chine sont restées dans la catégorie 3, après que le secrétaire d’État de l’époque, Rex Tillerson, n’ait pas accordé de dérogation à la Chine l’année dernière, ce qui l’a amenée à être déclassée de la liste de surveillance de niveau 2.