Le New England Journal of Medecine explique comment les vaccins contre le COVID peuvent produire des protéines Spike qui conduisent à la myocardite

Article original datant du 26/11/2021

Depuis plusieurs semaines, des médecins « marginaux » affirment que les protéines spike produites par les vaccins COVID-19 pourraient entraîner de nombreux décès cet hiver.

Aujourd’hui, quelques semaines plus tard, le New England Journal of Medicine (NEJM WIKI) suggère une situation similaire. Les protéines de spike produites par les vaccins COVID-19 peuvent entraîner une myocardite (WIKI) et des problèmes neurologiques.

C’est ce que rapporte Alex Berenson :

« Les effets des anticorps que les gens produisent contre la protéine spike du coronavirus peuvent entraîner une myocardite et même des problèmes neurologiques », ont écrit deux chercheurs médicaux chevronnés dans la principale revue médicale des États-Unis.

Notre système immunitaire produit ces anticorps en réponse à la fois à la vaccination et à la contamination naturelle par le Covid. Cependant – bien que les chercheurs ne le disent pas explicitement, peut-être parce que cela serait politiquement intenable – les niveaux d’anticorps de la protéine spike sont BEAUCOUP plus élevés après une vaccination qu’après une contamination. Ainsi, la réponse post-vaccinatoire peut être plus sévère.

Le NEJM (New England Journal of Medicine) a publié ce court article mercredi dans sa série Basic Implications of Clinical Observations (Implications fondamentales des observations cliniques). L’un des auteurs est oncologue et professeur à la Harvard Medical School (WIKI) ; l’autre est un chercheur en cancérologie qui possède son propre laboratoire à l’université de Californie, à Davis.

Voici le rapport du NEJM – Un rôle possible pour les anticorps anti-idiotypes dans la contamination et la vaccination contre le SRAS-CoV-2

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations