Le Pentagone lâche des « bombes de vérité » pour éviter une guerre avec la Russie

Article original datant du 23/03/22

MISE À JOUR : Des fuites provenant du Pentagone ont révélé la façon dont les médias grand public rapportent la conduite de la Russie dans la guerre en Ukraine, dans le but de contrer la propagande visant à faire entrer l’OTAN dans le conflit, écrit Joe Lauria.

Le Pentagone est engagé dans une bataille conséquente avec le Département d’État américain et le Congrès pour empêcher une confrontation militaire directe avec la Russie, qui pourrait déclencher l’horreur la plus inimaginable de la guerre.

Le président Joe Biden est pris au milieu de la mêlée. Jusqu’à présent, il se range du côté du ministère de la Défense, affirmant qu’il ne peut y avoir aucune sorte de zone d’exclusion aérienne de l’OTAN au-dessus de l’Ukraine pour combattre les avions russes, car « cela s’appelle la troisième guerre mondiale, d’accord ? Mettons les choses au clair, les gars. Nous ne combattrons pas la troisième guerre mondiale en Ukraine. »

« Le président Biden a été clair : les troupes américaines ne combattront pas la Russie en Ukraine, et si vous établissez une zone d’exclusion aérienne, il est certain que pour faire respecter cette zone d’exclusion aérienne, vous devrez engager des avions russes. Et encore une fois, cela nous mettrait en guerre contre la Russie« , a déclaré le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, au début du mois. (Le plan de l’administration est de faire tomber le gouvernement russe par le biais d’une insurrection terrestre et d’une guerre économique, et non d’une guerre militaire directe).

Mais la pression exercée sur la Maison Blanche par certains membres du Congrès et surtout par le corps de presse est implacable pour faire entrer imprudemment l’OTAN directement dans la guerre. Le secrétaire d’État Antony Blinken, qui avait initialement déclaré que l’OTAN avait donné son « feu vert » à l’envoi d’avions de Pologne en Ukraine, a dû faire marche arrière et s’oppose désormais à toute zone d’exclusion aérienne impliquant l’OTAN. La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, et le chef de la majorité au Sénat, Chuck Schumer, ont également soutenu le projet d’envoi d’avions polonais, qui a été rejeté par le Pentagone parce qu’il « pourrait entraîner une réaction significative de la Russie qui pourrait accroître les perspectives d’une escalade militaire avec l’OTAN« , selon le porte-parole du Pentagone, John Kirby.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, salué comme un super-héros virtuel dans les médias occidentaux, a hésité entre l’ouverture à la négociation d’un accord de paix avec la Russie et l’appel à l’OTAN, une nouvelle fois vendredi, pour « fermer le ciel » au-dessus de l’Ukraine. Pour sauver son pays, il semble prêt à risquer de mettre en danger le monde entier.

Pendant ce temps, les médias grand public occidentaux, qui dépendent presque exclusivement de sources ukrainiennes, rapportent que la Russie est en train de perdre la guerre, que son offensive militaire est « au point mort » et que, par frustration, elle a délibérément ciblé des civils et rasé des villes.

Biden a adhéré à cette partie de l’histoire, qualifiant le président russe Vladimir Poutine de « criminel de guerre« . Il a également déclaré que la Russie planifiait une attaque chimique « sous faux drapeau » à mettre sur le dos de l’Ukraine.

Mais mardi, le Pentagone a pris l’initiative de divulguer aux journalistes deux articles qui contredisent ces affirmations. « La conduite de la Russie dans cette guerre brutale raconte une histoire différente de l’opinion largement acceptée selon laquelle Vladimir Poutine a l’intention de démolir l’Ukraine et d’infliger un maximum de dommages aux civils – et elle révèle le jeu d’équilibre stratégique du dirigeant russe« , a rapporté Newsweek dans un article intitulé « Les bombardiers de Poutine pourraient dévaster l’Ukraine mais il se retient. Voici pourquoi« .

L’article cite un analyste anonyme de la Defense Intelligence Agency (WIKI) du Pentagone qui déclare : « Le cœur de Kiev a à peine été touché. Et presque toutes les frappes à longue portée ont visé des cibles militaires. »

Un officier de l’armée de l’air américaine à la retraite, qui travaille maintenant comme analyste pour un contractant du Pentagone, a ajouté : « Nous devons comprendre le comportement réel de la Russie. Si nous nous contentons de nous convaincre que la Russie bombarde sans discernement, ou [qu’] elle ne parvient pas à infliger plus de dégâts parce que son personnel n’est pas à la hauteur ou parce qu’elle est techniquement inepte, alors nous ne voyons pas le véritable conflit. »

L’article dit :

« Depuis le week-end dernier, en 24 jours de conflit, la Russie a effectué quelque 1 400 sorties de frappe et livré près de 1 000 missiles (par comparaison, les États-Unis ont effectué plus de sorties et livré plus d’armes le premier jour de la guerre d’Irak en 2003). …

Une partie de ces frappes ont endommagé et détruit des structures civiles et tué et blessé des civils innocents, mais le niveau de mort et de destruction est faible par rapport à la capacité de la Russie.

Je sais qu’il est difficile … d’avaler que le carnage et la destruction pourraient être bien pires qu’ils ne le sont », déclare l’analyste de la DIA. Mais c’est ce que montrent les faits. Cela me suggère, du moins, que Poutine n’attaque pas intentionnellement les civils, qu’il est peut-être conscient qu’il doit limiter les dégâts afin de laisser une porte de sortie pour les négociations.' »

Un deuxième officier retraité de l’armée de l’air américaine déclare :

« Je suis frustré par le récit actuel – que la Russie cible intentionnellement les civils, qu’elle démolit les villes et que Poutine s’en moque. Une vision aussi déformée empêche de trouver une issue avant qu’une véritable catastrophe ne se produise ou que la guerre ne s’étende au reste de l’Europe. Je sais que les nouvelles ne cessent de répéter que Poutine vise les civils, mais rien ne prouve que la Russie le fait intentionnellement. En fait, je dirais que la Russie pourrait tuer des milliers d’autres civils si elle le voulait. »

Ces sources du Pentagone confirment ce que Poutine et le ministère russe de la Défense disent depuis le début : au lieu d’être « bloquée », la Russie exécute un plan de guerre méthodique pour encercler les villes, en ouvrant des couloirs humanitaires pour les civils, en laissant intactes les infrastructures civiles comme l’eau, l’électricité, la téléphonie et l’Internet, et en essayant d’éviter autant de victimes civiles que possible.

Jusqu’à ces fuites du Pentagone, il était difficile de confirmer que la Russie disait entièrement la vérité et que les médias corporatifs publiaient des fables concoctées par la machine publicitaire de l’Ukraine.

Aucune preuve de produits chimiques

Le courage du Pentagone sera mis à l’épreuve s’il y a une attaque aux armes chimiques en Ukraine. M. Biden a déclaré que la Russie paierait un « prix sévère« , mais l’identité de l’auteur de cette attaque pourrait être obscure. Quel que soit l’auteur d’une telle attaque, les appels à une action militaire directe ne manqueront pas de se multiplier dans les médias américains, au Congrès et peut-être en interne au Département d’État.

Le deuxième article grand public sape directement l’avertissement dramatique de Biden. Reuters rapporte : « Les États-Unis n’ont pas encore vu d’indications concrètes d’une attaque imminente d’armes chimiques ou biologiques russes en Ukraine, mais ils surveillent de près les flux de renseignements à leur sujet, a déclaré un haut responsable de la défense américaine. »

L’article cite le responsable du Pentagone, qui a déclaré : « Rien n’indique qu’il y a quelque chose d’imminent à cet égard en ce moment. » Ni le New York Times ni le Washington Post n’ont publié l’article de Reuters, qui est paru dans le plus obscur U.S. News and World Report.

Ne laissez jamais les faits se mettre en travers d’une bonne histoire – même si elle peut entraîner les conséquences les plus dévastatrices de l’histoire.

MISE À JOUR pour ajouter des détails sur le soutien de Blinken et Pelosi à l’entrée en guerre des avions à réaction de l’OTAN en provenance de Pologne et la démarche du Pentagone pour l’en empêcher ; des citations supplémentaires d’un deuxième officier retraité de l’armée de l’air dans l’article de Newsweek et le défi lancé au Pentagone de maintenir l’OTAN en dehors de la guerre en cas d’attaque aux armes chimiques.

Joe Lauria est rédacteur en chef de Consortium News et ancien correspondant aux Nations Unies pour le Wall Street Journal, le Boston Globe et de nombreux autres journaux, dont The Montreal Gazette et The Star of Johannesburg. Il a été journaliste d'investigation pour le Sunday Times de Londres, journaliste financier pour Bloomberg News et a commencé son travail professionnel à 19 ans en tant que pigiste pour le New York Times. Il peut être joint à joelauria@consortiumnews.com et suivi sur Twitter @unjoe

Pentagon Drops Truth Bombs to Stave Off War With Russia

Chapitres

Informations