Le président mexicain accuse l’administration Biden de financer un groupe anti-corruption de « putschistes » au Mexique

Les vétérans de la sécurité nationale et de l’armée américaine demandent la démission du directeur de la CIA
11 mai 2021
Live du 11 mai 2021
11 mai 2021

Article original datant du 10/05/21

Le président mexicain Andrés Manuel López Obrador a critiqué l’administration Biden pour le financement par les États-Unis d’un groupe anti-corruption dans son pays, après une réunion bilatérale avec la Vice-présidente Harris vendredi.

M. Obrador a affirmé que les États-Unis soutenaient financièrement un groupe appelé ‘Mexicains Contre la Corruption et l’Impunité’, un groupe de « putschistes » qui, selon lui, tente de saper et de renverser le gouvernement.

« Un gouvernement étranger ne peut pas donner de l’argent à des groupes politiques dans un autre pays. Notre constitution l’interdit », a déclaré Lopez Obrador.

« C’est de la trahison », a-t-il ensuite ajouté. « C’est de l’ingérence, c’est de l’interventionnisme et c’est de la promotion pour la fomentation d’un coup d’État ».

Il décrivait le financement qui inclut de l’argent de l’Agence Américaine pour le Développement International, communément appelée USAID, comme un affront à la souveraineté du Mexique.

« C’est pourquoi nous demandons que (le gouvernement américain) clarifie cela pour nous. Un gouvernement étranger ne peut pas fournir de l’argent à des groupes politiques. »

« Pour définir le coup d’État, il ne s’agit pas forcément de l’utilisation des armes ou de l’armée. Fomenter un coup d’État est un mouvement en gestation qui peut être consommé par l’armée ou les militaires, mais les conditions pour un coup d’État sont créées avec le soutien de gouvernements étrangers, les médias, ce qui s’est passé lors du coup d’État contre le président Madero« , a déclaré Obrador, faisant référence aux événements qui ont déclenché la phase militaire de la révolution mexicaine en 1913.

C’est ce que rapporte U.S. News :

Les gouvernements du monde entier, de l’Inde à Cuba, se sont hérissés contre le financement d’organisations qu’ils estiment avoir des motivations politiques par des fondations internationales ou par le gouvernement américain.

Dans la note diplomatique d’une page, examinée par Reuters, le ministère mexicain des affaires étrangères a déclaré qu’il soutenait le travail « essentiel » des organisations de la société civile et la lutte contre la corruption, mais que le MCCI (Mexicanos Contra la Corrupción y la Impunidad – Les Mexicains contre la corruption et l’impunité) était un acteur politique.

Le ministère a demandé aux États-Unis d’envisager de suspendre le financement.

La crise frontalière de Biden continue de s’aggraver de jour en jour.

Peu de temps après que Biden ait affirmé que la crise à la frontière entre les États-Unis et le Mexique était « sous contrôle », de nouvelles données révèlent que Biden ne pourrait être plus éloigné de la vérité.

Le chef de la patrouille Chris Clem a tweeté que le secteur de Yuma, qui s’étend sur la frontière entre l’Arizona et le Mexique, a appréhendé plus de 1 600 immigrants illégaux au cours du week-end.

Et ce n’est qu’un seul secteur frontalier important. Il y en a des dizaines d’autres.

@USBPChiefYUM

Le secteur de Yuma a appréhendé plus de 1 600 migrants au cours du week-end. Les agents ont rencontré 13 groupes de plus de 30 personnes qui ont traversé illégalement la frontière américaine depuis le Mexique. Les migrants ont traversé dans des zones où il n’y a pas d’infrastructure pour dissuader les gens de traverser illégalement la frontière à pied.

Biden et Kamala Harris sont maintenant confrontés à la fureur des démocrates quant à sa gestion, ou en réalité leur création, de la crise frontalière actuelle.

La semaine dernière, trois sénateurs démocrates ont critiqué la gestion de la crise frontalière par l’administration Biden.

Biden s’était déjà attiré les foudres des républicains pour son manque de discussion sur la frontière dans son discours commun.

Dans une interview avec l’animatrice de Fox Business Maria Bartiromo, Donald Trump a déclaré que Biden « n’a pas discuté de la frontière » et qu' »ils se déversent dans nos pays par milliers. »

Trump a déclaré que le mur aurait été achevé s’il n’avait pas été poursuivi en justice par les démocrates du Congrès encore et encore.

Biden a également été critiqué par le sénateur du Texas John Cornyn qui a été déçu du manque d’attention que Biden a accordé à la crise frontalière dans son discours.

« Je suis déçu que le président n’ait pas abordé ce sujet dans son discours d’hier soir, et j’espérais qu’il serait prêt à travailler avec un groupe bipartisan de sénateurs et de membres du Congrès qui sont désireux d’agir », a-t-il déclaré.

« Le moment est venu de s’attaquer à ce problème, mais comme je l’ai dit, tant que l’administration ne reconnaîtra pas qu’il y a un problème et que nous devons y travailler ensemble, la situation ne fera qu’empirer« , a-t-il ajouté.