Le Prince Charles a-t-il ignoré les signaux d’alarme indiquant que son ami Jimmy Savile était un agresseur – ou ses assistants ne le lui ont-ils jamais dit ?

Article original datant du 07/04/22

L’homme qui a été le premier à enquêter sur les crimes répugnants du DJ de la BBC s’exprime alors qu’un documentaire révèle que le prince Charles lui a même demandé de donner des conseils à Fergie sur les médias.

  • Le Prince Charles a demandé l’aide de Jimmy Savile pour redorer l’image de la famille royale
  • Le futur roi a écrit au DJ après une série d’apparitions ratées de l’ordre des relations publiques dans les années 80.
  • L’héritier du trône a fait l’éloge du « bon sens » de Jimmy Savile alors qu’il élaborait un manuel de relations publiques.

La première ébauche de mon enquête sur Jimmy Savile – visant à le démasquer comme pédophile – a été écrite quelques jours seulement après sa mort en 2011.

Les premiers mots étaient les suivants : Lorsque Jimmy Savile est mort en octobre, le Prince Charles a rendu hommage à un trésor national. Mais il y avait un côté plus sombre à la star de Jim’ll Fix It

Charles était la clé de la réputation de Savile. Le fait que Savile soit devenu un ami apprécié des personnes célèbres et puissantes – telles que le Prince de Galles et Margaret Thatcher, qui aurait fait pression pour qu’il soit fait chevalier et avec qui il a été invité à passer Noël à Chequers (wiki – Résidence de villégiature du Premier ministre britannique, NdT) – n’est pas le fruit du hasard.

Il s’était, au fil du temps, délibérément insinué dans ces cercles influents et avait manipulé les plus hauts responsables du pays pour s’offrir une protection.

Quel agent de police local allait arrêter un ami de la famille royale et du Premier ministre sur la parole d’une jeune fille vulnérable de 14 ans qui prétendait avoir été abusée sexuellement par lui ?

Avec son travail caritatif très médiatisé et loué et même un titre de chevalier du pape pour aller avec son titre britannique, il était presque un saint. Intouchable.

Tant d’institutions britanniques ont choisi de détourner le regard lorsqu’il s’agissait de Savile – malgré les preuves. Parmi elles, des organisations caritatives, des hôpitaux, des ministères et des radiodiffuseurs.

Les patrons de la BBC étaient au courant dès 1973 des allégations selon lesquelles Savile ramenait des filles mineures dans son appartement pendant la nuit – ce n’était pas que des rumeurs.

Mais ils ont décidé d’accepter sa déclaration selon laquelle il n’avait pas eu de relations sexuelles avec elles.

Pourquoi ? Peut-être parce que la culture dominante à l’époque à la BBC était de ne pas remettre en question « le talent« .

Et même après sa mort, lorsque mon enquête pour Newsnight, l’émission phare de la BBC2, était sur le point d’exposer le DJ, la BBC a choisi, comme on le sait, de ne pas publier cette histoire et de diffuser à la place des hommages à la star de la télévision.

Charles était la clé de la réputation de Savile. Le fait que Savile soit devenu un ami apprécié des personnes célèbres et puissantes – telles que le Prince de Galles et Margaret Thatcher, qui aurait fait pression pour qu’il soit fait chevalier et avec qui il a été invité à passer Noël à Chequers – n’est pas le fruit du hasard.
Quel policier local allait arrêter un ami de la famille royale et du Premier ministre sur la parole d’une jeune fille vulnérable de 14 ans qui prétendait avoir été abusée sexuellement par lui ? Avec son travail caritatif très médiatisé et loué et même un titre de chevalier du pape pour aller avec son titre britannique, il était presque un saint…

Ce que la BBC a retiré de Savile est clair : des programmes sains tels que Jim’ll Fix It – il a été diffusé pendant près de 20 ans – qui, à son apogée, a attiré 20 millions de téléspectateurs le samedi soir.

Mais qu’a retiré le Prince de Galles de son association ? La correspondance entre les deux hommes, qui remonte à plus de deux décennies, a été révélée dans le nouveau documentaire de Netflix, Jimmy Savile : A British Horror Story – ne laisse désormais aucun doute.

Charles voulait être populaire et en contact avec ses futurs jeunes sujets.

Il a peut-être cru qu’être vu avec Savile était un raccourci pour y parvenir. Savile est en effet devenu un conseiller de la famille royale, le futur roi demandant de plus en plus souvent conseil à son ami Jimmy sur la façon de gérer un monde réel dont lui et sa famille étaient isolés.

Selon le documentaire, le prolifique délinquant sexuel a même rédigé pour lui un « manuel » informel de relations avec les médias, dont une partie a été incorporée dans un mémo vu par la reine et le duc d’Édimbourg.

Du point de vue de Savile, je pense qu’il cherchait probablement un moyen d’entrer en contact avec les membres de la famille royale dès le moment où il s’est présenté, avec sa mère Agnes, au palais de Buckingham pour recevoir son OBE (Officier de l’ordre de l’Empire Britannique) de la reine mère en 1972 pour services rendus à la charité.

Ce n’était pas difficile.

Le DJ a reçu une improbable référence de caractère de l’oncle préféré de Charles, Lord (Louis ou « Dickie« ) Mountbatten – qui aurait connu Savile depuis les années 1960 – ce qui a facilité son entrée dans le cercle royal.

(Depuis la mort de Mountbatten dans l’explosion d’une bombe de l’IRA en 1979, des dossiers du FBI datant des années 1940 ont émergé, alléguant que Lord Louis avait « une perversion pour les jeunes garçons »).

L’association de Savile avec l’hôpital Stoke Mandeville dans le Buckinghamshire l’a rapproché du Prince.

Dans les coulisses, le DJ, qui était bénévole en tant que portier, utilisait son laissez-passer pour abuser de tous les espaces, y compris violer une fillette de huit ou neuf ans à plusieurs reprises lorsqu’elle visitait l’unité où travaillaient ses proches.

Mais ce que le public – et vraisemblablement les membres de la famille royale – ont vu, c’est l’extraordinaire et désintéressé Savile ouvrant la voie à un centre national des traumatismes médullaires de renommée mondiale à Stoke Mandeville après avoir collecté 10 millions de livres sterling.

Comme le montre le documentaire de Netflix, lorsque l’unité a été inaugurée en 1983 par Charles et Diana, Savile se tenait à côté d’eux, bénéficiant des éloges royaux pour ses réalisations.

À peu près à la même époque, deux responsables locaux de la santé ont été convoqués à Highgrove, la résidence de Charles dans le Gloucestershire, afin que le prince puisse exprimer son opposition à la fermeture d’un hôpital local.

J’ai rencontré l’un des cadres, qui m’a dit qu’il était stupéfait de voir Savile assis dans un coin et encore plus stupéfait lorsque le Prince l’a présenté comme son conseiller en matière de santé. Charles a exprimé ses objections à la fermeture puis a quitté la pièce. Ce qui s’est passé ensuite stupéfie encore le patron du NHS (Système de santé national britannique) 30 ans plus tard. Savile s’est approché et a dit : « Si vous fermez l’hôpital, vous ne serez pas fait chevalier« .

Ils ont eu l’impression que Savile agissait comme une sorte d’exécuteur – mais ils ont quand même fermé l’hôpital et, contrairement à Savile, n’ont jamais été faits chevaliers.

Dans les années où le Prince et la Princesse de Galles s’éloignaient l’un de l’autre – il s’était remis avec Camilla Parker Bowles et Diana avait entamé une liaison avec l’officier de cavalerie James Hewitt – tous deux sont restés proches de Savile.

En fait, on a même fait appel à lui pour des conseils en matière de mariage.

Quelques années plus tard, le conseiller de presse royal Dickie Arbiter a déclaré au Sunday Times : « Savile a été amené par un assistant comme une sorte de ‘Jim’ll Fix It’ pour réparer l’état du mariage, mais bien sûr, cela n’a pas fonctionné« .

Alors que les Gallois (Charles et Diana étaient Prince et Princesse de Galles, NdT) étaient occupés à démolir leur mariage, l’union du duc et de la duchesse d’York s’effondrait également – sans compter que les deux hommes avaient l’oreille fine pour obtenir l’approbation du public et qu’ils faisaient de nombreuses gaffes.

La révélation dans le documentaire Netflix que Charles a écrit à Savile pour lui demander de conseiller Fergie sur la façon d’éviter une publicité désastreuse confirme une suggestion faite pour la première fois dans les bandes dites du « SquidgyGate ».

Il s’agit d’enregistrements notoires – réalisés en secret – de conversations intimes entre Diana et son ami James Gilbey le soir du Nouvel An 1989, dans lesquels Gilbey appelle Diana par son petit nom « Squidgy« .

Elles ont provoqué un scandale majeur lorsque The Sun en a publié une transcription en août 1992.

On y trouve l’échange suivant, où Diana déclare : « Jimmy Savile m’a appelée hier et m’a dit : « Je t’appelle juste, ma fille, pour te dire que Ses Miettes [Charles] m’a demandé de venir aider la rousse [la duchesse d’York], et je te le fais savoir, pour que tu ne l’apprennes pas par elle ou par lui ; et j’espère que tu es d’accord« .


Les lettres qui font la lumière sur leur relation

Lettre manuscrite du Prince Charles à Savile, 14 janvier 1987 :

« Je me trompe peut-être, mais vous êtes le type qui sait ce qui se passe. Ce dont j’ai vraiment besoin, c’est d’une liste de suggestions de votre part. J’ai tellement envie de me rendre dans des régions du pays que les autres n’ont pas l’occasion d’atteindre« .

Ce sont les premiers mots d’un guide de relations publiques de cinq pages rédigé par Jimmy Savile en 1989 sur la façon dont les membres de la famille royale devraient réagir aux incidents importants, qui a été envoyé au Prince Charles à sa demande et adopté en partie

Mémo manuscrit du Prince Charles à Savile, le 2 janvier 1989 :

Je ne me souviens pas si je vous ai écrit une note récemment, au sujet de vos suggestions de visites utiles pour remonter le moral, etc. à des groupes, des lieux, des projets et autres qui ne reçoivent pas assez d’attention. J’ai l’horrible impression que le bureau ne vous consulte pas avant chaque réunion de programme.

Note manuscrite de Savile au Prince Charles, datant probablement de janvier 1989, peu après la catastrophe de Lockerbie (wiki – ville écossaise théâtre d’un attentat par l’explosion d’un Boeing au-dessus de la ville en 1988) :

Directives pour les membres de la famille royale et leur personnel. Une personne spéciale ayant une expérience considérable en la matière [doit être engagée]. Il doit y avoir une « salle d’incident » avec plusieurs lignes téléphoniques indépendantes, le télétexte, etc. La Reine doit être informée à l’avance de toute action envisagée par les membres de la famille ».

Le pédophile, qui a échangé des lettres avec Charles pendant 20 ans, a déclaré que la Reine devrait être informée immédiatement en cas de crise de relations publiques.

Mémo manuscrit du Prince Charles à Savile, 27 janvier 1989 :

« Je joins une copie de mon mémo sur les catastrophes qui reprend vos points et que j’ai montré à mon père. Il l’a montré à SM [Sa Majesté]« .

Note manuscrite du Prince Charles à Savile, 22 décembre 1989 :

Je me demande si vous seriez prêt à rencontrer ma belle-sœur, la Duchesse de York ? Je ne peux m’empêcher de penser que cela lui serait extrêmement utile si vous le pouviez. Je pense qu’elle aurait besoin d’un peu de votre bon sens direct !

Charles a ensuite intégré certains de ces conseils et a répondu à Savile (photo) : « Je joins une copie de mon mémo sur les catastrophes qui intègre vos points et que j’ai montré à mon père. Il l’a montré à S.M. [la Reine] ».

Lettre dactylographiée du Prince Charles à Savile, 4 juillet 1991 :

Cher Jimmy, je ne peux pas vous dire à quel point je vous suis reconnaissant pour l’aide très utile que vous m’avez apportée… pour mon discours au Guildhall l’autre jour. C’était vraiment bien de votre part de prendre la peine de rassembler ces splendides notes et [vous] m’avez donné beaucoup de matière à réflexion. Que vous pensiez que le résultat final est de quelque façon valable est bien sûr une autre question… mais au cas où cela pourrait vous intéresser, je joins une copie de mon discours. Avec des remerciements renouvelés et sincères, Charles’.


La correspondance du Prince de Galles avec Savile, alors présentateur de Jim’ll Fix It, sera montrée au monde entier dans le nouveau documentaire Netflix Jimmy Savile : A British Horror Story

Des lettres publiées récemment montrent que le 22 décembre 1989 – neuf jours avant que Diana et Gilbey ne se parlent – Charles avait contacté Savile, écrivant : « Je me demande si vous seriez prêt à rencontrer ma belle-sœur, la duchesse d’York ?

« Je ne peux m’empêcher de penser que cela lui serait extrêmement utile si vous le pouviez. J’ai l’impression qu’elle aurait besoin d’un peu de votre bon sens direct !« .

Plus tard dans la conversation du Squidgygate, Gilbey demande quelle était la relation entre Charles et Savile : « Est-ce qu’il s’entend bien avec lui ? » « Une sorte de mentor« , répond Diana.

Les dizaines de lettres détaillées dans le documentaire – écrites entre 1986 et 2006 – confirment les propos de Diana.

Elles donnent l’impression que le prince cherche à être guidé par quelqu’un de plus âgé et de plus sage dans les affaires du monde. Rétrospectivement, il est vraiment effrayant que notre prochain roi ait considéré Savile comme une « sorte de mentor« .

Ma propre association avec Savile a commencé dans les années 1970, lorsque j’étais adolescent. Je suis l’un des collaborateurs du documentaire Netflix et les réalisateurs m’ont ramené à Duncroft dans le Surrey – une institution dirigée par ma tante Margaret.

La Duncroft Approved School était une vieille maison dans un cadre grandiose, avec une aile jacobéenne et une aile victorienne.

Il s’agissait au départ d’une institution expérimentale pour les filles « intelligentes et émotionnellement perturbées« , mais elle s’est progressivement transformée en un foyer pour les filles qui avaient souvent été maltraitées.

En été, des garden-parties étaient organisées afin de récolter des fonds pour acheter des minibus permettant d’emmener les filles en excursion dans des lieux tels que le BBC Television Centre dans la ville blanche de Londres. Les garden-parties étaient de grandes affaires avec des acteurs de télévision et de cinéma, des petits rois et des politiciens présents. Et puis Jimmy Savile est arrivé – et a continué à être là.

Jimmy Savile avec la Princesse Diana en 1988

Lorsque nous rendions visite à ma tante et à ma grand-mère qui vivait avec elle, nous le voyions parfois, lui ou sa Rolls-Royce garée sur l’allée de gravier.

Il était étrange, oui, et je me souviens avoir pensé que le survêtement coloré en nylon, les chaînes en or et la célèbre phrase d’accroche « Maintenant, maintenant, maintenant, garçons et filles« , étaient une image derrière laquelle il se cachait. Mais je ne pensais pas qu’il était mauvais.

Ce soupçon n’est apparu qu’en 1990, lorsque, dans une interview de Savile pour The Independent, la journaliste Lynn Barber a mis sous presse, pour la première fois, ce qui avait été un potin de Fleet Street pendant des années.

Il y a eu une rumeur persistante à son sujet pendant des années, et les journalistes m’ont souvent dit que c’était un fait : « Jimmy Savile ? Bien sûr, vous savez qu’il s’intéresse aux petites filles. »

Je travaillais alors sur l’émission Today de la BBC Radio 4, et soudain, tout le monde parlait des rumeurs sur Savile.

Cela m’a fait reconsidérer ce que j’avais vu à Duncroft. Un DJ d’âge moyen qui emmenait des filles de 14 et 15 ans faire un tour dans sa Rolls était-il vraiment un amusement innocent ? J’ai demandé autour de moi, mais bien que tout le monde ait entendu les rumeurs, personne n’avait de preuve directe.

Nous ne connaissions pas les personnes qui travaillaient sur Top Of The Pops et à Radio 1 qui savaient où les corps étaient enterrés, pour ainsi dire.

Aujourd’hui, j’ai beaucoup de mal à croire que les conseillers en relations publiques et en médias de Charles ne se seraient pas posé les mêmes questions quant à savoir s’il était sage que Savile reste le mentor de Charles.

Mais, là encore, cela n’aurait pas été la seule fois où Charles semblait incapable de croire que ceux qui l’entouraient pouvaient être des abuseurs.

Un autre de ses amis était l’évêque Peter Ball qui a utilisé ses relations royales pour éviter d’être accusé d’abus.

En 1993, il a dû démissionner de son poste d’évêque de Gloucester après avoir admis un acte de grossière indécence et avoir reçu un avertissement. Malgré cela, il a continué à exercer son rôle de prêtre dans plusieurs églises.

En 2015, après que Ball a finalement été reconnu coupable d’avoir abusé de 18 jeunes hommes sur une période de 15 ans, il est apparu qu’en 1993, un membre de la famille royale était intervenu auprès du Crown Prosecution Service (Service juridique de la Couronne) pour qu’il ne porte pas plainte.

C’est après l’incident de 1993 que Charles a offert à Ball une maison dans son domaine du Duché de Cornouailles et lui a écrit : « Je suis désespérément convaincu des torts monstrueux qui vous ont été causés et de la façon dont vous avez été traité« .

En 2000, le documentaire du présentateur Louis Theroux intitulé When Louis Met Jimmy – pour lequel il a passé trois mois avec le DJ – a de nouveau enflammé les rumeurs de pédophilie.

Charles n’était-il pas au courant de celles-ci ou croyait-il simplement qu’elles ne pouvaient pas être vraies ?

Les lettres Netflix semblent se tarir en 2006, lorsque Savile a eu 80 ans, bien que Charles lui ait acheté une paire de boutons de manchette en argent et émail bleu des bijoutiers royaux Asprey pour marquer cet anniversaire marquant.

Lorsqu’il est décédé en 2011, Charles lui a rendu hommage en disant qu’il était « attristé d’apprendre la mort de Jimmy Savile« .

Est-il vraiment possible de croire que Charles et ses courtisans n’étaient pas au courant des viles rumeurs sur les prédilections de Savile – du moins à partir de 1990 ?

Les courriels échangés entre les employés de la BBC le lendemain de sa mort suggèrent que certains membres du personnel étaient bien au courant. On peut lire dans l’un d’eux : « Je crois que nous n’avons pas préparé la nécrologie à cause du côté sombre de l’histoire« .

« Nous avons décidé que le côté sombre de Jim (j’ai travaillé avec lui pendant dix ans) rendrait impossible la réalisation d’un film honnête qui pourrait être diffusé à proximité de la mort« , poursuit un autre.

En fin de compte, le documentaire rejeté par la BBC que ma journaliste, la regrettée Liz MacKean, et moi étions en train de réaliser pour exposer Savile a été mis au placard, et ces hommages malhonnêtes et écoeurants à Savile sont sortis pendant Noël.

Savile a finalement été exposé comme un pédophile prédateur en série près d’un an plus tard.

Pour moi, une question demeure : les conseillers de Charles ont-ils jamais soulevé la question avec l’héritier du trône – comme ils auraient dû le faire ?

Et, si oui, pourquoi le Prince a-t-il choisi d’ignorer les avertissements ?

Hier soir, Clarence House (la résidence londonienne du Duc de Galles, NdT) n’avait pas répondu à la demande de commentaire du Mail.

Did Charles ignore alarm bells that his friend Jimmy was an abuser?
Prince Charles was key to Savile's standing. He had, over time, deliberately insinuated himself into those influential circles and manipulated the highest in the land to give himself protection.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations