Le rapport de John Durham arrive et certaines personnes iront en prison selon Devin Nunes

Article original datant du 15/07/21

Membre principal de la puissante commission du renseignement de la Chambre des représentants, Devin Nunes m’a dit sur le podcast The Sara Carter Show qu’il s’attend toujours à ce que le conseiller spécial du ministère de la Justice, John Durham, publie un rapport incriminant sur l’enquête démystifiée du FBI sur l’ancien président Donald Trump et la Russie. Il s’attend également à ce que cela conduise à des peines de prison pour certains anciens hauts fonctionnaires de l’administration Obama.

Nunes est l’un des rares membres du Parti républicain à croire encore que la justice sera rendue. Il a exposé ses raisons sur The Sara Carter Show et a déclaré qu’il n’avait pas abandonné sa foi en l’enquête de Durham malgré les énormes spéculations selon lesquelles l’enquête de Durham ne parviendra pas à rendre justice.

De nombreux partisans de Trump, y compris l’ancien président lui-même, ont déjà commencé à s’interroger sur la légitimité de l’enquête de Durham et sur la possibilité que le conseiller spécial prenne ou non des mesures dans le cadre de son enquête.

Le fond du problème ici est qu’il y a une érosion massive de la valeur de presque toutes les institutions de ce pays en ce moment.

Devin Nunes, élu Républicain de Californie

Durham a démissionné en février de son poste de procureur fédéral le plus haut placé dans le Connecticut, mais il est resté l’avocat spécial chargé de l’enquête du ministère de la Justice sur les origines de l’enquête sur la Russie. Durham a été nommé en octobre par le procureur général de l’époque, William Barr, au poste de conseiller spécial chargé d’enquêter sur les origines de l’enquête sans scrupules du FBI sur Trump.

Au cours des quatre dernières années, de nombreux fonctionnaires du FBI de l’administration du président Obama ont été licenciés pour leur implication dans l’enquête sur Trump. Cette enquête a été principalement menée par l’étude intensive et globale de Nunes pendant son mandat de président de la commission du renseignement de la Chambre des représentants. L’enquête s’est concentrée sur l’investigation des malversations des hauts fonctionnaires d’Obama au sein du bureau et de la branche exécutive d’Obama qui ont ciblé Trump.

Nunes comprend la tâche difficile à laquelle doit faire face Durham qui se heurte à des agents de renseignement parmi les mieux formés au monde et à de puissantes bureaucraties. Et le combat n’est pas terminé pour Nunes, on lui demande de diriger l’enquête sur le démasquage présumé par la NSA de l’animateur de télévision Tucker Carlson de Fox News.

Il y a plusieurs semaines, Carlson a révélé que la National Security Agency surveillait ses communications avec des responsables russes alors que son équipe tentait de coordonner une éventuelle interview avec le président Vladimir Poutine. Un dénonciateur présumé, ayant une connaissance directe de l’espionnage de la NSA, a informé Carlson que ses communications avaient été transmises à un important organe de presse à Washington D.C. dans le but de le discréditer.

« Comme vous le savez, la conférence républicaine m’a demandé d’enquêter sur cette affaire », a-t-il déclaré. « Vous savez, j’aimerais revenir à l’époque où je ne m’occupais que des menaces étrangères, et regarder ce qui se passe à Cuba, regarder ce que fait Poutine, regarder ce que font les Chinois. Mais je me retrouve toujours dans ce domaine parce que les démocrates de ce pays ont militarisé nos institutions au cours des cinq ou six dernières années. »

Cependant, de nombreux Américains qui suivent de près ces enquêtes ont été découragés par l’incapacité du département de la justice à poursuivre les responsables du piétinement de la Constitution et de l’espionnage illégal des opposants politiques. J’ai demandé à Nunes sur le Sara Carter Show, comment nous pouvons croire qu’il y aura une quelconque responsabilité contre ceux qui ont enfreint la loi.

« Où est John Durham ? Qu’est-il arrivé à William Barr ? Qu’en est-il du rapport ? », ai-je demandé. Croyez-moi quand je vous dis que je suis presque aussi blasé que le reste du public américain quand il s’agit de l’échec du ministère de la Justice à tenir ces hauts fonctionnaires d’Obama responsables.

Après avoir parlé avec Nunes, j’espère qu’il a raison. Je ne peux tout simplement pas imaginer comment les États-Unis peuvent rester la République qu’ils étaient censés être si le ministère de la Justice ne parvient pas à faire respecter la loi et à inculper les responsables des crimes qu’ils ont commis contre le peuple américain.

Nunes m’a dit qu’il s’attend à ce que le rapport de Durham soit remis. Il croit également que des personnes seront inculpées par le département de la justice.

Après avoir parlé avec lui sur le podcast, je garde également cet espoir.

« Je dois juste avoir la foi en fin de compte, qu’il y a ce, vous savez, un conseiller spécial a été créé, Durham a le pouvoir, nous nous attendons pleinement à ce qu’il remette le rapport », a déclaré Nunes, ajoutant que cela pourrait être dès la semaine prochaine. « Il se peut qu’il ne soit pas aussi vaste que nous le souhaitons. Mais regardez, il y a des acteurs majeurs. Je pense, comme vous et tout le monde le savez, que nous avons fait plus de 14 renvois criminels. Cela ne signifie pas 14 individus, cela signifie 14 renvois criminels différents impliquant plusieurs individus… Et c’est l’un des défis. »

Il a noté que l’enquête menée par Durham n’est pas une tâche facile et qu’elle pose des défis similaires à ceux de la découverte que de nombreux responsables d’Obama « démasquaient » (protocole -légal- qui consiste à rendre publique l’identité de personnes dont les communications sont surveillées dans le cadre d’une enquête, NdT) des Américains à des fins politiques, « en armant le système » contre des opposants politiques.

« Je reviens sur les ‘démasquages' », a déclaré Nunes, qui a ajouté que certaines mesures ont été prises pour aider à renforcer les protections contre les ‘démasquages’ injustifiés.

« Encore une fois, cela a fait l’objet d’une enquête… Des changements ont soi-disant été apportés (aux lois sur le ‘démasquage’). Mais rappelez-vous, ce n’était pas illégal », a-t-il déclaré. Il a averti que la divulgation des conversations téléphoniques privées du général Michael Flynn aux médias était « totalement illégale, que des gens devraient être jetés en prison pour cela. »

Cependant, je suis sûr que les pistes se sont refroidies et que celui qui était en charge à l’époque a tué cette enquête. »

Bien que la NSA ait nié que Carlson était une cible de l’opération, l’agence n’a pas nié avoir lu ou écouté ses communications ou que ces communications aient été transmises à une agence de presse.

M. Carlson a écrit une lettre au directeur général de la NSA, Paul Nakasone, pour demander une enquête officielle sur cette affaire.

« M. Carlson est un journaliste, qui anime actuellement la populaire émission d’information Tucker Carlson Tonight, et en tant que tel, il doit bénéficier des protections de la liberté de la presse garanties par le premier amendement de la Constitution des États-Unis », a déclaré Rand Paul.

Comme le sénateur Paul, Nunes s’inquiète de la politisation de la NSA sous Nakasone.

« Le général Nakasone, qui est à la tête de la NSA, qui a déjà toute une série de problèmes, est complètement corrompu politiquement. Et il est une pomme pourrie qui va de pair avec toutes les autres pommes pourries. »

« Le fond de l’histoire ici est qu’il y a une érosion massive de la de presque toutes les institutions dans ce dans ce pays en ce moment », a averti Nunes.

Nunes: John Durham report is coming, some people will go to prison
Ranking member of the powerful House Intelligence Committee Rep. Devin Nunes told me on The Sara Carter Show podcast that he still expects Justice Department Special Counsel John Durham to release a damaging report on the FBI's investigation into former President Donald Trump and Russia and ...

Chapitres