Le sénateur du Parti Républicain Chuck Grassley affirme que le FBI et le ministère de la Justice ont déployé des efforts considérables pour minimiser les informations négatives sur Hunter Biden

Des lanceurs d’alerte « hautement crédibles » se sont adressés à un haut responsable républicain du Sénat, alléguant un effort généralisé au sein du FBI pour minimiser ou discréditer les informations négatives sur le fils du président Joe Biden, Hunter Biden, selon des lettres examinées par CBS News.

« Les informations fournies à mon bureau concernent des préoccupations relatives à la réception et à l’utilisation par le FBI d’informations désobligeantes concernant Hunter Biden, et à la présentation erronée par le FBI des preuves acquises comme de la désinformation », a écrit le sénateur du Parti Républicain Chuck Grassley au directeur du FBI Christopher Wray et au procureur général Merrick Garland le 25 juillet. « Le volume et la cohérence de ces allégations démontrent leur crédibilité et rendent nécessaire cette lettre. »

Grassley, le membre le plus haut placé de la commission judiciaire du Sénat, a déclaré que les lanceurs d’alerte ont allégué que des flux légitimes d’informations et de renseignements sur le fils du président ont été qualifiés de désinformation probable ou fermés prématurément à l’approche de l’élection présidentielle de 2020.

CBS News a d’abord rapporté en avril que plus de 150 transactions financières impliquant les affaires commerciales internationales de Hunter ou de James Biden (le frère de Joe, NdT) ont été signalées comme préoccupantes par les banques américaines pour un examen plus approfondi. CBS News a précédemment rapporté que le procureur américain du Delaware a enquêté sur de possibles fraudes fiscales, blanchiment d’argent et trafic d’influence étranger.

Le président Biden a déclaré qu’il était convaincu que sa famille avait fait ce qu’il fallait et qu’il n’était pas impliqué dans les transactions commerciales de son fils et de son frère.

Un porte-parole du procureur américain du Delaware, David Weiss, a refusé de commenter s’il était au courant des allégations du lanceur d’alerte selon lesquelles des rapports crédibles sur Hunter Biden auraient été qualifiés de fausses informations par le FBI et si ces allégations avaient été prises en compte dans son enquête.

Dans la correspondance, Grassley a cité une évaluation des renseignements du FBI de 2020 qui a été « utilisée par une équipe du siège du FBI pour discréditer de manière inappropriée les informations négatives sur Hunter Biden en les qualifiant de désinformation. » Il poursuit : « Sur la base d’allégations, des informations compromettantes vérifiées et vérifiables sur Hunter Biden ont été faussement qualifiées de désinformation. »

En octobre 2020, un mois avant l’élection, «la fermeture d’une annonce de reportage compromettant sur Hunter Biden a été ordonnée » par un agent senior du FBI au bureau local de Washington. Une lettre antérieure de Grassley identifiait l’agent comme étant Timothy Thibault.

« Les allégations fournies à mon bureau semblent indiquer qu’il y avait un plan en place parmi certains fonctionnaires du FBI pour creuser les informations compromettantes liées à Hunter Biden en suggérant faussement qu’il s’agissait de désinformation », a affirmé Grassley.

Il a déclaré que les lanceurs d’alerte des forces de l’ordre fédérales se sont adressés à son bureau après qu’une lettre du 31 mai qu’il avait rédigée faisait état d’une « tendance à la partisanerie publique active dans le contenu public de ses réseaux sociaux de l’époque », en référence à Thibault.

Dans cette lettre du 31 mai, Grassley a également accusé Thibault de violations probables « des lois fédérales, des règlements et des directives du Federal Bureau of Investigation (FBI) ».

« Des lanceurs d’alerte m’ont rapporté que, bien que le FBI et le ministère de la Justice maintiennent des politiques dictant des normes spécifiques exigeant une prédiction factuelle substantielle pour lancer une enquête, Thibault et d’autres employés du ministère de la Justice et du FBI n’ont pas respecté ces exigences. »

La lettre pointe également du doigt le fonctionnaire du ministère de la Justice Richard Pilger, identifié comme le directeur de la branche des crimes électoraux au sein de la section de l’intégrité publique du ministère de la Justice, qui, avec Thibault, aurait été « profondément impliqué dans les décisions d’ouvrir et de poursuivre cette enquête », une référence apparente à une enquête récemment ouverte sur la campagne Trump.

Grassley a déclaré à Wray et Garland que « le mémo d’ouverture que vous avez approuvé » incluait des reportages médiatiques citant des recherches d’un « organisme libéral à but non lucratif » alors qu’une enquête complète de nature politique nécessite « une base factuelle plus élevée. »

Grassley a poursuivi : « À la lumière de ces allégations, je reste très préoccupé par le fait que le parti pris politique d’un groupe restreint de fonctionnaires du ministère de la Justice et du FBI a infecté le processus et la procédure habituels du ministère de la Justice et du FBI pour ouvrir et poursuivre des enquêtes très médiatisées et politiquement chargées. »

En plus de demander des dossiers au FBI et au ministère de la Justice avant le 8 août, Grassley s’est plaint de la façon dont le bureau et le ministère sont dirigés.

« Procureur général Garland et directeur Wray, tout simplement, sur la base des allégations que j’ai reçues de nombreux lanceurs d’alerte, vous avez des problèmes systémiques et existentiels au sein de vos agences », a écrit Grassley. « Vous avez l’obligation envers le pays de prendre ces allégations au sérieux et d’enquêter immédiatement. »

Le FBI a déclaré avoir reçu les lettres mais a refusé tout autre commentaire.

Interrogé sur la lettre, le ministère de la Justice a déclaré qu’il avait reçu la lettre, a refusé de faire d’autres commentaires et n’a pas renvoyé CBS News à un avocat de Pilger.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations