Le soutien des Républicains à la nomination d’un avocat spécial pour enquêter sur Hunter Biden s’accroît

Article original datant du 10/04/22

Les républicains du Congrès sont de plus en plus favorables à la nomination d’un avocat spécial chargé d’examiner spécifiquement les allégations d’illégalité et de corruption entourant Hunter Biden, certains législateurs estimant qu’il pourrait exister des liens contraires à l’éthique et compromettants avec le président Joe Biden.

Selon Just the News, près de 100 républicains de la Chambre des Représentants font maintenant pression sur le procureur général Merrick Garland pour qu’il nomme un enquêteur spécial chargé d’examiner les transactions commerciales du fils du président, suggérant qu’elles présentent tous les indicateurs d’un scandale de trafic d’influence :

La lettre dirigée par les Reps. Tom Rice (Elu républicain de Caroline du Sud) et Jim Banks (élu républicain de l’Indiana), le président de la commission d’étude du Parti Républicain de la Chambre des représentants, intervient alors que le procureur américain du Delaware entame sa troisième année d’enquête sur les impôts, le lobbying étranger et les mouvements d’argent de Hunter Biden.

En tout, 95 membres du Parti Républicain de la Chambre ont signé la lettre.

« Il est de plus en plus clair que Hunter Biden a profité de la position de son père en tant que vice-président pour développer des relations d’affaires avec des clients en Ukraine, en Chine et au Kazakhstan« , ont écrit les législateurs. « Hunter Biden a probablement facilité le lobbying pour des entités étrangères par le biais de canaux tiers sans s’inscrire au Foreign Agents Registration Act.« 

« Il semble que Hunter Biden ait utilisé sa position de fils du vice-président Biden de l’époque pour s’enrichir et acquérir de l’influence dans des pays étrangers, en utilisant de l’argent de provenance douteuse pour payer des obligations fiscales, et en faisant du lobbying pour le compte d’entités étrangères sans passer par les canaux appropriés« , poursuit la lettre.

Les législateurs ont également déclaré qu’ils pensent qu’un conflit peut exister avec Garland.

« Nous sommes préoccupés par le fait que dans le cas de Hunter Biden, le ministère a un conflit d’intérêts réel et certainement l’apparence d’un conflit d’intérêts qui pourrait empêcher une enquête équitable et impartiale sur ses activités. Vous avez été nommé à votre poste par le père de Hunter Biden et vous travaillez finalement pour lui« , note la lettre.

Les législateurs ont également déclaré que le prédécesseur de Biden a fait l’objet d’une enquête pour bien moins que cela.

« Le président Trump et son administration ont subi un examen plus approfondi de la part du ministère de la Justice pour des accusations moins importantes. Le procureur général de l’époque a nommé un conseiller spécial pour enquêter sur le président Trump sur la base du dossier Steele : une campagne de diffamation politique salace et non vérifiée« , ont-ils noté.

« On a fait valoir à l’époque qu’un conseiller spécial était nécessaire parce que le ministère ne pouvait pas être considéré comme enquêtant de manière impartiale sur le président en exercice. Cette même norme s’applique ici« , indique la lettre.

« Nous pensons que dans le cas de Hunter Biden, un avocat spécial doit être nommé pour préserver l’intégrité de cette enquête et de toute poursuite ultérieure. Un avocat spécial garantirait également qu’il n’y a pas de parti pris dans l’enquête ou d’influence indue de la part de la Maison Blanche« , ont ajouté les législateurs.

« La confiance dans les institutions gouvernementales s’est érodée ces dernières années. Vous avez la capacité dans cette situation d’aider à restaurer une partie de cette confiance pour le peuple américain« , ont-ils déclaré en conclusion.

Just the News note plus loin :

Un « héritage » de Trump, le procureur américain David Weiss, dirige l’enquête depuis fin 2018 et a été autorisé par Garland à continuer lorsque d’autres personnes nommées par Trump ont été priées de démissionner l’année dernière.

Bien que le soutien à la demande de nomination d’un avocat spécial ait augmenté, certains républicains comme le sénateur Ron Johnson soutiennent qu’il n’est pas nécessaire et qu’il ne ferait que retarder davantage une enquête qui avance déjà lentement.

« Je n’aurais aucune confiance en lui« , a déclaré Johnson à propos d’un avocat spécial.

Cela dit, il y a eu quelques développements récents dans l’enquête sur Hunter Biden.

La semaine dernière, un rapport a noté qu’il a été demandé à un témoin devant un grand jury constitué pour entendre les preuves dans l’enquête d’identifier « The Big Guy » (« le grand type« ) – dont on pense généralement qu’il s’agit de Joe Biden – identifié dans un e-mail lié à une transaction commerciale avec une entreprise chinoise qui a été découvert sur l’ordinateur portable abandonné de Hunter Biden.

Selon le New York Post, la question a été posée après que le témoin, qui n’est pas nommé dans le rapport, se soit vu montrer un élément de preuve lors de sa comparution devant le grand jury basé à Wilmington, dans l’Etat du Delaware, au secret, selon une source familière avec les procédures.

Tony Bobulinski, ancien associé de la famille Biden, a déclaré, lors d’une interview accordée en octobre 2020 à Tucker Carlson de Fox News, que « le grand type » était Joe Biden.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations