L’élection de 2020 n’a pas été volée, elle a été achetée par Mark Zuckerberg

Joe Biden pourrait être mêlé à l’enquête du FBI sur les finances de Hunter, selon les experts
13 octobre 2021
Christopher Steele sort de l’ombre pour l’interview de Stephanopoulos
15 octobre 2021

Article original datant du 12/10/21

L’histoire vraie de la façon dont Mark Zuckerberg a privatisé l’inscription des électeurs et le comptage des votes du gouvernement pour les démocrates en 2020.

Pendant l’élection de 2020, Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a dépensé des centaines de millions de dollars pour inciter les électeurs démocrates probables à voter. Mais il ne s’agissait pas de dépenses politiques traditionnelles. Il a financé une prise de contrôle privée et ciblée des opérations électorales gouvernementales par des organisations à but non lucratif nominalement non partisanes, mais manifestement idéologiques.

L’analyse menée par notre équipe démontre que cet argent a considérablement augmenté la marge de vote de Joe Biden dans les États clés. Cette fusion sans précédent de bureaux électoraux publics avec des ressources et du personnel privés est une menace aiguë pour notre république, et devrait être au centre des efforts de réforme électorale allant de l’avant.

L’élection de 2020 n’a pas été volée – elle a probablement été achetée par l’un des hommes les plus riches et les plus puissants du monde, qui déverse son argent à travers des failles juridiques.

Des partisans à la tête de bureaux de vote locaux

Le Center for Technology and Civic Life – (Centre pour la technologie et la vie civique) (CTCL) et le Center for Election Innovation and Research (Centre pour l’innovation et la recherche en matière électorale) (CEIR) ont fait passer 419,5 millions de dollars de l’argent de Zuckerberg dans les bureaux électoraux des collectivités locales, avec des conditions à la clé. Chaque subvention du CTCL et du CEIR énonce en détail les conditions dans lesquelles l’argent doit être utilisé.

Il ne s’agit pas d’une question de démocrates dépensant plus que les républicains. Le financement privé de l’administration électorale était pratiquement inconnu dans le système politique américain avant l’élection de 2020.

Les grosses sommes d’argent CTCL et CEIR n’avait rien à voir avec le financement traditionnel des campagnes, le lobbying ou d’autres dépenses liées aux élections modernes de plus en plus coûteuses. Il avait à voir avec le financement de l’infiltration des bureaux électoraux au niveau des villes et des comtés par des militants de gauche, et l’utilisation de ces bureaux comme plateforme pour mettre en œuvre des pratiques administratives, des méthodes de vote et des accords de partage de données préférés, ainsi que pour lancer des campagnes de sensibilisation intensives dans des zones lourdes en électeurs démocrates.

Par exemple, le CTCL/CEIR a financé des « navigateurs de vote » dans le Wisconsin pour « aider les électeurs, potentiellement devant leur porte, pour répondre à leurs questions, aider à procéder au « ballot curing » (processus de vérification des votes lorsque la signature ne correspond pas aux données invitant la personne à se rendre au centre de vote afin de corriger son bulletin de vote, NdT) … et assister à la signature des bulletins de vote par correspondance », et une agence d’intérim affiliée à Stacey Abrams appelée « Happy Faces » pour compter les votes au milieu du chaos de la nuit d’élection dans le comté de Fulton, en Géorgie.

La CTCL a exigé la promotion du vote universel par correspondance en suspendant les lois électorales, en prolongeant les délais qui favorisent le vote par correspondance au détriment du vote en personne, en augmentant considérablement les possibilités de « ballot curing », les envois en nombre coûteux et d’autres programmes somptueux de « sensibilisation communautaire » dirigés par des activistes privés.

CTCL a favorisé la prolifération de boîtes de dépôt privées non surveillées (ce qui a créé d’importants problèmes de chaîne de possession) et des possibilités de nouvelles formes de « propagande électorale par bulletin de vote postal », a permis la soumission de nombreux bulletins douteux après le jour de l’élection et a créé des possibilités de récolte illégale de bulletins.

La CTCL a considérablement augmenté le financement du personnel temporaire et des travailleurs électoraux, ce qui a favorisé l’infiltration des bureaux de vote par des militants du Parti démocrate rémunérés, coordonnée par un réseau complexe d’organisations à but non lucratif de gauche, de plateformes de médias sociaux et d’influenceurs électoraux sur les médias sociaux.

Des dépenses partisanes stupéfiantes

La quantité d’argent supplémentaire que ces groupes ont déversé dans les bureaux électoraux des zones de vote démocrate était vraiment stupéfiante. Pour mettre cela en perspective, les fonds de contrepartie fédéraux et étatiques pour les dépenses électorales liées au COVID-19 en 2020 ont totalisé 479,5 millions de dollars. L’argent de la CTCL et du CEIR s’élevait à 419,5 millions de dollars. Ces deux organismes privés à but non lucratif ont été responsables d’une augmentation de 85 % du financement électoral supplémentaire total – et cette largesse a été concentrée dans un nombre relativement faible de municipalités fortement démocrates.

Bien que la CTCL et le CEIR soient des organisations 501(c)(3) (Code de l’IRS, le fisc américain pour les organisations de charité à but non lucratif, qui sont exemptées de taxes, NdT), non partisanes, notre recherche suggère la distribution et les effets des 419,5 millions de dollars de dépenses de la CTCL et du CEIR qui ont eu lieu en 2020 étaient hautement partisans.

Sur les 26 subventions accordées par la CTCL aux villes et comtés d’Arizona, de Géorgie, du Michigan, de Caroline du Nord, de Pennsylvanie, du Texas et de Virginie, d’un montant d’un million de dollars ou plus, 25 sont allées à des régions gagnées par Biden en 2020. Le seul comté de cette liste remporté par Donald Trump (Brown County, Wisconsin) a reçu environ 1,1 million de dollars, soit moins de 1,3 % des 85,5 millions de dollars que la CTCL a versés à ces 26 premiers bénéficiaires.

Mais même dans le comté de Brown, au Wisconsin, où se trouve la ville fortement démocrate de Green Bay, les disparités de financement sont flagrantes. La législature du Wisconsin a fourni environ 7 dollars par électeur à la ville de Green Bay pour gérer ses élections de 2020. Les comtés ruraux du Wisconsin ont reçu environ 4 dollars par électeur.

Les fonds de la CTCL ont permis d’augmenter les ressources de Green Bay, qui vote pour les démocrates, à 47 dollars par électeur, alors que la plupart des zones rurales recevaient toujours les mêmes 4 dollars par électeur. Des disparités de financement similaires se sont produites près de Detroit, Atlanta, Philadelphie, Pittsburgh, Flint, Dallas, Houston et d’autres villes qui ont reçu des dizaines de millions de dollars de fonds CTCL.

Une analyse préliminaire montre que ce ciblage partisan du financement de la CTCL s’est répété dans les États très disputés à travers le pays. Notre première étude de cas, cependant, examine l’effet des dépenses de CTCL sur l’élection de 2020 au Texas.

La figure ci-dessous montre les comtés qui ont reçu des dépenses CTCL classées par dépenses CTCL par habitant au Texas. Comme on peut facilement le constater, les comtés ayant les niveaux de dépenses CTCL par habitant les plus élevés étaient des comtés démocrates.

Dépenses du CTCL par habitant en 2020
21 comtés du Texas avec des dépenses réelles de CTCL en 2020
Dépenses par habitant

Résultats de 2016
Clinton a gagné (Bleu)
Trump a gagné (Rouge)

Il convient de noter que le comté de Tarrant, qui contient Fort Worth, est répertorié comme un comté républicain mais a basculé démocrate en 2020. Les comtés exurbains de DFW (Dallas-Fort Worth), Denton et Collin, qui sont solidement républicains, ne sont pas inclus ici car ils n’ont reçu aucun financement de CTCL.

Le financement et la gestion des élections ont toujours été une fonction gouvernementale, et non une fonction privée, et ce pour une bonne raison. Les organisations privées ne sont pas soumises aux règles applicables aux employés et aux institutions publiques – elles ne sont pas tenues de tenir des audiences publiques, ne peuvent pas être contrôlées par le biais de demandes de documents ouverts et d’autres mécanismes de transparence administrative et financière, ne sont pas soumises aux contrôles et équilibres normaux du processus gouvernemental et ne sont pas responsables devant les électeurs si le public désapprouve leurs actions.

L’effet pratique de ces disparités massives de financement des bureaux électoraux, manipulées par le secteur privé, a été de créer un système électoral « fantôme » avec un biais structurel intégré qui favorise systématiquement les électeurs démocrates par rapport aux électeurs républicains. L’afflux massif de fonds a essentiellement permis à Biden d’obtenir le droit de vote à l’intérieur du système électoral, plutôt que de tenter de l’influencer de l’extérieur.

Nous appelons cela l’injection d’un biais structurel dans l’élection de 2020, et notre analyse montre qu’il a probablement généré suffisamment de votes supplémentaires pour que Biden obtienne une victoire au Collège électoral en 2020.

Comment cet argent a affecté le Texas

Bien que l’ampleur et la répartition partisane des dépenses de la CTCL et du CEIR suggèrent à première vue que leurs efforts ont récolté un grand nombre de votes démocrates supplémentaires, des preuves supplémentaires sont nécessaires.

Nous avons analysé les effets probables des dépenses de CTCL et de CEIR sur la marge de vote de Biden en 2020 en utilisant des données publiques provenant de rapports gouvernementaux combinés à des données démographiques et électorales largement disponibles. Plus précisément, nous avons utilisé des arbres de régression additifs bayésiens (BART) pour « apprendre » comment les changements dans les variables électorales clés ont un impact sur le changement de la part de voix de Biden en 2020.

Le BART est un algorithme d’apprentissage automatique considéré comme la référence en matière d’inférences causales. Il nous permet d’éviter de confondre corrélation et causalité dans nos estimations.

Pour chaque comté, nous avons utilisé 1) la part de voix d’Hillary Clinton dans les deux partis en 2016, 2) le pourcentage de participation en 2016, 3) la part du comté dans la population totale de l’État, 4) l’emplacement géographique, mesuré en termes de longitude et de latitude, et 5) les dépenses CTCL et CEIR par habitant, pour prédire les changements dans la marge de voix de Biden dans les deux partis en 2020.

La figure ci-dessous montre l’impact attendu des dépenses CTCL par habitant sur le total des votes de Biden au Texas, selon notre modèle.

Impact attendu des dépenses CTCL par habitant sur le total des votes Biden en 2020 État du Texas
Verticale : Impact attendu sur le total des votes
Horizontal : Dépenses par habitant

La ligne ondulée montre le montant par lequel le total des votes de Biden devrait changer à mesure que les dépenses par personne de CTCL augmentent. Le niveau réel des dépenses par personne de CTCL au Texas, représenté par la ligne verticale, a réduit la marge de victoire de Trump au Texas d’environ 200 000 voix, ce qui, bien que significatif, n’a pas suffi à faire basculer le Texas dans la colonne des votes électoraux de Biden.

Pour mettre ce chiffre en perspective, toutefois, la marge de victoire de Ted Cruz sur Beto O’Rourke dans la course au Sénat du Texas en 2018 n’était que de 214 921 voix. Il n’est pas inconcevable que les démocrates considèrent un effort similaire, s’il devait avoir lieu en 2024, comme un petit prix à payer pour évincer Cruz de son siège sénatorial très disputé.

Les Zuck Bucks (les dollars de Zuckerberg) ont-ils fait basculer le Wisconsin et la Géorgie ?

Nos résultats préliminaires en Géorgie et au Wisconsin suggèrent un impact similaire des dépenses de CTCL sur la marge de vote de Biden. Et les dépenses dans ces États étaient probablement suffisamment importantes et ciblées pour les faire basculer dans la colonne de Biden.

Ce projet de recherche et d’analyse aboutira à la création d’une carte électorale contrefactuelle basée sur les résultats combinés de notre analyse État par État. Elle reflétera ce à quoi les résultats des élections auraient ressemblé après le dépouillement du dernier bulletin de vote légal si la CTCL et le CEIR n’avaient pas dépensé leurs 419,5 millions de dollars en 2020.

Nous avons de bonnes raisons d’anticiper que les résultats de notre travail montreront que l’implication de la CTCL et du CEIR dans l’élection de 2020 a donné lieu à une élection qui, bien que libre, n’était pas équitable. L’élection de 2020 n’a pas été volée – elle a probablement été achetée avec de l’argent versé par le biais de failles juridiques.

William Doyle, Ph.D., est chercheur principal au Caesar Rodney Election Research Institute à Irving, au Texas. Il est spécialisé dans l’histoire économique et le financement privé des élections américaines. Auparavant, il était professeur associé et président du département d’économie de l’université de Dallas. Il peut être contacté à l’adresse doyle@rodneyinstitute.org.

The 2020 Election Wasn't Stolen, It Was Bought By Mark Zuckerberg
The true story of how Mark Zuckerberg privatized the government's voter registration and vote counting for Democrats in 2020.