L’enquête de John Durham sur les poursuites du FBI contre Trump touche à sa fin

Tout en préparant des représailles contre la Russie, les États-Unis font maintenant face au piratage informatique de la Chine
11 mars 2021
Lettre ouverte de médecins et de scientifiques à l’Agence Européenne du Médicament sur la sécurité des vaccins COVID-19
11 mars 2021

Article original datant du 10/03/21

Bien que la plupart des partisans de Donald Trump avaient démoli l’enquête menée par le FBI sur les origines de la fausse « collusion russe » de sa campagne de 2016, le procureur spécial John Durham a poursuivi son enquête, qui entre maintenant dans sa phase finale.

Reste à savoir si quelqu’un va être inculpé pour avoir menti au Congrès sur les prémisses défectueuses de l’enquête ou aux juges fédéraux qui ont entendu les demandes de mandats de surveillance.

Mais selon John Solomon de Just the News, Durham a travaillé avec diligence dans les coulisses.

En fait, selon le témoignage de Christopher Wray, directeur du FBI, la semaine dernière, d’autres mesures disciplinaires à l’encontre de certains fonctionnaires du FBI et du ministère de la Justice pourraient même avoir été retardées à la demande de Durham afin qu’il puisse poursuivre son enquête.

Solomon a écrit :

Tout le monde s’attendait à ce que Durham conclue son enquête par des actes d’accusation définitifs et/ou un rapport à l’automne dernier, après qu’un accord de plaidoyer ait été conclu avec l’ancien avocat du FBI Kevin Clinesmith, qui a admis avoir falsifié un document présenté pour justifier une demande de mandat de surveillance visant la campagne Trump.

Toutefois, le directeur du FBI, Chris Wray, a révélé mardi que l’ensemble du processus – y compris la capacité du Bureau à prendre des mesures disciplinaires à l’encontre des agents impliqués dans l’affaire russe – a été ralenti à la demande de M. Durham en raison de préoccupations persistantes quant à une éventuelle criminalité.

« Parce que nous coopérons pleinement avec l’enquête de M. Durham, nous avons, à sa demande, ralenti ce processus pour permettre à son enquête criminelle de se poursuivre », a déclaré M. Wray à la commission judiciaire du Sénat.

« Donc, à l’heure actuelle, ce processus est toujours en cours afin de s’assurer que nous sommes sensibles à l’enquête criminelle », a ajouté Wray.

Ces commentaires à la commission sénatoriale indiquant que d’autres crimes sont examinés concordent avec les commentaires de l’année dernière de William Barr, alors procureur général, lorsqu’il a élevé le statut de Durham au rang de procureur spécial et a ensuite élargi son équipe d’enquêteurs.

Selon Solomon, des sources ont déclaré que Durham se concentre désormais sur la question de savoir « si les cadres du FBI ont sciemment et illégalement trompé la cour de la FISA (Foreign Intelligence Surveillance Act) et le Congrès en retenant des preuves disculpatoires, en prolongeant une enquête sans justification et en créant l’illusion qu’il y avait des preuves de collusion russe alors que la plupart avaient été démenties ou rejetées », écrit-il.

Des sources ont dit à Solomon qu’un ancien haut fonctionnaire du FBI semble avoir transformé des « preuves d’État » et coopère avec les enquêteurs de Durham.

Les anciens hauts fonctionnaires du FBI fournissent, entre autres, le contexte derrière les décisions prises par les dirigeants du bureau et les agents de terrain concernant des questions d’une importance cruciale, comme ce qu’il faut dire aux législateurs chargés de la surveillance, aux tribunaux et aux avocats du ministère de la Justice concernant les allégations erronées et non fondées de collusion russe.

Grâce à la déclassification par Trump d’une multitude de documents, voici ce que nous savons maintenant de l’enquête sur la collusion, selon Solomon :

  • Le FBI et le président Barack Obama ont été avertis à l’été 2016 – bien avant l’émission du premier mandat FISA – qu’Hillary Clinton pourrait concocter un faux scandale de collusion avec la Russie pour « vilipender » Trump et détourner l’attention de son propre scandale de courriels.
  • Le FBI a été averti à plusieurs reprises que Carter Page, conseiller informel en politique étrangère de la campagne Trump, était un atout de longue date de la CIA qui aidait les États-Unis sur les questions de Russie.
  • Page et George Papadopoulos avaient tous deux été enregistrés par un informateur du FBI portant un micro et niant toutes les allégations clés à leur encontre.
  • Une feuille de calcul analysant le dossier de Christopher Steele a découvert que la plupart de ses allégations de collusion avaient été démenties, ne pouvaient être corroborées, étaient des rumeurs sur Internet ou étaient désavouées par sa principale source secondaire.
  • Steele avait été payé par le Comité national démocrate et la campagne de Clinton pour son travail sur la collusion avec la Russie et nourrissait le désir de faire échouer Trump et Clinton parce qu’il pensait que le candidat républicain serait mauvais pour son pays d’origine, la Grande-Bretagne.
  • Le FBI avait été averti à plusieurs reprises que M. Steele était sensible à la désinformation russe, que sa principale sous-source était liée aux services de renseignement russes et qu’il avait été établi que certaines des preuves contenues dans son dossier étaient de la désinformation russe.
  • L’agent principal du FBI chargé d’enquêter sur Michael Flynn, alors futur conseiller à la sécurité nationale, avait signalé à ses supérieurs en janvier 2017 que des mois d’enquête n’avaient permis de découvrir « aucune preuve désobligeante » suggérant que Flynn aidait la Russie et qu’il était urgent de mettre fin à l’enquête, mais ses supérieurs l’ont désavoué.

La quasi-totalité de ces révélations n’ont pas été communiquées à la Foreign Intelligence Surveillance Court (FISCR), ce qui, selon plusieurs experts juridiques, constitue des crimes multiples et des délits potentiels.

Solomon a rejoint Maria Bartiromo sur Fox News dimanche pour discuter des développements dans l’affaire Durham, y compris l’observation que Durham pourrait probablement inculper plus de personnes, mais qu’il devra obtenir la permission du ministère de la Justice de Biden pour le faire.

Par ailleurs, un journaliste d’investigation de CBS News a fait remarquer que le directeur du FBI James Comey, qui a été licencié, n’a peut-être pas été très honnête avec le Congrès lors d’un précédent témoignage :

@CBS_Herridge

Durham Dans les documents de Clinesmith, page 1, Durham dit que le FBI a ouvert un dossier « Foreign Agents Registration Act » appelé « Crossfire Hurricane », le 31 juillet 2016. Le FARA est criminel. Mais lorsque Comey a révélé l’existence de l’enquête en 2017, il a souligné sa nature de « contre-espionnage » pour recueillir des informations.

Le temps nous dira comment tout cela va se dérouler, mais une chose semble claire maintenant : Obama n’a pas seulement « un peu » enfreint les règles et la loi en espionnant la campagne de Trump.

Mais beaucoup.