L’entité à l’origine des efforts visant à empêcher l’audit de Maricopa a été révélée

Des ‘détectives citoyens’ d’Internet affirment que deux vidéos révèlent qui a tué Ashli Babbitt
9 mai 2021
La Chine se prépare à une troisième guerre mondiale avec des armes biologiques – dont le coronavirus – depuis 2015
9 mai 2021

Article original datant du 06/05/21

Il y a quelque chose de très troublant dans le fait que presque tous les acteurs à but non lucratif qui participent aux efforts des démocrates pour empêcher l’audit du comté de Maricopa, en Arizona, ont des liens avec une entité dont personne n’a jamais entendu parler, le National Task Force on Election Crises. Ce groupe semble être présidé par nul autre que James Baker, ancien conseiller général du directeur du FBI James Comey, tombé en disgrâce.

M. Baker se décrit comme  » Directeur de la sécurité nationale et de la cybersécurité, R Street Institute ; ancien avocat général du FBI « .

La mission de la task force est :

La mission du groupe de travail national non partisan sur les crises électorales est de garantir des élections générales libres et équitables en 2020 en recommandant des réponses à une série de crises électorales potentielles.

Il n’y a pas de membres du projet Protect Democracy dans le groupe de travail, tout simplement parce que :« 

Le groupe de travail a été convoqué par Protect Democracy, une organisation non partisane à but non lucratif. Le personnel de Protect Democracy soutient le travail du groupe de travail et, pour ce faire, a bénéficié de l’aide de Jenner & Block, de l’Institute for Constitutional Advocacy and Protection of Georgetown Law (Institut pour le plaidoyer et la protection de la constitution de la loi de georgetown), de la Democracy & Rule of Law Clinic (Clinique de la démocratie et de l’État de droit) de la Harvard Law School et de la William & Mary Election Law Society. »

J. Christian Adams a dit ceci à propos de ce groupe de travail dans un article du 30 avril 2020 dans PJMedia :

L’une de ces « organisations Potemkine » est l’autoproclamée National Task Force on Election Crises (Groupe de travail national sur les crises électorales). En réalité, il s’agit de la collection habituelle d’activistes raciaux d’extrême gauche, de professeurs de droit libéraux, d’escrocs de la vente saupoudrés d’un ou deux non-cinglés pour donner à l’organisation un parfum de pas-entièrement-nul. Il est conçu pour paraître bipartisan, mais dans les faits, c’est tout le contraire

…Non seulement ce groupe de travail largement gauchiste représente un faux bipartisme, mais il utilise également cette marque trompeuse pour placer des articles à succès dans les médias conservateurs.

Allez-y, jetez un coup d’œil à la liste des membres de cette opération ultra secrète, un petit groupe de travail discret, caché au plus profond des opérations d’une organisation caritative 501(c)(3), exonérée d’impôts et « non partisane », appelée Protect Democracy Project.

Ce groupe de travail national sur l’intégrité des élections s’intéresse de près aux efforts de la gauche pour empêcher l’audit en cours dans le comté de Maricopa.

Les trois observateurs de la secrétaire d’État Katie Hobbs signalés récemment selon UncoverDC, sont :

  • Ryan Macias, « l’ancien directeur intérimaire de la certification et des tests pour la commission d’assistance électorale des États-Unis. Macias a certifié les machines à voter de l’Arizona »
  • Jennifer Morrell, « consultante électorale pour Protect Democracy ».
  • Liz Howard, « avocate au Centre Brennan pour la Justice ».

Selon la liste des membres de ce groupe de travail, Ryan Macias est répertorié comme « Ryan Macias, ancien directeur par intérim des tests et de la certification, Commission d’assistance électorale des États-Unis« .

Jennifer Morrell figure sur la liste des membres, non pas en tant qu’affiliée de Protect Democracy, mais en tant que « Partenaire, Groupe Elections« .

Liz Howard ne figure pas sur la liste des membres de la Task Force, mais trois de ses associés au Brennan Center y figurent. Il s’agit de :

  • Elizabeth Goitein, co-directrice du programme Liberté et sécurité nationale, Centre Brennan pour la justice de la faculté de droit de l’Université de New York.
  • Lawrence Norden, directeur du programme de réforme électorale, Centre Brennan pour la justice de la faculté de droit de l’Université de New York.
  • Wendy Weiser, vice-présidente et directrice du programme pour la démocratie, Centre Brennan pour la justice de la faculté de droit de l’Université de New York.

Howard a signé la lettre du 13 avril adressée au président Fann, ainsi que Ryan Macias, Mark Lindeman de Verified Voting et Paige Alexander du Centre Carter, et la lettre du 22 avril adressée à nouveau au président Fann, ainsi que 19 autres organisations à but non lucratif, des informaticiens et, à nouveau, Ryan Macias.

Par conséquent, TOUS les observateurs du secrétaire d’État Hobbs à l’audit judiciaire du Sénat de l’Arizona – 100 % d’entre eux – ont non seulement des liens avec ces récentes lettres de menace d’organisation à but non lucratif, mais ils sont également tous affiliés au National Task Force on Election Crises (Groupe de travail national sur les crises électorales), deux d’entre eux étant même répertoriés comme membres.

Hobbs a-t-elle passé en revue ses trois candidats observateurs ? Comment est-elle tombée sur leurs noms ? Qui a poussé les noms des individus vers elle ?

Hobbs a poussé ce groupe de travail dans ce processus d’audit juridique – le premier de ce genre dans l’histoire de notre pays – et pour cela, étant donné sa position de responsable des élections pour l’État de l’Arizona, elle devrait démissionner immédiatement ou être rappelée.

Les habitants du comté de Maricopa et de l’Arizona, qui se sont tant battus pour cet audit, méritent beaucoup mieux que cette démocrate partisane qui se fait passer pour une secrétaire d’État impartiale. Elle a obéi à des ordres venus d’en haut et a utilisé des organisations à but non lucratif financées à la fois par la machine démocrate nationale et par ce groupe de travail national partisan sur les crises électorales.

Ces organisations à but non lucratif – le Protect Democracy Project de Washington et le Brennan Center de New York – ne sont même pas originaires de l’Arizona et pourtant, des personnes qui leur sont affiliées sont utilisées pour faire échouer un audit de comté en Arizona !

Le groupe de travail national sur les crises électorales, qui compte plus de 45 membres, ne comprend pas moins de trois représentants du Brennan Center, comme indiqué, un conseiller principal de Verified Voting (Vote vérifié), Pamela Smith, du Carter Center, et des géants à but non lucratif dans le domaine de l' »intégrité des élections » démocrates tels que la League of Women Voters (Ligue des femmes électrices), Common Cause (Cause commune) et All Voting is Local (Tout vote est local) – un projet du LCCHR’s Education Fund (Conférence des dirigeants sur les droits civils et humains).

Il y a, notamment, deux représentants des médias, un ancien rédacteur en chef adjoint du Washington Post et un directeur de la R&D, Jigsaw (Google).

Incroyablement, il y a une directricz très importante d’une organisation à but non lucratif qui est membre de ce groupe de travail et qui devrait être explicitement nommée : Il s’agit de Tiana Epps-Johnson, membre de la Fondation Obama et directrice exécutive du Center for Technology and Civic Life (CTCL), l’organisation à but non lucratif qui a reçu les quelque 0,5 milliard de dollars (à notre connaissance) de Zuckerbucks distribués l’année dernière dans tous les États-Unis, en particulier dans les États où la balance penche, notamment l’Arizona, la Géorgie, le Michigan, le Nevada, la Pennsylvanie et le Wisconsin.

Le comté de Maricopa a reçu à lui seul 3 millions de dollars en Zuckerbucks.

Parmi tous les membres de cette opération secrète, le National Task Force on Election Crises, quel nom voyons-nous ?

Nous voyons ce cheval de Troie, le propriétaire de RSM Election Solutions, Ryan Macias.

Ryan Macias

Ryan Macias a révélé son vrai visage en faisant partie de ce « groupe de travail ».

Il a réservé l’autre affiliation, celle de RSM Election Solutions LLC, aux deux lettres envoyées, respectivement, aux quatre équipes d’audit et à la présidente du Sénat de l’Arizona, Karen Fann. C’est de la petite bière comparées à un groupe de travail national dont Jim Baker fait partie.

Ce propriétaire de RSM Election Solutions, Ryan Macias, a menti une fois, à notre connaissance – il a prétendu être un journaliste – donc mentir, être malhonnête, inventer des choses à la volée, cacher ses antécédents, lorsqu’on lui demande, semble être facile pour ce type.

Ryan Macias doit maintenant révéler à la présidente du Sénat de l’Arizona, Karen Fann, et aux habitants du comté de Maricopa et de l’Arizona, son rôle au sein de la National Task Force on Election Crises de James Baker et du projet Protect Democracy.

La SARL de Ryan Macias a une devise : « Résilience de l’infrastructure électorale = Sécurisation de la technologie électorale + Atténuation des risques pour le processus démocratique. »

Il semble que Macias et d’autres membres du groupe National Task Force on Election Crises se soient insérés dans le processus d’audit de Maricopa pour tenter de l’arrêter.

Cela semble être le véritable objectif de ce groupe de travail, caché au plus profond des opérations du projet Protect Democracy. Mettre un terme à tout effort visant à réaliser un audit impartial des élections de 2020 et à établir un décompte précis des résultats sur la base des conclusions de l’audit. C’est pourquoi ils sont dans le comté de Maricopa, en Arizona.