L’identité des co-conspirateurs non accusés dans les événements du 6 janvier soulève des questions troublantes sur leurs liens préalables avec les services fédéraux

Article original datant du 14/06/21

De toutes les questions posées, les mots prononcés et l’encre répandue sur le soi-disant « siège du Capitole » du 6 janvier 2021, aucun ne détient la clé de tout l’événement comme ce que la sénatrice Amy Klobuchar a demandé à Christopher Wray.

La démocrate du Minnesota a demandé au directeur du FBI nommé par Trump : Le gouvernement fédéral a-t-il infiltré l’une ou l’autre des organisations dites de « milice » prétendument responsables de la planification et de l’exécution du siège du Capitole ?

Le segment complet est disponible sur YouTube.

Christopher Wray est capable d’éviter de répondre directement à la question, en partie parce que Klobuchar a la courtoisie de ne pas lui poser directement la question. Au lieu de cela, Klobuchar demande au directeur du FBI s’il aurait souhaité infiltrer les milices prétendument impliquées dans les événements du 6 janvier – en supposant dès le départ qu’il n’y a pas eu d’infiltration, offrant ainsi au directeur du FBI un moyen facile d’éviter de répondre à la question dans un sens ou dans l’autre.

Revolver News est prêt à aborder directement le sujet dans les trois questions suivantes :

  • Dans l’année qui a précédé le 6 janvier 2021 et pendant les événements du 6 janvier lui-même, dans quelle mesure les trois principaux groupes de miliciens (les Oath Keepers, les Proud Boys et les Three Percenters) que le FBI, le DOJ, le Pentagone et les chaînes d’information ont désignés comme les plus responsables de la planification et de l’exécution d’une attaque du Capitole le 6 janvier ont-ils été infiltrés par des agences du gouvernement fédéral ou des informateurs desdites agences ?
  • Combien exactement d’agents fédéraux sous couverture ou d’informateurs confidentiels étaient présents au Capitole ou dans le Capitole pendant le tristement célèbre « siège » et quels rôles ont-ils joués (simples informateurs passifs ou instigateurs actifs) ?
  • Enfin, parmi tous les co-conspirateurs non accusés mentionnés dans les documents d’accusation des personnes inculpées pour les crimes du 6 janvier, combien ont travaillé comme informateur confidentiel ou comme agent secret pour le gouvernement fédéral (FBI, contre-espionnage de l’armée, etc.) ?
​WATCH : REGARDEZ LES DERNIÈRES INTERVIEWS DE DARREN BEATTIE

À partir de maintenant, toute discussion sur le 6 janvier doit céder la place à une focalisation laser sur les questions ci-dessus, avec une persistance inébranlable pour obtenir les réponses.

Si le récit du 6 janvier ne se conforme pas aux questions ci-dessus, le peuple américain n’apprendra jamais la vérité la plus importante sur ce qu’est le 6 janvier et sur le type de pays dans lequel il vit réellement.

S’il s’avère que le gouvernement fédéral disposait effectivement d’agents infiltrés ou d’informateurs confidentiels au sein des soi-disant groupes de miliciens inculpés pour avoir conspiré en vue d’entraver la certification du Sénat le 6 janvier, les implications seraient tout simplement sismiques. Surtout si ces agents ou informateurs occupaient des postes de très haut niveau au sein de ces groupes.

L’un des principaux points de consensus entre le FBI-DOJ et les médias du régime est l’idée que, si le 6 janvier est principalement la faute des « terroristes intérieurs » infusés par QAnon et soutenant Trump, il est secondairement la faute des soi-disant « défaillances du renseignement ».

La question posée par Klobuchar elle-même lors de l’audition du FBI du 2 mars 2021 (ci-dessus) renforce ce récit d' »échec du renseignement », mais elle n’est pas la seule. Une enquête « bipartisane » de cinq mois menée par le Sénat a récemment abouti au même récit d' »échec du renseignement » pour expliquer l’intrusion dans le Capitole et les événements connexes du 6 janvier :

Une enquête bipartite du Sénat sur l’insurrection meurtrière du 6 janvier a révélé des défaillances en matière de sécurité et de renseignement à tous les niveaux du gouvernement, qui ont conduit à l’intrusion au Capitole d’une foule pro-Trump, alors que les législateurs réunis en session conjointe certifiaient l’élection de 2020.

Le rapport de 95 pages, fruit d’une enquête conjointe d’environ cinq mois menée par les commissions sénatoriales de la sécurité intérieure et du règlement, a mis en évidence des défaillances importantes allant « de l’incapacité des agences fédérales de renseignement à prévenir d’un risque de violence à un manque de planification et de préparation de la part de la police du Capitole et des responsables de l’application des lois ». Selon les commissions, il n’y avait pas de plan global d’opérations ou d’effectifs pour cette journée fatidique, ce qui constitue un échec total de la direction. [ABC News]

S’il s’avère que le gouvernement fédéral (le FBI, le contre-espionnage de l’armée ou une agence similaire) disposait d’agents infiltrés ou d’informateurs confidentiels au sein de l’un des groupes impliqués dans le 6 janvier, le fait que les « agences fédérales de renseignement n’ont pas su prévenir d’un potentiel de violence » ressemble moins à une erreur innocente qu’à quelque chose de sinistre.

En effet, si le gouvernement fédéral était au courant d’un potentiel de violence dans ou autour du Capitole le 6 janvier et n’a pas demandé un renforcement de la sécurité, les agences responsables peuvent en fait être légalement responsables des dommages subis ce jour-là.

Il est troublant d’envisager la possibilité que le gouvernement fédéral ait eu connaissance d’un potentiel de violence le 6 janvier et n’ait rien fait pour l’empêcher. La question qui se pose est la suivante : pourquoi les agences, ou certains de leurs éléments, resteraient-ils les bras croisés et laisseraient-ils un tel événement se produire délibérément ?

Une possibilité encore plus troublante se dégage d’une étude attentive des co-conspirateurs non accusés énumérés dans les divers documents d’accusation des personnes faisant face aux accusations les plus graves liées au 6 janvier.

À Revolver News, nous avons remarqué une tendance dans notre enquête sur le 6 janvier, qui dure maintenant depuis plusieurs mois, et en particulier dans notre étude méticuleuse des documents d’accusation relatifs aux personnes inculpées. Dans de nombreux cas, les co-conspirateurs non inculpés semblent être des participants beaucoup plus agressifs et flagrants dans la soi-disant « conspiration » qui sert de base à la mise en accusation des personnes inculpées.

La question se pose immédiatement de savoir pourquoi il en est ainsi, et nous oblige à nous demander si certaines personnes sont protégées de toute mise en accusation parce qu’elles ont participé au 6 janvier en tant qu’agents infiltrés ou informateurs confidentiels pour une agence fédérale.

Il est utile ici d’établir une distinction entre deux catégories distinctes de participants au « siège du Capitole ».

La première catégorie est le groupe de touristes pour la plupart inoffensifs qui ont franchi des portes déjà ouvertes et des barricades déjà enlevées, et qui se sont tout au plus rendus coupables d’intrusions mineures et de légers délits contre la propriété. Le deuxième groupe est constitué de ceux qui se sont montrés violents avec les policiers, ont brisé les barricades, cassé des vitrines, appartenaient à une « milice » engagée dans une planification de type militaire avant l’événement, ont discuté du transport d’armes lourdes, etc.

Jusqu’à présent, l’écrasante (peut-être exclusive) part des reportages de l’anti-establishement sur le 6 janvier s’est concentrée sur l’absolution du premier groupe. Et c’est une chose précieuse. L’idée que ces inoffensives « MAGA moms » errant autour du Capitole étaient des terroristes domestiques engagées dans une insurrection est absurde. Le fait que nombre de ces personnes sont détenues en prison, sans possibilité de libération sous caution, dans des conditions difficiles, constitue un abus inacceptable et scandaleux des droits humains fondamentaux.

Cependant, la possibilité que le gouvernement fédéral ait eu des agents secrets ou des informateurs impliqués dans les événements du 6 janvier, de sa planification à son exécution, nous oblige à porter notre attention sur la deuxième catégorie de participants.

Nous nous intéressons tout particulièrement aux co-conspirateurs non inculpés qui appartenaient à l’un des trois grands  » groupes de miliciens  » – les Oath Keepers, les Proud Boys et les Three Percenters. En effet, ce sont ces groupes de miliciens dont le comportement, les déclarations et la planification avant et pendant le 6 janvier correspondent le plus à la caricature d' »insurrectionnistes violents » dont nous entendons parler dans les médias, et que le gouvernement prétend poursuivre dans ses poursuites agressives.

S’il s’avère qu’un pourcentage extraordinaire des membres de ces groupes impliqués dans la planification et l’exécution du siège du Capitole étaient des informateurs fédéraux ou des agents sous couverture, les implications seraient tout simplement stupéfiantes. Ce serait bien pire que la situation déjà mauvaise où le gouvernement est au courant du risque de violence et ne fait rien. Au lieu de cela, cela impliquerait que des éléments du gouvernement fédéral ont été les instigateurs actifs des aspects les plus flagrants et les plus spectaculaires du 6 janvier, ce qui équivaut à un système de piégeage monumental utilisé comme prétexte pour emprisonner des manifestants autrement inoffensifs au Capitole – et dans un sens beaucoup plus large utilisé pour encadrer l’ensemble du mouvement MAGA comme des terroristes nationaux potentiels.

C’est ce qui est en jeu pour aller au fond des événements du 6 janvier.

C’est ainsi que nous procédons, sans crainte, à l’examen de la question sur laquelle repose tout le reste de l’affaire du 6 janvier : le gouvernement disposait-il d’informateurs ou d’agents infiltrés dans l’un ou l’autre des « trois grands » groupes de miliciens avant ou pendant le 6 janvier ? Combien de co-conspirateurs clés non inculpés dans les poursuites du DOJ le sont parce qu’ils sont des agents secrets ou des informateurs confidentiels ?

En bref, qu’est-ce que le gouvernement fédéral savait à l’avance au sujet du 6 janvier, quand l’a-t-il su – et jusqu’où sont allées les opérations d’infiltration ?

Quelque chose est pourri au Michigan : L’affaire oubliée du complot pour enlever Whitmer

Bien sûr, nous pourrions citer d’innombrables exemples dans l’histoire de l’Amérique d’agents infiltrés et d’informateurs activement impliqués dans divers « complots terroristes nationaux ». Mais pour les besoins de l’argument que nous avançons ici, il suffit de remonter quelques mois avant le 6 janvier, au soi-disant « complot poue enlever Whitmer ».

En effet, que dirions-nous si nous vous disions qu’à peine trois mois avant le siège du Capitole du 6 ajnvier, le FBI avait arrêté 14 personnes pour avoir planifié l’enlèvement de la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, et le renversement du gouvernement de l’État – et que le prétendu complot pour renverser le gouvernement de l’État impliquait la prise d’assaut du Capitole de l’État ?

Et si nous vous disions que sur les 14 personnes qui auraient comploté l' »enlèvement » et le renversement du gouvernement de l’État, au moins cinq étaient des agents infiltrés et des informateurs fédéraux ? Et comme si cela ne suffisait pas, un grand nombre des individus prétendument impliqués dans ce complot semblent appartenir aux « Three Percenters », l’un des mêmes groupes de miliciens aujourd’hui accusés d’avoir pris d’assaut le 6 janvier.

Et, cerise sur le gâteau, que dirions-nous si nous vous disions que le directeur du bureau local du FBI de Detroit, qui a supervisé l’opération d’infiltration du complot du Michigan, a ensuite bénéficié d’une promotion fortuite au bureau de D.C., où il est maintenant l’agent principal du FBI pour toutes les affaires relatives au 6 janvier ?

Aussi fou que cela puisse paraître, tout cela est vrai. Un compte rendu complet du complot du Michigan et de ses parallèles avec le siège du Capitole dépasse le cadre et les objectifs de cet article. Néanmoins, il sera utile d’étoffer brièvement certains des détails les plus saillants auxquels il est fait allusion ci-dessus.

Le blog de gauche Jacobin, de tous les endroits, fournit une bonne description de l’allégation et des accusations :

Depuis la semaine dernière, une histoire choquante en provenance du Michigan fait la une des journaux : le FBI a déjoué un complot ourdi par des manifestants anti-blocage et des membres de milices d’extrême droite visant à enlever et à juger pour « trahison » la gouverneure du Michigan, Gretchen Whitmer, que l’un des meneurs a qualifiée de « garce tyrannique ».

Selon une déclaration sous serment fédérale et des témoignages devant le tribunal, le complot consistait à surveiller la maison de vacances de Whitmer dans l’ouest du Michigan et dans les environs, à se procurer des explosifs et des équipements tactiques pour lutter contre la police, à participer à des exercices d’entraînement armés et même à faire exploser un pont voisin. Les comploteurs présumés ont envisagé d’utiliser une fausse livraison de pizza pour kidnapper Whitmer, de laisser Whitmer sur un bateau au milieu du lac Michigan et même de kidnapper le gouverneur de Virginie Ralph Northam, l’un des « tyrans » qui, selon eux, abusaient de leur pouvoir pour ordonner des fermetures dans tout l’État en réponse à la pandémie de coronavirus. [Jacobin]

S’appuyant sur les cas de piégeage utilisés dans la guerre contre le terrorisme, l’article de Jacobin exprime des inquiétudes quant au fait que le complot du Michigan lui-même pourrait être le résultat du piégeage d’individus vulnérables, cognitivement déficients et mentalement instables par des informateurs du FBI. Le passage suivant traite de l’état pathétique d’Adam Fox, l’homme désigné par le gouvernement comme le « cerveau » du complot d’enlèvement :

Selon l’affidavit du FBI, le bureau a fait un usage intensif d’informateurs et d’agents sous couverture dans cette affaire. Au moins quatre d’entre eux ont pris part à l’opération – plus précisément, deux informateurs et deux agents infiltrés, sur la base desquels la plainte pénale a été déposée – mais il est sous-entendu qu’un nombre indéterminé de personnes supplémentaires a été impliqué.

Et, comme dans les cas précédents de ciblage des musulmans, le FBI semble avoir joué un rôle essentiel dans la capacité des comploteurs à mettre en œuvre leur projet. L’affidavit indique qu’un agent infiltré a dit au chef de la bande qu’il lui faudrait 4 000 dollars pour se procurer des explosifs. Quatre des accusés prévoyaient de rencontrer un autre agent sous couverture se faisant passer pour un expert en explosifs afin de les payer et, leur a-t-on dit, d’obtenir du matériel tactique excédentaire que l’agent avait le jour de leur arrestation. Au tribunal, Richard Trask, l’agent qui a rédigé l’affidavit, a déclaré qu’il ne savait pas combien d’argent les accusés avaient sur eux lorsqu’ils ont été menottés, à part les 275 dollars détenus par Adam Fox, considéré par Trask comme le meneur.

Même le profil de Fox n’est pas sans rappeler ceux des cibles précédentes comme Shareef et Hester. Fox avait apparemment des problèmes d’argent et avait été au bord du sans-abrisme après que sa petite amie l’ait mis à la porte de chez elle, avant d’être recueilli par son ami et employeur, qui l’a laissé vivretemporairement dans le sous-sol de son magasin d’aspirateurs. C’est dans cet espace de stockage exigu, encombré de cartons et de pièces détachées d’aspirateurs, où Fox vivait avec ses deux chiens et ses maigres possessions, qu’il a tenu à un moment donné une réunion pour prétendument planifier l’enlèvement. [Jacobin]

La possibilité d’une opération de type piégeage par le FBI est particulièrement inquiétante à la lumière des parallèles frappants entre le complot du Michigan et le soi-disant siège du Capitole du 6 janvier

Le complot du Michigan n’a pas commencé par un enlèvement. Selon l’acte d’accusation du ministère de la Justice, il s’agissait au départ d’un plan visant à « prendre d’assaut le Capitole » à Lansing, dans le Michigan. Pour ce faire, les « conspirateurs » devaient mobiliser « au moins 200 hommes » lors d’un rassemblement sans rapport avec le projet, prévu au Capitole du Michigan (un rassemblement axé sur le deuxième amendement, et non sur l’insurrection), en incitant suffisamment de participants à courir à l’intérieur et à occuper le bâtiment.

Le paragraphe 10 de l’affidavit du FBI décrit le complot visant à « prendre d’assaut le capitole de l’État » :

10. Fox, en coordination avec CROFT, a rencontré des membres du groupe de miliciens à différents moments en juin 2020. Au cours d’une de ces rencontres, le 18 juin 2020, qui a été enregistrée par CHS-2, FOX, les dirigeants du groupe de miliciens, dont Ty GARBIN, un résident du Michigan, et CHS-2 se sont rencontrés lors d’un rassemblement sur le deuxième amendement au capitole de l’État à Lansing, Michigan. Dans le but de recruter davantage de membres pour l’opération, FOX a dit à GARBIN et à CHS-2 qu’il prévoyait d’attaquer le Capitole et leur a demandé de combiner leurs forces.

« CHS-2 » désigne une « Source humaine confidentielle », c’est-à-dire un informateur du gouvernement. Comme indiqué plus haut, les groupes impliqués dans ce prétendu complot regorgeaient d’informateurs et d’agents sous couverture. Considérez l’extrait suivant, tiré du même affidavit du FBI :

4. Au cours de son enquête, le FBI s’est appuyé sur des informations fournies par des sources humaines confidentielles (CHS – Confidential Human Sources) et des employés sous couverture (UCE – Undercover Employees) pendant plusieurs mois. Les CHS et les UCE n’étaient pas tous présents en permanence, mais au moins un CHS ou un UCE était généralement présent lors des réunions de groupe. Ces CHS et UCE ont consenti à enregistrer les réunions et les conversations avec les sujets. Certaines réunions ou conversations ont été enregistrées par plus d’un CHS ou d’un UCE. Certains CHS ont également eu accès à des textes, des chats en ligne et des appels téléphoniques collectifs ou individuels. La fiabilité de chaque CHS a été vérifiée par l’agent du FBI chargé de la source. Aucun des CHS ne connaissait les autres CHS impliqués dans les groupes afin de préserver l’indépendance de leurs rapports. Bien que plusieurs CHS aient été utilisés au cours de l’enquête, cette plainte ne repose que sur les enregistrements audio et les informations fournies par les CHS-1, CHS-2, UCE-1 et UCE-2. Affidavit du FBI].

Dans l’extrait ci-dessus, le FBI reconnaît avoir eu recours à des informateurs confidentiels et à des employés sous couverture au cours des mois qui ont précédé le soi-disant « complot déjoué », et plus précisément à deux informateurs confidentiels et deux employés sous couverture. Cependant, après l’inculpation par le ministère de la Justice, un autre informateur sous couverture s’est révélé de manière inattendue (nous y reviendrons plus tard), ce qui porte à cinq le nombre d’agents gouvernementaux connus.

Voici un extrait d’un des informateurs qui parle de prendre d’assaut le Capitole du Michigan :

Pas étonnant que ce complot du Michigan n’ait pas pris les autorités fédérales par surprise !

Les agents infiltrés du FBI représentaient, au bas mot, 26 % des conspirateurs. Autrement dit, au moins cinq agents du FBI ont été révélés, contre seulement 14 suspects inculpés.

Un regard sur l’acte d’accusation annoté révèle qu’à tous les niveaux du complot, des agents du FBI ont joué les rôles de direction les plus importants :

L’« expert en explosifs » du complot, auprès duquel les comploteurs étaient accusés de vouloir acheter des bombes, s’est avéré être un agent du FBI.

Le chef des transports de la milice s’est avéré être un agent du FBI sous couverture.

Le chef de la sécurité de la milice s’est avéré être un informateur du FBI sous couverture.

Au moins deux informateurs du FBI sous couverture ont participé activement à la réunion initiale du 6 juin 2020 au cours de laquelle le complot visant à prendre d’assaut les bâtiments du Capitole aurait été ourdi – ce qui signifie qu’au moins trois informateurs du FBI ont été infiltrés avant même le début de la conspiration.

Dans l’une des scènes les plus marquantes de l’intrigue, dans la camionnette principale qui se rend à la maison de vacances du gouverneur Whitmer, trois des cinq personnes présentes dans la camionnette – 60 % des principaux responsables de l’intrigue – étaient des agents fédéraux et des informateurs :

31. FOX, CROFT, CHS-2, un UCE et un individu du Wisconsin ont voyagé dans le premier véhicule. Dans le véhicule, CROFT et FOX ont discuté de la possibilité de faire exploser des engins explosifs pour détourner la police de la zone de la maison de vacances. En chemin, ils se sont arrêtés au pont de l’autoroute M-31, où FOX et l’UCE ont inspecté le dessous du pont à la recherche d’endroits où placer une charge explosive. FOX a pris une photo de la structure de soutien du pont, qu’il a ensuite partagée avec CHS-2 dans leur chat crypté. De là, ils se sont rendus à une rampe de mise à l’eau publique située de l’autre côté du lac de la maison de vacances pour surveiller les autres voitures du groupe. [FBI]

Vous vous demandez peut-être comment on obtient « trois sur cinq » alors que la plainte du DOJ ne reconnaît que deux agents du FBI sous couverture : UCE (signifiant « Undercover Employee », ou agent à plein temps) et CSH-2.

C’est parce que le FBI s’est donné beaucoup de mal pour cacher son affiliation avec la cinquième personne dans la camionnette, le décrivant seulement comme « un individu du Wisconsin » (encore une fois, nous y reviendrons plus tard).

Faisons le point sur ce que nous avons jusqu’à présent. Nous avons un groupe de comploteurs lourdement infiltré par des informateurs du FBI et des agents sous couverture, qui aurait planifié l’enlèvement du gouverneur du Michigan et l’assaut du capitole de l’État.

Ce que nous savons également, c’est qu’un grand nombre des principales figures inculpées dans ce complot semblent être associées à un groupe de miliciens appelé les « Three Percentcers » – l’un des mêmes « trois grands » groupes de miliciens principalement accusés d’avoir orchestré le 6 janvier.

Pour ne prendre que quelques exemples :

Selon le FBI, Adam Fox et Barry Croft étaient les cerveaux présumés du complot, Adam Fox étant décrit comme le chef des Three Percenters de l’État du Michigan et Barry Croft comme un chef national des Three Percenters.

Le FBI a obtenu un mandat de perquisition pour mettre sur écoute le compte Facebook du leader national des Three Percenters, Barry Croft, en avril 2020, soit deux mois avant l’éclosion présumée du complot du Michigan. Pendant la quasi-totalité de l’année 2020, chaque fois que le compte Facebook de Barry Croft a été interdit, le FBI a mis sur écoute chaque nouveau compte alternatif qu’il a créé en vertu d’un nouveau mandat.

Les co-conspirateurs inculpés de Michigan Plot, Brian Higgins et Michael Null, ont également été identifiés comme des Three Percenters.

Tout comme Michael Jung, qui n’a pas été inculpé dans le cadre du projet d’enlèvement. Jung aurait été à la fois membre des Oath Keepers et commandant en second de la branche du Wisconsin des Three Percenters. La propriété de deux acres de Jung dans le Wisconsin est l’endroit où, selon le ministère de la Justice, les « comploteurs » du Michigan se sont entraînés au maniement des armes à feu et ont effectué des exercices sur le terrain sous l’œil attentif d’informateurs sous couverture.

Et ainsi nous voyons les parallèles étranges entre le soi-disant complot du Michigan et le soi-disant siège du Capitole du 6 janvier. Dans le Michigan, il y avait un prétendu complot impliquant la prise d’assaut d’un capitole d’État, impliquant prétendument des membres de l’un des mêmes groupes de miliciens clés associés au complot du 6 janvier. Et nous sommes censés croire que malgré l’infiltration massive et maintenant publiquement confirmée du FBI et du gouvernement dans le complot du Michigan, il n’y a pas eu d’infiltration similaire pour le 6 janvier ?

Une telle position semble encore moins plausible si l’on considère un dernier lien suspect entre le complot du Michigan et le 6 janvier.

Le chef du bureau local du FBI à Detroit, Steven D’Antuono, qui a supervisé l’opération d’infiltration (et d’incitation ?) dans le complot du Michigan, a été rapidement et discrètement promu à la tête du très convoité bureau local de Washington, DC :

Steven M. D’Antuono, qui a été nommé chef du bureau du FBI de Detroit il y a un an, a été promu à la tête du Washington Field Office, un poste très convoité au sein du bureau.

Le directeur du FBI, Christopher Wray, a fait cette annonce mardi, quelques jours seulement après que les agents de M. D’Antuono et la police de l’État eurent démantelé un projet d’enlèvement de la gouverneure Gretechen Whitmer. Son nouveau titre officiel est celui de directeur adjoint en charge. [Deadline Detroit]

Si vous avez suivi jusqu’ici, vous pouvez probablement deviner ce que Steven D’Antuono prépare dans son nouveau perchoir convoité…

C’est vrai, c’est l’un des personnages clés qui supervise l’enquête sur le siège du Capitole 6 janvier. Quelle coïncidence !

Récapitulons ce que nous avons établi. Quelques mois avant le siège du Capitole des États-Unis le 6 janvier, le FBI a déjoué un complot similaire impliquant un siège du Capitole de l’État du Michigan, dont les comploteurs appartiennent à l’un des trois principaux groupes de miliciens associés au 6 janvier. Le FBI a pu déjouer ce complot grâce à un taux d’infiltration étonnant de ces groupes, impliquant des agents et des informateurs sous couverture qui travaillaient en cette qualité, dans un seul petit réseau du Michigan, depuis plus de sept mois. Ils étaient si bien infiltrés qu’ils avaient déjà trois informateurs intégrés dans ce réseau aléatoire des Three Percenters avant même que le complot ne soit ourdi. De plus, quelques jours seulement après que le complot ait été déjoué, le directeur du FBI Christopher Wray a discrètement promu l’agent spécial du FBI responsable de l’opération du complot du Michigan à un poste convoité sur le terrain à Washington, où il supervise maintenant l’enquête sur le 6 janvier.

L’agent spécial en charge, soit dit en passant, est celui qui établit, étend, renouvelle et supervise toutes les opérations d’infiltration du FBI.

Les parallèles ci-dessus entre le complot du Michigan et le 6 janvier ne signifient pas nécessairement que le FBI disposait d’informateurs et d’agents infiltrés qui étaient impliqués dans le 6 janvier. Mais cela renforce notre intuition que c’est une possibilité distincte. Et cela nous oblige à poser une fois de plus la question suivante : si le gouvernement a déjoué le complot du Michigan, pourquoi n’est-il pas intervenu pour mettre fin au soi-disant siège du 6 janvier ?

Il est maintenant impératif pour quiconque se soucie de la vérité d’exiger que Christopher Wray réponde à la question suivante : dans quelle mesure le FBI ou toute autre agence gouvernementale ont-ils infiltré les principaux groupes de miliciens associés au siège du Capitole des États-Unis ?

Et, plus urgente encore, une question à laquelle nous nous intéressons maintenant : combien de co-conspirateurs non inculpés dans les poursuites 6 janvier le sont en raison d’un arrangement préalable avec le gouvernement fédéral en tant qu’agent secret ou informateur ?

Choc et stupéfaction : Les normes de poursuites du DOJ

Léquipe d’investigation de Revolver News a remarqué dès le début une caractéristique très inhabituelle et difficile à expliquer des actes d’accusation pour conspiration déposés contre les Oath Keepers et les Proud Boys.

Revolver a pris note non seulement du nombre inhabituel de co-conspirateurs non inculpés, mais aussi d’une caractéristique encore plus inhabituelle, à savoir que les déclarations et les actions des co-conspirateurs non inculpés semblaient dans de nombreux cas beaucoup plus flagrantes et agressives que celles des personnes effectivement inculpées.

Il est essentiel ici de faire une importante note de clarification. Le but de cette analyse ici n’est pas d’aider à la poursuite de l’un de ces co-conspirateurs non inculpés. Notre objectif est plutôt de souligner que, compte tenu des normes d’inculpation appliquées aux personnes effectivement inculpées, il est très étrange et même suspect que certains co-conspirateurs non inculpés aient réussi à éviter l’inculpation. Cela ne signifie pas nécessairement que nous approuvons la norme d’inculpation elle-même. Bien au contraire, la norme agressive d’inculpation et de poursuite, par le biais d’une application inimaginablement large des accusations de « conspiration », est immorale, injuste et absurde.

Nous espérons qu’une des conséquences de cet exposé sismique sera une réforme sérieuse et rapide du système judiciaire afin d’empêcher des poursuites aussi agressives et politiquement motivées de la part du gouvernement.

De manière générale, il y a trois raisons principales de voir un co-conspirateur non accusé dans une plainte pénale : l’octroi de l’immunité, les considérations pragmatiques et les préoccupations en matière de preuve.

Traditionnellement, l’immunité n’est accordée qu’à la suite d’un accord de plaidoyer conclu entre le défendeur et les procureurs. Plus précisément, en échange de son acceptation de témoigner contre les « gros poissons » de la conspiration, un « petit poisson » peut rester un co-conspirateur non accusé et ne jamais être inculpé.

Mais il y a deux raisons pour lesquelles cette possibilité est beaucoup moins probable dans les actes d’accusation des Oath Keepers et des Proud Boys.

Premièrement, le timing ne correspond pas. Le premier acte d’accusation dans l’affaire Oath Keepers, qui contient déjà plusieurs co-conspirateurs clés non accusés, a été déposé le 27 janvier.

Le premier acte d’accusation a été déposé le 19 février. Le deuxième acte d’accusation a été déposé le 12 mars. Le troisième acte d’accusation a été déposé le 31 mars. Mais le premier accord de plaidoyer dans l’affaire Oath Keepers n’a pas été conclu avant le 16 avril. Cela signifie qu’aucun des co-conspirateurs non inculpés au cours des trois premiers mois n’aurait pu obtenir l’immunité.

Et même dans ce cas, un seul gars a déjà plaidé coupable. Les négociations informelles de plaidoyer parmi le groupe plus large n’ont même pas commencé avant la semaine dernière.

Il y a ce qui semble être plus de 20 co-conspirateurs non accusés dans les actes d’accusation de Oath Keepers, jouant tous des rôles divers dans la conspiration, qui n’ont pas été accusés pour pratiquement les mêmes activités – et dans certains cas des activités beaucoup, beaucoup plus graves – que ceux qui sont nommés à leurs côtés dans les actes d’accusation.

La chronologie et les faits suggèrent donc que le seul co-conspirateur non inculpé qui pourrait l’être à la suite de l’octroi d’une immunité devrait être la seule personne à partir du quatrième acte d’accusation complémentaire, qui a été déposé le 26 mai.

Les autres raisons pour lesquelles on voit généralement des co-conspirateurs non inculpés – préoccupations pragmatiques et préoccupations en matière de preuve – semblent beaucoup moins probables dans ce cas également.

Le DOJ a donné le coup d’envoi de ce qui est devenu l’un des plus grands et des plus agressifs coups de filet de l’histoire américaine en annonçant une campagne « de Choc et d’Effroi ». Personne ne s’en tire à bon compte. Personne ne bénéficie d’indulgence. Et tous ceux qui jouent un petit rôle sont condamnés à une peine maximale, car il s’agit d’envoyer un message.

Écoutez Michael Sherwin, alors procureur des États-Unis par intérim pour le district de Columbia, décrire cette campagne de poursuites « de choc et d’effroi  » remarquablement impitoyable :

Voici une transcription partielle :

Je voulais m’assurer, et notre bureau voulait s’assurer, qu’il y ait un choc et une crainte. Que nous puissions inculper autant de personnes que possible avant le 20 janvier. Et ça a marché parce que nous avons vu, à travers les médias, que les gens avaient peur de revenir à Washington, parce qu’ils se disaient : « Si on y va, on va être inculpés ».

Nous avons vu « le choc et l’effroi » en action dans l’affaire terrifiante et tordue de « conspiration » du DOJ contre George Tanios, dont nous avons longuement parlé dans un précédent rapport de Revolver.

George Tanios et son compagnon Julian Khater ont été inculpés de neuf chefs d’accusation pour des actes commis le 6 janvier juste devant les marches du Capitole des États-Unis. Le chef d’accusation le plus grave est celui d’agression d’un officier avec une arme dangereuse, résultant de l’utilisation présumée par Khater du spray chimique de Tanios pour toucher au visage l’officier Sicknick et deux autres officiers.

Là, Tanios : (1) n’est pas entré dans le Capitole ; (2) n’a pas utilisé de spray à ours lui-même ; (3) avait un spray à ours dans son sac à dos et lorsque son ami Khater a tendu la main pour le sortir, Tanios a activement essayé de l’arrêter ; et (4) finalement, il s’avère, comme les procureurs le reconnaissent maintenant, que son ami n’a même pas utilisé le spray à ours.

Et pourtant, le ministère de la Justice a infligé à ce propriétaire de sandwicherie de 39 ans, George Tanios, 60 ans d’inculpation pour « conspiration » parce qu’il a dit : « Attendez, attendez, pas encore, pas encore. »

Alors que nous examinons les co-conspirateurs non inculpés suivants, gardez à l’esprit cette norme de poursuite « choc et crainte » de George Tanios.

Les co-conspirateurs non accusés

Les premiers co-conspirateurs suspects non identifiés que nous allons examiner sont la « Personne deux » et la « Personne trois » qui sont des co-conspirateurs non identifiés dans l’acte d’accusation contre le Gardien du serment Thomas Caldwell (et les 15 co-défendeurs nommés).

Pour ceux qui ne le savent pas, Thomas Caldwell est un homme de 65 ans originaire de Virginie et un membre présumé des Oath Keepers, que le DOJ qualifie de groupe « paramilitaire » ou de « milice ». L’affaire Caldwell a été l’une des premières grandes mises en accusation après l’incident du 6 janvier.

Le communiqué de presse du DOJ fournit plus de détails :

Jessica Marie Watkins, 38 ans, et Donovan Ray Crowl, 50 ans, tous deux du comté de Champaign, Ohio, et Thomas Caldwell, 65 ans, du comté de Clarke, Virginie, ont été inculpés aujourd’hui par le tribunal fédéral du district de Columbia pour conspiration, obstruction à une procédure officielle, destruction de biens publics et entrée illégale dans un bâtiment ou un terrain à accès restreint, en violation des articles 371, 1512, 1361 et 1752 du titre 18 du Code des États-Unis. Watkins et Crowl ont été arrêtés le 18 janvier ; Caldwell a été arrêté le 19 janvier. Les trois individus ont été initialement inculpés par une plainte pénale. La peine maximale pour Obstruction à une procédure officielle est de 20 ans de prison.

Selon les documents d’accusation, Watkins, Crowl et Caldwell ont communiqué entre eux avant l’incursion du 6 janvier 2021 au Capitole des États-Unis et ont coordonné leur attaque. Watkins, Crowl et Caldwell sont tous affiliés aux Oath Keepers, tandis que Watkins et Crowl sont également membres de la milice régulière de l’État de l’Ohio. Watkins a prétendu être un commandant de la milice régulière de l’État de l’Ohio dans une publication sur les médias sociaux. [Département de la Justice]

Une lecture attentive de l’acte d’accusation contre Caldwell révèle qu’une certaine « Personne Deux » était un co-conspirateur clé aux côtés de Caldwell dans presque toutes les dimensions pertinentes pour les accusations en question.

La personne n°2 a planifié la logistique avec Caldwell plusieurs jours avant le 6 janvier, est restée dans la même chambre d’hôtel pendant plusieurs jours, et lorsque Caldwell a prétendument « pris d’assaut les barricades » dans les zones restreintes à l’extérieur du Capitole, la personne n°2 aurait « pris d’assaut les barricades » juste à côté de lui.

Mais cinq mois après les actes que les deux co-conspirateurs auraient commis, seul Caldwell a été inculpé. La deuxième personne, pour une raison mystérieuse, reste un co-conspirateur non accusé.

Par exemple, le DOJ allègue :

48. Pendant ce temps, CALDWELL, qui était positionné du côté ouest du Capitole, s’est joint à la PERSONNE DEUX et à d’autres personnes connues et inconnues pour franchir les barricades et monter les escaliers jusqu’à un balcon du côté ouest du bâtiment du Capitole. [DOJ – Quatrième acte d’accusation]

La deuxième personne est avec Caldwell, côte à côte, faisant les mêmes actions, entrant dans les mêmes zones restreintes du Capitole, en sortant, à chaque étape de la journée jusqu’à leur retour à l’hôtel qu’ils partagent ensemble. Mais pour une raison étrange, la deuxième personne, qui n’aurait pas pu obtenir un accord de plaidoyer, n’est pas inculpée, nommée, ou poursuivie du tout. Extrait du mémoire du gouvernement contre le réexamen de la détention :

Nous avez-vous vus prendre d’assaut le Capitole aujourd’hui ? La deuxième personne] est épuisée et vous donnera la version longue plus tard… Je vais vous envoyer maintenant une séquence de photos de notre prise d’assaut, de notre passage à travers la construction et les échafaudages destinés à nous arrêter, de la montée des escaliers où ils lançaient des gaz lacrymogènes, et des sourires après notre entrée, ainsi que de la vue depuis le balcon.

C’est clair ! [Personne deux] et moi avons roulé avec les Oath Keepers et d’autres milices.

De mon côté, une autre série de tirs de gaz lacrymogène sans discernement. Je dois dire que je portais mon drapeau américain, je suis monté sur cette fontaine et j’ai dit « allons-y ». Patriotes en avant ! Et les gens le criaient et nous avons avancé. Je n’oublierai jamais ce sentiment. Et [Personne 2] j’ai dit… voulez-vous y aller et [Personne 2] a dit quelque chose comme allons-y !

Nous sommes arrivés au niveau où ils font l’inauguration et je dois dire que c’était exaltant de se tenir là avec des milliers de personnes, certains même suspendus à l’échafaudage, en agitant mon drapeau américain et [PERSONNE DEUX] en agitant le drapeau en chantant America the beautiful et The Star spangled banner avec des centaines de milliers de personnes que je ne connaissais pas.

De mon côté, les flics sont arrivés au niveau supérieur avec des fusils anti-émeute et à ce moment-là, j’avais laissé [PERSONNE DEUX] et [nom omis] un de nos autres copains près de la balustrade à environ 20 mètres de là.

Et plus encore, du quatrième acte d’accusation :

52. Le 30 décembre 2020, WATKINS et CALDWELL ont échangé les messages texte suivants :

On dirait qu’on a le feu vert pour venir à Washington le 6. Le Rally Point est toujours chez toi ?

CALDWELL : Pas que je sache… Voici le hic : [PERSONNE DEUX] et moi serons dans un hôtel à proximité de la ville à partir du 4, donc nous ne serons même pas là.

Encore plus suspecte que la Personne 2 décrite ci-dessus est la Personne 3, qui est encore un autre co-conspirateur non identifié dans l’acte d’accusation de Caldwell.

Notez que dans le complot du Michigan décrit dans la section précédente, le conducteur principal de la camionnette et le fournisseur d’explosifs étaient tous deux des agents du FBI sous couverture.

Ici, le principal chauffeur de bus et fournisseur supposé d’explosifs des Oath Keepers reste un co-conspirateur non accusé. Cette personne est simplement listée comme « Personne 3 » dans les plaintes.

Considérez ce qui suit du paragraphe 64 de l’acte d’accusation de Caldwell :

Le 1er janvier 2021, CALDWELL a écrit à CROWL : « Vérifiez avec Cap. Je lui ai recommandé l’hôtel suivant qui a encore des chambres (incroyable) ». CALDWELL a ensuite envoyé un lien vers le Comfort Inn Ballston, le même hôtel qu’il avait recommandé à d’autres personnes le 1er janvier. CALDWELL poursuit : « [LA PERSONNE DEUX] et moi nous installons là-bas. La [PERSONNE TROIS] a une chambre et amène quelqu’un. Il sera la force d’intervention rapide. Il va faire froid. Nous avons besoin d’un endroit pour passer la nuit avant le minimum. La [PERSONNE UN] ne m’a jamais contacté donc la [PERSONNE DEUX] et moi allons suivre notre chemin. Je ferai probablement la pré-attaque le 5 bien qu’il y ait des choses à faire ce jour-là. Je pourrai peut-être faire de la chasse de nuit. Des amis Sentinelles de la Caroline du Nord prennent des bus commerciaux tôt le matin du 6 et reviennent le soir même. La [PERSONNE TROIS] aura les provisions au cas où les choses tourneraient mal et que ça devient sérieux pour nous. » [DOJ – Quatrième acte d’accusation]

En argumentant que l’accusé Caldwell devrait se voir refuser la liberté sous caution, le DOJ cite le « rôle de leader de Caldwell dans la planification des événements du 6 janvier » comme incluant « la recherche d’un logement » pour la Personne Trois. Ils se réfèrent même explicitement à la troisième personne comme « un troisième co-conspirateur ». Pourquoi ce « troisième co-conspirateur » n’est-il toujours pas inculpé ?

De manière peut-être plus significative, le gouvernement a avancé, et l’acte d’accusation allègue, que le défendeur Caldwell a joué un rôle de premier plan dans la planification des événements du 6 janvier 2021 : (1) en trouvant un hébergement juste à l’extérieur de Washington, D.C. pour lui-même, le co-défendant Watkins, le co-défendant Crowd, et un troisième co-conspirateur, la Personne Trois, dont Caldwell a dit qu’il ferait partie de la  » force de réaction rapide  » pour soutenir les opérations du 6 janvier (ECF No. 18, p. 7-9) ; (2) en distribuant des cartes à la force de réaction rapide pour l’aider à trouver la route la plus rapide vers le Capitole, si ses services étaient requis (id., p. 9) ; et (3) en discutant de la possibilité de recruter des personnes possédant des bateaux pour se joindre au plan, afin qu’elles puissent participer à la force de réaction rapide et transporter  » les armes lourdes  » à travers le fleuve Potomac, si cela s’avérait nécessaire pendant les événements du 6 janvier (id., p. 9). [DOJ – Requête de cautionnement de Caldwell]

Dans le complot du Michigan, un agent du FBI sous couverture recevait des cartes dessinées à la main par les « comploteurs » en mission de reconnaissance. Ici, dans lors du 6 janvier, c’est encore une fois le mystérieux co-conspirateur non inculpé « Personne 3 » qui reçoit les cartes dessinées à la main :

75. Le 4 janvier 2021, CALDWELL a envoyé par courriel à la PERSONNE TROIS plusieurs cartes accompagnées du message suivant : « Ces cartes vous conduisent de l’hôtel à D.C. et vers l’est, en direction de la zone cible, sur plusieurs routes allant d’ouest en est, dont M street et P street, deux de mes préférées… ». [DOJ – Fourth Superseding Indictment]

De plus, dans le complot du Michigan, l’avocat de la défense prétend que c’est un agent du FBI sous couverture qui a effectivement organisé et payé les chambres d’hôtel lors de la réunion de planification clé du 6 juin 2020.

@robertsnellnews

13 janv. 2021
En réponse à @robertsnellnews
Le groupe a parlé de l’avantage de kidnapper Whitmer avant l’élection présidentielle de novembre 2020, selon le gouvernement.

Whitmer, qui était à l’époque une candidate pressentie pour un poste de ministre dans l’administration de Joe Biden, aurait eu un service de sécurité beaucoup plus important après l’élection présidentielle de novembre 2020.

@robertsnellnews
Joshua Blanchard, l’avocat de Croft, pense que le gouvernement a organisé la réunion des miliciens l’été dernier dans l’Ohio, qui a débouché sur le projet d’enlèvement du gouverneur Whitmer, et qu’il a payé les chambres d’hôtel des participants.

« Le gouvernement est la force motrice », dit Blanchard.

Ici, notre mystérieuse « Personne n°3 » a réservé et payé plusieurs chambres d’hôtel pour les Gardiens du Serment :

68. KELLY MEGGS a payé pour deux chambres, chacune pour deux personnes, au Comfort Inn Ballston du 5 au 6 janvier 2021. Les chambres ont été réservées au nom de la troisième personne.

69. La troisième personne a payé une chambre au Comfort Inn Ballston du 5 au 6 janvier 2021. [DOJ – Fourth Superseding Indictment]

D’après l’acte d’accusation, la Personne 3 était chargée de stocker les armes lourdes à l' »hôtel QRF » et de se tenir prête en tant qu’opérateur QRF au cas où elle serait appelée à apporter les armes directement aux manifestants sur les lieux. Acte d’accusation, paragraphes 83, 84 et 90 et Audience de cautionnement, pp. 13-14].

Ce même schéma s’applique à la réservation de la plupart des chambres d’hôtel des Oath Keepers :

82. Le 4 janvier 2021, la PERSONNE DIX s’est enregistrée au Hilton Garden Inn de Vienna, en Virginie. La chambre a été réservée et payée avec une carte de crédit au nom de la PERSONNE UN.

95. MINUTA, en utilisant son adresse électronique personnelle et son adresse personnelle, a réservé trois chambres à l’hôtel Mayflower à Washington, D.C., sous les noms de MINUTA, JAMES et PERSONNE VINGT. Une carte de débit associée à la PERSONNE QUINZE a été utilisée pour payer la chambre réservée au nom de MINUTA. [Accusation du DOJ]

En effet, l’absence curieuse d’actes d’accusation à l’encontre de l’ensemble des personnes citées comme jouant un rôle de premier plan au sein des Oath Keepers le 6 janvier soulève des signaux d’alarme. Cela inclut : Personne 2, Personne 3, Personne 10, Personne 14, Personne 15, Personne 16, Personne 19 et Personne 20, ainsi que de nombreux co-conspirateurs cités uniquement comme « un individu ».

Par exemple, alors que Jessica Watkins, propriétaire d’un bar transgenre et Oath Keeper de l’Ohio, se trouve sur la mezzanine du Capitole, elle est dirigée, encouragée et poussée par « un individu » dont le DOJ connaît clairement l’identité, puisque le DOJ stipule que cet « individu » a « participé à au moins une opération antérieure des Gardiens du Serment ».

141. Un individu qui avait participé à au moins une opération antérieure des Oath Keepers avec WATKINS a répondu :  » Vas-y Jess. Fais ton putain de truc. C’est pour ça qu’on s’est levé. Tout ce pour quoi on s’est entraîné. » [DOJ Indictment]

Parmi ces personnes, on peut citer l’administrateur présumé de la chaîne Zello « Stop the Steal J6 ».

Le canal Zello en question était alimenté par des personnalités patriotes/militaires qui suivaient et participaient aux activités du 6 janvier en temps réel. Pour ceux qui ne le savent pas, Zello est une application qui permet d’utiliser un talkie-walkie sur un téléphone portable. Les signaux des téléphones étant « brouillés » par les forces de l’ordre dans la zone du Capitole, la fonction talkie-walkie de Zello était utile (et planifiée à l’avance) pour rester en communication.

Le DOJ allègue :

114. A 14h03, l’administrateur du canal Zello « Stop the Steal J6 » a indiqué au groupe : « Vous exécutez une arrestation citoyenne. Arrêtez cette assemblée, nous avons une cause probable pour des actes de trahison, de fraude électorale. » [Accusation du DOJ]

Le ministère de la Justice dit carrément que l’administrateur de la chaîne Zello « dirigeait le groupe » pendant qu’il menait la prétendue attaque du Capitole. Si le groupe mène une conspiration (et c’est ce dont les accusés sont accusés), cet administrateur du canal Zello dirige la conspiration en temps réel. De plus, en appliquant le critère « de choc et d’effroi » de George Tanios, il semblerait certainement que des instructions directes et un encouragement actif à des co-conspirateurs en temps réel pour effectuer des « arrestations citoyennes » sur l’assemblée (vraisemblablement le Congrès) soit bien pire que George Tanios disant simplement « Attendez, attendez, pas encore », qui était le seul crochet nécessaire pour que le DOJ le mette en prison sans caution face à 60 ans d’accusations.

Un rappel important pour le lecteur : le but de cet exercice n’est pas d’encourager la poursuite de ce co-conspirateur ou de tout autre co-conspirateur non inculpé. Le but est de suggérer l’étrangeté du fait que de tels co-conspirateurs n’ont pas été mis en accusation, étant donné la norme absurdement sévère « de choc et d’effroi » appliquée à ceux qui l’ont été. Dans la mesure où ce double standard suggère que le co-conspirateur non inculpé reste tel parce qu’il a une relation avec le gouvernement fédéral, ceci est d’un profond intérêt public.

Nous n’entendons cependant pas légitimer ou excuser la norme « de choc et d’effroi » appliquée aux personnes inculpées, ni la portée étendue et l’application abusive des lois sur la « conspiration » pour cibler les dissidents politiques.

Selon les mêmes critères (absurdes et injustes) de poursuite appliqués à ce cas et à tous les autres cas du 6 janvier, cette déclaration, faite en temps réel par talkie-walkie privé aux Gardiens du Serment à l’intérieur du Capitole, est immédiatement suffisante pour accuser cet « individu » de conspiration également. Cette personne est-elle protégée ? Si oui, pourquoi ?

En ce qui concerne les Proud Boys, il semble que la personne qui a mis en place l’infrastructure de communication des Proud Boys soit toujours protégée par le DOJ. Le DOJ se réfère à cette personne uniquement sous le nom de « UCC-1 » (UCC signifiant « unindicted co-conspirator » en toutes lettres) :

47. À 21 h 09, l’UCC-1 a diffusé un message sur les canaux New MOSD et Boots on the Ground qui se lisait comme suit : En attente du canal partagé baofeng et du canal partagé zello, pas de Color, soyez décentralisés et faites preuve de discernement jusqu’à nouvel ordre ». UCC-1 a également écrit : « Rufio est aux commandes, les flics sont la principale menace, ne vous faites pas attraper par eux ou par le BLM, ne vous saoulez pas avant d’avoir quitté la rue ». UCC-1 a ensuite fourni une fréquence radio spécifique de 477.985. [DOJ – First Superseding Indictment]

Notez que le « canal baofeng » fait ici référence aux radios bidirectionnelles chinoises cryptées Baefeng.

Rappelons qu’au tout début de ce rapport, l’échange lors de l’audition au Sénat (dans lequel la sénatrice Amy Klobachar demande au directeur du FBI Wray s’il souhaite que le FBI infiltre les Proud Boys) commence par son exaspération quant au fait que les Proud Boys ont une « radio chinoise » :

« Et ils se présentent, nous le savons maintenant dans cette plainte, avec des radios chinoises bidirectionnelles cryptées… »

Quelle sombre ironie s’il s’avère que les radios dont il est question ici ont été fournies au groupe Proud Boys par un informateur ou un agent sous couverture !

UCC-1, ainsi que deux autres co-conspirateurs non inculpés, désignés uniquement par les termes « Personne-Un » et « Personne-Deux » dans l’acte d’accusation des Proud Boys, faisaient tous partie de la « direction supérieure » des Proud Boys et semblent avoir été les planificateurs les plus prolifiques et les partisans les plus incendiaires de l' »insurrection » au cours de la période précédant le 6 janvier et le jour même.

Par exemple, le DOJ cite des déclarations faites presque exclusivement par des co-conspirateurs non accusés comme des déclarations qui « ont révélé un plan pour prendre d’assaut le Capitole et laisser la foule se déchaîner. » Vous trouverez ci-dessous une citation directe de cette motion du DOJ. Notez que seule une seule déclaration dans tout cet échange, citée comme la preuve par le DOJ d’une conspiration en cours, est faite par un conspirateur que le DOJ a effectivement inculpé (Charles Donahoe). Même dans ce cas, les déclarations du conspirateur inculpé sont beaucoup moins spécifiques, conspiratrices et incendiaires que celles faites par les co-conspirateurs non inculpés UCC-1, Personne-1 et Personne-2 :

Des déclarations faites au moment de l’événement ont cependant révélé un plan pour prendre d’assaut le Capitole et laisser la foule se déchaîner, par exemple :

UCC-1 : Je veux voir des milliers de normies brûler cette ville en cendres aujourd’hui
Personne-2 : Ce serait épique
UCC-1 : L’Etat est l’ennemi du peuple
. Personne-2 : Nous sommes le peuple
. UCC-1 : Putain oui.
Personne-1 : Que Dieu le laisse arriverJe me contenterai de les voir réduire des porcs en poussière
. Personne 2 : j’emmerde ces traîtres de cocos
. Personne 1 : ça va arriver. Ces normiecons ne contrôlent pas leur adrénaline…Ils sont comme une meute de chiens sauvages
DONOHOE :pars avec une équipe d’environ 15 personnes à 8 h 30 pour aller au monument sans couleurs
. Personne 2 : J’en ai rien à foutre, laissez-les partir.
Personne 1 : Je suis d’accord…

[Dépôt du DOJ du 13 mai, p. 7].

Pour cet échange, fait le 6 janvier, dans le chat exclusif et crypté des Proud Boys réservé aux dirigeants, le DOJ a des raisons suffisantes pour inculper UCC-1, Personne-1 et Personne-2 comme co-conspirateurs.

Mais les rôles de l’UCC-1, de la Personne-1 et de la Personne-2 semblent encore pires quand on comprend la structure et la hiérarchie de la chaîne de commandement des Proud Boys le 6 janvier.

Tout d’abord, il n’y avait qu’une très petite poignée de personnes dans le chat Telegram privé « upper tier leadership » des Proud Boys. Lorsque le canal a été créé le 29 décembre 2020, il n’y avait que six personnes, dont le président national des Proud Boys, Enrique Tarrio, le « leader d’opinion » de longue date des Proud Boys, Joseph Biggs, le chef de chapitre des Proud Boys d’Auburn, Ethan Nordean, et le chef de chapitre des Proud Boys de Philadelphie, Zachary Rehl. Il y a donc quatre personnes nommées et deux non nommées.

Le 29 décembre 2020, le président des Proud Boys a annoncé la direction et la structure du ministère de l’autodéfense. La direction et la structure comprenaient une « direction de niveau supérieur » de six personnes, dont le président des Proud Boys, Nordean, Biggs et Rehl. Plus tard dans la soirée, Donohoe a expliqué la structure en référence au voyage à Washington, D.C. Entre autres choses, Donohoe a expliqué que le MOSD était un « chapitre spécial » au sein de l’organisation. Le « chapitre spécial » ne devait pas avoir d’interaction avec les autres Proud Boys participant à l’événement. Les autres Proud Boys participant à l’événement devaient se coordonner avec leurs propres chapitres et « faire ce que vous voulez ». [Dépôt du DOJ du 13 mai, pp. 3-4].

Après le 6 janvier, il est apparu que le président national des Proud Boys, Enrique Tarrio, était un informateur « prolifique » du FBI depuis des années, et que le « leader d’opinion » des Proud Boys, Joseph Biggs, était un informateur du FBI depuis plusieurs mois.

La veille du 6 janvier, le président national des Proud Boys, Enrique Tarrio, un informateur connu du FBI, a été arrêté pour détention d’armes et un juge lui a ordonné de ne pas se rendre à Washington.

Enrique Tarrio, le chef du groupe d’extrême droite Proud Boys, a reçu l’ordre de ne pas se rendre à Washington, après avoir été arrêté pour vandalisme et port d’armes. Cette décision intervient un jour avant que des manifestations pro-Trump ne soient prévues à Washington, alors que le Congrès se réunit pour compter les votes du collège électoral avant l’investiture du président élu Joe Biden le 20 janvier.

Tarrio a été libéré mardi, mais la juge Renee Raymond lui a ordonné de ne pas s’approcher de Washington. Raymond a déclaré que la demande du gouvernement pour que Tarrio reste à l’écart était raisonnable étant donné ses déclarations antérieures sur le fait de brûler tout ce qui est associé à Black Lives Matter. Raymond a également ordonné que Tarrio ne possède pas d’arme à feu ou de munitions pendant son séjour à Washington.

Tarrio a été arrêté lundi après son arrivée à Washington pour une accusation découlant de la destruction d’une bannière Black Lives Matter dans une église historiquement noire. On a découvert qu’il était en possession de plusieurs armes à feu à grande capacité, ce qui a donné lieu à des accusations de crime. [CBS]

Une discussion complète sur Tarrio n’entre pas dans le cadre de cet article. Pour l’instant, nous noterons simplement qu’il est remarquablement commode que le chef des Proud Boys, un informateur connu du FBI, ait été arrêté et interdit de séjour à Washington la veille de la manifestation du 6 janvier, à laquelle les Proud Boys participaient.

Quelle meilleure excuse pour le leader de ne pas être présent ce jour fatidique ?

Lors de l’arrestation de Tarrio le 4 janvier, les « dirigeants de haut niveau » de la chaîne Telegram de MOSD ont été « éliminés » et une chaîne, « New MOSD », a pris sa place. Nous savons maintenant que ce groupe Telegram de haut niveau comprenait les co-conspirateurs non inculpés UCC-1, Personne-1 et Personne-2 (ainsi que le chef de chapitre des Proud Boys de Caroline du Nord, Charles Donahoe).

Le 4 janvier 2021, peu de temps après l’arrestation du chef des Proud Boys en vertu d’un mandat émis par la Cour Supérieure de D.C., DONOHOE a exprimé sa crainte que les communications cryptées impliquant le chef des Proud Boys soient compromises lorsque les forces de l’ordre examineraient le téléphone du chef des Proud Boys. DONOHOE a alors créé un nouveau canal sur l’application de messagerie cryptée, intitulé « New MOSD », et a pris des mesures pour détruire ou « nuke » le canal précédent. Après sa création, le canal « New MOSD » comprenait NORDEAN, BIGGS, REHL, DONOHOE et une poignée d’autres membres. DOJ – First Superseding Indictment] (DOJ – Premier acte d’accusation)

Le DOJ cite la Personne-1 qui a dit ce qui suit :

Personne 1 : Dieu a permis que ça arrive…Je me contenterai de les voir réduire des porcs en poussière
. Personne 1 : Ça va arriver. Ces normicons n’ont aucun contrôle sur l’adrénaline…Ils sont comme une meute de chiens sauvages
. Personne 2 : Qu’ils se lâchent
Personne 1 : Je suis d’accord…

[Motion d’obligation]

De plus, le DOJ cite la Personne-1 comme appartenant à la « direction de niveau supérieur » des Proud Boys :

Un appel vidéo a été organisé avec les membres potentiels de la MOSD le 30 décembre 2020. Les dirigeants autoproclamés du MOSD ont présenté le chapitre et expliqué les attentes, notamment la stricte chaîne de commandement. Comme l’a expliqué un membre (« Personne-1 ») de la direction de niveau supérieur…

[Motion d’obligation]

Ce co-conspirateur non inculpé, Personne-1, a ensuite expliqué que tous les leaders des Proud Boys devaient obéir aux ordres de n’importe quelle personne du chat des dirigeants. Cela signifie que UCC-1, Personne-1 et Personne-2 avaient une autorité directoriale sur les accusés du groupe :

« Les instructions peuvent provenir de n’importe quelle personne que vous voyez sur votre écran en ce moment… mais la chose que tout le monde doit comprendre, c’est que oui, différentes personnes peuvent vous dire des choses, mais ce sont toutes des informations provenant du même plan. [Joe Biggs] ne va pas vous dire quelque chose de différent de ce que je vais vous dire. [Le président des Proud Boys] ne vous dira pas quelque chose de différent de ce que Zach [Rehl] va vous dire. C’est un seul et même plan opérationnel, alors ne vous attardez pas sur la livraison. Les informations sont toutes les mêmes. [Motion d’adhésion]

Donc, si l’UCC-1, la Personne-1 et/ou la Personne-2 étaient des informateurs ou des agents sous couverture, notez que les instructions qu’ils ont données aux autres Proud Boys dans le chat devaient être considérées comme des instructions venant directement « d’en haut ».

40. Le 4 janvier 2021, à 19 h 15, DONOHOE a posté un message sur divers canaux de messagerie cryptés, dont le New MOSD, où l’on pouvait lire : « Hé, on vous a donné des instructions et écoutez-moi bien ! Il n’y a aucune planification d’aucune sorte. J’ai besoin d’être mis dans n’importe quelle nouvelle chose qui est créée… DONOHOE a ensuite écrit, « Arrêtez tout immédiatement » et ensuite « Cela vient d’en haut ».

Et en fait, ces co-conspirateurs non inculpés semblaient l’emporter sur les accusés inculpés :

41. Le 4 janvier 2021, à 20 h 20, un co-conspirateur non identifié ( » UCC-1 « ) a posté sur le canal New MOSD : « Nous avions initialement prévu de les diviser et de choisir des canaux Baofeng. » [DOJ – First Superseding Indictment].

Le lendemain, UCC-1 a effectivement installé et distribué la fréquence radio chinoise Baofeng [paragraphe 47].

Pendant que l’UCC-1 installait les radios chinoises et les équipes de talkie-walkie, et que la Personne-1 donnait des instructions opérationnelles, la Personne-2 postait de façon répétée dans le chat de la haute direction les commentaires les plus incendiaires et incitatifs de toute l’organisation :

Le 4 janvier, avant son arrivée à Washington, D.C., le président des Proud Boys a fait savoir qu’il s’attendait à être arrêté à son arrivée à Washington, D.C. Peu de temps après, UCC-1 a écrit : « Nous devrions le dire à nos gars et doubler la mise ». Un autre membre de la direction du MOSD (« Personne-2 ») a ensuite écrit : « Je dis merde. On la déclenche [.] » La Personne-2 a ensuite posté « J20 », puis « On les traîne par les putains de cheveux » et enfin « S’ils la volent [.] ».

Notamment, la Personne-1 et la Personne-2 sont les mêmes participants aux discussions Telegram du 6 janvier qui ont exprimé leur espoir que les « normies » réduisent cette ville en cendres et ont suggéré que les personnes sur le terrain les relâchent. De plus, c‘est la personne 2 qui a posté une alerte dans les messages Telegram : « On prend d’assaut le Capitole maintenant » et a demandé aux participants « d’y aller ». [Requête du DOJ]

Si l’on se réfère à la norme sévère de l’accusation  » choc et crainte  » appliquée à George Tanios, il est difficile de comprendre comment les co-conspirateurs non inculpés décrits ci-dessus n’ont pas encore été inculpés.

Pour rappel, nous ne préconisons pas la poursuite ou l’inculpation de qui que ce soit. Nous soulignons plutôt le fait que deux poids, deux mesures semblent s’appliquer à certaines personnes inculpées (George Tanios, par exemple) et à un certain nombre de co-conspirateurs non inculpés très suspects, en tenant compte de la forte possibilité que ces dernières catégories contiennent des informateurs fédéraux et des agents sous couverture.

Conclusion

En guise de conclusion, revenons sur une caractéristique curieuse du complot du Michigan décrite plus haut dans ce rapport.

Lors de l’une des scènes les plus marquantes de l’intrigue, dans le van principal qui se rend dans la maison de vacances de Whitmer, trois des cinq personnes du van – 60 % des principaux responsables de l’intrigue – étaient des agents et des agents secrets :

31. FOX, CROFT, un CHS-2, un UCE et un individu du Wisconsin ont voyagé dans le premier véhicule. Pendant qu’ils étaient dans le véhicule, CROFT et FOX ont discuté de la détonation d’engins explosifs [DOJ Indictment].

Le FBI et le DOJ se sont donné beaucoup de mal pour dissimuler le fait que le cinquième homme dans la camionnette, « un individu du Wisconsin », était en fait un informateur fédéral profondément infiltré.

Cet « individu » aurait organisé la réunion initiale du 6 juin 2020 à Dublin, dans l’Ohio, où tout le complot du Michigan aurait été ourdi. Il aurait même payé les chambres d’hôtel des participants pour s’y rendre.

Il n’est pas étonnant que le FBI-DOJ ait tenté de dissimuler le rôle central de leur taupe dans la mise en place d’une conspiration entièrement imputée aux groupes de patriotes/miliciens !

L' »individu du Wisconsin », également mentionné à plusieurs reprises dans les documents des tribunaux du Michigan comme « un individu », est la taupe de longue date du gouvernement, Steve Robeson. Nous le savons, parce qu’en novembre 2020, un mois après que l’acte d’accusation d’octobre 2020 a été déposé, Steve Robeson a fait sauter sa couverture en se répandant sur un livestream : « Je suis l’individu du Wisconsin.

La plainte pénale décrit une opération de surveillance effectuée à la mi-septembre, tard dans la nuit, entre le site d’entraînement isolé du groupe à Luther et la maison de vacances de Whitmer dans le nord du Michigan. Trois véhicules ont fait le trajet, dont un camion contenant cinq personnes : le chef de file accusé Adam Fox, Croft, un informateur, un agent du FBI sous couverture et « un individu du Wisconsin ».

« C’est moi », dit Robeson aux membres pendant la réunion en ligne. « Je suis l’individu du Wisconsin. » [Detroit News]

Steve Robeson, 58 ans, a infiltré des groupes de patriotes/milices d’extrême droite en tant qu’informateur secret pour le gouvernement fédéral pendant plus de 35 ans.

Robeson a l’habitude de témoigner pour le gouvernement. En 1985, il a témoigné contre un suspect dans une affaire de meurtre et d’incendie criminel impliquant des membres de la bande de motards des Ghost Riders, selon un article du Wisconsin State Journal. L’article dépeint Robeson comme un mouchard qui partageait la cellule de la prison du comté avec l’un des accusés dans cette affaire. [Detroit News]

En guise d’avant-première de ce qui pourrait arriver à certains des co-conspirateurs non inculpés pour les événements du 6 janvier, le FBI-DOJ a brûlé Robeson, leur propre informateur secret, en frappant l’homme qu’ils avaient payé pour infiltrer les groupes patriotes d’une inculpation de 10 ans pour possession d’une arme à feu (en tant que pédophile condamné, il n’était pas autorisé à posséder une arme, ce que le FBI savait évidemment à l’avance). Peut-être est-ce le prix que Robeson a payé pour avoir grillé sa couverture ?

Il y a un moment fascinant dans l’audience préliminaire du 14 octobre où l’agent spécial Richard Trask du bureau local du FBI de Detroit apporte des notes personnelles à la barre, qu’il ne consulte que lorsqu’il parle d’événements clés concernant « l’individu du Wisconsin ». Lorsqu’il est interrogé lors du contre-interrogatoire sur le contenu des notes et sur la raison pour laquelle elles n’ont pas été divulguées à l’avocat de la défense, l’agent spécial Trask admet que ses notes ont été préparées lors d’une réunion conjointe la veille entre le FBI et le DOJ. Lorsque l’avocat de la défense, M. Graham, demande au juge une copie des notes, le procureur du DOJ, M. Kessler, se précipite pour préciser que l’avocat de la défense n’obtiendra qu’une version expurgée des notes car elles concernent des co-conspirateurs non accusés et des informateurs à identité cachée. Transcription de l’audience préliminaire – voir aussi les séquences d’images 1, 2, 3, 4].

Le fait que Steve Robeson (« un individu ») ait été démasqué comme une taupe du FBI profondément infiltrée il y a seulement quelques mois dans l’affaire du Michigan, parmi d’autres incidents, remet en question tous les principaux co-conspirateurs non inculpés dans l’affaire du 6 janvier

, désignés uniquement par « un individu ». En effet, dans l’affaire Robeson, le FBI et le DOJ ont conspiré pour utiliser cette même astuce linguistique afin de cacher l’existence d’informateurs secrets du FBI au juge, aux avocats de la défense et au public.

En fin de compte, nous nous retrouvons avec des questions brûlantes qui devraient entièrement remodeler la façon dont la nation pense et parle des événements du 6 janvier.

À partir de maintenant, chaque politicien, commentateur et citoyen concerné qui se soucie du 6 janvier a le devoir de faire pression sur le directeur du FBI, Christopher Wray, pour qu’il fasse toute la lumière.

Au tout début de cet article, nous avons attiré l’attention sur le fait que la sénatrice Klobuchar a interrogé Christopher Wray sur l’infiltration, mais en formulant la question d’une manière qui suppose qu’il n’y en avait pas. Ne vous en voulez vous jamais, a-t-elle demandé au directeur du FBI, de ne pas avoir infiltré ces groupes qui prévoyaient de commettre des actes de violence le 6 janvier ?

Maintenant, armé des formidables recherches de cet article, tout politicien à la place de la sénatrice Klobuchar devrait s’en vouloir s’il ne pose pas la question suivante :

Directeur Wray : Combien de co-conspirateurs non inculpés dans les affaires du 6 janvier sont maintenant, ou ont été, des agents sous couverture ou des informateurs confidentiels ?

En effet, en tirant sur le fil développé dans ce rapport novateur, on pourrait découvrir ce que le FBI savait réellement sur le 6 janvier, ce qui pourrait constituer un scandale extraordinaire.

Restez à l’écoute. Nous n’avons pas encore fini.

Unindicted Co-Conspirators in 1/6 Cases Raise Disturbing Questions of Federal Foreknowledge - ...
Unindicted co-conspirators could unravel the full story of what the FBI knew in advance about the January 6th Capitol Riots.

Chapitres