Les Démocrates incluent de l’argent pour les cliniques qui pratiquent l’avortement dans le plan de relance contre le COVID de 2000 milliards de dollars

Live du 16 fév 2021
16 février 2021
La fondation Judicial Watch intente un procès contre la police du Capitole
17 février 2021
Senate Democrats 

Un projet de loi de relance massif mélangé avec des priorités progressistes

Dans le plan de relance de l’administration Biden contre les coronavirus, d’un montant de 1,9 billion de dollars, se trouve une disposition visant à rétablir le financement public de millions de dollars pour le Planned Parenthood (Le planning familial).

Le plan de relance de 1,9 billion de dollars qui, selon les démocrates, vise à relancer l’économie, donne un coup de pouce de 50 millions de dollars au programme de planning familial du titre X, qui, sous l’administration Biden, fournira des fonds publics aux prestataires d’avortement tels que le Planning familial. L’administration Trump avait modifié le Title X family programm pour rendre les structures pratiquant l’avortement inéligibles à ces fonds, qui sont destinés aux services de santé et aux services sociaux à la famille, mais ce changement est en train d’être inversé, rétablissant un flux de revenus géant pour le Planning familial.

Si le plan de relance vise à relancer une économie qui souffre des conséquences de la COVID-19 et des restrictions gouvernementales sur l’activité économique, il comporte également des objectifs politiques progressistes majeurs. En plus d’augmenter le financement des contribuables pour les services d’avortement, le bouquet d’aide comprend également une disposition visant à augmenter le salaire minimum à 12€ de l’heure. Les démocrates du Sénat prévoient d’utiliser le processus de réconciliation budgétaire pour faire passer cet ensemble d’aides, ce qui signifie qu’il peut être adopté avec seulement 50 voix en sa faveur et que la vice-présidente Kamala Harris brisera l’égalité.

L’impulsion donnée au programme Title X intervient après de longues batailles sur le rôle du Planning Familial dans le financement et les plans de relance du gouvernement. Certains États ont déclaré que l’avortement était un service essentiel et ont permis aux cliniques d’avortement de rester ouvertes, tandis que d’autres ont ordonné la fermeture des cliniques dans le cadre des fermetures liées aux coronavirus. En Pennsylvanie, par exemple, le gouvernement Tom Wolf (D.) a ordonné la suspension de toutes les chirurgies électives pendant la crise tout en exemptant les cliniques d’avortement. Des États comme l’Arkansas, l’Oklahoma et le Texas ont tous pris des mesures pour suspendre les services d’avortement, ce qui a déclenché des batailles juridiques.

En outre, certains États bleus ont également pris des mesures pour élargir l’accès à l’avortement par la télémédecine dans les premiers jours de la pandémie. Un groupe de procureurs généraux des États démocrates a demandé à la FDA – (Food and Drug Administration) d’assouplir les restrictions sur les médicaments pour l’avortement. En janvier, cependant, la Cour suprême s’est prononcée contre l’autorisation de prescrire des médicaments pour l’avortement à distance.

Avec Biden au pouvoir, le Planning familial a une administration beaucoup plus souple après quatre ans d’affrontements répétés avec l’administration Trump.

Le Planning familial a quitté le programme de planning familial Title X family programm sous l’administration Trump après que l’administration ait modifié ses exigences pour interdire l’orientation vers l’avortement.

L’administration a également exigé que les prestataires de soins de santé inscrits au programme de financement maintiennent une séparation physique entre les centres d’avortement et les autres établissements. Ce retrait a coûté à l’organisation 60 millions de dollars de financement annuel.

Le Planning familial a également obtenu 80 millions de dollars de prêts d’aide à la lutte contre les coronavirus dans le cadre du programme de protection des salaires de l’administration des petites entreprises pendant la première vague de relance. Les républicains et l’administration Trump ont demandé à l’organisation de restituer le financement et ont poussé le ministère de la Justice à enquêter sur la manière dont le groupe a obtenu ce financement. L’administration Biden n’a pas répondu à une demande de commentaires sur la question de savoir si l’organisateur aura accès à d’autres financements.

Les groupes pro-vie (Anti-avortement) ont dénoncé l’augmentation du financement par les contribuables. « Les démocrates de la Chambre des représentants poussent honteusement à une expansion massive de l’avortement sur demande, payée avec l’argent des contribuables, sous le couvert d’un allègement de COVID-19 – y compris des versements au géant de l’avortement Planned Parenthood », a déclaré Marjorie Dannenfelser, présidente de Susan B. Anthony List, dans un communiqué.

Le Planning familial n’a pas répondu à une demande de commentaires concernant sa position sur la législation et s’il prévoit de faire une demande pour une aide financière supplémentaire.