Les électeurs de Pennsylvanie imposent de nouvelles limites aux pouvoirs du gouverneur

Article original datant du 19/05/21

Les électeurs de Pennsylvanie sont devenus les premiers du pays à limiter les pouvoirs d’urgence de leur gouverneur.

Les électeurs de Pennsylvanie sont devenus les premiers du pays à limiter les pouvoirs d’urgence de leur gouverneur, en approuvant les amendements constitutionnels proposés par les législateurs républicains en colère contre la gestion de l’épidémie de COVID-19 par le gouverneur démocrate Tom Wolf.

Le vote sur le bulletin de vote de la primaire de mardi est intervenu alors que les législateurs républicains de tout le pays ont cherché à réduire les pouvoirs d’urgence que les gouverneurs ont exercés pendant la pandémie de COVID-19.

Les amendements constitutionnels donneront aux législateurs beaucoup plus de pouvoir sur les déclarations de catastrophe, qu’il s’agisse d’une autre pandémie ou d’une catastrophe naturelle.

Les républicains considèrent le référendum comme une victoire à forte connotation politique, alors que l’État se prépare à une élection au poste de gouverneur très ouverte en 2022 et que Wolf quittera ses fonctions après deux mandats.

Les républicains de la législature de l’État et ceux qui visent à le remplacer en 2023 ont fait de Wolf une cible politique de premier plan, attaquant à plusieurs reprises sa gestion pendant la pandémie, y compris ses ordres de fermer des entreprises, de renvoyer les étudiants à la maison pour un enseignement en ligne et d’ordonner le port du masque à l’extérieur.

« Hier soir, les Pennsylvaniens ont voté pour rejeter l’excès de pouvoirs exécutifs du gouverneur démocrate Tom Wolf après l’échec de sa gestion du COVID – un signe clair de la responsabilité à venir en 2022 », a tweeté mercredi la présidente du Comité National Républicain, Ronna McDaniel.

Le président du parti Républicain de l’État, Lawrence Tabas, a déclaré dans un communiqué que les Pennsylvaniens avaient voté pour « mettre un terme à la dictature du gouverneur Tom Wolf ».

M. Wolf a largement levé les ordres qu’il avait donnés pour endiguer la propagation du coronavirus, les dernières limitations concernant la capacité des foules étant levées après le 30 mai et le port du masque étant obligatoire pour les personnes non vaccinées, conformément aux directives fédérales, jusqu’à ce que 70 % des adultes soient vaccinés.

Le bureau de M. Wolf a maintenu que la déclaration de catastrophe n’affecte pas les ordonnances destinées à empêcher la propagation du COVID-19.

Elle assouplit plutôt les réglementations pour les professionnels de la santé, donne à l’État l’accès à l’aide d’urgence fédérale et rationalise les déploiements de la Garde Nationale, entre autres choses, a déclaré son bureau.

Dans des déclarations faites mercredi, les principaux républicains de l’assemblée législative ont qualifié le vote de victoire pour les droits et les libertés individuels, et d’initiative visant à rétablir l’équilibre des pouvoirs pour assurer le fonctionnement d’un gouvernement collaboratif.

Wolf a dit qu’il a parlé avec les dirigeants législatifs des deux partis pour tracer une voie à suivre.

« Nous entamons donc cette conversation », a-t-il déclaré mercredi lors d’une conférence de presse à Pottstown. « Vous ne pouvez pas simplement appuyer sur un interrupteur et faire le changement. Mais les électeurs ont parlé, et nous allons faire ce que, je pense, les électeurs attendent de nous et faire de notre mieux. »

M. Wolf s’était fermement opposé aux amendements, déclarant en janvier que les républicains injectaient de la politique partisane aux les mesures d’urgence aux catastrophes dans une « prise de pouvoir à peine voilée ». La semaine dernière encore, il a averti que ces dispositions constituaient une menace pour le bon fonctionnement d’une société qui doit répondre à des catastrophes de plus en plus complexes.

Il a adopté un ton plus conciliant mercredi.

« Il n’y a aucun doute que je me suis opposé à cela. Je l’ai dit à de nombreuses reprises et de différentes manières », a déclaré M. Wolf. « Mais les électeurs ont parlé, et la Pennsylvanie veut changer les règles. Et je pense qu’il nous incombe de faire de notre mieux pour que ces règles fonctionnent. »

Les républicains ont accusé M. Wolf d’être alarmiste et ont l’Histoire de leur côté : La dernière fois que les électeurs ont rejeté une question de scrutin, c’était en 1993, selon les informations fournies par l’État.

Alors que le dépouillement des votes n’était pas encore terminé mercredi, le soutien aux deux questions était en tête avec 53 % des voix, 89 % des bureaux de vote ayant donné leur réponse. Plus de 2,1 millions de bulletins ont été déposés, soit moins d’un quart des 8,7 millions d’électeurs inscrits de l’État.

Les questions demandaient aux électeurs de mettre fin à la déclaration de catastrophe d’urgence du gouverneur après 21 jours et de donner aux législateurs le pouvoir exclusif de la prolonger ou d’y mettre fin à tout moment par un vote à la majorité simple.

Avant mardi, la constitution exigeait un vote à la majorité des deux tiers des législateurs pour mettre fin à une déclaration de catastrophe du gouverneur et, légalement, le gouverneur pouvait émettre une déclaration d’urgence pour une durée maximale de 90 jours et la prolonger sans limite.

Les gouverneurs n’ont pas leur mot à dire sur les propositions que les législateurs soumettent au vote pour modifier la constitution de l’État.

Entre-temps, la déclaration de catastrophe d’urgence du gouverneur pour la pandémie devait expirer jeudi à minuit.

M. Wolf a déclaré qu’il avait discuté avec les législateurs du renouvellement de cette déclaration, soulignant la nécessité de maintenir la flexibilité et l’accès à l’aide fédérale.

Il est possible que les législateurs choisissent les mesures de la gestion de la catastrophe qu’ils souhaitent prolonger ou supprimer.

Les amendements constitutionnels prendront effet après que l’État aura certifié le résultat des élections, probablement au début du mois de juin.

Pennsylvania voters impose new limits on governor's powers
Pennsylvania voters became the first in the nation to curb their governor’s emergency powers

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations