Les États-Unis envoient des B-52 dans une tentative désespérée d’empêcher les talibans de s’emparer de villes clés afghanes…

Article original datant du 07/08/21

…où les troupes britanniques ont combattu et sont mortes – alors que les combattants s’emparent d’une prison et libèrent tous les détenus dans la dernière ville à tomber.

  • Les bombardiers B-52 et les hélicoptères de combat AC-130 Spectre attaquent les terroristes talibans.
  • Les talibans progressent dans tout l’Afghanistan à mesure que les États-Unis se retirent.
  • L’armée et l’armée de l’air afghanes ont lutté contre les insurgés talibans.
  • Le gouvernement britannique a conseillé à tous les Britanniques de quitter l’Afghanistan immédiatement.

Le président américain Joe Biden a ordonné aux bombardiers B-52 et aux hélicoptères de combat Spectre de cibler les terroristes talibans en Afghanistan, qui avancent vers trois villes clés.

Le bombardier stratégique de l’époque de la guerre froide a volé pour la première fois dans les années 1950, mais il est toujours utilisé en raison de sa charge utile de 70 000 livres (31 750 kg, NdT) et de son rayon d’action de plus de 13 000 kilomètres.

Ils sont appuyés par des hélicoptères de combat AC-130 Spectre, armés d’un canon Gatling de 25 mm, d’un canon Bofors de 40 mm et d’un canon M102 de 105 mm, qui peuvent fournir des tirs aériens d’une grande précision.

Les talibans ont progressé dans tout l’Afghanistan après le retrait de la coalition dirigée par les États-Unis de ce pays déchiré par la guerre, laissant les forces de défense du pays, en difficulté, s’occuper des terroristes.

Plus tôt dans la journée, les talibans ont pris la ville de Sheberghan, dans la province de Jawzjan, a confirmé à l’AFP le gouverneur adjoint de la région.

Il s’agit de la deuxième capitale provinciale à tomber aux mains des insurgés au cours des dernières 24 heures, après celle de Zaranj hier.

Une vidéo est apparue sur les médias sociaux, qui semble montrer des prisonniers fuyant à Shiberghan après que les talibans ont réussi à prendre le contrôle de la prison.

De même, un autre clip sur Twitter semble montrer que quelque chose de similaire s’est produit à Zaranj, à plus de 700 miles de là.

Members of the anti-Taliban 'Sangorians' militia have been involved in bitter fighting with the Islamic terrorists in Lashkar Gar in Helmund Provice
Les membres de la milice anti-talibans « Sangorians » ont été impliqués dans des combats acharnés avec les terroristes islamiques à Lashkar Gar, dans la province d’Helmund.
A video has emerged on social media which appears to show prisoners fleeing in Shiberghan after the Taliban managed to gain control of the prison
Une vidéo a été diffusée sur les réseaux sociaux, montrant des prisonniers fuyant à Shiberghan après que les Talibans ont réussi à prendre le contrôle de la prison.
The B-52 bomber can carry up to 32 tonnes of munitions and has a range of 8,800 miles
Le bombardier B-52 peut transporter jusqu’à 32 tonnes de munitions et a une portée de 8 800 miles.
British troops, pictured in 2006 previously patrolled the area around Lashkar Gah, which is now threatened with being over-run by the Taliban
Les troupes britanniques, photographiées en 2006, patrouillaient auparavant dans la région de Lashkar Gah, qui est aujourd’hui menacée d’être envahie par les talibans.

@bsarwary
Zaranj, Nimroz, les évasions de prisons par les talibans sont au cœur de leur stratégie militaire. Les talibans envoient un message fort à leurs combattants dans les villages, les districts et les villes : ils ne seront pas laissés seuls. Les talibans ont attaqué des prisons dans tout l’Afghanistan.

Les talibans exercent également une pression sur Herat, Lashkar Gah et Kandahar, où les troupes britanniques étaient déployées pendant la campagne afghane il y a près de dix ans.

Qader Malia, gouverneur adjoint de Jawzjan, a déclaré : « Les forces (gouvernementales) et les fonctionnaires se sont retirés à l’aéroport ».

L’armée de l’air afghane est tributaire des avions et des hélicoptères fournis par les États-Unis, qui manquent aujourd’hui de pièces de rechange et de techniciens qualifiés depuis le retrait des contractants américains.

Des sources de la défense américaine ont déclaré au Times Magasine que les B-52 et les AC-130 ciblent les insurgés autour de Kandahar, Herat et Lashkar Gar dans la province de Helmand.

Les B-52 opèrent depuis le Qatar, tandis que le porte-avions USS Ronald Reagan est déployé dans la mer d’Oman. Ce navire de guerre à propulsion nucléaire dispose d’une flotte de F/A-18 Super Hornets.

L’armée de l’air afghane est équipée de quelques avions d’attaque légers à turbopropulseurs tels que l’A-29 Super Tucano, bien que seuls 30 pilotes aient été qualifiés depuis 2015.

Another clip on Twitter appeared to show something similar had happened in Zaranj, more than 700 miles away
Un autre clip sur Twitter semblait montrer que quelque chose de similaire s’était produit à Zaranj, à plus de 700 miles/1100km de là.

En réponse à @bsarwary
Les combattants fidèles au Maréchal Dostum sont de retour au bureau du gouverneur à Shiberghan – le bâtiment a changé de mains entre les Talibans et les combattants fidèles au Maréchal Dostum. Les combats se poursuivent entre l’ANDSF et les Talibans à Shiberghan.

@bsarwary
Des prisonniers s’enfuient de la prison de Shiberghan après que les talibans aient réussi à en prendre le contrôle. #Prisonbreak

The AC-130 Spectre gunship has a 25mm Gatling gun, a 40mm Bofors cannon and a 105mm cannon - making it an aerial artillery platform
L’AC-130 Spectre est équipé d’un canon Gatling de 25 mm, d’un canon Bofors de 40 mm et d’un canon de 105 mm, ce qui en fait une plate-forme d’artillerie aérienne.

Les derniers militaires américains doivent être retirés d’Afghanistan le 31 août, ce qui a entraîné l’offensive des talibans.

Le gouvernement n’a pas démenti l’affirmation du politicien Mohammad Karim Jawzjani selon laquelle des combattants talibans étaient entrés dans Sheberghan, mais a déclaré que la ville n’était pas tombée.

Si la ville tombe, elle sera la deuxième capitale provinciale en autant de jours à succomber aux talibans.

Plusieurs autres des 34 capitales provinciales du pays sont menacées.

Vendredi, les Talibans ont pris le contrôle de Zaranj, la capitale provinciale de Nimroz, dans le sud-ouest du pays, où le gouvernement affirme qu’il combat toujours les insurgés à l’intérieur de la capitale.

Zaranj est particulièrement stratégique car c’est le fief du seigneur de guerre ouzbek Rashid Dostum, allié des États-Unis, dont les milices font partie de celles qui ont été ressuscitées pour aider les forces de sécurité et de défense nationales afghanes.

Des habitants de Sheberghan ont fait état de lourdes frappes aériennes. Ils ont également déclaré que les talibans avaient libéré des prisonniers de la prison de la ville.

Ils ont demandé à rester anonymes par crainte de représailles des deux côtés.

The Taliban also captured its first regional capital - the city of Zaranj, in Nimroz province near the border with Iran, as it pushed to retake control of the country
Les talibans ont également pris leur première capitale régionale, la ville de Zaranj, dans la province de Nimroz, près de la frontière avec l’Iran, alors qu’ils tentaient de reprendre le contrôle du pays.

Les combattants talibans ont envahi de vastes étendues de l’Afghanistan à une vitesse surprenante, s’emparant d’abord de districts, souvent situés dans des zones reculées.

Ces dernières semaines, ils ont assiégé plusieurs capitales provinciales du pays, alors que les dernières troupes américaines et de l’OTAN quittent le pays.

Le commandement central américain affirme que le retrait est achevé à plus de 95 % et qu’il sera terminé le 31 août.

L’US Air Force continue d’aider l’armée de l’air afghane à bombarder des cibles talibanes dans les provinces méridionales de Helmand et de Kandahar, alors que les forces de sécurité afghanes tentent d’empêcher une prise de pouvoir par les talibans.

Dans la capitale provinciale de Helmand, Lashkar Gah, les forces commando d’élite afghanes, aidées par les troupes régulières, tentent de déloger les talibans, mais sans grand succès, a déclaré Nafeeza Faiez, membre du conseil provincial.

Les troupes talibanes contrôlent neuf des dix districts de police de la ville.

Mme Faiez a déclaré que les conditions de vie des habitants sont désespérées, car ils se terrent dans leurs maisons, sans pouvoir s’approvisionner ou se rendre dans les hôpitaux pour y être soignés.

De nombreux bâtiments publics ont également été gravement endommagés par les combats.

Elle a déclaré : « Les gens n’ont accès à aucun service ».

Plus de la moitié des 421 districts et centres de district d’Afghanistan sont désormais aux mains des talibans.

Si beaucoup sont situés dans des régions reculées, certains sont extrêmement stratégiques, donnant aux talibans le contrôle de passages frontaliers lucratifs avec l’Iran, le Tadjikistan et le Pakistan.

Vendredi, la force insurrectionnelle a fermé l’une des frontières les plus lucratives du pays avec le Pakistan à Spin Boldak, dans le sud-est de l’Afghanistan.

Les talibans protestent contre la demande du Pakistan, qui exige que tous les Afghans franchissant la frontière soient munis d’un passeport afghan et d’un visa pakistanais.

Le groupe a déclaré que le Pakistan mettait en œuvre les demandes du gouvernement afghan et a exigé le rétablissement des procédures antérieures dans lesquelles les identités étaient rarement vérifiées lorsque les personnes traversaient la frontière.

En raison de la détérioration de la situation en matière de sécurité, le gouvernement a conseillé à tous les ressortissants britanniques en Afghanistan de quitter le pays immédiatement en raison de la « détérioration de la situation en matière de sécurité ».

Le site web du Foreign, Commonwealth and Development Office a été mis à jour vendredi, déconseillant tout voyage en Afghanistan.

Ce changement de conseil intervient alors que l’Afghanistan est en proie à des troubles croissants et que les forces talibanes envahissent le pays.

Le conseil sur le site Web indique : Il est conseillé à tous les ressortissants britanniques en Afghanistan de quitter le pays dès maintenant par des moyens commerciaux.

Government has advised UK nationals in Afghanistan to leave due to the 'worsening security situation'. Pictured: Afghan militia support Afghanistan security forces against the Taliban
Le gouvernement a conseillé aux ressortissants britanniques en Afghanistan de quitter le pays en raison de la « détérioration de la situation sécuritaire ». En photo : Des milices afghanes soutiennent les forces de sécurité afghanes contre les talibans.

Si vous vous trouvez encore en Afghanistan, il vous est conseillé de partir maintenant par des moyens commerciaux en raison de la dégradation de la situation sécuritaire.

Le niveau d’assistance consulaire que l’ambassade britannique peut fournir en Afghanistan est extrêmement limité, y compris en cas de crise. Ne comptez pas sur le fait que la FCDO (Foreign, Commonwealth and Development Office) puisse vous évacuer d’Afghanistan en cas d’urgence.

En organisant votre départ d’Afghanistan, assurez-vous que vos documents de voyage sont à jour et que vous disposez des visas nécessaires pour la suite de votre voyage.

Elle ajoute : « Il est très probable que des terroristes tentent de commettre des attentats en Afghanistan. Les méthodes spécifiques d’attaque évoluent et deviennent de plus en plus sophistiquées.

Vous devez noter que les intérêts occidentaux sont de plus en plus menacés à Kaboul. Suivez les instructions des autorités locales. La menace d’enlèvement est élevée dans tout le pays ».

L’Afghanistan figurait déjà sur la liste rouge des voyages du gouvernement en raison de la situation du pays en matière de coronavirus, mais les combats se sont également intensifiés ces derniers jours.

The Foreign, Commonwealth and Development Office's website (pictured) was updated on Friday, advising against all travel to Afghanistan

Le Foreign, Commonwealth & Development Office (FCDO – Bureau des affaires étrangères, du Commonwealth et du développement) déconseille tout voyage en Afghanistan. Il est conseillé à tous les ressortissants britanniques se trouvant en Afghanistan de quitter le pays dès maintenant par des moyens commerciaux.

Si vous vous trouvez encore en Afghanistan, il vous est conseillé de partir maintenant par des moyens commerciaux en raison de la dégradation des conditions de sécurité.

Les ressortissants britanniques doivent appeler l’ambassade britannique de Kaboul au +93 (0) 700102 000 et sélectionner l’option « Services consulaires pour les ressortissants britanniques » dès que possible pour confirmer leurs projets de départ.

Le site web du ministère des Affaires étrangères, du Commonwealth et du Développement (photo) a été mis à jour vendredi et déconseille tout voyage en Afghanistan.
The change in advice comes in the face of growing turmoil in Afghanistan, as Taliban forces sweep across the country. Pictured: Afghan security forces as site of car bomb blast in Kabul
Ce changement de recommandation intervient dans un contexte de troubles croissants en Afghanistan, alors que les forces talibanes envahissent le pays. En photo : Les forces de sécurité afghanes sur le site de l’explosion d’une voiture piégée à Kaboul.

Ce changement de recommandation intervient dans un contexte de troubles croissants en Afghanistan, les forces talibanes ayant assassiné vendredi un haut responsable du gouvernement afghan dans sa voiture à Kaboul, la capitale, alors qu’elles intensifient leur campagne sanglante de reconquête du pays.

Dawa Khan Menapal, directeur du centre d’information des médias du gouvernement, a été abattu près d’une mosquée de la ville vendredi, juste un jour après que le ministre de la défense Bismillah Mohammadi ait échappé à une attaque à la bombe et au pistolet.

L’assassinat de Menapal est le meurtre le plus important perpétré par les talibans au cours de la dernière campagne et montre qu’ils sont capables d’opérer à Kaboul, l’une des rares villes qui n’est pas encore directement attaquée.

Il (Menapal) était un jeune homme qui se tenait comme une montagne face à la propagande ennemie et qui a toujours été un grand partisan du régime (afghan) », a déclaré Mirwais Stanikzai, porte-parole du ministère de l’Intérieur.

Tard dans la journée de mardi, l’attentat contre Mohammadi, dans un quartier huppé de Kaboul fortement surveillé, a fait au moins huit morts et 20 blessés. Le ministre n’a pas été blessé.

Pendant ce temps, les combattants islamistes du groupe ont capturé leur première capitale régionale – Zaranj, dans la province de Nimroz, près de l’Iran – marquant ainsi leur plus importante victoire sur le champ de bataille contre les forces gouvernementales à ce jour.

Des habitants de la capitale provinciale contestée de Helmand, Lashkar Gah, ont déclaré que les frappes aériennes avaient détruit un marché dans le centre de la ville, une zone contrôlée par les talibans. Selon les autorités afghanes, les talibans contrôlent désormais neuf des dix districts de la ville.

Les médias sociaux étaient également remplis de vidéos montrant le bilan dévastateur des combats dans la ville méridionale de Lashkar Gah, avec des messages montrant un grand marché en flammes.

Dawa Khan Menapal was shot dead on Friday, after minister Bismillah Mohammadi escaped a bomb attack. Pictured: Afghan security at scene of bomb explosion in Kabul on August 4
Dawa Khan Menapal a été abattu vendredi, après que le ministre Bismillah Mohammadi ait échappé à un attentat à la bombe. Photo : Les forces de sécurité afghanes sur les lieux de l’explosion d’une bombe à Kaboul, le 4 août.

Le groupe humanitaire Action contre la faim a déclaré que ses bureaux avaient été touchés par une « bombe aérienne » dans la ville en début de semaine, selon un communiqué publié par l’organisation vendredi.

Le bâtiment était identifié depuis la rue et le toit comme une organisation non gouvernementale (ONG), et l’emplacement du bureau a été communiqué à plusieurs reprises aux parties impliquées dans le conflit », a déclaré le groupe, ajoutant qu’aucun membre du personnel n’avait été blessé.

Dans la ville de Herat, à l’ouest du pays, un flux constant de personnes quittaient leurs maisons en prévision d’un assaut du gouvernement sur les positions tenues par les talibans.

Nous avons complètement évacué », a déclaré Ahmad Zia, qui vit dans la partie occidentale de la ville.

Nous n’avons plus rien et nous ne savons pas où aller », a-t-il déclaré à l’AFP.

Les forces américaines envoient désormais des bombardiers B-52, des hélicoptères de combat AC-130 et des drones Reaper pour tenter de repousser les djihadistes d’autres capitales comme Lashkar Gah, Herat et Kandahar, qui ont subi de lourdes attaques ces derniers jours.

Il semble que l’Amérique se soit vue forcée la main après que l’armée de l’air afghane se soit pratiquement effondrée après que Joe Biden ait ordonné aux forces américaines de quitter le pays au début de l’année.

Les troupes ont emmené avec elles une armée d’entrepreneurs chargés de la maintenance des hélicoptères et des jets que les pilotes afghans espéraient utiliser pour se défendre contre l’assaut des talibans.

American forces are now sending B-52 bombers, AC-130 gunships and Reaper drones to try and push the jihadists back from Herat. Pictured Afghan government forces in Herat
Les forces américaines envoient maintenant des bombardiers B-52, des hélicoptères de combat AC-130 et des drones Reaper pour tenter de repousser les djihadistes de Herat. Sur la photo, les forces gouvernementales afghanes à Herat
Residents in Helmand's contested provincial capital, Lashkar Gah, said airstrikes destroyed a market in the centre of the city - an area controlled by the Taliban
Des habitants de la capitale provinciale contestée de Helmand, Lashkar Gah, ont déclaré que les frappes aériennes avaient détruit un marché dans le centre de la ville, une zone contrôlée par les talibans.
Afghan government forces in Herat, one of the few regional capitals holding out well against the Islamists who are attacking in force across the country
Les forces gouvernementales afghanes à Herat, l’une des rares capitales régionales qui résistent bien aux islamistes qui attaquent en force dans tout le pays.

Plus d’un tiers des 162 appareils de la force seraient hors d’usage en raison d’un arriéré de réparations et d’un manque de pièces de rechange.

Les pilotes – qui ont également été visés par les talibans pour être exécutés – seraient épuisés et démoralisés par les missions non-stop, tandis que les munitions se font rares.

Les talibans ont rapidement reconquis une grande partie de l’Afghanistan dans le dos des forces américaines et de l’OTAN, qui ont commencé à quitter le pays au début de l’année après deux décennies de combats.

Le retrait devait être achevé à la fin du mois d’août, mais des sources sur le terrain affirment qu’il l’est déjà dans les faits.

Selon le président Ashraf Ghani, la progression rapide des talibans s’explique par le retrait de ses forces dans les villes, plus faciles à défendre et cruciales pour le contrôle du pays.

Les talibans contrôlent déjà de grandes parties de la campagne et défient maintenant les forces gouvernementales dans plusieurs capitales provinciales.

Les anciens interprètes des forces britanniques condamnés à mort par les talibans pleurent de joie après avoir obtenu une avancée majeure pour leur permettre de vivre en Grande-Bretagne.

Les anciens interprètes des forces britanniques condamnés à mort par les talibans ont pleuré de joie la nuit dernière après que le Daily Mail a obtenu du ministre de la Défense une nouvelle avancée cruciale leur permettant de vivre en Grande-Bretagne.

Dans une interview exclusive, Ben Wallace a confirmé que les anciens traducteurs des forces spéciales piégés dans ce que l’on appelle des « pays tiers » étaient autorisés à venir ici (au Royaume-Uni, NdT).

On s’attendait à ce qu’ils retournent en Afghanistan pour soumettre leur demande – une exigence qui pouvait s’avérer fatale compte tenu de leur emploi précédent.

In an exclusive interview, Ben Wallace (pictured) confirmed that ex-Special Forces translators trapped in so-called ‘third countries’ were cleared to come here
Dans une interview exclusive, Ben Wallace (photo) a confirmé que les anciens traducteurs des forces spéciales piégés dans des pays dits « tiers » ont été autorisés à venir au Royaume-Uni.

Hier soir, les traducteurs et les militants se sont félicités de ces avancées, qui interviennent alors que le ministre de la Défense s’apprête à statuer personnellement sur 88 cas très litigieux dans le cadre de la politique d’assistance et de relocalisation en Afghanistan (ARAP). Parmi ces cas figurent des interprètes exposés à des représailles de la part des talibans, qui avaient été précédemment rejetés dans le cadre de l’ARAP, et d’autres qui ont été « licenciés » par les forces britanniques pour des infractions mineures.

M. Wallace, qui, au cours des derniers mois, a pris des mesures qui permettront à des milliers d’Afghans vulnérables d’être amenés en Grande-Bretagne, a déclaré au Mail qu’il considérerait ces personnes « avec un œil bienveillant », compte tenu de la détérioration dramatique de la situation sécuritaire dans le pays.

Les talibans ont remporté une série de victoires dévastatrices à la suite du retrait des troupes américaines et britanniques.

Depuis le lancement des nouvelles directives de l’ARAP en avril, 1 400 Afghans – dont plus de 300 familles – sont arrivés au Royaume-Uni à bord de neuf « vols de la liberté » spécialement affrétés. Quatorze autres vols, transportant environ 1 700 Afghans supplémentaires, devraient arriver au Royaume-Uni dans les semaines à venir.

Suite aux dernières concessions obtenues par le Mail, les interprètes qui travaillaient pour les forces spéciales pourront venir en Grande-Bretagne. Ils étaient auparavant rejetés dans le cadre du programme ARAP en raison de problèmes liés à leurs contrats.

Ils travaillaient à Camp Juno, où se trouvait la Task Force 444, une unité d’élite chargée de mener des opérations top secrètes, y compris la gestion d’espions au sein des Talibans. Le refus d’accorder l’asile à une douzaine d’hommes a rendu furieux de nombreux commandants britanniques qui ont reconnu leur bravoure et leurs compétences remarquables.

Les interprètes de Camp Juno seront rejoints par des traducteurs précédemment bloqués dans des « pays tiers ».

Ayant fui l’Afghanistan, ils estimaient qu’il était trop dangereux d’y retourner pour demander l’asile – mais cette stipulation a maintenant été révoquée. M. Wallace a déclaré : « Nous avons maintenant examiné ces cas et nous sommes en mesure de faire revenir ces personnes. Je vais apposer ma signature sur une liste de ces interprètes de Camp Juno lundi. »

« Je pense que six ont été approuvés et six sont en attente. »

« Ce fut un long processus car il n’y avait pas beaucoup de documents à l’appui de leurs demandes et nous avons dû trouver des officiers britanniques qui avaient travaillé avec ces interprètes pour se porter garants d’eux. »

« Nous avons également modifié la loi afin que les Afghans ne soient plus obligés de retourner dans leur pays pour soumettre leurs documents. Le mérite de cette initiative revient au ministère de l’Intérieur. Une vingtaine de dossiers peuvent être traités suite à cette modification. »

« La semaine prochaine, je vais également statuer personnellement sur 88 cas litigieux, y compris des demandeurs qui ont été précédemment rejetés par l’ARAP ou qui ont été licenciés pour une infraction mineure. J’examinerai ces cas avec un œil bienveillant et une compréhension de la situation périlleuse dans laquelle se trouvent beaucoup d’entre eux et de leur contribution pour nous. Mais je dois trouver un équilibre, comme le fera le ministre de l’Intérieur, avec la protection de la sécurité britannique ». Hier soir, un interprète piégé en Grèce a remercié le gouvernement et le Mail pour la suppression des critères de l’ARAP qui signifiait qu’il aurait dû retourner en Afghanistan pour soumettre sa demande.

Nabi, 35 ans, qui y vit en tant que réfugié depuis 2018, est l’un des 20 anciens traducteurs bloqués en Europe. D’autres vivraient en Inde, au Pakistan et en Australie. Nabi, qui a subi des menaces de mort, a déclaré : « C’est beau et édifiant. Cette solution pourrait sauver la vie de ma famille ». Ces mesures ont également été saluées hier soir par le major général à la retraite Charlie Herbert, ancien commandant des forces britanniques dans le Helmand, qui a fait campagne pour que davantage d’interprètes viennent en Grande-Bretagne.

Il a déclaré : « Je suis absolument ravi de cette décision. Elle a mis trop de temps à venir, et ne fait que souligner l’injustice du rejet de ceux qui étaient employés sur des contrats tiers. Je suis très reconnaissant au Daily Mail pour son soutien à ces hommes. Je suis également reconnaissant au ministre de la défense et au ministre de l’intérieur pour leur soutien – ils ont fait beaucoup plus que leurs prédécesseurs.

Mais il reste encore beaucoup à faire, notamment pour ceux qui ont été renvoyés et ceux que le ministère de la Défense considère comme ayant eu des rôles non exposés. Les talibans ne font pas cette distinction ». La semaine dernière, des dizaines d’anciens commandants britanniques ont écrit une lettre ouverte au Premier ministre pour lui demander d’étendre le programme ARAP et l’avertir que le Royaume-Uni serait « déshonoré » si l’un de ses anciens traducteurs était tué par les talibans.

On craint que sept anciens traducteurs de la coalition n’aient été assassinés par les militants cette année.

Mais M. Wallace a répliqué, suggérant qu’ils devraient partager la responsabilité de tout problème lié à l’ARAP, car ses fonctionnaires sont obligés de statuer sur des cas impliquant des dossiers incomplets et un manque de clarté sur les raisons pour lesquelles les traducteurs ont été licenciés.

Les forces britanniques ont « licencié » 35 % de leurs traducteurs, dans de nombreux cas sans procédure régulière ni droit d’appel. Le ministre de la Défense a déclaré : « Il est amusant de constater que les personnes chargées de certaines de ces procédures sont parmi celles qui ont écrit cette lettre ».

M. Wallace a également demandé aux conseils municipaux de faire davantage pour aider les Afghans vulnérables. Il a déclaré que 34 autorités locales avaient refusé de prendre part au programme ARAP, bien qu’il ne leur coûte rien.

La pénurie de logements signifie que les familles afghanes seront placées dans de grands hôtels, ce qui n’est pas idéal.

Les autorités militaires vont maintenant examiner la demande de réinstallation d’un traducteur afghan qui a été rejetée, car des documents cruciaux ont été fournis.

Les responsables militaires vont réexaminer la demande de relocalisation d’un traducteur afghan qui a été rejetée, après que le Daily Mail a fourni des documents cruciaux en sa faveur.

Latif Hottak, 36 ans, s’est vu refuser le droit de venir au Royaume-Uni parce que le ministère de la défense a déclaré qu’il avait été licencié de son emploi d’interprète en janvier 2011.

Mais les fiches de salaire remises au ministère de la Défense soulèvent des questions troublantes sur cette affaire, et suggèrent que Latif travaillait toujours – et était payé – un an plus tard.

Tant Latif que son frère, Rafi, lui-même ancien superviseur d’interprètes afghans qui fait maintenant campagne depuis le Royaume-Uni, ont maintenu que son rôle d’interprète n’a pas pris fin avant l’été 2012.

Front line: Latif Hottak, right, with a colleague in Afghanistan
En première ligne : Latif Hottak, à droite, avec un collègue en Afghanistan

L’émergence de ces preuves cruciales a de sérieuses implications pour de nombreux autres anciens traducteurs qui risquent – ainsi que leurs familles – de subir des attaques de vengeance de la part des talibans.

Rafi, 34 ans, qui a été blessé par une explosion lors d’un raid dans le Helmand qui a tué un officier britannique, a déclaré :  » Je me félicite de l’examen, c’est une étape importante, mais il y a beaucoup de questions sans réponse et inexpliquées sur le cas de Latif qui auront des conséquences dévastatrices et probablement fatales si on lui refuse à tort la réinstallation « .

Il espère que le Secrétaire à la Défense Ben Wallace interviendra suite à sa promesse d’examiner personnellement les  » demandes litigieuses « .

Dans sa lettre, Rafi a déclaré à M. Wallace qu’il représentait « une dernière chance de résoudre une situation qui pourrait conduire à la mort de mon frère » aux mains des talibans.

« En regardant de l’extérieur, quelque chose semble très mauvais », a-t-il écrit.

Latif se morfond dans la quasi-obscurité d’un sous-sol de Kaboul – effrayé, déprimé et convaincu qu’il sera abandonné aux talibans par le pays pour lequel il a risqué sa vie.

Rafi is hoping Defence Secretary Ben Wallace (pictured) will intervene following his promise to personally review ‘contentious claims’
Rafi espère que le Secrétaire à la défense Ben Wallace (photo) interviendra suite à sa promesse d’examiner personnellement les « réclamations litigieuses ».

Au cœur de l’affaire, le ministère de la défense affirme que son emploi a été interrompu pour une infraction grave en janvier 2011, alors qu’il travaillait sur une base des forces spéciales connue sous le nom de Fort Hunter.

Ce licenciement signifie qu’il n’a pas le droit de s’installer au Royaume-Uni. Mais Latif insiste sur le fait qu’il ne l’a appris que l’année dernière lorsqu’il a demandé l’asile en Grande-Bretagne.

Latif nie catégoriquement avoir été licencié en janvier 2011, tout comme Rafi, qui insiste sur le fait que cela ne peut être vrai puisqu’il travaillait avec lui jusqu’en juin.

Dans une déclaration confirmée par des officiers au Royaume-Uni, Latif dit qu’il a continué à travailler jusqu’à l’été 2012, et qu’il n’est parti que lorsque Fort Hunter a été remis aux forces afghanes. Des certificats de l’époque et un « journal de paie » le confirment, selon Rafi.

La campagne primée Betrayal of the Brave (La trahison des braves) du Daily Mail a mis en lumière le cas de Latif. Le journal a appris qu’il avait été licencié en janvier 2011 pour avoir aidé à fournir de faux résultats de tests d’anglais aux soldats afghans. Tant Latif que Rafi sont catégoriques : c’est faux.

Ils ont produit des certificats d’officiers nommés louant Latif et son travail, datés de juillet 2011 et janvier 2012.

At the heart of the case is a claim by the MoD that his employment was terminated for a serious offence in January 2011 while he was working at a special forces base known as Fort Hunter. Pictured: File image of the Ministry of Defence building in Whitehall, London
Au cœur de l’affaire, le ministère de la Défense affirme que son emploi a été interrompu pour une infraction grave en janvier 2011, alors qu’il travaillait sur une base des forces spéciales connue sous le nom de Fort Hunter. En photo : Image d’archive du bâtiment du ministère de la défense à Whitehall, à Londres.

Ceux-ci ont été soumis au Ministère de la défense et restent inexpliqués, bien que les fonctionnaires de la défense insistent que leurs dossiers sont corrects.

Mais les fichiers de paiement de l’armée suggèrent que Latif était en fait employé et payé pendant 2011.

Son nom est le deuxième de 21 sur la liste de paie, vérifié par son numéro d’identité militaire britannique, son emploi et dans une colonne marquée « UK Top Up Pay » la somme de 850 $ US.

Le dernier formulaire vu par le Mail est daté du 24 novembre au 23 décembre 2011, ce qui semble confirmer qu’il a été employé pendant un an après avoir été licencié.

Rafi a écrit : « Pour Latif et d’autres, c’est littéralement une question de vie ou de mort, pour le gouvernement, c’est un test de leur responsabilité morale et de ce que la Grande-Bretagne représente ».

Pendant ce temps, à Kaboul, Latif attend en se demandant si ce qu’il dit être la vérité va émerger. Il a déclaré : « J’ai envie d’abandonner. Je suis déprimé, j’ai peur et je vis caché, je ne sais pas si j’ai un avenir mais je veux la vérité et savoir pourquoi et comment cela s’est produit. »

« Je suis puni tous les jours et si je reste en Afghanistan, ce n’est qu’une question de temps avant que les talibans ne reviennent me chercher. Mon sang sera sur leurs mains, mais une partie sera versée sur ceux qui ont tourné le dos ».

Un porte-parole du ministère de la Défense a déclaré : « Chaque licenciement était motivé par une raison valable. La politique d’assistance et de réinstallation en Afghanistan permet aux responsables d’examiner tous les cas de licenciement au cas par cas et de les réinstaller s’il n’y a pas d’autres problèmes.

Ceux qui ont été renvoyés pour les infractions les plus graves, y compris celles qui constituent un crime au Royaume-Uni ou qui poseraient un problème de sécurité, ne pourront pas être accueillis.

UUS sends in B-52s in bid to stop Taliban seizing key Afghan cities
The Cold War era B-52s have been deployed to Qatar to attack Taliban targets across Afghanistan to slow the terror group's advance across the country following the withdrawal of US troops.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations