Les fédéraux doivent divulguer « l’identité de tout co-conspirateur non nommé » à Ghislaine Maxwell, selon le juge de première instance

Article original datant du 03/09/21

Ghislaine Maxwell, Jeffrey Epstein

Les procureurs fédéraux doivent divulguer à Ghislaine Maxwell les « identités de tous les co-conspirateurs anonymes » dont ils prévoient de citer les noms lors du procès, a décidé vendredi un juge fédéral.

Dans une décision de trois pages, la juge Alison Nathan a également ordonné au gouvernement de « divulguer toutes les déclarations des co-conspirateurs qu’il a l’intention de présenter au procès au plus tard » le 11 octobre.

Le gouvernement fait valoir qu’il n’y a pas de risque de surprise parce qu’il a « actuellement l’intention » d’introduire les déclarations de co-conspirateurs présumés de seulement deux personnes », indique l’ordonnance.  » Dans le même temps, cependant, le gouvernement proteste qu’il « peut changer d’avis au fur et à mesure qu’il se prépare pour le procès ». […] La Cour estime donc que l’assurance du gouvernement est creuse et insuffisante pour garantir que la défenderesse puisse préparer adéquatement ses défenses. »

Tout aussi important pour le juge Nathan que la justification déclarée du gouvernement est ce que les procureurs n’ont pas argumenté.

« En outre, le gouvernement n’a pas allégué que la divulgation ici créerait un « danger potentiel pour les co-conspirateurs » ou risquerait de « compromettre les enquêtes en cours », a écrit le juge. Il se contente d’affirmer que la divulgation des identités risque de « nuire au gouvernement en restreignant sa preuve au procès ».

Le juge Nathan s’est montré sceptique quant à cette affirmation.

« Le gouvernement ne fournit aucune explication pour ce prétendu préjudice et aucune n’est apparente pour la Cour », a-t-elle écrit. « Ainsi, la Cour estime que cette préoccupation seule ne l’emporte pas sur le risque de surprise pour le défendeur dans cette affaire ou sur la nécessité pour les parties de plaider les questions de coconspirateurs avant le procès pour garantir l’absence de retard. »

Maxwell a demandé à connaître leurs identités plus tôt, comme l’une des catégories d’informations que son équipe de défense a demandé pour éviter un procès par embuscade.

L’assistante du procureur des Etats-Unis, Alison Moe, a demandé au juge Nathan, à la mi-août, de protéger ces noms.

« Cette Cour a conclu à deux reprises qu’aucune liste de détails n’est justifiée parce que le défendeur dispose d’informations adéquates pour préparer le procès et éviter une surprise injuste », a écrit le procureur à l’époque.

Avec la décision de vendredi, cette tendance a changé.

« Les conspirations accusées sont de longue date, ce qui augmente le risque de surprise pour le défendeur », a noté le juge Nathan.

Accusé de trafic sexuel et d’autres délits, Maxwell fait face à un acte d’accusation complémentaire avec des conspirations présumées qui remontent à des décennies. Le schéma accusé dans l’un des chefs d’accusation s’étend de 1994 à 2004, et l’autre va de 2001 à 2004.

En raison d’une décision antérieure, le procès de Maxwell a été divisé en deux, le premier procès ayant lieu en novembre. Les procureurs ont qualifié son affaire de « préquelle » à la saga Jeffrey Epstein.

Après la conclusion de ce procès, Maxwell devra faire face à un autre procès l’accusant d’avoir menti lors d’une déposition dans une affaire civile déposée par sa victime présumée Virginia Giuffre, une survivante éminente d’Epstein.

Au début du mois d’août, Giuffre a intenté un procès au Prince Andrew, l’accusant d’avoir abusé sexuellement d’elle lorsqu’elle avait 17 ans dans trois endroits : Le manoir d’Epstein à New York, la maison de Maxwell à Londres et la soi-disant « Pedophile Island » d’Epstein dans les îles Vierges américaines.

Le bureau du procureur des États-Unis pour le district sud de New York a déclaré à plusieurs reprises que le prince ne coopérait pas dans son enquête. Ce bureau s’est chargé des poursuites contre Epstein et Maxwell.

Giuffre a déposé ses poursuites civiles contre Maxwell et Andrew dans la même juridiction : le tribunal fédéral de Manhattan.

Lisez l’ordonnance de trois pages ci-dessous :

Feds Must Disclose 'Identities of Any Unnamed Co-Conspirators' to Ghislaine Maxwell, ...
Federal prosecutors must disclose the "identities of any unnamed co-conspirators" whose names they plan to refer to at trial to Ghislaine Maxwell, a federal judge ruled on Friday.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations