Les journalistes britanniques pourraient risquer jusqu’à 14 ans de prison pour des articles embarrassant le gouvernement

Des documents de l’audit de Géorgie de novembre 2020 ont été créés la semaine dernière, après une requête FOIA
21 juillet 2021
Une étude de Johns Hopkins a révélé qu’il n’y avait aucun décès dû au COVID chez les enfants en bonne santé
22 juillet 2021

Article original datant du 20/07/21

Les journalistes pourraient risquer jusqu’à 14 ans de prison pour des articles embarrassant le gouvernement, selon les modifications proposées à la loi sur les secrets officiels qui les traiteraient comme des ESPIONS étrangers

  • Une modification de la loi supprimerait la défense des journalistes ayant reçu des documents ayant fait l’objet d’une fuite.
  • Le ministère de l’Intérieur déclare que cela « saperait les efforts visant à empêcher les divulgations préjudiciables ».
  • La peine d’emprisonnement maximale pour les journalistes pourrait passer de deux à 14 ans selon la proposition.

Les journalistes pourraient être condamnés à des peines de prison allant jusqu’à 14 ans pour des histoires embarrassantes pour le gouvernement, selon les plans de réforme de la loi sur les secrets officiels.

Dans le cadre d’une consultation menée par le ministère de l’Intérieur de Priti Patel, qui se doit se terminer cette semaine, les journalistes qui traitent des documents ayant fait l’objet d’une fuite n’auraient pas de défense s’ils sont inculpés en vertu des nouvelles lois conçues pour réprimer les agents étrangers.

La loi de 1989 est en cours de mise à jour pour tenir compte de l’impact de l’ère de l’Internet, notamment en ce qui concerne la rapidité du transfert des données.

Les organisations de défense des droits de l’homme et la Commission juridique, qui a élaboré les propositions, affirment qu’une « défense d’intérêt public » devrait être incluse pour empêcher la poursuite des journalistes qui reçoivent des documents ayant fait l’objet de fuites.

Mais dans un document publié pour la consultation, le ministère de l’Intérieur a déclaré qu’une telle mesure « saperait nos efforts pour empêcher les divulgations non autorisées préjudiciables, qui ne seraient pas dans l’intérêt du public ».

Les critiques ont suggéré que si les règles étaient en place maintenant, elles auraient pu conduire à une poursuite des journalistes qui ont révélé ce mois-ci que Matt Hancock enfreignait les règles de Covid en ayant une liaison avec son assistante mariée, parce qu’ils se sont appuyés sur des fuites d’images de vidéosurveillance.

Cette révélation a entraîné sa démission et la fin de son mariage. Mais la semaine dernière, le Bureau du Commissaire à l’information a été critiqué pour avoir fouillé deux maisons dans le cadre d’une enquête sur la façon dont l’information a émergé et s’est retrouvée à la une du Sun.

Dans le cadre d’une consultation menée par le ministère de l’Intérieur de Priti Patel, qui doit se terminer cette semaine, les journalistes qui manipulent des documents ayant fait l’objet d’une fuite n’auraient pas de défense s’ils sont inculpés en vertu des nouvelles lois qui répriment les agents étrangers.

Nous prenons note de ces recommandations et nous examinerons plus en détail les propositions relatives à un commissaire statutaire et à une défense d’intérêt public. Dans le cadre de ces considérations, nous réfléchirons également aux commentaires de la Commission concernant la compatibilité de la loi avec l’article 10 de la Convention européenne des droits de l’homme – le droit à la liberté d’expression. D’après nos premières considérations, le gouvernement estime que les infractions existantes sont compatibles avec l’article 10 et que ces propositions pourraient en fait saper nos efforts pour empêcher les divulgations non autorisées dommageables, ce qui ne serait pas dans l’intérêt public.

Les critiques ont suggéré que si les règles étaient en place maintenant, cela aurait pu conduire à une poursuite des journalistes qui ont révélé ce mois-ci que Matt Hancock enfreignait les règles de Covid en ayant une liaison avec son assistante mariée, parce qu’ils se sont appuyés sur des fuites d’images de vidéosurveillance.

Parmi ceux qui ont critiqué les nouvelles lois figurent l’Index on Censorship et l’Open Rights Group, qui y voient une attaque contre les dénonciateurs.

Une porte-parole de la National Union of Journalists a déclaré : « La législation existante distingue les dispositions et les sanctions entre ceux qui divulguent ou dénoncent des faits, ceux qui reçoivent des informations divulguées et les espions étrangers. »

« Le gouvernement propose d’éliminer ou d’estomper ces distinctions. Le gouvernement veut également faire passer de deux à 14 ans les peines maximales que les journalistes peuvent encourir pour avoir reçu des fuites….. »

« La NUJ (Utilisation Nationale des Journalistes) soutient depuis longtemps que lorsque les dénonciateurs estiment avoir agi dans l’intérêt public, ils devraient pouvoir présenter cette affaire devant un tribunal et, si un jury leur donne raison, être protégés. »

Mais le document du Home Office (Ministère de l’Intérieur britannique) soutient que : Depuis l’adoption de la loi en 1989, les technologies de communication (y compris le stockage de données et les outils de transfert rapide de données) ont connu des développements sans précédent qui, à notre avis, signifient que les divulgations non autorisées sont désormais capables de causer des dommages bien plus graves que ceux qui auraient été possibles auparavant. »

« En conséquence, nous ne considérons pas qu’il existe nécessairement une distinction de gravité entre l’espionnage et les divulgations non autorisées les plus graves, comme c’était le cas en 1989. »

« Bien qu’il existe des différences dans les mécanismes et les motivations des infractions d’espionnage et de divulgation non autorisée, il existe des cas où une divulgation non autorisée peut être aussi grave, voire plus, en termes d’intention et/ou de dommages. »

« Par exemple, les documents mis à disposition en ligne peuvent désormais être consultés et utilisés simultanément par un large éventail d’acteurs hostiles, alors que l’espionnage ne profite souvent qu’à un seul État ou acteur. »

« Dans les cas les plus graves, la divulgation non autorisée de l’identité d’agents travaillant pour les services de renseignements britanniques, par exemple, pourrait entraîner directement une menace imminente et grave pour la vie. »

Cette décision intervient quelques jours seulement après que l’ONU a demandé une réglementation plus stricte des technologies de surveillance à la suite des révélations de piratage téléphonique visant des journalistes, des activistes et des politiciens.

Ils ont été espionnés à l’aide d’un logiciel malveillant pour téléphones portables développé par une entreprise privée israélienne, a-t-il été révélé dimanche.

L’utilisation du logiciel, appelé Pegasus et développé par le groupe israélien NSO, a été exposée dans une fuite de données contenant 50.000 numéros de téléphone qui appartiennent à des personnes ciblées par les clients de NSO depuis 2016.

Parmi ces clients figurent certains des régimes gouvernementaux les plus répressifs au monde, notamment la Hongrie, l’Arabie saoudite et le Maroc.

Un porte-parole du Home Office a déclaré : « La liberté de la presse fait partie intégrante des processus démocratiques du Royaume-Uni et le gouvernement s’engage à protéger les droits et les valeurs qui nous sont si chers. »

« Il est faux de prétendre que les propositions feront courir aux journalistes le risque d’être traités comme des espions et ils resteront, à juste titre, libres de demander des comptes au gouvernement. »

« Nous introduirons une nouvelle législation afin que les services de sécurité et les organismes d’application de la loi puissent s’attaquer aux menaces d’État en constante évolution et protéger les données sensibles. »

« Toutefois, nous trouverons un équilibre entre la protection de la liberté de la presse et la possibilité pour les dénonciateurs de demander des comptes aux organisations en cas d’allégations sérieuses d’actes répréhensibles. »

Law change could see journalists jailed for embarrassing Government
Under a consultation run by Priti Patel's Home Office, reporters who handle leaked documents would not have a defence if charged under new laws clamping down on foreign agents.