Fake news dans les médias chinois d’État

Article original datant du 11/08/21

Les médias chinois d’État ont INVENTÉ le « biologiste suisse » qui « prétendait que les États-Unis avaient fait pression sur l’OMS pour qu’elle enquête sur la théorie de la fuite du Covid d’un laboratoire de Wuhan »

  • Le Quotidien du Peuple, le China Daily et la chaîne de télévision CGTN ont tous cité M. Edwards.
  • Les citations ont été retirées après que l’ambassade de Suisse a déclaré qu’elle n’avait aucune trace de lui.
  • La Chine a affirmé que les États-Unis avaient fait pression sur l’OMS pour qu’elle examine la théorie de la fuite du Covid par le laboratoire.
  • L’OMS veut procéder à un audit des laboratoires concernés à Wuhan dans le cadre d’une deuxième enquête.
  • Le chef de l’OMS a déclaré qu’il était « prématuré » d’écarter la théorie qui prend de l’ampleur.

Les médias d’État chinois auraient inventé un biologiste suisse (Wilson Edward) et l’auraient cité en affirmant que les États-Unis avaient fait pression sur l’Organisation Mondiale de la Santé pour qu’elle enquête sur la théorie de la fuite du Covid-19 d’un laboratoire de Wuhan.

Le Quotidien du Peuple, le China Daily et la chaîne de télévision CGTN ont tous cité le soi-disant biologiste Wilson Edwards, mais ont retiré le contenu hier après que l’ambassade suisse a déclaré qu’elle n’avait aucune trace de ce citoyen.

Pékin n’a cessé d’insister sur les allégations selon lesquelles les États-Unis ont fait pression sur l’OMS pour qu’elle enquête sur la possibilité que le Covid-19 ait fait l’objet d’une fuite dans un laboratoire de Wuhan, où le virus a été découvert pour la première fois en décembre 2019.

La Chine a insisté sur le fait qu’une fuite aurait été « extrêmement improbable », citant la conclusion à laquelle est parvenue une mission conjointe OMS-Chine à Wuhan en janvier.

Edwards a été cité par les médias d’État, qualifiant l’enquête de l’OMS d' »outil politique » et déclarant que la « communauté scientifique internationale » était « déçue » par les États-Unis.

China's state media allegedly invented Swiss biologist Wilson Edwards and quoted him claiming the US had pressured the World Health Organisation into investigation theories Covid-19 was leaked from a lab in Wuhan
Les médias d’État chinois auraient inventé le biologiste suisse Wilson Edwards et l’auraient cité en affirmant que les États-Unis avaient fait pression sur l’Organisation Mondiale de la Santé pour qu’elle enquête sur la théorie de la fuite du Covid-19 d’un laboratoire de Wuhan.

L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a récemment fait circuler parmi ses États membres les plans proposés pour la nouvelle phase des études sur l’origine du SRAS-CoV-2 qui cause le COVID-19. Après avoir pris connaissance de ces plans, je me sens assez préoccupé par le retour en arrière de l’OMS par rapport à sa conclusion précédente selon laquelle la fuite du laboratoire est « extrêmement improbable » sur la base de l’étude de phase I menée en […].

The People's Daily, China Daily, and CGTN television channel all quoted Wilson Edwards but removed the content yesterday
Le Quotidien du peuple, le China Daily et la chaîne de télévision CGTN ont tous cité Wilson Edwards mais ont retiré leur contenu hier.

Wilson Edward, biologiste en Suisse, fait écho à l’opinion de Hefny.

Il a déclaré sur son compte Facebook :  » En tant que biologiste, j’ai assisté avec consternation au cours des derniers mois à la manière dont la recherche de l’origine de COVID-19 a été politisée.  » Il a ajouté que les nouveaux plans de l’OMS sont largement motivés par des considérations politiques.

Beijing has repeatedly insisted that a leak from Wuhan Institute of Virology (researchers at the Institute pictured in 2017) would have been 'extremely unlikely', citing the conclusion reached by January's joint WHO-Chinese mission to Wuhan
Pékin a insisté à plusieurs reprises sur le fait qu’une fuite de l’Institut de Virologie de Wuhan (chercheurs de l’Institut photographiés en 2017) aurait été « extrêmement improbable », citant la conclusion à laquelle est parvenue la mission conjointe OMS-Chine de janvier à Wuhan.

Selon le Quotidien du Peuple, Edwards leur a dit : Malheureusement, le fait que Washington s’implique à nouveau a fait naître une concurrence géopolitique au sein d’un organisme mondial à vocation scientifique ».

Le China Daily a rapporté la publication de M. Edwards sur Facebook, le citant comme ayant déclaré : « En tant que biologiste, j’ai assisté avec consternation, au cours des derniers mois, à la politisation de la recherche de l’origine du Covid-19 ».

L’article ajoute que M. Edwards a déclaré que l’enquête de l’OMS était « largement motivée par des raisons politiques », sans donner plus de détails.

La chaîne de télévision publique CGTN a rapporté que M. Edwards s’est dit inquiet de  » l’indépendance de l’OMS  » et a affirmé que le groupe d’enquêteurs chargé de déterminer l’origine du Covid-19 allait devenir un  » outil politique « .

Selon la CGTN, M. Edwards a affirmé que lui et ses collègues chercheurs subissaient une « pression énorme » et des « intimidations » de la part des États-Unis et de certains médias après avoir exprimé leur soutien à l’enquête conjointe de l’OMS et de la Chine, qui a conclu en janvier qu’une fuite du laboratoire était extrêmement improbable.

La télévision d’État a également rapporté que M. Edwards avait cité une source anonyme de l’OMS selon laquelle « les États-Unis sont tellement obsédés par l’idée d’attaquer la Chine sur la question du traçage de l’origine qu’ils hésitent à ouvrir les yeux sur les données et les résultats ».

Traçage de l’origine du COVID-19 : des allégations d' »intimidation » de la part des Etats-Unis apparaissent.

Un biologiste européen a fait une déclaration surprenante selon laquelle un groupe consultatif de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) sur la recherche des origines des agents pathogènes, y compris le virus responsable de la pandémie de COVID-19, deviendrait un « outil politique ». Sous le nom de Wilson Edwards, l’individu s’est emparé des médias sociaux, notamment Facebook et Twitter, le 24 juillet, pour décrire à quel point il s’inquiétait de « l’indépendance de l’OMS ».

Le 16 juillet, l’OMS a annoncé la création du Groupe consultatif scientifique international sur les origines des nouveaux agents pathogènes (SAGO), qui, selon M. Edwards, est le résultat de pressions politiques exercées par les États-Unis.

M. Edwards a ajouté que certains de ses collègues chercheurs ont subi une « pression énorme » et une « intimidation » de la part des États-Unis et de certains médias après avoir exprimé leur soutien aux conclusions de l’étude conjointe Chine-OMS sur les origines du COVID-19 à Wuhan, en Chine centrale.

M. Edwards a affirmé que les États-Unis cherchaient à discréditer les qualifications des scientifiques ayant participé à l’étude.

« Les Etats-Unis sont tellement obsédés par l’idée d’attaquer la Chine sur la question de la détermination de l’origine qu’ils sont réticents à ouvrir les yeux sur les données et les conclusions », a déclaré Edwards citant une source de l’OMS.

China has insisted a leak from the Wuhan Institute of Virology would have been 'extremely unlikely' citing the conclusion reached by a joint WHO-Chinese mission to Wuhan in January
La Chine a insisté sur le fait qu’une fuite de l’Institut de Virologie de Wuhan aurait été « extrêmement improbable », citant la conclusion d’une mission conjointe OMS-Chine à Wuhan en janvier.

M. Edwards disposait de comptes Facebook et Twitter – tous deux ont été supprimés depuis – sur lesquels il affirmait que les États-Unis faisaient pression sur l’OMS.

Sa page Facebook, créée le 24 juillet, comptait trois amis et ne comportait qu’un seul message, affirmant que le président Joe Biden ne ménagerait pas ses efforts pour rétablir l’influence des États-Unis sur l’OMS.

La page indiquait qu’Edwards était originaire de la capitale suisse, Berne, et comportait une photo de la Radcliffe Camera de l’université d’Oxford, mais ne fournissait aucun autre détail sur le soi-disant biologiste.

Les deux pages ont été supprimées après la déclaration faite hier par l’ambassade suisse, qui a déclaré être « à la recherche de Wilson Edwards ».

Si vous existez, nous aimerions vous rencontrer », a écrit l’ambassade suisse sur Twitter.

L’ambassade a déclaré qu’elle ne pouvait pas trouver d’articles universitaires rédigés par M. Edwards, a souligné que sa page Facebook avait été créée quelques jours seulement avant qu’il ne soit cité dans les médias d’État chinois et a indiqué qu’il n’existait aucun registre d’un citoyen portant ce nom.

Il est plus probable qu’il s’agisse de fake news, et nous demandons à la presse et aux internautes chinois de retirer ces messages », a-t-elle ajouté.

Both of Wilson Edwards' social media pages were deleted after the Swiss Embassy's statement yesterday which said there was no registry of a Swiss citizen with the name
Les deux pages de Wilson Edwards sur les médias sociaux ont été supprimées après la déclaration faite hier par l’ambassade suisse, selon laquelle aucun citoyen suisse portant ce nom n’était enregistré.

@SwissEmbChina
Recherche de Wilson Edwards, biologiste présumé, cité dans la presse et les médias sociaux en Chine ces derniers jours. Si vous existez, nous aimerions vous rencontrer ! Mais il est plus probable qu’il s’agisse d’une fake news, et nous appelons la presse et les internautes chinois à retirer les posts.

Ces derniers jours, un grand nombre d’articles de presse et de messages sur les médias sociaux citant un prétendu biologiste suisse ont été publiés en Chine. Bien que nous apprécions l’attention portée à notre pays, l’Ambassade de Suisse doit malheureusement informer le public chinois que ces nouvelles sont fausses.

I. Il n’existe aucun registre d’un citoyen suisse portant le nom de « Wilson Edwards ».

2. Il n’y a aucun article académique dans le domaine de la biologie cité sous ce nom.
3. Le compte Facebook cité comme ayant publié son commentaire n’a été ouvert que le 24 juillet 2021 et n’a jusqu’à présent publié que ce seul message. Il ne compte que 3 amis. Il est probable que ce compte Facebook n’a pas été ouvert à des fins de réseautage social.

Bien que nous supposions que la diffusion de cette histoire ait été faite de bonne foi par les médias et les internautes, nous demandons à toute personne ayant publié cette histoire de la retirer et de publier un rectificatif.


[…]

Le mois dernier, Pékin a refusé de coopérer avec l’enquête de l’OMS, accusant l’organisme de santé de faire preuve d' »irrespect » et d' »arrogance à l’égard de la science » après avoir déclaré qu’il allait auditer les laboratoires de Wuhan dans le cadre de l’enquête.

L’OMS a déclaré qu’une deuxième phase de l’enquête devrait inclure des audits des centres de recherche chinois, dans un contexte de spéculation croissante sur la théorie de la fuite de laboratoires et de pression de la part des États-Unis.

La proposition présentée par le chef de l’organisme de santé, Tedros Adhanom Ghebreyesus, comprenait « des audits des laboratoires et des institutions de recherche concernés opérant dans la zone des premiers cas humains identifiés en décembre 2019 », c’est-à-dire à Wuhan.

Mais le vice-ministre chinois de la santé, Zeng Yixin, a déclaré aux journalistes qu’il était « extrêmement surpris » par ce plan qui, selon lui, témoigne d’un « manque de respect pour le bon sens et d’une arrogance envers la science ».

Il a affirmé qu’aucun travailleur de l’Institut de Virologie de Wuhan n’avait jamais été contaminé par le virus et que le laboratoire n’effectuait pas de recherche de gain de fonction.

Il s’est défendu contre ce qu’il a appelé des « rumeurs » sur le laboratoire, insistant sur le fait que le Covid-19 n’était pas un « virus créé par l’homme » et rejetant l’étude de l’OMS sur la recherche de l’origine du virus.

Tedros Adhanom Ghebreyesus's proposals include 'audits of relevant laboratories and research institutions operating in the area of the initial human cases identified in December 2019'
Les propositions de Tedros Adhanom Ghebreyesus comprennent « des audits des laboratoires et des institutions de recherche pertinents opérant dans la zone des premiers cas humains identifiés en décembre 2019 ».
The institute in Wuhan has come under increasing pressure amid the pandemic after claims emerged that the virus may have been manufactured in China
L’institut de Wuhan est soumis à une pression croissante dans le contexte de la pandémie, après l’apparition d’allégations selon lesquelles le virus pourrait avoir été fabriqué en Chine.
China's vice health minister Zeng Yixin (pictured) told reporters last month that he was 'extremely surprised' by the plan
Le vice-ministre chinois de la santé, Zeng Yixin (photo), a déclaré aux journalistes le mois dernier qu’il était « extrêmement surpris » par ce projet.

D’abord considérée par beaucoup comme une théorie du complot de droite et rejetée avec véhémence par Pékin, l’idée que le Covid ait pu émerger d’une fuite de laboratoire a fait son chemin.

Donald Trump a colporté cette théorie peu après le début de la pandémie, mais il a été critiqué par de nombreux médias grand public qui pensaient qu’elle provenait naturellement du marché humide de Wuhan.

Ces derniers mois, la théorie a pris de l’ampleur après que des rapports des services de renseignement américains ont affirmé que trois travailleurs du laboratoire ont été hospitalisés pour un syndrome grippal en novembre 2019, au moment où les premiers cas ont été identifiés.

Dans le même temps, les responsables chinois et les médias d’État ont poussé une autre théorie selon laquelle le virus pourrait s’être échappé du laboratoire de recherche militaire américain de Fort Detrick, dans le Maryland.

Le tabloïd nationaliste Global Times a déclaré avoir recueilli cinq millions de signatures d’internautes chinois sur une pétition visant à enquêter sur le laboratoire américain.

De hauts responsables ont également amplifié les théories selon lesquelles le virus pourrait avoir été importé avec des aliments congelés.

L’agence sanitaire des Nations Unies a subi des pressions de plus en plus fortes pour que soit menée une nouvelle enquête plus approfondie sur l’apparition de la maladie qui a tué plus de quatre millions de personnes dans le monde.

L’OMS n’a pu envoyer une équipe d’experts internationaux indépendants à Wuhan qu’en janvier, plus d’un an après l’apparition du Covid-19, pour aider ses homologues chinois à enquêter sur les origines de la pandémie.

Les enquêteurs ont conclu qu’il était « possible » que le virus ait fait l’objet d’une fuite d’un laboratoire, mais ont déclaré que cette hypothèse était « extrêmement improbable » et ne justifiait pas une étude plus approfondie.

China INVENTED 'Swiss biologist who said US pressed WHO over lab leak'
The People's Daily, China Daily, and CGTN television channel all quoted Wilson Edwards but removed the content yesterday after the Swiss Embassy said it had no record of him as a citizen.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations