Les médias occultent la race des meurtriers – s’ils ne sont pas blancs

Article original datant du 14/04/22

Une analyse du Free Beacon montre comment la couverture des homicides minimise la race des délinquants issus de minorités.

Frank James, suspect de la fusillade de Brooklyn

Frank James, l’homme arrêté pour la fusillade de mardi dans le métro de New York, est un nationaliste noir et un raciste déclaré qui s’en prenait aux Blancs, aux Juifs et aux Hispaniques. Un lecteur attentif du New York Times pourrait être pardonné d’avoir négligé cela. Dans un article de près de 2 000 mots sur l’attaque, la race de James n’est pas mentionnée. Il en va de même pour la couverture offerte par Reuters ; le Washington Post ne mentionne la race de James qu’en relation avec sa condamnation des programmes de formation destinés aux « jeunes Noirs à faible revenu« .

Les critiques des médias de droite affirment que l’omission ostensible de la race de James dans ces reportages illustre une tendance parmi les journaux de prestige, qui minimisent ou omettent la race des criminels non blancs tout en mettant en avant celle des délinquants blancs. Mais s’agit-il d’une véritable tendance ?

Oui. Un examen par le Washington Free Beacon de centaines d’articles publiés par les grands journaux sur une période de deux ans révèle que les journaux minimisent la race des délinquants non blancs, mentionnant leur race beaucoup plus tard dans les articles qu’ils ne le font pour les délinquants blancs. Ces journaux sont également trois à quatre fois plus susceptibles de mentionner la race d’un délinquant s’il est blanc, une disparité qui s’est accrue à la suite de la mort de George Floyd en 2020 et des protestations qui ont suivi.

The Free Beacon a recueilli des données sur près de 1 100 articles sur les homicides provenant de six grands journaux, tous écrits entre 2019 et 2021. Ces journaux comprenaient le Chicago Tribune, le Los Angeles Times, le New York Times, le Philadelphia Inquirer, le San Francisco Chronicle et le Star-Tribune de Minneapolis – les représentants de chacun de ces journaux n’ont pas répondu aux demandes de commentaires pour cet article. Pour chaque article, nous avons recueilli le nom et la race du délinquant et de la victime, et noté à quel endroit de l’article la race du délinquant était mentionnée, le cas échéant.

Les données suggèrent une tendance éditoriale alarmante dans laquelle les grands journaux omettent régulièrement des informations dans les reportages, présentant aux lecteurs une image déformée de ceux qui commettent ou non des crimes. Ces choix éditoriaux font partie intégrante de la « prise de conscience raciale » qui a balayé les salles de rédaction à la suite du meurtre de Floyd, et qui a vu les journalistes remanier radicalement la couverture de la criminalité pour mettre l’accent sur l’idée que le système de justice pénale est raciste à la base – peut-être au détriment de l’honnêteté sur les crimes des délinquants individuels.

À quel moment de l’article les journaux mentionnent-ils la race d’un meurtrier ?
La race du délinquant est mentionnée dans la première ___% de l’article

Le graphique ci-dessus indique que les journaux sont beaucoup plus prompts à mentionner la race des meurtriers blancs que celle des noirs. (Ces deux races représentent 92 pour cent des mentions dans les données, les autres ne sont donc pas indiquées). La moitié des articles sur un délinquant blanc mentionnent sa race dans les 15 premiers pour cent de l’article. Dans les articles sur les délinquants noirs, en revanche, les mentions se font majoritairement vers la fin de l’article. La moitié des articles qui mentionnent la race d’un délinquant noir ne le font pas avant au moins 60 % de l’article, et plus de 20 % le font avant le dernier cinquième de l’article.

Bien entendu, les journalistes choisissent non seulement à quel endroit de l’article ils mentionnent la race d’un délinquant, mais aussi s’ils la mentionnent tout court, et les omissions peuvent fausser le point de vue du lecteur.

Pour mesurer ces choix, nous avons identifié la race du délinquant dans environ 900 articles où son nom, mais pas sa race, était mentionné, d’abord en regardant la race des personnes portant le même nom dans les données du recensement, puis en confirmant manuellement la race sur la base des photos d’identité ou d’autres images publiées dans les articles de presse locaux.

Combien de fois les journaux ont-ils mentionné la race d’un meurtrier ?
Race du délinquant écrite et imputée, incidents multiraciaux omis
Nombre d’articles

Cela permet d’estimer la fréquence à laquelle les journalistes soulignent la race d’un délinquant – ou ne le font pas. Là encore, la distorsion est surprenante : La race des délinquants blancs est mentionnée dans environ 1 article sur 4, contre 1 article sur 17 pour un délinquant noir et 1 article sur 33 pour un délinquant hispanique.

Cet effet est dû en partie à une poignée de grands reportages impliquant des auteurs blancs, bien que l’attention portée à ces histoires soit également un choix éditorial. Mais même en omettant les reportages sur les délinquants blancs Kyle Rittenhouse, Derek Chauvin et les tueurs d’Ahmaud Arbery, la race des délinquants blancs est mentionnée dans 16 % des cas, soit deux à trois fois le taux auquel la race des délinquants noirs est mentionnée. (Les délinquants du Moyen-Orient ont été étiquetés comme asiatiques dans cette analyse, mais les étiqueter comme blancs n’entraîne qu’un faible changement du taux de mention de la race).

Après le meurtre de Floyd, les journaux ont-ils changé leur mention de la race ?
Part des articles avec mention de la race, avant/après le 25 mai 2020
Avant/Après – Race du délinquant

Cette disparité s’est accentuée après le meurtre de George Floyd. Avant mai 2020, les journaux avaient environ deux fois plus de chances de mentionner la race d’un Blanc (13 % des articles) que celle d’un Noir (7 %). Après mai 2020, les chiffres étaient de 28 % et 4 %, soit un rapport de sept à un. Même en omettant les histoires susmentionnées, les journaux mentionnent toujours la race dans 23 % des histoires de tueurs blancs post-Floyd, soit un ratio de six pour un.

Il se pourrait qu’il y ait eu plus d’histoires dans lesquelles la race d’un délinquant blanc était pertinente après la mort de Floyd qu’avant. Mais il est également facile de voir comment l’attention accrue portée aux meurtriers blancs représente un changement dans ce que les journalistes et les rédacteurs en chef pensaient qu’il était, ou non, important pour leurs lecteurs d’entendre parler, en particulier après qu’ils se soient publiquement engagés à réorganiser leurs reportages sur la criminalité après la mort de Floyd.

Les journaux de tout le pays – y compris l’Inquirer – ont cessé de publier des galeries de photos d’identité judiciaire en partie parce que, ont écrit deux journaux de Floride, elles « peuvent avoir renforcé des stéréotypes négatifs« . D’autres se sont engagés à revoir leur langage, substituant des expressions telles que « personne anciennement incarcérée » à « criminel » pour répondre à ce que le Poynter Institute a décrit comme un lien « inextricable » entre le reportage sur la criminalité et « la race et le racisme« . Et l’Associated Press a modifié son guide de style pour décourager l’utilisation du mot « émeute« , qui aurait des connotations racistes.

Dans le même temps, les grandes salles de rédaction ont donné la priorité à la couverture de la « justice raciale« , dans le cadre d’une poussée vers ce que le journaliste-militant Wesley Lowery appelle la « clarté morale » par rapport à l' »objectivité » : écrire des reportages qui prennent parti sur des questions contestées dans le but de faire avancer un objectif politique.

Une telle « clarté morale » peut signifier minimiser la criminalité noire et mettre l’accent sur la criminalité blanche. Dans le cas de délinquants comme James, cela signifie laisser les lecteurs dans l’ignorance d’un élément important de l’histoire – une malfaisance journalistique qui est, bien sûr, au service du plus grand bien.

Yes, the Media Bury the Race of Murderers—If They're Not White - Washington Free Beacon
Frank James, the man arrested for Tuesday's New York City subway shooting, is a black nationalist and outspoken racist who railed against whites, Jews, and Hispanics. A careful reader of the New York Times could be forgiven for overlooking that. In a nearly-2,000 word article on the attack, ...

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations