Les origines du SRAS-COV2 en laboratoire

Article original datant du 13/06/22

Un ami et ancien collègue m’a demandé quelles étaient les dernières nouvelles concernant l’hypothèse des « origines naturelles » contre celle des « origines de laboratoire » pour le SRAS-COV2. Je suis resté ferme sur mes convictions formées en 2020 : Il provient d’un laboratoire

Un vieil ami et ancien collègue m’a demandé quelles étaient les dernières nouvelles concernant les hypothèses « naturelles » et d' »origines de laboratoire » pour le SRAS-COV2, le virus responsable de la maladie connue sous le nom de COVID-19. Depuis le début de l’année 2020, je maintiens fermement que le virus est d’origine humaine, et de nouvelles preuves continuent de s’accumuler qui rendent cette conclusion quasi inéluctable.

J’ai décidé de rassembler du matériel et des liens que j’avais sauvegardés et de les mettre ici afin que vous puissiez facilement les référencer (et moi aussi.)

Il se peut que je complète ce post à l’avenir, si je trouve d’autres liens intéressants, mais ceux-ci sont les plus importants que j’ai trouvés et sauvegardés jusqu’à présent. Sans aucun doute, il existe de nombreuses autres ressources d’intérêt sur ce sujet.

SRAS-COV2 : Il. A. Eté. Fabriqué. Dans. Un. laboratoire.

Voici les liens.

  1. Article sur le virus chimérique du SRAS-COV, 2007 ; certains auteurs de cet article étaient de l’Institut de Virologie de Wuhan. Ils ont expérimenté – dès 2007 – l’ajout de protéines du VIH au SARS-COV pour créer des virus chimériques afin de tester la liaison ACE2. (plus de détails et clip ci-dessous)
  2. Cet article, qui laisse entrevoir un arrêt d’urgence du laboratoire de Wuhan en octobre 2019.
  3. Cet article de l’Epoch Times, qui présente le contexte de l’implication du Parti Communiste Chinois dans la recherche sur les armes biologiques depuis de nombreuses décennies.
  4. Cet article, publié sur GITHUB en avril 2020 par des chercheurs qui ont souhaité rester anonymes afin que leur carrière ne soit pas détruite. Il présente également des preuves historiques de nombreux accidents de recherche biologique dans le monde entier depuis des décennies, dont la plupart des gens ignorent béatement l’existence.
  5. La lettre de Spartacus, révisée en septembre 2021.
  6. Cet article d’EthicalSkeptic, qui affirme que les analyses de l' »horloge génétique » des mutations sur les souches du SRAS-COV-2 donnent lieu à des contradictions surprenantes sur l’origine séquentielle de diverses souches, dont Omicron. Son affirmation : la souche Wuhan pourrait remonter jusqu’en 2018 et Omicron peut-être plus tôt encore. Son compte twitter EthicalSkeptic est un trésor national, à mon avis, car il est l’un des esprits les plus aiguisés en matière d’analyse de données que j’ai jamais connu.
  7. Cet article de « ClownBasket » sur substack, qui résume un certain nombre d’autres articles et découvertes indiquant les origines de laboratoire du SRAS-COV2.
  8. Cet article du Dr Ah Kahn Syed, qui utilise l’outil de comparaison et d’analyse des séquences génétiques connu sous le nom de BLAST pour trouver des corrélations intéressantes entre la ou les séquences du SARS-COV2 et les séquences existantes qui étaient déjà stockées dans GENBANK et d’autres référentiels. Sa conclusion : le laboratoire en est à l’origine.
  9. Ce fil de tweet de Jessica Rose, lorsqu’elle a lu pour la première fois l’article de Pradhan dont les résultats sont résumés ici. Le Substack de Jessica regorge également de matériel de référence sur le virus, les politiques de pandémie et les plans. La bio de Jessica sur Twitter est impressionnante : « Mathématicienne appliquée | Immunologue | Biologiste informatique | Biologiste moléculaire | Biochimiste | Musicien | Écrivain | Bûcheron ».

J’ajouterai peut-être d’autres liens ici à l’avenir, mais c’est un bon point de départ.

Crédit image : Dr. Jessica Rose sur Twitter. Modèles 3D des régions d’intérêt sur SARS-COV2

Il s’agit d’une section « poubelle de référence » que vous pouvez parcourir ou ignorer. Dans certains cas, j’ai ajouté certaines de mes notes et coupures de presse supplémentaires qui se rapportent aux liens fournis ci-dessus. Il se peut que j’ajoute des éléments à cette section à l’avenir également.

Document sur les virus chimériques, 2007

Aux premiers jours de l’hystérie du COVID-19 (je n’utiliserai plus le mot « pandémie »), je suis tombé sur certains liens vers des documents de recherche qui ont immédiatement suscité l’inquiétude et la suspicion. Le premier document sur lequel je suis tombé est le suivant : un lien vers ce document avait été déposé par quelqu’un sur Reddit qui souhaitait que davantage de personnes en prennent connaissance. Ce post Reddit a finalement été censuré et supprimé dans l’hystérie de la censure qui a suivi. Mais j’ai régulièrement diffusé l’URL sur Twitter et d’autres personnes l’ont également fait connaître. L’article décrit des virus dits « chimériques », c’est-à-dire combinant l’ADN de plusieurs organismes en un seul virus pour étudier ses effets sur la liaison des récepteurs ACE-2 (c’est là que le SRAS-COV2 fait ses dégâts).

[…] Dans cette étude, nous avons étudié l’utilisation des récepteurs du S du SL-CoV en combinant un système pseudovirus basé sur le virus de l’immunodéficience humaine avec des lignées cellulaires exprimant les molécules ACE2 de l’homme, de la civette ou de la chauve-souris fer à cheval. En plus des S pleine longueur de l’ISL-CoV et du SARS-CoV, une série de chimères S a été construite en insérant différentes séquences du S du SARS-CoV dans le squelette du S de l’ISL-CoV. […]

Deng Xiaoping (Epoch Times)

Début 2020, je suis tombé sur cet extrait d’un article de l’Epoch Times archivé ici. L’article affirme que les armes biologiques étaient considérées comme très importantes au fil des décennies par les dirigeants du PCC, dont Deng Xioping. Cela renforce l’idée que le Parti Communiste Chinois avait des programmes de recherche à « double usage » dans des endroits comme l’Institut de Virologie de Wuhan, de sorte que la recherche « publique » pouvait être dupliquée et redirigée secrètement à des fins militaires dans d’autres installations.

[…] La réponse se trouve dans les armes biologiques. […] Deng Xiaoping

Jessica Rose sur le papier Pradhan

J’ai fait ces modélisations il y a quelque temps, lorsque le journal Pradhan est sorti. J’étais au lit quand je l’ai lu. Ça m’a fait pleurer. Vraiment fort. J’ai dit : « Ils l’ont fait. » Alors je les ai faits. Ils sont jolis donc ils pourraient s’ajouter à vos œuvres. @ichudov
Lab Origins of SARS-COV2
A friend and former colleague asked me about the latest news regarding the "natural" versus "lab origins" hypothesis for SARS-COV2. I've held firm to my convictions formed in 2020: It came from a lab

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations