Les ovnis pourraient être le fait d’extraterrestres ou d’une nouvelle technologie selon un rapport de l’armée américaine

L’Union Européenne prévoit de créer un portefeuille numérique pour les paiements, les mots de passe et les cartes d’identités
4 juin 2021
Live du 4 Juin 2021
4 juin 2021

Article original datant du 04/06/21

Selon un rapport de l’armée américaine destiné au Congrès, les observations d’ovnis par des pilotes de la marine pourraient être le fait d’extraterrestres ou d’une nouvelle technologie hypersonique de la Russie ou de la Chine, mais ne constituent pas un projet secret du gouvernement américain

  • Les phénomènes aériens non identifiés restent non identifiés, bien que les responsables aient affirmé qu’ils ne font pas partie d’un projet secret du gouvernement américain.
  • De hauts responsables ont déclaré au New York Times qu’ils craignaient que la Chine ou la Russie n’expérimentent la technologie hypersonique.
  • Si c’est le cas, la recherche hypersonique en Russie et en Chine a « largement dépassé » la même recherche aux États-Unis, ont déclaré les responsables.
  • Une version non classifiée du rapport de renseignement devrait être communiquée au Congrès d’ici le 25 juin.

Des représentants du gouvernement ont divulgué des détails sur le rapport classifié très attendu sur les observations d’ovnis, qui devrait être publié ce mois-ci, en indiquant qu’il n’y a aucune preuve permettant d’affirmer qu’il s’agit de vaisseaux spatiaux extraterrestres.

Mais le rapport n’exclut pas non plus la possibilité d’extraterrestres, ont déclaré au New York Times de hauts responsables de l’administration qui ont été informés du rapport.

Le rapport avance également la théorie selon laquelle les objets pourraient aussi être de nouvelles armes développées par la Russie ou la Chine – et affirme définitivement que les phénomènes ne font pas partie d’un projet secret du gouvernement américain.

Le rapport examine plus de 120 incidents liés à des objets non identifiés vus par des pilotes de la marine américaine au cours des 20 dernières années.

Les OVNI ont été observés se déplaçant selon des schémas qui restent difficiles à expliquer, notamment leur accélération, leur capacité à changer de direction et leur capacité à s’immerger sous l’eau.

De hauts responsables ont déclaré au journal que ces objets pourraient être la preuve d’une technologie hypersonique chinoise ou russe, ce qui signifie que ces pays pourraient avoir « largement dépassé » les États-Unis en matière de développement d’armes.

Les armes hypersoniques sont des avions et des missiles qui peuvent atteindre des vitesses atmosphériques supérieures à Mach 5, soit environ 4 000 miles par heure (6500KM/h), ce qui les rend presque impossibles à intercepter.

Des images fixes d’une vidéo récemment publiée montrent un objet sphérique plongeant dans l’océan Pacifique au large de la Californie. Le journaliste d’investigation Jeremy Corbell affirme que la vidéo montre des « données FLIR  » qui sont complétées par des images radar.
Une vidéo montrant un objet volant non identifié s’écrasant dans l’océan Pacifique au large de San Diego il y a deux ans a maintenant été corroborée par un radar militaire qui montre un navire, l’USS Omaha, essaimé par des phénomènes aériens en juillet 2019. L’image ci-dessus montre neuf objets inexpliqués, dont certains se déplacent à des vitesses supérieures à 160 mph (260 Km/h).

L’année dernière, les législateurs ont ajouté une disposition au budget du président Donald Trump exigeant que le secrétaire à la défense et le directeur du renseignement national publient un rapport sur ce que le gouvernement sait de ces ovnis.

Les responsables gouvernementaux ont précédemment concédé que les observations sont crédibles, et que l’origine des ovnis reste inconnue.

Une version non classifiée du rapport des services de renseignement devrait être remise au Congrès d’ici le 25 juin, mais elle comprendra une annexe classifiée qui « ne contiendra aucune preuve permettant de conclure que le phénomène est un vaisseau spatial extraterrestre ».

Toutefois, les responsables ont déclaré que le gouvernement ne pouvait pas non plus « exclure définitivement » les théories selon lesquelles il pourrait s’agir d’engins spatiaux extraterrestres, rapporte le New York Times.

Dans certains cas, le rapport exclut des explications telles que des sondes météorologiques ou d’autres sondes de recherche en raison des changements de vitesse du vent pendant les observations, ont déclaré les responsables au Times.

Dans le rapport, les responsables du renseignement ont examiné les puissances militaires étrangères et estiment qu’au moins certains des OVNIs pourraient être expliqués par des armes hypersoniques russes ou chinoises – dans lesquelles les deux pays ont fortement investi.

Exemples d’observations inexpliquées : des objets sphériques « manœuvrables » qui ont été vus volant dans l’espace aérien restreint près de Virginia Beach presque tous les jours de 2015 à 2017.

Le pilote de chasse du F/A-18 Ryan Graves, dont l’escadron a repéré les objets, a précédemment déclaré : « Je suis inquiet, franchement. Vous savez, si c’étaient des jets tactiques d’un autre pays qui traînaient là-haut, ce serait un problème massif’.

Des responsables informés du rapport ont également décrit un objet géant en forme de Tic Tac, de la taille d’un avion commercial, qui a été rencontré par des avions de chasse de la marine au large de San Diego en 2004.

Le mois dernier, le sénateur Marco Rubio a prévenu que les ovnis représentaient une menace sérieuse pour la sécurité nationale et que les législateurs ne pouvaient plus s’en moquer.

« Certains de mes collègues sont très intéressés par ce sujet et certains en rient quand on l’aborde. Mais je ne pense pas que nous puissions laisser ces stigmates nous empêcher d’obtenir une réponse à une question très fondamentale », a déclaré M. Rubio.

M. Rubio a déclaré que la possibilité que des drones ou des avions d’une puissance militaire rivale – ou d’une autre civilisation – pénètrent dans l’espace aérien américain sans autorisation devrait faire l’objet de plus d’attention et de ressources.

Former Navy Lieutenant Ryan Graves, who regularly witnessed UFOs in restricted airspace, called them a threat to national security
L’ancien lieutenant de la marine Ryan Graves, qui a régulièrement été témoin d’OVNIs dans l’espace aérien restreint, les a qualifiés de menace pour la sécurité nationale.

« Je veux que nous prenions cela au sérieux et que nous ayons un processus pour le faire », a déclaré Rubio à 60 Minutes.

« Je veux que nous ayons un processus pour analyser les données chaque fois qu’elles arrivent. Qu’il y ait un endroit où ces données soient cataloguées et constamment analysées, jusqu’à ce que nous obtenions des réponses ».

« Peut-être que la réponse est très simple. Peut-être pas. »

John Ratcliffe, l’ancien directeur du Renseignement National, a déclaré à Fox News qu’il ne s’agit pas seulement de récits de témoins oculaires – ce sont des vidéos et des données de mesures prises grâce à « de multiples capteurs qui détectent ces choses ».

Lorsque nous parlons d’observations, nous parlons d’objets qui ont été vus par des pilotes de la marine ou de l’armée de l’air, ou qui ont été repérés par des images satellites, qui se livrent franchement à des actions difficiles à expliquer, à des mouvements difficiles à reproduire, pour lesquels nous ne disposons pas de la technologie, ou qui se déplacent à des vitesses dépassant le mur du son sans bang sonique », a-t-il déclaré.

Même l’ancien président Barack Obama a évoqué l’intérêt récent pour les OVNIs lors de son passage au Late Late Show avec James Corden le mois dernier.

Ce qui est vrai, et je suis vraiment sérieux, c’est qu’il y a des images et des enregistrements d’objets dans le ciel dont nous ne savons pas exactement ce qu’ils sont », a déclaré M. Obama.

John Ratcliffe, l’ancien directeur du Renseignement National, a déclaré à Fox News qu’il ne s’agit pas seulement de récits de témoins oculaires, mais de vidéos et de données de mesures prises par « de multiples capteurs qui détectent ces choses ».

De 2007 à 2012, le Pentagone a catalogué les rapports des pilotes de la marine sur les phénomènes aériens non identifiés dans le cadre de son obscur programme d’Identification des Menaces Aérospatiales Avancées, financé à la demande de l’ancien chef de la majorité au Sénat, Harry Reid.

L’année dernière, le Pentagone a créé le groupe de travail sur les phénomènes aériens non identifiés (Unidentified Aerial Phenomena Task Force – UAPTF), chargé d’étudier les observations d’objets aériens qui pourraient constituer une menace pour la sécurité nationale.


Harry Reid exige que la commission sénatoriale du renseignement publie un rapport sur les ovnis et déclare qu’il n’a « aucun problème » si les extraterrestres existent.

L’ancien sénateur américain Harry Reid a rédigé un article dans lequel il demande à la commission sénatoriale du renseignement de publier un rapport sur les ovnis que les législateurs ont commandé.

L’ancien sénateur américain Harry Reid a récemment écrit un article dans lequel il demande à la commission du renseignement du Sénat de publier un rapport sur les OVNIs que les législateurs ont commandé.

Reid, 81 ans, a également expliqué dans son article pour le New York Times comment l’ancien leader de la majorité au Sénat est devenu « de plus en plus intéressé par les ovnis » et a déclaré qu’il n’avait « aucun problème » si les extraterrestres existaient.

En décembre, le sénateur Marco Rubio – alors président en exercice de la commission sénatoriale du renseignement – a demandé que les rapports du Pentagone sur les phénomènes aériens non identifiés (PAN) soient déclassifiés. Le groupe de travail du Pentagone sur les phénomènes aériens non identifiés a jusqu’à juin pour rendre ses conclusions au Congrès.

« Je crois qu’il y a des informations découvertes par les enquêtes secrètes du gouvernement sur les phénomènes aériens non identifiés qui peuvent être divulguées au public sans nuire à notre sécurité nationale », a écrit Reid dans le New York Times.

« Le peuple américain mérite d’en savoir plus – et j’espère qu’il le fera bientôt, avec la publication d’un rapport gouvernemental complet, demandé par la commission sénatoriale du renseignement, sur les rencontres de l’armée avec les ovnis ».

Il a ajouté : « Je veux être clair : je n’ai jamais eu l’intention de prouver que la vie au-delà de la Terre existe. Mais si la science prouve qu’elle existe, cela ne me pose aucun problème. Parce que plus j’apprends, plus je me rends compte qu’il y a encore tellement de choses que je ne connais pas. »

Dans l’article, Reid décrit avoir commencé à s’intéresser aux phénomènes aériens non identifiés, que la plupart des gens appellent OVNIs, en 1996 après avoir été invité à une conférence sur le sujet par un journaliste d’investigation de KLAS-TV.

Il a déclaré que son intérêt pour les OVNIs s’est développé grâce à des conversations avec l’ancien astronaute John Glenn, un collègue sénateur, mais que son équipe l’a averti de « rester à l’écart » du sujet en public.

« Je les ai poliment ignorés. J’étais curieux et, comme le sénateur Glenn, je pensais que c’était une question qui méritait qu’on s’y attarde, et j’étais en position d’agir », a-t-il déclaré.

Reid, alors qu’il était leader de la majorité au Sénat en 2007, a œuvré pour obtenir un financement de 22 millions de dollars pour le programme d’identification avancée des menaces aérospatiales.

Cette opération clandestine du Pentagone enquêtait sur les rapports d’ovnis et autres phénomènes connexes, y compris les rencontres d’ovnis impliquant du personnel militaire américain », a-t-il écrit.

M. Reid a fait remarquer que ce programme n’existe plus, mais que le gouvernement continue d’étudier les ovnis par le biais du groupe de travail du Pentagone sur les phénomènes aériens non identifiés.

Il a dit que, en tant que sénateur, il a visité la zone 51 et a vu des informations classifiées qui l’ont fasciné.

Ce site d’essai top secret de l’armée de l’air, situé dans le sud du Nevada, a longtemps été associé aux OVNI et aux théories de la conspiration dans la culture populaire. M. Reid a fait remarquer que son existence n’a été reconnue publiquement par le gouvernement américain qu’en 2013.

Ce que j’ai vu m’a fasciné, même si une grande partie doit rester confidentielle. Lors d’une visite, j’ai parcouru une courte distance jusqu’à l’installation qui abritait les nouveaux chasseurs furtifs secrets de l’armée de l’air », écrit Reid.

Reid a expliqué qu' »il y a encore beaucoup de choses que nous ne comprenons pas » en plus des OVNIs et il reste difficile d’expliquer scientifiquement certaines de ces « observations étranges ».


L’USS Omaha en 2019 dans les eaux interdites à la navigation au large de la côte sud de la Californie (séquence divulguée en mai 2021)

L’USS Omaha a filmé un objet rond effectuant un vol contrôlé au-dessus de l’eau pendant une période prolongée avant qu’il ne pénètre finalement dans l’océan. Le cinéaste d’investigation Jeremy Corbell a partagé ces images le 14 mai avec Mystery Wire.

Des images fixes de cette vidéo ont été publiées pour la première fois en avril, lorsque le Pentagone a confirmé qu’un ensemble d’images et de vidéos montrant des objets volants non identifiés bourdonnant au-dessus des navires de guerre de la Marine au large de la côte californienne en 2019 « ont été prises » par le personnel militaire.

On pouvait entendre le personnel s’exclamer avec excitation alors que l’objet effectuait une descente contrôlée et progressive dans l’océan Pacifique, avant de disparaître avec un plouf.

Aucune explication concernant l’objet sphérique n’a été donnée…

L’USS Omaha a filmé un objet rond effectuant un vol contrôlé au-dessus de l’eau pendant une longue période avant de pénétrer dans l’océan.

L’une des images semble être un objet de forme pyramidale, tandis que d’autres ont été considérées comme des drones ou des sondes ; cependant, la Marine les a répertoriées comme inconnues.

Dans une déclaration, un porte-parole du Pentagone a dit à Mystery Wire :  » Je peux confirmer que les photos et vidéos référencées ont été prises par le personnel de la Marine. L’UAPTF a inclus ces incidents dans ses examens en cours ».

Cette confirmation intervient une semaine après que l’amiral Michael Gilday, le chef des opérations navales, a admis qu’il n’avait aucune idée de l’origine de l’essaim de mystérieux drones en forme de Tic Tac qui ont menacé quatre destroyers américains en juillet 2019.

Gilday a dirigé une enquête sur l’incident au cours duquel un groupe de ce que certains ont appelé des véhicules aériens sans pilote (UAV) a poursuivi les destroyers jusqu’à 100 milles nautiques au large des côtes de la Californie.

Le navire de combat littoral de la classe Independence USS Omaha (LCS 12) traverse l’océan Pacifique.
Les F/A-18E Super Hornets affectés aux Tomcatters de l’escadron de chasseurs d’attaque (VFA) 31 sont retournés à leur base d’attache, la Naval Air Station (NAS) Oceana, à Virginia Beach.

Les journaux de bord ont révélé que pas moins de six avions mystérieux ont envahi les navires de guerre à proximité d’une zone d’entraînement sensible dans les îles du Détroit (Channel Islands), à des vitesses allant jusqu’à 40 mph et avec une plus grande maniabilité que les drones militaires américains.

Lorsqu’on lui a demandé directement si la marine avait confirmé l’identité des drones lors d’un événement médiatique, Gilday a répondu par la négative.

The Drive a révélé en février que des navires de guerre de l’US Navy stationnés au large de Los Angeles avaient rencontré des essaims de drones mystérieux, qui les poursuivaient à grande vitesse dans des conditions de faible visibilité.

Le journal a obtenu des journaux de bord et des courriels internes de la marine en vertu de la loi sur la liberté de l’information, ainsi que des descriptions de témoins oculaires du personnel à bord, afin d’établir que les drones avaient une capacité aéronautique bien plus grande que tous les drones connus jusqu’à présent.


L’ancien lieutenant de la marine américaine Ryan Graves dans un chasseur F/A-18 au large de la côte de Virginie entre 2015 et 2017

L’escadron de chasseurs F/A-18 de Graves a repéré les objets sphériques ‘manœuvrables’ volant dans l’espace aérien restreint près de Virginia Beach presque tous les jours de 2015 à 2017, a-t-il déclaré.

Je suis inquiet, franchement. Vous savez, si c’étaient des jets tactiques d’un autre pays qui traînaient là-haut, ce serait un énorme problème’, a déclaré Graves à 60 Minutes.

‘Mais parce que cela semble légèrement différent, nous ne sommes pas prêts à regarder le problème en face. Nous nous contentons d’ignorer le fait qu’ils sont là, à nous observer tous les jours’.

Il a déclaré que les pilotes de la marine américaine voyaient des OVNIs au large de la Virginie si fréquemment qu’ils s’y étaient habitués malgré le fait qu’ils « nous regardaient » tous les jours.
L’escadron de chasseurs F/A-18 de Graves a repéré les objets « manœuvrables » volant dans l’espace aérien restreint près de Virginia Beach presque tous les jours de 2015 à 2017.

Il a déclaré que les pilotes qui ont été témoins de ce que le gouvernement appelle des « phénomènes aériens non identifiés » ont supposé qu’il pouvait s’agir de n’importe quoi, d’une technologie secrète américaine ou d’un avion espion ennemi.

Graves a également admis que l’avion pourrait être quelque chose d’entièrement différent.

C’est un phénomène difficile à expliquer. Vous avez la rotation, vous avez les hautes altitudes. Vous avez la propulsion, non ? Je ne sais pas. Je ne sais pas ce que c’est, franchement », a déclaré Graves à 60 Minutes en visionnant l’une des vidéos non classifiées.

Je dirais, vous savez, que la plus grande probabilité est que c’est un programme d’observation des menaces.

Une image en couleur montre l’un des phénomènes aériens non identifiés. Leurs capacités techniques dépassent de loin celles de tout avion connu, suscitant des craintes pour la sécurité nationale des États-Unis.
Les pilotes ont émis l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’une technologie secrète américaine ou d’un avion espion ennemi.

Le média a noté que Graves n’a pas exclu la possibilité qu’il s’agisse d’une sorte de technologie russe ou chinoise.

Luis Elizondo, un ancien fonctionnaire du ministère de la Défense, a déclaré à l’émission 60 Minutes que les UAP (Phénomène aérien non identifié) semblent avoir une technologie « bien supérieure » à tout ce que les États-Unis possèdent actuellement dans leur inventaire connu.

« Imaginez une technologie capable de résister à des forces de 600 à 700 G, de voler à 13 000 miles à l’heure, d’échapper aux radars et de voler dans l’air, dans l’eau et peut-être dans l’espace », a déclaré Elizondo.

Et qui, soit dit en passant, n’a pas de signes évidents de propulsion, pas d’ailes, pas de surfaces de contrôle et qui, pourtant, peut défier les effets naturels de la gravité terrestre. C’est précisément ce que nous voyons.


Objets de forme pyramidale repérés en vol stationnaire au-dessus de l’USS Russell, juillet 2019 (séquence divulguée en avril 2021).

Une séquence filmée à peu près au même moment que l’observation de la boule sphérique – mais publiée deux mois plus tôt – montre de multiples objets de forme pyramidale planant à environ 700 pieds au-dessus du destroyer de la marine USS Russell.

On pense également qu’il a été filmé au large de la côte sud de la Californie, bien que l’on ne sache pas pourquoi Mystery Wire a diffusé cette observation avant la sphère.

Selon Mystery Wire, les photos d’avril ont été divulguées dans le cadre d’une enquête du Pentagone sur les OVNIs menée par la Task Force UAP, qui a rassemblé des preuves en vue de la rédaction d’un rapport destiné au Congrès et attendu en juin.

L’image montre des objets non identifiés volant au-dessus de quatre destroyers américains, dont le destroyer de la marine USS Kidd.

Le média avait également publié précédemment une vidéo qui aurait été filmée en juillet 2019 par des officiers de la marine utilisant un dispositif de vision nocturne, qui montrait des objets de forme pyramidale planant à 700 pieds au-dessus d’un destroyer de la marine….
Mystery Wire affirme que les objets triangulaires font partie du même incident que l’objet sphérique plongeant dans la mer.
La vidéo a été prise en juillet 2019 par des officiers de la marine utilisant un dispositif de vision nocturne.

Un pilote de l’US Navy a établi un contact visuel avec l’objet le 14 novembre 2004.

Au moins six pilotes de Super Hornet ont établi un contact visuel ou par instrument avec l’OVNI le 14 novembre 2004.

Les rencontres, qui sont documentées dans de nombreux entretiens avec des témoins directs, restent un mystère, et la vitesse et les mouvements incroyables de l’objet ont donné lieu à des spéculations quant à son origine extraterrestre.

La vidéo FLIR originale des rencontres avec l’USS Nimitz a été diffusée en ligne dès 2007.

Des témoins affirment que des extraits de la vidéo ont été largement diffusés sur l’intranet de la marine, utilisé pour communiquer entre les navires du groupe de porte-avions, et qu’un marin inconnu du groupe a probablement été le premier à la diffuser.

Le porte-avions USS Nimitz et le croiseur à missiles guidés USS Philippine Sea en formation lors d’un transit dans le détroit d’Ormuz, le 18 septembre 2020.
Le commandant de la marine David Fravor et le capitaine de corvette Jim Slaight volaient à environ 160 km de la côte de San Diego (photo) à bord de chacun de leurs F/A-18F Super Hornet (photo) lorsqu’ils ont rencontré un objet volant non identifié décrit comme un « Tic Tac ».

L’USS Nimitz, un porte-avions de la marine américaine, a été au centre d’une étrange saga d’observations d’ovnis en 2004.

Le clip est devenu l’une des preuves les plus vantées par la communauté des ovnis lorsque le Pentagone a confirmé son authenticité en 2017.

En janvier, Chad Underwood, l’ancien aviateur de la Navy qui a tourné le célèbre clip vidéo ayant fait l’objet d’une fuite, a brisé son silence dans une interview accordée au New York Magazine.

Il a déclaré que l’objet oblong et sans ailes en forme de « Tic Tac » avait été repéré au large des côtes du Mexique, au-dessus du Pacifique.

Il a également révélé que depuis environ deux semaines, le croiseur à missiles guidés de la classe Ticonderoga, l’USS Princeton, qui fait partie du Carrier Strike Group 11, suivait par intermittence les avions mystérieux grâce à un radar passif avancé AN/SPY-1B.

Les contacts radar étaient si inexplicables que le système a même été arrêté et redémarré pour vérifier les bugs – mais les opérateurs ont continué à suivre les avions inconnus.

Puis, le 14 novembre, le commandant David Fravor affirme qu’il volait à bord d’un F/A-18F Super Hornet lorsqu’il a établi un contact visuel avec l’objet, qui a semblé plonger sous l’eau, refaire surface et disparaître à toute vitesse lorsqu’il a tenté de s’en approcher.

Lorsque Fravor a atterri sur le pont du Nimitz, Underwood se préparait à décoller pour son propre entraînement.

Fravor a raconté à Underwood son étrange rencontre, et lui a conseillé de garder les yeux ouverts.

Il se souvient qu’il a soudainement vu un écho sur son radar avant de le suivre sur sa caméra FLIR.

« Ce qui m’a le plus frappé, c’est son comportement erratique », a déclaré Underwood au magazine.

« Et ce que j’entends par « erratique », c’est que ses changements d’altitude, de vitesse et d’aspect ne ressemblaient en rien à ce que j’avais déjà rencontré en volant contre d’autres cibles aériennes ».

Underwood a déclaré que l’objet n’obéissait pas aux lois de la physique et qu’il est passé de 50 000 pieds d’altitude à 100 pieds en quelques secondes, ce qui, selon lui, « n’est pas possible ». Il a ajouté qu’il n’a vu aucun signe de panache de chaleur d’un moteur ni aucun signe de propulsion.

Le pilote refuse toutefois de spéculer sur la question de savoir si l’objet est un vaisseau spatial extraterrestre ou non.

Ce n’est pas mon travail. Mais j’ai vu quelque chose. Et cela a également été vu, à l’œil nu, par mon commandant, Dave Fravor, et par le commandant de l’escadron de Hornet du Corps des Marines qui était également sur place ».

UFO sightings could be hypersonic technology from Russian or China
Officials have definitively said UFO sightings are not a part of a secret U.S. government project ahead of a highly anticipated report on the unidentified aerial phenomena.