Les réseaux de trafics humains tombent un par un

Pfizer retire sa demande d’utilisation d’urgence du vaccin Covid-19 en Inde après que l’autorité de régulation ait demandé plus de données
6 février 2021
A tous ceux qui doutent sur l’existence de réseaux pédo-sataniques
7 février 2021

Plus de 60 personnes arrêtées dans le cadre de l’opération contre la traite des êtres humains dans le comté de Stanislaus, selon la police

Une opération de deux jours contre la traite des êtres humains dans le comté de Stanislaus a abouti à l’arrestation de dizaines de personnes le mois dernier, selon les autorités. L’opération a eu lieu les 28 et 29 janvier. Un grand nombre d’agences locales de maintien de l’ordre ont collaboré à la mission. Au total, plus de 60 personnes ont été arrêtées pour divers délits liés à la traite des êtres humains dans le comté de Stanislaus. Dans la partie de l’opération qui s’est déroulée à Turlock, la police affirme que 13 personnes ont été arrêtées. La police dit aussi qu’elle travaille avec la Sécurité intérieure pour inculper au niveau fédéral un suspect accusé d’avoir sollicité un agent infiltré qui se faisait passer pour une mineure.

Une opération de traite des êtres humains conduit à des arrestations dans le comté de Santa Barbara

Dans une déclaration vendredi, le bureau du shérif du comté de Santa Barbara a annoncé les résultats de l’opération Reclaim and Rebuild (Récupérer et reconstruire), un effort de l’État pour lutter contre la traite des êtres humains. Selon le SBCSO, les opérations d’infiltration dans le comté ont permis l’arrestation de 12 clients de la prostitution et d’un trafiquant d’êtres humains. Cinq victimes potentielles de la traite des êtres humains ont également été sauvées. La Santa Barbara County Human Trafficking Task Force (Groupe de travail du comté sur la traite des êtres humains) est composée d’enquêteurs du bureau du shérif, de la police de Santa Barbara, de la police de Santa Maria, de la police de Lompoc et du bureau du procureur du comté de Santa Barbara. L’effort déployé cette année dans l’ensemble de l’État a permis de sauver 87 victimes, jeunes et adultes, et d’arrêter plus de 518 personnes pour des crimes liés à la traite des êtres humains.

La police espagnole arrête un gang accusé de trafic de migrants à travers la Méditerranée

Huit membres d’un gang soupçonnés de se livrer au trafic de migrants depuis l’enclave nord-africaine de Melilla vers le continent espagnol ont été arrêtés, a déclaré la police samedi. Les migrants devaient payer 2000€ chacun pour effectuer la traversée de la Méditerranée en bateau à moteur. Le gang est également suspecté de transporter du haschisch de Melilla vers l’Andalousie, dans le sud de l’Espagne, a déclaré la Garde civile et les forces de police nationales dans un communiqué. Les personnes arrêtées sont des ressortissants espagnols et marocains. Deux autres suspects font l’objet d’une enquête. La police a saisi trois vedettes rapides, 335 kg de haschisch, 17 véhicules et sept téléphones portables.

Un réseau de trafics humains et de prostitution est démantelé

Le procureur du comté de Bergen, Mark Musella, a annoncé que 22 personnes qui auraient orchestré une organisation de trafic d’êtres humains et de prostitution dans le comté de Bergen et ses environs ont été inculpées. Les individus ont été accusés de trafic de femmes dans les comtés de Bergen, Hudson, Middlesex et Passaic, ainsi que dans les comtés de Rockland et Queens, New York, dans le but de se livrer à des actes sexuels à des fins commerciales.

Les arrestations sont le résultat d’une enquête de quatre mois mené par le bureau du procureur du comté de Bergen sous la direction du chef Robert Anzilotti. En novembre 2020, des membres de l’équipe des enquêtes spéciales du bureau du procureur du comté de Bergen ont lancé l' »Operation Hope in Darkness » (« Opération Espoir dans l’obscurité« ). L’équipe a enquêté sur une organisation locale de trafic d’êtres humains, de prostitution et de blanchiment d’argent.

La police du comté d’Howard accuse un homme de Caroline du Nord de trafic d’êtres humains et de drogue à Elkridge

La police du comté d’Howard a accusé un homme de Caroline du Nord de traite d’êtres humains après avoir découvert qu’il organisait des rendez-vous de prostitution pour trois femmes adultes dans un hôtel d’Elkridge et qu’il leur prenait leur argent. Adolph Joseph Scott, 36 ans, est accusé de 25 chefs d’accusation de traite des êtres humains, de prostitution, de distribution de drogue et de résistance à l’arrestation. Lors de son arrestation, Scott était en possession d’héroïne, de cocaïne et de crack dont la quantité indiquait une distribution, et la police a trouvé d’autres drogues dans sa chambre d’hôtel. Il est détenu sans caution au centre de détention du comté d’Howard.

Le 2 février, la police a reçu un tuyau sur une activité suspecte dans un hôtel du bloc 6700 de Dorsey Road. La police a trouvé des publicités proposant des services sexuels sur un site web connu pour être utilisé à des fins de prostitution et a déterminé que l’activité annoncée se déroulait à l’hôtel. L’enquête a permis à la police d’apprendre que Scott et les trois victimes, dont deux qu’il avait transportées de Caroline du Nord, séjournaient ensemble dans une chambre de l’hôtel. Il leur proposait des rendez-vous pour se prostituer et conservait la majeure partie de l’argent. Scott aurait contrôlé les victimes en leur fournissant de la drogue et en les menaçant. La police a arrêté Scott à l’extérieur de l’hôtel le 3 février. Les victimes ont été orientées vers HopeWorks (L’espoir fonctionne) pour obtenir de l’aide.