Les scientifiques qui ont joué un rôle déterminant dans le narratif des «origines naturelles» de la COVID-19 ont reçu plus de 50 millions de dollars de financement du NIAID en 2020-2021

Article original datant du 11/01/22

Le Dr Anthony Fauci, conseiller médical en chef de la Maison Blanche et directeur du NIAID, passe un appel téléphonique pendant une pause lors d’une audience de la commission sénatoriale de la santé, de l’éducation, du travail et des pensions, le 11 janvier 2022.

Quatre éminents scientifiques qui ont joué un rôle clé dans l’élaboration du narratif public sur l’origine du COVID-19 ont reçu des augmentations substantielles de subventions de l’Institut National des Allergies et des Maladies Infectieuses (NIAID), dirigé par le Dr Anthony Fauci, au cours des deux années suivantes, selon un examen des données de financement par The Epoch Times.

Trois de ces scientifiques – Kristian Andersen, Robert Garry et Michael Farzan – étaient conseillers lors d’une téléconférence organisée par Fauci le 1er février 2020, en réponse aux questions croissantes du public sur l’origine du virus.

Les scientifiques ont également joué un rôle déterminant dans la publication de Proximal Origin, un article très influent qui a promu une théorie des origines naturelles pour le SRAS-CoV-2, le virus à l’origine du COVID-19, et qui a été fréquemment cité par le gouvernement et les médias.

Les courriels publiés dans le cadre de la loi sur la liberté d’information ont montré que les scientifiques avaient dit aux membres principaux de la téléconférence de Fauci qu’ils étaient sûrs à 60 ou 80 % que le COVID-19 était sorti d’un laboratoire.

Francis Collins, alors directeur des NIH (Instituts Nationaux de la santé), à Bethesda (Maryland), le 26 janvier 2021.

Notamment, malgré leurs préoccupations privées sur l’origine du virus, la première version de Proximal Origin a été achevée le même jour que la téléconférence. Andersen et Garry étaient co-auteurs de « Proximal Origin » et Farzan a été reconnu dans la version de Nature de Proximal Origin pour ses discussions participatives à la création de l’article.

En outre, le NIAID de Fauci a fourni une augmentation substantielle du financement à Peter Daszak d’EcoHealth, par l’intermédiaire duquel le NIAID avait financé des recherches controversées de gain de fonction sur les coronavirus à l’Institut de Virologie de Wuhan en Chine.

Certains de ces financements ont été maintenus jusqu’en 2021, et l’une des subventions les plus récentes sera maintenue au moins jusqu’en 2025.

Une partie importante de l’augmentation du financement pour Daszak, ainsi que pour Andersen et Garry, a été fournie par la création par le NIAID des Centres de Recherche sur les Maladies Infectieuses Emergentes (CREID).

Le programme, qui était initialement appelé Centres pour la recherche sur les maladies infectieuses émergentes (EIDRC) au cours des premières étapes de planification en 2019, a été officiellement annoncé sous un nouveau nom le 27 août 2020. On ne sait pas pourquoi le programme a été initialement retardé ni pourquoi il a été renommé.

La nouvelle initiative, décrite comme un réseau mondial qui implique « des enquêtes multidisciplinaires sur la façon dont et où les virus et autres agents pathogènes émergent de la faune et se répandent pour causer des maladies chez les humains », a fourni onze nouvelles subventions totalisant 17 millions de dollars de nouveau financement la première année et 82 millions de dollars de financement total sur cinq ans.

Le laboratoire P4 sur le campus de l’Institut de Virologie de Wuhan à Wuhan, dans la province de Hubei, en Chine, le 13 mai 2020.

Andersen et Garry étaient les co-récipiendaires d’une nouvelle subvention de 8,9 millions de dollars sur 5 ans accordée dans le cadre de l’initiative CREID, qui a permis de créer le Réseau ouest-africain de recherche sur les maladies infectieuses (WARN-ID). Daszak a reçu une nouvelle subvention de 7,5 millions de dollars sur 5 ans dans le cadre de l’initiative CREID, qui a permis d’établir le réseau de recherche sur les maladies infectieuses émergentes : South East Asia Research Collaboration Hub (EID-SEARCH). Les autres participants au programme NIAID CREID peuvent être consultés ici.

Notamment, bien que la création du programme CREID n’ait pas été annoncée publiquement avant le 27 août 2020, la date d’avis d’attribution des subventions à Andersen et Garry est indiquée comme étant le 21 mai 2020. La date de notification de l’attribution du CREID à Daszak est le 17 juin 2020. La date d’attribution de la subvention à Daszak est particulièrement remarquable car elle est intervenue peu de temps après que le président Donald Trump ait révoqué la subvention précédente de Daszak du NIAID de Fauci en avril 2020 en raison des liens de Daszak avec l’Institut de Virologie de Wuhan.

Andersen, qui avait dit en privé à Fauci le 31 janvier 2020 que le virus « semblait fabriqué », mais qui a ensuite aidé à diriger les efforts de Fauci pour promouvoir un narratif sur les origines naturelles, a reçu un financement total de 7,4 millions de dollars en 2020, contre 4,5 millions de dollars de subventions en 2019. Le financement total de la subvention d’Andersen a augmenté à près de 9 millions de dollars en 2021. Les nouvelles subventions CREID (co-attribuées avec Garry) ont représenté environ 1,9 million de dollars de son produit de subvention en 2020 et 2 millions de dollars de son produit de subvention en 2021. Le chiffre d’Andersen pour 2021 comprend une subvention CREID de 266 250 $ qui a été accordée à Andersen mais qui ne comprenait pas Garry comme co-bénéficiaire.

Bien que l’on ne sache pas pour l’instant s’il existe un lien entre l’augmentation du financement et l’implication des scientifiques dans l’élaboration du récit public des origines naturelles, ces nouvelles révélations soulèvent une question évidente : Comment se fait-il que parmi les milliers de scientifiques éligibles pour participer au financement tant désiré des onze subventions fournies par la nouvelle initiative CREID de Fauci, dotée de 82 millions de dollars, trois de ceux qui ont été choisis se sont avérés être les mêmes personnes qui avaient ouvert la voie à la promotion du narratif des origines naturelles de Fauci – malgré leurs préoccupations privées quant au fait que le virus avait été créé dans un laboratoire.

Peter Daszak, à droite, le président de l’Alliance EcoHealth, à Wuhan, en Chine, le 3 février 2021

Lors de la téléconférence du 1er février 2020, Andersen a affirmé être « 60 à 70 % sûr que le virus provenait d’un laboratoire ». L’un des co-auteurs d’Andersen sur l’origine proximale, Edward Holmes, a même avancé le chiffre de « 80 % ».

Garry, qui a déclaré aux membres principaux du groupe de téléconférence de Fauci qu’il « ne peut vraiment pas penser à un scénario naturel plausible où vous passez du virus de la chauve-souris » au SRAS-CoV-2, a reçu 7 millions de dollars de subventions du NIAID en 2020, contre 5,7 millions de dollars en 2019. Garry a également reçu 6,6 millions de dollars de subventions en 2021. La nouvelle subvention CREID (co-attribuée avec Andersen) a représenté environ 1,9 million de dollars de ses subventions en 2020 et 1,8 million de dollars de ses subventions en 2021.

Au cours de la téléconférence du 1er février 2020, Garry a cité les remarquables séquences de mutations qui devraient se produire pour que le SRAS-CoV-2 apparaisse naturellement, déclarant au groupe :  » Je n’arrive pas à comprendre comment cela se réalise dans la nature.  » Toutefois, Garry a fait remarquer qu’un virus créé en laboratoire expliquerait facilement les données virales qu’il a observées, déclarant au groupe de Fauci qu' »en laboratoire, il serait facile de générer l’insert parfait de 12 bases que vous souhaitez ».

Notamment, Garry a récemment admis dans une correspondance écrite avec The Intercept qu’on lui avait conseillé de ne pas parler d’une fuite du laboratoire dans l’article sur l’origine proximale, déclarant : « La principale réaction que nous avons eue lors de la téléconférence du 1er février était : 1. N’essayez pas d’écrire un article du tout – c’est inutile ou 2. Si vous l’écrivez, ne mentionnez pas une origine de laboratoire, car cela ne ferait qu’alimenter les conspirationnistes. »

Garry – ainsi qu’Andersen – a dû tenir compte de cette directive, car le 1er février 2020, le même jour que la téléconférence de Fauci, les deux hommes avaient contribué à terminer la première version de Proximal Origin, qui défendait l’idée que le virus était né dans la nature. Cet article est devenu la preuve de l’origine naturelle du virus pour les médias et les autorités de santé publique.

Le choix d’Andersen comme auteur principal de Proximal Origin est particulièrement curieux car il n’avait aucune expérience matérielle dans la recherche sur les coronavirus. Il s’intéressait plutôt aux virus Zika, Ebola, du Nil occidental et de Lassa. Ce n’est que quelque temps après la téléconférence du 1er février qu’il a modifié sa biographie pour y intégrer le SRAS-CoV-2.

Une capture d’écran de l’article sur l’origine proximale.

Proximal Origin a été publié en ligne le 16 février 2020, et visait à exclure la possibilité d’une fuite du laboratoire. L’article allait s’avérer très influent et a été largement utilisé par Fauci et les organisations médiatiques dans leur promotion du récit des origines naturelles.

Le président d’EcoHealth, Peter Daszak, a également reçu des fonds dans le cadre de l’initiative CREID, pour un montant total de 1,5 million de dollars en 2020 et 2021. Contrairement à Andersen ou Garry, les recettes de sa subvention CREID constituent la totalité de ses subventions NIAID pour les deux années. À titre de comparaison, Daszak avait reçu environ 662 000 dollars de subventions du NIAID en 2019. En d’autres termes, le financement post-pandémie de Daszak a augmenté d’environ 130%.

Daszak, qui a fortement promu le narratif des origines naturelles, était personnellement impliqué dans des travaux de gain de fonction avec l’Institut de Virologie de Wuhan, qui se sont poursuivis au moins jusqu’en avril 2020. En particulier, Daszak est l’auteur d’une proposition de recherche de 2018 qui détaille la création d’un virus dans un laboratoire qui présente une similitude remarquable avec les caractéristiques de COVID-19.

Cette proposition, datée du 27 mars 2018, détaille les plans d’EcoHealth, en collaboration avec l’Institut de Wuhan, pour créer des coronavirus entièrement nouveaux par la combinaison synthétique de squelettes de virus préexistants. Il décrit comment ces virus allaient être rendus plus virulents chez l’homme par l’insertion d’un site de clivage de la furine, une caractéristique qui distingue le COVID-19 de tous les autres coronavirus liés au SRAS.

Un autre scientifique qui a conseillé la téléconférence du 1er février 2020, Michael Farzan, a reçu 9,9 millions de dollars de subventions du NIAID de Fauci en 2020, suivis de 7,9 millions de dollars en 2021 et de 919 000 dollars supplémentaires au début de 2022. En comparaison, Farzan avait reçu 3,8 millions de dollars de subventions du NIAID en 2019. Bien que Farzan ait reçu des augmentations substantielles de subventions, aucun de ces fonds ne semble être issu de subventions fournies par l’initiative CREID.

Des médecins attendent de transporter une femme présentant de possibles symptômes de Covid-19 à l’hôpital d’Austin, au Texas, le 7 août 2020.

Farzan, un immunologiste qui, en 2005, a découvert le récepteur du virus original du syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS), avait déclaré par courrier électronique aux principaux membres du groupe de téléconférence de Fauci que la pandémie provenait probablement d’un laboratoire dans lequel des coronavirus vivants étaient passés à plusieurs reprises dans des tissus de type humain, accélérant les mutations du virus, le résultat final étant qu’un des virus mutés a pu s’échapper du laboratoire. Farzan a déclaré au groupe de Fauci qu’il estimait la probabilité d’une fuite du laboratoire de Wuhan entre 60 et 70 %.

Cependant, dans un article publié le 5 octobre 2021, Farzan semble être d’accord avec les conclusions présentées dans « Proximal Origin », lorsqu’il affirme qu’une « comparaison des séquences de la protéine S indique que le SRAS-CoV-2 pourrait être issu d’une recombinaison entre les coronavirus de la chauve-souris et du pangolin ». Farzan, comme Andersen, travaille au laboratoire Scripps.

Farzan et Garry avaient tous deux noté les difficultés présentées par la présence d’un site de clivage de la furine dans le virus COVID-19 au cours de la conférence téléphonique et dans leurs notes de la conférence – qui ont été soumises à Fauci, au directeur du NIH, Francis Collins, et au directeur du Wellcome Trust, Jeremy Farrar. Le site de clivage de la furine est la caractéristique qui confère au COVID-19 la capacité d’infecter facilement les humains. Il a longtemps laissé les scientifiques perplexes, car aucun site de ce type n’a jamais été observé dans les coronavirus naturels liés au SRAS.

Bien que les membres du groupe de Fauci aient affirmé par la suite qu’ils avaient progressivement changé d’avis sur l’origine du virus en l’espace d’un mois, le 3 février 2020, deux jours seulement après que Garry et Farzan eurent indiqué qu’ils croyaient à une fuite en laboratoire, Fauci a assisté à une réunion des Académies nationales des sciences, de l’ingénierie et de la médecine. Au cours de cette réunion, qui comprenait une présentation de Fauci et à laquelle assistaient également Daszak et Andersen, Fauci et son groupe ont fait la promotion de la théorie de l’origine naturelle auprès de l’Académie, alors qu’on venait de leur dire, lors de la téléconférence et dans des courriels ultérieurs, qu’une fuite de laboratoire constituait l’explication la plus probable du virus.

Un scientifique qui ne semble pas avoir fait partie du groupe de la téléconférence de Fauci et qui a néanmoins bénéficié d’une augmentation substantielle du financement du NIAID de Fauci est Scott Weaver, le directeur scientifique du Galveston National Laboratory. Ce laboratoire a été créé par le NIAID en 2008. Depuis le début de la pandémie, Weaver a reçu au moins 6,6 millions de dollars de financement du NIAID, dont environ 1,7 million de dollars de subventions CREID en 2020 et 2 millions de dollars supplémentaires en 2021. À titre de comparaison, Weaver a reçu 1,35 million de dollars de subventions de l’organisation de Fauci en 2019.

Le patron de Weaver, James Le Duc, a personnellement formé le personnel de l’Institut de Virologie de Wuhan au laboratoire national de Galveston et collabore avec le laboratoire de Wuhan depuis 1986. Au début de l’épidémie de COVID-19, le 9 février 2020, Le Duc a envoyé un courriel au vice-directeur de l’Institut de Virologie de Wuhan, Yuan Zhiming. Ce courriel, qui contenait un document intitulé « Enquête sur la possibilité que le nCoV soit le résultat d’un rejet de l’Institut de Virologie de Wuhan (campus principal ou nouvelles installations BSL3/BSL4) », exprimait ses préoccupations personnelles quant à la possibilité que la pandémie provienne du laboratoire de Wuhan.

Les républicains de la Chambre des représentants ont récemment cherché à obtenir la divulgation et l’accès aux courriels de Fauci. Il n’est pas clair à ce stade si les législateurs renforcent l’examen du financement du NIAID et du processus de subvention.

Scientists Who Were Instrumental to COVID-19 ‘Natural Origins’ Narrative Received Over $50 ...
News Analysis Four prominent scientists who played key roles in shaping the public narrative around the origin of COVID-19 received substantial increases in grant money from the National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID), headed by Dr. Anthony Fauci, in the subsequent two years, ...

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations