Les superviseurs du comté de Maricopa refusent de fournir les routeurs demandés par les vérificateurs des résultats des élections

Les médias « ont menti » sur le fait que le rallye de Sturgis était un événement extrêmement propagateur
7 mai 2021
Le comté de Maricopa admet que les machines à voter n’avaient pas de mot de passe pour les fonctions d’administration
7 mai 2021

Article original datant du 05/05/21

Le conseil des superviseurs du comté de Maricopa (MCBOS) est de nouveau à la manœuvre. En silence, ils ont décidé de ne pas fournir de routeurs à l’équipe d’audit qui tente de vérifier les 2,1 millions de votes et de machines du comté utilisés lors de l’élection de 2020.

Nous l’avons vu à maintes reprises depuis l’élection de novembre 2020 où le Conseil des superviseurs du comté de Maricopa (MCBOS) a décidé de ne pas se conformer aux demandes raisonnables liées à l’élection de 2020 et maintenant encore. L‘Arizona Daily Independent rapporte :

es responsables du comté de Maricopa ne se sont pas entièrement conformés aux citations à comparaître du Sénat de l’État en matière d’audit électoral, une décision prise pour éviter de causer un « risque de sécurité important » aux données utilisées par de nombreux organismes chargés de l’application de la loi, a déclaré lundi le bureau du procureur du Comté de Maricopa.

« Nous pensions auparavant que le risque serait éliminé en expurgeant les données des services de police sur les routeurs et en ne les produisant pas. Mais nous avons été informés que la expurgation n’éliminait pas le risque », a écrit Joseph LaRue, procureur adjoint du comté, dans une lettre adressée à Ken Bennett, agent de liaison du Sénat pour les questions d’audit. « Nous avons également appris que si des éléments criminels ou d’autres personnes avaient accès à ces données, cela pourrait compromettre les efforts du comté et des autorités fédérales en matière d’application de la loi et mettre en danger la vie des membres des forces de l’ordre. »

La lettre de LaRue a été motivée par les commentaires de Bennett à James T. Harris de KFYI, lundi, selon lesquels les fonctionnaires du comté de Maricopa ne respectent pas les citations à comparaître signées par la présidente du Sénat, Karen Fann, et le président du Sénat chargé des affaires judiciaires, Warren Petersen. Un juge a statué en février que les citations à comparaître des législateurs étaient valides.

Bien sûr, ce n’est probablement pas la vraie raison pour laquelle ces routeurs sont retenus.

Nous avons vu le MCBOS faire ce genre de choses dans le passé. Lorsque le Sénat a décidé qu’il voulait effectuer un audit des résultats du Comté, le MCBOS a poursuivi le Sénat pour l’en empêcher. Après que le Sénat a mis à jour la loi pour qu’il soit clair qu’il avait le droit de contrôler les résultats des élections, le juge dans cette affaire a décidé que le MCBOS devait autoriser le Sénat à effectuer un contrôle.

Le MCBOS a ensuite affirmé que le Sénat pouvait procéder à un audit, mais uniquement en faisant appel à des auditeurs certifiés par l’agence du DC, la Commission américaine d’assistance électorale (EAS). Le MCBOS a donc sélectionné les deux seules entreprises qui semblaient être certifiées et leur a demandé de donner un certificat de capacité au Comté. Le problème est que nous avons identifié que ces deux sociétés n’étaient pas certifiées lorsque le MCBOS a fait appel à elles, elles n’avaient pas été certifiées depuis des années. En quelques heures, l’EAS a certifié ces entreprises. (Nous attendons de savoir quelles informations ils ont utilisées pour certifier ces firmes ce jour-là, dans les quatre heures suivant notre rapport).

Le fait que le MCBOS ne se plie pas à la demande du Sénat n’est pas une surprise. Ils ne veulent tout simplement pas être transparents sur les élections de 2020 dans le Comté de Maricopa, en Arizona.