Les Talibans sont essentiels au projet de domination chinoise de la nouvelle route de la soie selon le leader des Ouïghours

Article original datant du 30/08/21

Le chef du gouvernement en exil du Turkestan oriental – la région occidentale, en grande partie peuplée d’Ouïghours, que la Chine appelle Xinjiang – a déclaré ce week-end à Breitbart News que la Chine prend son amitié avec les Talibans « très au sérieux », car elle pourrait bientôt permettre à Pékin d’établir un « pied solide » dans le golfe Persique.

Le Premier ministre Salih Hudayar du gouvernement en exil du Turkménistan oriental, un organe démocratiquement élu représentant le peuple de la région, a exprimé peu d’espoir que les talibans, une organisation islamiste radicale, s’opposent de quelque manière que ce soit au génocide en cours du peuple musulman du Turkménistan oriental par la Chine. Depuis au moins 2017, le Parti Communiste Chinois a établi environ 1 200 camps de concentration dans la région pour emprisonner les Ouïghours, les Kazakhs, les Kirghizes et d’autres minorités ethniques musulmanes. Les survivants de ces camps accusent les agents du Parti Communiste de meurtres de masse, de tortures extrêmes, de viols collectifs, d’esclavage et de prélèvements d’organes vivants. En dehors des camps, la Chine a mis en œuvre une campagne de stérilisation massive pour éliminer les populations indigènes du Xinjiang et les remplacer par des Han importés de l’est de la Chine.

Salih Hudayar, founder of the East Turkistan National Awakening Movement, leads a rally outside the White House to urge the United States to end trade deals with China and take action to stop the oppression of the Uyghur and other Turkic peoples August 14, 2020 in Washington, DC. The ETNAM and East Turkistan Government in Exile (ETGE) groups submitted evidence to the international criminal court, calling for an investigation into senior Chinese officials, including Xi Jinping, for genocide and crimes against humanity. (Photo by Chip Somodevilla/Getty Images)
Salih Hudayar, fondateur du Mouvement d’éveil national du Turkistan oriental, dirige un rassemblement devant la Maison Blanche pour demander aux États-Unis de mettre fin aux accords commerciaux avec la Chine et de prendre des mesures pour mettre fin à l’oppression des Ouïghours et des autres peuples turciques (peuples d’ Asie Centrale aux langues d’origine turques, NdT), le 14 août 2020 à Washington, DC. Les groupes ETNAM et Gouvernement en exil du Turkestan oriental (ETGE) ont soumis des preuves à la cour pénale internationale, demandant une enquête sur les hauts responsables chinois, dont Xi Jinping, pour génocide et crimes contre l’humanité.

Les administrations des présidents Donald Trump et Joe Biden ont toutes deux officiellement décrété que les actions de la Chine au Turkestan oriental constituaient un génocide. Cependant, les Talibans, qui prétendent adhérer à la charia, ou loi islamique, et représenter la volonté du peuple musulman, ont ouvertement refusé de reconnaître le génocide. Ils ont plutôt exhorté la Chine à investir en Afghanistan et promis de persécuter les Ouïghours sous couvert de lutte contre le terrorisme.

Les talibans constituent désormais le gouvernement de l’Afghanistan après avoir chassé l’ancien régime le 15 août. Ce jour-là, les djihadistes talibans ont encerclé Kaboul, poussant le président de l’époque, Ashraf Ghani, à fuir le pays. La Chine n’a pas officiellement reconnu les talibans comme le gouvernement légitime de l’Afghanistan, mais elle a faussement qualifié la conquête de l’organisation terroriste de manifestation de « la volonté et du choix du peuple afghan », ce qui indique qu’elle le fera bientôt.

La chaleur de la Chine à l’égard des Talibans, a déclaré Hudayar à Breitbart News, est le produit de l’importance géopolitique de l’Afghanistan pour les grands projets d’influence mondiale du Parti Communiste.

« Le rôle de l’Afghanistan ne doit pas être sous-estimé dans la stratégie de la Chine », a déclaré M. Hudayar. « Je pense que les Chinois prennent la coopération avec les talibans très au sérieux, car cette relation est cruciale pour la sécurité et la poursuite de l’initiative « la nouvelle route de la soie » de la Chine. »

L’initiative « Belt and Road » (BRI) est un plan d’infrastructure mondial chinois dans lequel Pékin offre aux pays en développement des prêts avantageux à utiliser pour de somptueux projets d’infrastructure, tels que des ports et des chemins de fer. Lorsque les pays ne peuvent plus les payer, la Chine saisit les biens. La Chine utilise activement la BRI pour coloniser des régions d’Afrique, d’Europe de l’Est, d’Amérique latine et d’Asie du Sud-Est. L’Afghanistan revêt toutefois une importance particulière pour le plan, car il est situé directement entre la Chine et le Moyen-Orient et l’Europe.

« Les Chinois construisent une base navale dans le port pakistanais de Gwadar au Baloutchistan, dans l’intention de posséder une participation dans le golfe Persique. La Chine construit également un aéroport moderne à Tashkurgan (à l’intérieur du Turkestan oriental) », note Hudayar. « Cet aéroport est construit pour permettre à la Chine d’avoir une participation dans le golfe Persique. En outre, lorsque nous regardons les stations radar aux Maldives et dans d’autres endroits, il est clair que la Chine étend son filet. »

À l’inverse, Hudayar a déclaré à Breitbart News qu’un régime taliban stable nécessitera un financement prodigieux pour empêcher les Afghans de retourner à un état de guerre civile, et « le seul pays qui peut fournir cela aux talibans est la Chine. »

« Pour rester au pouvoir, les talibans doivent plaire au peuple afghan et développer le pays dans une certaine mesure. Il faut beaucoup d’argent, d’expertise et de stratégie pour atteindre cet objectif », a-t-il noté.

Les porte-parole des talibans n’ont cessé de faire des déclarations publiques en ce sens depuis la prise du pouvoir le 15 août, exhortant les investissements mondiaux dans leur régime djihadiste.

« Nous avons besoin de la reconstruction de l’Afghanistan, le peuple afghan a besoin du budget. La banque centrale aura besoin du budget », a déclaré la semaine dernière un porte-parole taliban désespéré, Suhail Shaheen, à la chaîne gouvernementale chinoise CGTN. La Chine, à son tour, a fait pression sur les responsables américains pour qu’ils ne sanctionnent pas économiquement les djihadistes talibans en réponse à leurs violations généralisées des droits de l’homme.

Le fait que la Chine se livre actuellement à un génocide contre les peuples musulmans n’entraînera aucune tension entre Pékin et les Talibans, a prédit M. Hudayar.

KASHGAR, CHINE – 31 JUILLET : des soldats chinois défilent devant la mosquée Id Kah, la plus grande de Chine, le 31 juillet 2014 à Kashgar, en Chine. La Chine a renforcé la sécurité dans de nombreuses parties de la région autonome ouïgoure du Xinjiang, une région rétive, à la suite de certaines des pires violences depuis des mois dans la région dominée par les Ouïgours.

« Les Talibans ne rompront jamais les liens avec les Chinois en raison du génocide continu des Ouïghours par la Chine, mais en fait, ils agiront sur les demandes chinoises comme ils l’ont fait à de nombreuses reprises », a déclaré Hudayar à Breitbart News dans des remarques ce week-end. « Les Talibans ont déjà clairement déclaré qu’ils n’interviendraient pas dans les soi-disant « affaires internes » de la Chine concernant le génocide ouïghour. »

Le gouvernement du Turkestan oriental soutient que le génocide des peuples musulmans de la région n’est pas une question « interne » car le Turkestan oriental n’est pas une province légitime de la Chine, mais un territoire occupé digne de souveraineté.

M. Hudayar a souligné que les talibans coopèrent depuis longtemps avec la Chine, avant qu’elle ne prenne le contrôle de Kaboul. En effet, les talibans hébergeaient des djihadistes ouïghours sous le couvert du Mouvement Islamique du Turkestan oriental (ETIM). La Chine affirme que l’ETIM est un groupe terroriste islamiste radical qui représente un danger concret pour le cœur de la Chine. Le gouvernement américain a retiré l’année dernière l’ETIM de sa liste d’organisations terroristes désignées, au motif qu’aucune preuve ne permet de conclure à son existence.

L’ancien gouvernement afghan a arrêté dix ressortissants chinois l’année dernière au motif, initialement, qu’ils étaient membres de l’ETIM. L’enquête a ensuite révélé qu’au moins un d’entre eux était un agent des services de renseignement chinois ayant des liens avec le réseau Haqqani, un groupe djihadiste ayant des liens étroits avec les talibans, et que le groupe semblait être à Kaboul pour fabriquer l’existence d’une cellule terroriste.

« Les talibans n’utiliseront pas leur identité islamique pour faire pression sur la Chine, car ils ont déjà vendu les Ouïghours à la Chine et agi en fonction des demandes chinoises à de nombreuses reprises dans le passé », a soutenu M. Hudayar, citant la création de l' »ETIM » sous le nez des talibans et la proximité entre les talibans et les terroristes du réseau Haqqani qui auraient rencontré les agents de renseignement chinois l’année dernière.

« L’existence de djihadistes ouïghours en Afghanistan sous les Talibans était due à l’ordre de la Chine. Parce que la Chine avait besoin des djihadistes ouïghours pour dépeindre les Ouïghours comme des ‘terroristes’, et la Chine en a toujours besoin pour aider à justifier son génocide en cours au Turkestan oriental », poursuit Hudayar. « Ces djihadistes existeront aussi longtemps que la Chine en aura besoin et ils seront désarmés du jour au lendemain si la Chine le souhaite. Il est important de noter que ces djihadistes ont depuis longtemps prêté allégeance aux talibans et qu’ils ont désigné les talibans comme l' »Emir (commandant) des musulmans », ils doivent donc obéir aux talibans. »

Hudayar a prévenu que la montée des talibans était une aubaine pour le gouvernement chinois et donc une menace non seulement pour le peuple du Turkestan oriental, mais pour le monde entier.

« Ma préoccupation à cet égard ne concerne pas uniquement le Turkestan oriental, mais la communauté internationale dans son ensemble. Le destin a de nouveau profité à l’expansionnisme chinois, et c’est une catastrophe qui se profile pour le monde entier », a déclaré M. Hudayar. « À ce rythme, la Chine aura très bientôt un pied ferme dans le golfe Persique. La calamité de l’initiative « Belt and Road », le désir de la Chine d’avoir des ports en Méditerranée, sa poussée agressive dans l’Indo-Pacifique et son néocolonialisme en Afrique sont des questions vitales qui échappent à l’attention de la communauté internationale. »

Exclusive – Uyghur Leader: Taliban 'Crucial' to China's Belt and Road Domination ...
The leader of the exiled government of East Turkistan told Breitbart News that China takes its friendship with the Taliban "very seriously."

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations