Donc il y a bien un problème de thrombose ! – Un traitement pour les effets secondaires des vaccins ?

Facebook est « massivement » utilisé pour le recrutement en ligne dans les affaires de trafic sexuel
20 juin 2021
Google et USAID ont financé les expériences sur les virus de Peter Daszak, collaborateur de Wuhan, pendant plus d’une décennie
20 juin 2021

Article original datant du 09/06/21

Les chercheurs recommandent d’associer des médicaments anticoagulants à des doses élevées de thérapie intraveineuse à base d’anticorps.

Une équipe de recherche canadienne a publié de nouvelles données mettant en évidence une combinaison de deux traitements qui pourraient aider les patients souffrant de thromboses post-vaccinales rares, mais potentiellement mortelles.

Depuis que les autorités sanitaires ont annoncé en avril le premier cas connu au Canada de thromboses (caillot sanguin se formant dans un vaisseau sanguin et l’obstruant, NdT) rares post-vaccination, les scientifiques se sont lancés dans une course effrénée pour en savoir plus sur les causes de cette maladie potentiellement mortelle et sur les moyens de la traiter.

Aujourd’hui, une équipe de l’université McMaster à Hamilton a publié de nouvelles recommandations fondées sur la recherche, invitant les cliniciens à utiliser une combinaison de deux traitements : des médicaments anticoagulants et de fortes doses d’un traitement intraveineux à base d’anticorps.

L’efficacité potentielle a été soulignée dans trois études de cas mettant en scène certains des premiers patients canadiens ayant développé des thromboses post-vaccinales, qui ont été publiées mercredi dans The New England Journal of Medicine.

Les trois patients, âgés de 63 à 72 ans, ont tous reçu une dose du vaccin AstraZeneca-Oxford COVID-19, selon l’article, et ont ensuite été diagnostiqués comme souffrant d’une thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin (TTIV).

Deux d’entre eux ont développé des caillots dans les jambes, dont l’un a dû être amputé plus tard, et le troisième a souffert de l’obstruction d’artères et de veines à l’intérieur de son cerveau.

« Ce que nous avons constaté très tôt, c’est que les trois patients ont été traités avec des anticoagulants [ou des médicaments contre la coagulation] en même temps que des immunoglobulines intraveineuses, ou IVIG », a déclaré Ishac Nazy, l’un des chercheurs à l’origine du nouveau rapport et le directeur scientifique du McMaster Platelet Immunology Laboratory.

L’IVIG est un traitement composé d’anticorps qui peut être administré par voie intraveineuse, et il est utilisé depuis longtemps pour aider à traiter les maladies auto-immunes.

Les trois patients qui ont reçu le traitement ont tous survécu, note l’article.

​Comment fonctionne l’IVIG ?

Alors comment – et pourquoi – les IVIG semblent-elles fonctionner pour les patients souffrant de thromboses post-vaccinales ?

Bien que des recherches plus approfondies soient encore nécessaires pour déterminer les causes de cette affection, l’équipe de l’étude soupçonne que, chez certaines personnes, la vaccination avec un vaccin à vecteur viral comme celui d’AstraZeneca entraîne le développement d’anticorps qui attaquent une protéine sanguine particulière, laquelle active les plaquettes dans la circulation sanguine et les fait s’agglutiner.

Le traitement par IVIG semble fonctionner en inondant le système de différents anticorps, qui « surpassent » l’approvisionnement propre du patient pour empêcher la chaîne d’événements menant à la formation de caillots sanguins, a expliqué M. Nazy.

Le laboratoire d’immunologie plaquettaire de l’Université McMaster compte plus de 30 ans de recherche sur les troubles plaquettaires à médiation immunitaire et fonctionne sous la direction d’Ishac Nazy, à gauche, du Dr Donald Arnold, au centre, et du Dr John Kelton, à droite.

L’équipe pense que la thérapie ralentit le processus de coagulation du sang, ce qui donne aux médicaments anti-coagulation le temps d’agir.

« Il s’agit d’une approche à facettes multiples pour tenter de cibler l’événement de coagulation sous différents angles », a déclaré M. Nazy.

Les travaux de laboratoire de l’équipe ont révélé que les échantillons de sang des trois patients présentaient tous une baisse de l’activation des plaquettes après le traitement.

​Un médicament pas parfait

Mais les experts externes en matière de coagulation sanguine qui ont consulté une copie préliminaire du document ont souligné qu’il ne s’agissait que d’un point de départ.

Bien que les trois études de cas soient « encourageantes « , elles ne fournissent que des preuves anecdotiques dans un domaine qui mérite des recherches beaucoup plus approfondies, a déclaré le Dr Sudeep Shivakumar, hématologue à Halifax, chef intérimaire de la division et du service d’hématologie de la Faculté de médecine de l’Université Dalhousie.

« Ce n’est pas gagné d’avance », a-t-il ajouté, « mais cela nous donne des idées pour de futures études ».

Jusqu’à présent, au moins cinq décès et 28 cas de thrombocytopénie thrombotique immunitaire induite par le vaccin, ou TTIV, ont été signalés au Canada après la distribution à l’échelle nationale de plus de 2,8 millions de doses du vaccin AstraZeneca-Oxford.

La Dre Lana Castellucci, médecin spécialiste de la thrombose et chercheuse à l’Institut de recherche de l’Hôpital d’Ottawa, convient que les résultats ne sont qu’un point de départ, mais affirme que les recommandations sont conformes aux discussions entre les cliniciens du Canada qui s’interrogent sur la façon de traiter la TTIV.

La table consultative scientifique COVID-19 de l’Ontario, par exemple, a suggéré les médicaments anticoagulants et l’IVIG dans sa liste d’options de traitement de la TTIV, qui faisait partie des directives provisoires du groupe à l’intention des professionnels de la santé en mai dernier.

« Le potentiel de voir cela comme un diagnostic permanent demeure, et savoir que nous avons des stratégies de traitement qui sont efficaces est certainement utile », a déclaré M. Castellucci.

M. Nazy a lui-même reconnu que les IVIG n’étaient pas un « médicament parfait » et qu’elles ne convenaient pas à tous les patients. Il a fait remarquer que l’un de ses trois patients a dû suivre un autre traitement par la suite, mais que son état a fini par s’améliorer.

Ces dernières années, l’accès et les niveaux d’approvisionnement du traitement à base de plasma ont également suscité des inquiétudes.

​Mise en place d’un programme national de surveillance

L’équipe du laboratoire de McMaster a mis en place un programme de surveillance national pour la TTIV au début de l’année et les médecins du pays ont commencé à partager leurs données cliniques, les échantillons des patients, les plans de traitement et les mises à jour des progrès.

Cela a permis aux chercheurs de confirmer les cas de TTIV avant que les médecins canadiens ne soient confrontés à cette maladie, et d’évaluer différentes approches thérapeutiques.

Des mois plus tard, d’importantes questions restent sans réponse sur le mécanisme de la TTIV et sur les raisons pour lesquelles il frappe certaines personnes dans de rares circonstances.

Jusqu’à présent, au moins 28 cas et cinq décès ont été signalés au Canada, à la suite de la distribution dans tout le pays de plus de 2,8 millions de doses du vaccin d’AstraZeneca.

« Y a-t-il un groupe particulier qui est plus à risque que les autres ? » a demandé M. Castellucci. « Y a-t-il un groupe d’âge qui est à risque ? Un sexe plus à risque – les femmes plus que les hommes, par exemple ? ».

Les directives permettant aux Canadiens de choisir entre les différents fabricants pour chaque injection, et le fait que plusieurs provinces aient cessé d’utiliser AstraZeneca pour les premières doses,  » éliminent une grande partie de l’incertitude  » à laquelle sont confrontés de nombreux Canadiens, a-t-elle ajouté.

« Nous savons que les vaccins à ARNm n’ont pas connu de telles complications », a déclaré M. Castellucci.