Les traîtres américains, poussés par la cupidité, parient sur le succès de la Chine

Article original datant du 06/11/21

Malgré les preuves scientifiques accablantes que le COVID-19 n’a pas pu évoluer dans la nature et qu’il a donc dû être créé dans un laboratoire, il n’est pas surprenant que les agences de renseignement américaines aient publié un rapport non concluant sur son origine.

Les agences de renseignement américaines font partie d’une bureaucratie fédérale américaine permanente, qui est contrôlée par une poignée de riches et de puissants, qui profitent énormément de leur collaboration avec le Parti Communiste Chinois.

Tout comme le Parti Communiste Chinois utilise la Chine et le peuple chinois, les oligarques ne considèrent pas les États-Unis comme une nation, mais simplement comme une terre et un peuple à exploiter.

Ces quelques riches et puissants engagent des démocrates et des républicains et d’autres larbins prêts à vendre l’Amérique pour de l’argent.

Comme les chèvres de Judas, qui mènent les moutons et le bétail à l’abattoir, les élites traîtres des États-Unis aident le Parti Communiste Chinois à piller l’Amérique et à tuer des Américains.

L’histoire de Xiang Gao illustre bien ce point. Il s’agit d’un scientifique du Parti Communiste Chinois, qui a participé au transfert de biotechnologies américaines vitales vers la Chine et à l’utilisation de ces biotechnologies dans le programme de guerre biologique de la Chine.

Xiang Gao a obtenu sa licence et sa maîtrise à l’Université de Nanjing en 1985 et 1988, respectivement.

Comme nous le verrons, ce n’est peut-être pas une coïncidence si Nanjing est également le siège du Commandement du théâtre oriental de l’Armée de Libération du Peuple, qui a participé à certaines des recherches clés ayant conduit à la création de COVID-19.

Xiang Gao a obtenu un doctorat en 1994 à l’université Thomas Jefferson de Philadelphie. Avant de rentrer en Chine en 2000, il a suivi une formation postdoctorale de six ans aux États-Unis, à l’Institut Roche de biologie moléculaire, au Jackson Laboratory dans le Maine et à l’Université de Caroline du Nord. Cette dernière étant l’institution de Ralph Baric, connu pour ses recherches sur le gain de fonction des coronavirus et sa collaboration avec la « femme chauve-souris », Zheng-Li Shi, de l’Institut de Virologie de Wuhan.

Le séjour le plus marquant de Xiang Gao aux États-Unis a été ses deux années (1995-1997) au Jackson Laboratory, source mondiale de plus de 8 000 souches de souris génétiquement définies et siège de la base de données Mouse Genome Informatics.

Xiang Gao a ensuite reproduit le Jackson Laboratory à l’université de Nanjing en tant que directeur de l’Institut des animaux modèles.

Plus tard, Xiang Gao a travaillé avec des scientifiques de l’Armée Populaire de Libération, tels que Xiliang Wang, qui est un collaborateur de recherche avec de nombreuses personnes liées au programme chinois de guerre biologique.

Les modèles de souris génétiquement modifiées, une biotechnologie mise au point par le Jackson Laboratory et désormais répandue dans les centres de recherche militaires chinois, est une technique essentielle à la création du COVID-19.

La pré-adaptation à l’infection humaine peut être réalisée en laboratoire en exposant de manière répétée des coronavirus de chauve-souris à des souris génétiquement modifiées qui expriment le récepteur humain de l’enzyme de conversion de l’angiotensine 2 (ACE2), un processus connu sous le nom de passage en série.

Selon Tao Wang, directeur général de Jiangsu Jicui Yaokang Biotechnology Co., Ltd. à Nanjing, les scientifiques américains Ralph Baric de l’Université de Caroline du Nord et Stanley Perlman de l’Université de l’Iowa ont fait don à la Chine de leurs souris génétiquement modifiées pour l’ACE2.

Bien que les modèles de souris Baric et Perlman expriment correctement les récepteurs ACE2 pulmonaires humains, ils n’expriment pas complètement les récepteurs ACE2 humains présents dans le cerveau, le cœur, les reins et le système gastro-intestinal.

Les scientifiques chinois se sont basés sur les modèles de souris Baric et Perlman pour créer une souris génétiquement modifiée qui exprime pleinement les récepteurs ACE2 humains, simulant ainsi l’infection humaine dans une plus large mesure.

Il est important de noter que Xiang Gao est un membre fondateur de Jiangsu Jicui Yaokang Biotechnology Co, Ltd, qui a été partiellement financé par le Parti Communiste Chinois.

Jiangsu Jicui Yaokang Biotechnology Co., Ltd. a également reçu des fonds des sociétés d’investissement américaines Morgan Stanley et Hillhouse Capital Group, cette dernière ayant été fondée grâce à un capital de départ de la Yale University Foundation.

Le nouveau nom de Jiangsu Jicui Yaokang Biotechnology Co., Ltd. est GemPharmatech, qui a récemment commencé ses activités aux États-Unis avec le PDG Mark W. Moore comme « visage américain » d’une société en fait contrôlée par ses subordonnés de nationalité chinoise, Gann Xu et Zhiying Li et Xiang Gao en Chine.

GemPharmatech U.S. abritera plus de 6 000 variantes de souris dans le Massachusetts et en Californie, concurrençant directement le Jackson Laboratory et d’autres entreprises américaines.

En avril 2021, GemPharmatech a signé un accord avec l’Université de Californie Davis, qui a également ses propres liens controversés avec des scientifiques du Parti Communiste Chinois.

Le chercheur principal du programme PREDICT de l’Université de Californie à Davis, financé par 200 millions de dollars de l’Agence américaine pour le développement international, était la « femme chauve-souris » Zheng-Li Shi de l’Institut de Virologie de Wuhan.

En résumé, les traîtres américains, poussés par la cupidité, parient sur le succès de la Chine.
(chapeau à Anonymous)

Chapitres