L’essor du Temple satanique au Canada

L’enquête de Durham progresse
2 avril 2021
La présence du satanisme dans le monde aujourd’hui (Interdit au moins -18 ans)
2 avril 2021

Article original datant du 29/07/19

Nicholas Marc s’est levé pour s’adresser au groupe de satanistes réunis devant lui.

« Bienvenue aux nombreux nouveaux visages présents ce soir », dit-il.

C’est un mercredi soir à Ottawa, et environ deux douzaines de personnes sont réunies pour la réunion bihebdomadaire du Temple satanique. Certains sont là en secret, craignant d’être renvoyés de leur emploi ou d’être rejetés par leur famille pour avoir fréquenté un tel groupe.

Au lieu d’un véritable temple ou lieu de culte, ils se réunissent au Koven, un bar heavy metal du centre-ville orné de crânes, de pointes et de dessins du monde souterrain. Certains ont commandé de la bière ou l’un des 17 types de poutine, parmi lesquels le DevilDriver et le Cheesus Krist.

« Quand on a commencé, on était quatre ou cinq aux réunions. Maintenant, il y a ça », dit Marc en tendant une main tatouée vers toutes les personnes assises aux tables. « Et ça se passe dans tout le Canada. »

Vidéo : Le Temple satanique dévoile une statue pour protester contre le monument des Dix Commandements en Arkansas.

En tant que coordonnateur national du Temple satanique au Canada, Marc a supervisé les derniers développements et événements du groupe depuis qu’il a lancé le groupe ici en 2016. Il dit s’être impliqué peu après avoir pris sa retraite après une décennie dans l’armée canadienne, à la recherche d’un nouveau but dans la vie, et de nouveaux schémas.

De nombreux membres, dont Marc, ont été élevés dans de fervents foyers catholiques. Après avoir renoncé à ces croyances, ils ont découvert le satanisme. Et ça leur permet de se sentir entier.

Ces derniers temps, Marc a du mal à suivre l’explosion soudaine de l’intérêt pour le Temple et dit que des centaines de personnes à travers le pays essaient de le rejoindre.

« Nous devons mettre un moratoire sur les nouveaux groupes parce que nous avons littéralement trop de croissance en ce moment », a déclaré Marc au groupe. Les participants ont distribué des brochures qui décrivent la mission du Temple satanique comme étant de faciliter « la communication et la motivation des satanistes, des laïcs et des défenseurs de la liberté individuelle politiquement conscients ».

Leur littérature précise également qu’ils ne vénèrent pas le diable.

Bien que son groupe d’Ottawa soit le seul groupe officiel du Temple satanique au Canada, un certain nombre de groupes non officiels – appelés Amis du Temple satanique – ont fait leur apparition dans tout le pays au cours de la dernière année. Ils visent à devenir des groupes officiels, mais doivent d’abord passer par un processus de vérification officiel. Et cela prend du temps.

Marc récite la liste sur son téléphone.

« Il y a le Canada Atlantique, Toronto, Montréal, un à Edmonton et un à Calgary, Saskatchewan et Winnipeg », dit-il, ajoutant que le Temple essaie d’être méthodique avec le processus de ratification et il s’attend à ce que la plupart de ces groupes obtiennent le statut officiel au cours de l’année prochaine.

Nicholas Marc, coordinateur national du Temple satanique au Canada, au Koven à Ottawa.

Alors que le groupe, fondé aux États-Unis en 2013, s’est taillé un rôle clair dans leur combat pour la séparation de l’Église et de l’État là-bas, son homologue canadien est encore en train de façonner son identité et les questions qu’il espère aborder.

« Nous avons une place et un rôle à jouer dans notre communauté », a déclaré Marc. Ce soir-là, quelques membres se sont portés volontaires pour organiser leur participation au défilé du Capital Pride Festival et pour organiser une cérémonie de « débaptême » en août. Bien que les membres ne soient pas tenus de participer à un quelconque rituel, le groupe d’Ottawa organise des débaptêmes (vidéo ci-dessous) pour les personnes qui souhaitent défaire le rite chrétien qui leur a été imposé dans leur enfance, ainsi qu’une messe noire, que son site Web décrit comme « une célébration du blasphème, qui peut être une expression de la liberté personnelle et de la liberté ».

La réunion d’Ottawa était sur le point de s’achever.

« Vous pouvez maintenant jacasser entre vous, je vais aller fumer une cigarette », dit Marc.

Le groupe a applaudi : « Gloire à Satan ! »

Un homme d’une cinquantaine d’années, qui a souhaité se présenter sous le pseudonyme de Mourning Starr par crainte de représailles s’il était identifié publiquement, a déclaré que c’était la troisième fois qu’il assistait à des rassemblements du Temple satanique, séance qui comprenait le dernier « débaptême » organisé par le groupe.

« J’ai entendu parler de cela en lisant les nouvelles sur ordinateur », a déclaré Starr, qui a dit qu’il a, lui aussi, été élevé dans la religion catholique romaine. « Je ne peux pas résister à un spectacle ».

Il a dit qu’il n’a pas encore décidé s’il allait devenir un membre officiel.

« Il y a quelque chose d’humoristique et d’intelligent dans le fait de prétendre être une religion non théiste afin de faire avancer la séparation de l’église et de l’état », a-t-il dit. « Mais au Canada, je ne suis pas sûr que nous ayons ces mêmes problèmes ».

De nouveaux satanistes dans le quartier

Ce qui n’était au départ qu’un petit groupe satanique, essentiellement virtuel, est devenu au cours des six dernières années un mouvement international qui compte plus de 100 000 membres, avec 18 groupes officiels aux États-Unis, connus pour leurs manifestations provocatrices en faveur de la liberté d’expression, de la liberté religieuse et des droits des LGBTQ2. La sensibilisation se fait par le bouche-à-oreille et l’internet, et non par le recrutement officiel ou le prosélytisme.

Le groupe se conforme à sept « principes fondamentaux », notamment que « le corps d’une personne est inviolable, soumis à sa seule volonté » et que « les libertés des autres doivent être respectées, y compris la liberté d’offenser ».

Dans l’année qui a suivi sa création, le Temple satanique a acquis une certaine notoriété en organisant une « messe rose » sur la tombe de la mère de Fred Phelps, fondateur de l’église baptiste anti-gay de Westboro. La « messe rose » était un exemple de « trolling » extrême, et impliquait des couples homosexuels s’embrassant sur la tombe dans le cadre d’une cérémonie visant à rendre la mère de Phelps « gay dans l’au-delà ».

Le groupe a fait la une des journaux internationaux et a attiré des hordes de nouveaux adeptes en 2015 lorsqu’il a dévoilé sa statue de bronze de huit pieds de haut de Baphomet, une créature de chèvre ailée de la tradition occulte, dans ce qui a été décrit comme la « plus grande cérémonie satanique publique de l’histoire. »

Les membres du groupe avaient tenté sans succès de l’installer à côté d’un monument des Dix Commandements au Capitole de l’Oklahoma pour protester contre la présence d’un symbole religieux sur les terrains du gouvernement.

En fin de compte, la Cour suprême de l’Oklahoma a ordonné que le monument des Dix Commandements soit enlevé car il violait les lois de l’État sur la séparation de l’Église et de l’État. Le groupe a considéré cette décision comme une victoire.

Le Temple a ensuite tenté d’ériger Baphomet à l’assemblée législative de l’État à Little Rock, en Arkansas, à côté d’un autre monument des Dix Commandements.

« Il faudra attendre une journée très froide en enfer pour qu’une statue offensante nous soit imposée », a écrit le sénateur d’État républicain Jason Rapert le jour où la statue a été amenée en ville. Une action en justice lancée par l’ACLU contre le monument des Dix Commandements est en cours.

Le siège du groupe se trouve actuellement à Salem, dans le Massachusetts, dans une maison victorienne restaurée, à un kilomètre de Gallows Hill, le site où les puritains ont exécuté des dizaines de personnes accusées de sorcellerie au XVIIe siècle.

« L’histoire de Salem fait également partie de l’histoire du satanisme », avait déclaré à l’époque Lucien Greaves, cofondateur du Temple satanique.

Le groupe n’a montré aucun signe de ralentissement cette année.

En avril, le groupe a été désigné comme une église officielle exonérée d’impôts par l’Internal Revenue Service des États-Unis.

« Cette reconnaissance permettra de s’assurer que le Satanic Temple a le même accès aux espaces publics que les autres organisations religieuses, d’affirmer notre position devant les tribunaux lorsqu’il s’agit de lutter contre la discrimination religieuse, et de nous permettre de demander des subventions gouvernementales fondées sur la foi », a écrit le groupe dans un post sur Instagram.

En novembre dernier, le Temple satanique a poursuivi Netflix et Warner Bros. pour l’utilisation d’une statue de Baphomet dans la série Chilling Adventures of Sabrina. Greaves a accusé la série de « s’approprier notre monument protégé par le droit d’auteur de manière à promouvoir leur fiction stupide de Panique Satanique. » Un accord non divulgué a été conclu plus tard le même mois.

Lucien Greaves, fondateur du Temple satanique, se tient à côté d’une statue de l’idole à tête de chèvre Baphomet à Salem, dans le Massachusetts.

Le mois dernier, un membre du Temple a provoqué un tollé en Alaska en disant « Salut Satan » au début d’une réunion du gouvernement dans un arrondissement du sud, ce qui a incité des dizaines de fonctionnaires à quitter les lieux.

Mais le plus grand coup de pouce récent au noyau dur des membres du groupe et à la reconnaissance de la « marque » est sans doute venu d’un nouveau long métrage documentaire actuellement en salles, intitulé Hail Satan ? qui offre un regard immersif sur l’évolution du groupe et son activisme.

« Les gens disent que le film est probablement la chose qui les amène le plus souvent chez nous », a déclaré Marc. « Il nous a vraiment beaucoup aidés à faire connaître qui nous sommes. Et beaucoup de gens qui le voient pensent qu’ils ont peut-être plus en commun avec nous qu’ils ne le croient. Ils se disent : « Suis-je un sataniste ? ».

Vidéo : L’essor du Temple satanique au Canada

Le Temple satanique contre l’Église de Satan

Le Temple satanique ne doit pas être confondu avec l’Église de Satan, qui a été fondée en 1966 par un musicien de San Francisco nommé Anton LaVey, décédé en 1997.

« L’Église de Satan exprime une opposition véhémente aux campagnes et aux activités du Temple satanique, s’affirmant comme les seuls ‘vrais’ arbitres du satanisme, tandis que le Temple satanique rejette l’Église de Satan comme non pertinente et inactive », peut-on lire sur le site du Temple.

LaVey, qui a joué le rôle du diable dans le film Rosemary’s Baby de Roman Polanski, a publié La Bible satanique en 1969 et a provoqué des tempêtes médiatiques pour des choses comme la télédiffusion d’un baptême et d’un mariage sataniques.

Le fondateur de l’Église de Satan, Anton LaVey, en costume. Le 4 mars 1967.

S’en est suivie la  » panique satanique  » ou  » peur du satanisme  » des années 1980 et 1990, au cours de laquelle des chrétiens fondamentalistes, des forces de l’ordre trop zélées et certains médias ont perpétué l’hystérie de masse autour de violents  » abus rituels sataniques « , notamment contre des garderies. Des milliers de personnes dans le monde entier, y compris au Canada, ont été accusées à tort d’avoir commis des crimes horribles au nom de Satan.

Vidéo (Août 2016) : Le Satan Club après l’école arrive dans les écoles des États-Unis.

De nombreux satanistes, y compris les membres du Temple satanique, ne vénèrent pas le diable et ne croient pas que Satan soit la force maléfique décrite dans les textes religieux tels que la Bible. Ils perçoivent plutôt Satan ou Lucifer comme un intellectuel plein d’esprit qui s’oppose au statu quo, ce qui correspond davantage à l’anti-héros littéraire du siècle des Lumières découvert dans le poème épique de John Milton, Le Paradis perdu.

« Pour la plupart, ils utilisent Satan comme un symbole, comme une métaphore », a déclaré Cimminnee Holt, conférencière à l’Université Concordia de Montréal, spécialisée dans le satanisme religieux moderne. « La plupart d’entre eux sont athées – pas tous. Mais même ceux qui ne sont pas athées ne conçoivent pas encore Satan comme un mal cosmique. »

Quant à savoir si le Temple satanique a un pouvoir durable, spécifiquement au Canada, Holt a dit que cela reste à voir. Mais comme le Temple s’attaque à des questions importantes et d’actualité, cela contribuera à sa longévité et à sa pertinence.

« Une nouvelle religion émerge toujours comme une réponse à la négociation des demandes de la société moderne. Elles émergent comme quelque chose qu’elles considèrent comme manquant », a déclaré Holt. « Elles reflètent toujours les idées contemporaines. Tant qu’elles continueront à s’investir dans la remise en question de ces questions, je pense certainement qu’elles auront un public pour cela. Qu’elles durent cinq, dix ou cent ans, aucun universitaire ne le sait. »

Et il est particulièrement difficile pour les groupes religieux marginaux de se frayer un chemin dans le courant dominant et de se faire accepter, a-t-elle ajouté.

« La réaction de la population à l’égard du satanisme, des sorcières ou de ce type de groupes va de l’amusement, voire de l’ennui, à la crainte réelle qu’il s’agisse d’une menace théologique, qu’ils représentent le mal », a déclaré Mme Holt. « Quoi qu’il en soit, la nature même de l’imagerie et du symbole de Satan signifie qu’une acceptation généralisée n’est pas nécessairement envisageable. »

Nicholas Marc, coordinateur national du Temple satanique au Canada, rencontre d’autres membres à Ottawa.

Satan canadien

En novembre dernier, Samantha Sphinx a lancé la page Facebook Friends of the Satanic Temple in Alberta. Ce groupe non officiel, qui compte plus de 400 membres en ligne et attire des foules d’environ 20 à 30 personnes lorsqu’elles se rencontrent en personne, est en lice pour obtenir le statut de groupe officiel.

Sphinx, qui est basé à Calgary et a souhaité être identifiée sous un pseudonyme, a été attirée par le Temple satanique en raison de son activisme politique. Étant originaire de la province qui a la réputation d’être le cœur du conservatisme au Canada, cela est particulièrement important pour elle.

« Nous sommes comme le Texas du Canada », dit Sphinx. « Et les gens en Alberta, sur le plan politique, sont connus pour être beaucoup plus bruyants et agressifs que dans certaines autres provinces. »

Elle ajoute qu’elle et d’autres membres sont également préoccupés par les prochaines élections fédérales au Canada.

« Si vous n’êtes pas un conservateur naturel, vous sentez que c’est une élection effrayante », a-t-elle déclaré. « Nous craignons de suivre le chemin des Etats-Unis, et avec la montée de ce qui s’est passé aux États-Unis, ça va juste empirer pour nous en tant que Canadiens. »

Vidéo : Est-ce que plus de gens perdent la foi ?

Sphinx a déclaré qu’une fois que son groupe aura obtenu le statut de groupe officiel par le conseil national, les membres prévoient de se présenter dans les espaces publics comme un front sataniste uni.

« Les gens veulent vraiment que les règles soient en place afin de savoir ce que nous pouvons faire et ce que nous ne pouvons pas faire, car nous ne voulons pas faire quoi que ce soit qui pourrait affecter notre statut de chapitre », a-t-elle déclaré. « Mon rêve est littéralement de transformer le groupe de l’Alberta en l’un des groupes les plus formidables que TST puisse avoir, parce que je sais qu’ils auront des membres ici et je sais que nous pouvons faire beaucoup de choses quand nous sommes ensemble. »

Quant à l’avenir du Temple satanique au Canada, Marc affirme que le groupe continuera à faire du travail de charité localement et à défendre les droits des femmes – cela inclut le don de produits d’hygiène féminine aux refuges dans le cadre de leur programme Menstruation for Satan.

Le groupe envisage également de demander le statut d’organisme de bienfaisance auprès de l’Agence du revenu du Canada, à l’instar de ce que l’organisation a fait aux États-Unis.

« Nous devons voir à quoi cela ressemblerait et comment cela fonctionnerait exactement, mais ce serait une prochaine étape très importante pour nous », a déclaré Marc. « Nous croyons très fermement que nous avons tous les éléments d’une religion. Ce sont nos convictions les plus profondes. Il s’agit juste de convaincre le gouvernement que nos croyances sont profondément ancrées sans aucune association avec le surnaturel. »

Et le groupe suit de près la rhétorique politique entourant les élections fédérales de l’automne.

« Le Canada a définitivement pris un virage conservateur sur le plan politique, ce que beaucoup de gens ressentent le besoin de contrecarrer », a déclaré Marc. « Beaucoup de gens au Canada pensent que nous sommes immunisés contre ces choses. Je sens que cette vague revient, et nous devons être prêts. »

The rise of the Satanic Temple in Canada
Hundreds of Canadians are suddenly flocking to the controversial new religion — and they’re serious as hell about it.