L’étude montre un déclin spectaculaire de l’efficacité des trois vaccins COVID-19 au fil du temps

Article original datant du 05/11/21

Syringes filled with Johnson & Johnson's COVID-19 vaccine in a tray at a mobile vaccination site in Miami.
Des seringues chargées du vaccin de Johnson & Johnson reposent sur un plateau dans un site de vaccination mobile à Miami

Alors que le variant Delta est devenu la souche dominante du coronavirus aux États-Unis, les trois vaccins COVID-19 disponibles pour les Américains ont perdu une partie de leur pouvoir protecteur, l’efficacité du vaccin chez un grand groupe de vétérans chutant entre 35 et 85 %, selon une nouvelle étude.

Les chercheurs qui ont passé en revue les dossiers de près de 800 000 vétérans américains ont constaté qu’au début du mois de mars, au moment où le variant Delta gagnait du terrain dans les communautés américaines, les trois vaccins étaient à peu près égaux dans leur capacité à prévenir les infections.

Mais au cours des six mois suivants, la situation a radicalement changé.

Fin septembre, le vaccin COVID-19 à deux doses de Moderna, dont l’efficacité était de 89 % en mars, n’était plus que de 58 %.

L’efficacité des vaccins fabriqués par Pfizer et BioNTech, qui utilisaient également deux doses, est passée de 87 % à 45 % au cours de la même période.

Et le plus frappant, c’est que le pouvoir protecteur du vaccin à dose unique de Johnson & Johnson a plongé de 86 % à seulement 13 % au cours de ces six mois.

Ces résultats ont été publiés jeudi dans la revue Science.

Les trois vaccins ont mieux résisté dans leur capacité à prévenir les décès dus au COVID-19, mais en juillet, lorsque le variant Delta a commencé à provoquer une recrudescence des contaminations et des décès pendant trois mois, l’efficacité des vaccins à cet égard a également révélé de grands écarts.

Parmi les vétérans de 65 ans et plus qui ont reçu le vaccin Moderna, ceux qui ont développé une infection dite « pernicieuse » avaient 76 % moins de risques de mourir du COVID-19 que les vétérans non vaccinés du même âge.

Les vétérans plus âgés qui ont reçu le vaccin Pfizer-BioNTech et qui ont ensuite développé une infection pernicieuse avaient 70 % moins de chances de mourir que leurs homologues non vaccinés.

Et lorsque des vétérans âgés ayant reçu une seule injection du vaccin J&J ont souffert d’une infection pernicieuse, ils avaient 52 % moins de risques de mourir que leurs pairs qui n’avaient reçu aucune injection.

Pour les vétérans de moins de 65 ans, les vaccins Pfizer-BioNTech et Moderna offraient la meilleure protection contre un cas mortel de COVID-19, avec respectivement 84 % et 82 %. Lorsque les jeunes vétérans vaccinés avec le vaccin de J&J souffraient d’une infection pernicieuse, ils avaient 73 % moins de risques de mourir du COVID-19 que leurs homologues non vaccinés.

Les représentants de Johnson & Johnson n’ont pour l’instant pas répondu aux demandes de discussion sur les résultats de l’étude.

Les Centers for Disease Control and Prevention (CDC – Centre de prévention et de contrôle des maladies) ont recommandé des injections de rappel pour toutes les personnes ayant reçu le vaccin de Johnson & Johnson au moins deux mois auparavant.

Les rappels sont également recommandés six mois après une seconde dose des vaccins Moderna ou Pfizer pour les personnes âgées de 65 ans et plus, pour celles qui présentent des problèmes de santé les rendant plus vulnérables à un cas grave de COVID-19, pour celles qui vivent dans des maisons de retraite ou d’autres établissements collectifs et pour celles qui vivent ou travaillent dans des établissements à haut risque comme les hôpitaux ou les prisons.

En outre, il est conseillé à toutes les personnes dont le système immunitaire est affaibli de recevoir une injection de rappel s’il s’est écoulé au moins 28 jours depuis que le vaccin a fait pleinement effet.

Alors que des millions d’Américains vaccinés se demandent s’ils ont besoin d’un rappel, la nouvelle étude offre la comparaison la plus complète à ce jour des performances des trois vaccins dans l’ensemble du pays cette année.

L’étude a suivi 780 225 vétérans des forces armées américaines du 1er février au 1er octobre. Près de 500 000 d’entre eux avaient été vaccinés, tandis qu’un peu moins de 300 000 ne l’avaient pas été.

Originaires des quatre coins du pays, tous ont été pris en charge par le système unifié du ministère des Anciens combattants, qui fournit des soins de santé à 2,7 % de la population américaine. Si le groupe étudié était diversifié sur le plan ethnique et racial, la tenue des dossiers sur laquelle les chercheurs se sont appuyés était uniforme.

Comme il s’agissait d’anciens combattants, la population étudiée comprenait six fois plus d’hommes que de femmes. Et ils étaient plus âgés : environ 48 % avaient 65 ans ou plus, 29 % avaient entre 50 et 64 ans et 24 % avaient moins de 50 ans.

Bien que les vétérans les plus âgés aient été plus susceptibles de mourir que les plus jeunes tout au long de la période d’étude, le déclin de la protection des vaccins contre la maladie et la mort a été constaté chez les jeunes et les moins jeunes.

L’étude a été menée par une équipe du Public Health Institute d’Oakland, du Veterans Affairs Medical Center de San Francisco et de l’University of Texas Health Science Center.

Le Dr Barbara Cohn, auteur principal de l’étude, a déclaré qu’en plus de sa comparaison des vaccins COVID-19, l’analyse du groupe fournit « une lentille pour prendre des décisions éclairées sur la vaccination primaire, les rappels et les autres couches multiples de protection ». Cela inclut les obligations de port du masque, les tests de coronavirus et d’autres mesures de santé publique visant à contrer la propagation virale.

Selon les auteurs, les preuves solides du déclin de l’efficacité des vaccins devraient inciter même les États et les localités dont les populations sont fortement vaccinées à envisager le maintien du masque obligatoire. De plus, les résultats appuient fortement la recommandation récente du CDC selon laquelle tous les bénéficiaires du vaccin J&J doivent recevoir un rappel.

L’étude conclut que le variant Delta, qui a provoqué une vague d’infections et de décès dans tout le pays au printemps et en été, est probablement le facteur qui a le plus érodé la protection des vaccins.

D’autres chercheurs ont trouvé des preuves similaires du déclin de l’efficacité des vaccins. Mais ils ont suggéré que les défenses du système immunitaire contre le SRAS-CoV-2 s’affaiblissent simplement avec le temps, et que la diminution de l’efficacité des vaccins aurait probablement été observée avec ou sans l’arrivée d’une nouvelle souche plus transmissible.

Cet article a été initialement publié dans le Los Angeles Times.

Study shows dramatic decline in effectiveness of all three COVID-19 vaccines over time
A study of 780,000 veterans shows a dramatic decline in effectiveness for all three COVID-19 vaccines in use in the U.S.

Chapitres