L’Histoire est importante – Trump et la commission de 1776

Les démocrates vont-ils assassiner Biden ?
19 janvier 2021
L’horrible transition au Pentagone
21 janvier 2021

Décret portant création de la Commission consultative présidentielle de 1776

En vertu de l’autorité qui m’est conférée en tant que président par la Constitution et les lois des États-Unis d’Amérique, et afin de permettre à une génération montante de mieux comprendre l’histoire et les principes de la fondation des États-Unis en 1776 et, par là, de former une Union plus parfaite, il est ordonné ce qui suit :

Section 1.  Objet.  La fondation américaine envisageait un ordre politique en harmonie avec la conception des « lois de la nature et du Dieu de la nature », en considérant les droits à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur comme incarnés et sanctionnés par la loi naturelle et ses traditions.

La formation d’une république autour de ces principes a marqué une nette rupture avec les formes de gouvernement précédentes, en garantissant les droits par une forme de gouvernement qui tire son pouvoir légitime du consentement des gouvernés.  Tout au long de sa vie nationale, l’exploration de la pleine signification de ces principes a conduit notre République à travers la ratification d’une Constitution, la guerre civile, l’abolition de l’esclavage, la Reconstruction, et une série de crises internes et de conflits mondiaux.  Ces événements établissent un record historique clair d’une Nation exceptionnelle dédiée aux idées et aux idéaux de sa fondation.

Dans le contexte de cette histoire, ces dernières années, une série de polémiques fondées sur la médiocrité de l’érudition a diffamé nos fondateurs et notre fondation.  Malgré les vertus et les réalisations de cette nation, on apprend aujourd’hui à l’école à de nombreux élèves à haïr leur propre pays et à croire que les hommes et les femmes qui l’ont construit n’étaient pas des héros, mais plutôt des méchants.  Cette vision radicalisée de l’histoire américaine manque de perspective, obscurcit les vertus, déforme les motifs, ignore ou déforme les faits et amplifie les défauts, ce qui a pour effet de dissimuler la vérité et de défigurer l’histoire.  Ne pas identifier, remettre en question et corriger cette perspective déformée pourrait effilocher et finalement effacer les liens qui unissent notre pays et notre culture.

Les récentes attaques contre notre fondation ont mis en lumière l’histoire de l’Amérique liée à la race.  Ces récits unilatéraux et conflictuels ignorent trop souvent ou ne parviennent pas à honorer et à rappeler le grand héritage de l’expérience nationale américaine – l’effort courageux et réussi de notre pays pour se débarrasser de la malédiction de l’esclavage et pour utiliser les leçons de cette lutte pour guider notre travail vers l’égalité des droits pour tous les citoyens dans le présent.  Considérer l’Amérique comme un pays irrémédiablement et systématiquement raciste ne peut rendre compte du rôle extraordinaire des grands héros du mouvement américain contre l’esclavage et pour les droits civils – une grande entreprise morale qui, d’Abraham Lincoln à Martin Luther King, Jr, a été marquée par la fraternité religieuse, la bonne volonté, la générosité de cœur, l’accent mis sur nos principes communs et une vision inclusive de l’avenir.

Comme l’ont démontré ces héros, le chemin vers une unité nationale renouvelée et confiante passe par la redécouverte d’une identité commune ancrée dans nos principes fondateurs.  Une perte de confiance nationale dans ces principes mettrait les générations montantes en danger d’un doute de soi paralysant qui pourrait les amener à abandonner leur foi dans l’histoire commune qui nous lie les uns aux autres par-delà nos différences.  Sans notre foi commune dans le droit égal de chaque Américain à la vie, à la liberté et à la poursuite du bonheur, les visions autoritaires du gouvernement et de la société pourraient devenir des alternatives de plus en plus séduisantes à l’autonomie gouvernementale basée sur le consentement du peuple.  Il est donc nécessaire de donner aux jeunes Américains l’accès à ce qui est véritablement inspirant et unificateur dans notre histoire, ainsi qu’aux leçons tirées de l’expérience américaine de surmonter les grands défis nationaux.  C’est ce qui rend possible le patriotisme informé et honnête qui est essentiel pour une république réussie.

Une restauration de l’éducation américaine fondée sur les principes de notre fondation qui soit exacte, honnête, unificatrice, inspirante et ennoblissante doit finalement réussir au niveau local.  Les parents et les conseils scolaires locaux doivent être habilités à élargir le choix et la variété des programmes scolaires au niveau de l’État et au niveau local.

Le rôle du gouvernement fédéral est de protéger et de préserver le contrôle des États et des collectivités locales sur les programmes d’études, les programmes d’enseignement, l’administration et le personnel des établissements d’enseignement, des écoles et des systèmes scolaires.  C’est d’ailleurs la raison pour laquelle mon administration rejette le programme du Tronc Commun et tous les efforts visant à ce que le gouvernement fédéral impose un programme national ou des normes nationales en matière d’éducation.

La participation active au gouvernement local a toujours été le laboratoire de la liberté en Amérique et une clé de ce qui nous rend exceptionnels.  La meilleure façon de préserver l’histoire des principes fondateurs de l’Amérique est de la vivre en action par des communautés locales qui réaffirment leur contrôle sur la manière dont les enfants reçoivent une éducation patriotique dans leurs écoles.

Sec. 2.  La Commission consultative 1776 du Président.  (a) Dans les 120 jours suivant la date de la présente ordonnance, le Secrétaire à l’éducation établira au sein du Département de l’éducation la Commission consultative présidentielle de 1776 (« la Commission de 1776 ») afin de permettre à une génération montante de mieux comprendre l’histoire et les principes de la fondation des États-Unis en 1776 et de s’efforcer de former une Union plus parfaite.

b) La Commission de 1776 est composée de vingt membres au maximum, qui sont nommés par le président.  Les membres sont nommés pour une durée de deux ans et ne peuvent être révoqués, sauf pour cause d’inefficacité, de manquement au devoir ou de malversation.  La Commission de 1776 peut comprendre des personnes extérieures au gouvernement fédéral ayant une expérience pertinente ou des connaissances spécialisées.  La Commission de 1776 comprendra également les membres d’office suivants ou les hauts fonctionnaires que ces membres pourront désigner :

(i) le secrétaire d’État ;

(ii) le secrétaire à la défense ;

(iii) le ministre de l’intérieur ;

iv) le secrétaire au logement et au développement urbain ;

(v) le secrétaire à l’éducation ;

(vi) l’assistant du président pour la politique intérieure ; et

vii) l’assistant du président pour les affaires intergouvernementales.

(c) La Commission de 1776 doit :

(i) produire un rapport à l’intention du président, dans un délai d’un an à compter de la date de la présente ordonnance, qui sera diffusé publiquement, concernant les principes fondamentaux de la fondation américaine et la manière dont ces principes peuvent être compris pour favoriser la jouissance des « bienfaits de la liberté » et promouvoir nos efforts « pour former une Union plus parfaite ». « La Commission peut solliciter des déclarations et des contributions de personnalités intellectuelles et culturelles en plus des opinions des membres de la Commission ;

(ii) de conseiller et d’offrir des recommandations au Président et à la Commission du Semi-Centenaire des États-Unis concernant les plans du gouvernement fédéral pour célébrer le 250e anniversaire de l’indépendance américaine et de coordonner leurs plans avec les parties prenantes externes concernées ;

(iii) faciliter l’élaboration et la mise en œuvre d’un « Prix présidentiel 1776 » pour reconnaître les connaissances des étudiants sur la fondation américaine, y compris les connaissances sur les fondateurs, la Déclaration d’indépendance, la Convention constitutionnelle et les grands soldats et batailles de la guerre révolutionnaire américaine ;

(iv) conseiller les départements et agences exécutifs (agences) dans leurs efforts pour assurer que l’éducation patriotique – c’est-à-dire la présentation de l’histoire de la fondation et des principes fondateurs des États-Unis, l’examen de la manière dont les États-Unis se sont rapprochés de ces principes tout au long de leur histoire, et l’explication des raisons pour lesquelles l’engagement en faveur des aspirations de l’Amérique est bénéfique et justifié – est dispensée au public dans les parcs nationaux, les champs de bataille, les monuments, les musées, les installations, les points de repère, les cimetières et autres lieux importants pour la Révolution américaine et la fondation des États-Unis, selon les besoins et conformément au droit applicable ;

(v) conseiller les agences sur la priorité à donner à la fondation américaine dans les subventions et initiatives fédérales, y compris celles décrites à la section 4 de la présente ordonnance, et selon le cas et conformément au droit applicable ; et

(vi) faciliter, conseiller et promouvoir d’autres activités visant à soutenir la connaissance du public et l’éducation patriotique sur la Révolution américaine et la fondation des États-Unis, selon les besoins et conformément au droit applicable.

(d) La Commission de 1776 a un président et un vice-président, désignés par le président parmi ses membres.  Un directeur exécutif, désigné par le secrétaire à l’éducation en consultation avec l’assistant du président pour la politique intérieure, coordonne les travaux de la Commission de 1776.  Le président et le vice-président collaborent avec le directeur exécutif pour convoquer des réunions régulières de la Commission de 1776, déterminer son ordre du jour et diriger ses travaux, conformément à cet ordre.

(e) Le Département de l’éducation fournira le financement et le soutien administratif de la Commission de 1776, dans la mesure permise par la loi et sous réserve de la disponibilité des crédits.

f) Les membres de la Commission de 1776 siègent sans rémunération, mais leurs frais de déplacement, y compris les indemnités journalières de subsistance, sont remboursés dans la mesure où la loi l’autorise pour les personnes travaillant par intermittence dans le service public (5 U.S.C. 5701-5707).

(g) Dans la mesure où la loi sur le Comité consultatif fédéral, telle qu’amendée (5 U.S.C. App.), peut s’appliquer à la Commission de 1776, toutes les fonctions du Président en vertu de cette loi, à l’exception de celle de faire rapport au Congrès, seront exercées par le Secrétaire à l’éducation, conformément aux directives émises par l’Administrateur des services généraux.

h) La Commission de 1776 prend fin deux ans après la date de la présente ordonnance, sauf prorogation par le président.

Art. 3.  Célébration du jour de la Constitution.  Toutes les agences concernées doivent contrôler le respect du titre I de la division J de la loi publique 108-447, qui prévoit que « chaque établissement d’enseignement qui reçoit des fonds fédéraux pour un exercice financier doit organiser un programme éducatif sur la Constitution des États-Unis le 17 septembre de cette année pour les étudiants desservis par l’établissement d’enseignement », notamment en vérifiant le respect de chaque établissement d’enseignement qui reçoit des fonds fédéraux.  Tous les organismes compétents prennent des mesures, le cas échéant, pour renforcer le respect de cette loi.

Art. 4.  Donner la priorité à la fondation américaine dans les ressources fédérales disponibles.  Les organismes suivants doivent donner la priorité aux ressources fédérales, conformément à la loi applicable, pour promouvoir l’éducation patriotique :

a) le ministère de l’éducation, par l’intermédiaire des académies d’histoire et d’éducation civique américaines et des activités nationales d’histoire et d’éducation civique américaines ;

b) le ministère de la défense, par le biais du programme pilote sur l’amélioration de l’éducation civique ; et

(c) le Département d’État, par l’intermédiaire du Bureau des affaires éducatives et culturelles, et grâce aux possibilités offertes par les programmes Fulbright, U.S. Speakers et International Visitors Leadership, ainsi que par American Spaces.

Art. 5.  Dispositions générales.  (a) Aucune disposition de la présente ordonnance ne doit être interprétée comme portant atteinte ou affectant d’une autre manière :

i) l’autorité conférée par la loi à un service ou à une agence d’exécution, ou à son chef ; ou

(ii) les fonctions du directeur de l’Office de gestion et du budget relatives aux propositions budgétaires, administratives ou législatives.

b) Cet ordre est exécuté dans le respect du droit applicable et sous réserve de la disponibilité des crédits.

(c) La présente ordonnance n’a pas pour objet et ne crée aucun droit ou avantage, de fond ou de procédure, opposable en droit ou en équité par toute partie à l’encontre des États-Unis, de leurs départements, agences ou entités, de leurs agents, employés ou mandataires, ou de toute autre personne.

 DONALD J. TRUMP

LA MAISON BLANCHE,
2 novembre 2020.