L’identité du transfuge chinois est confirmée, il était un haut responsable du contre-espionnage

La disparition d’un haut responsable du contre-espionnage chinois au milieu de rumeurs de défection américaine
23 juin 2021
John McAfee a averti à plusieurs reprises qu’il serait « suicidé » en prison « façon Epstein » et a dénoncé le « Deep State » quelques jours avant son arrestation
24 juin 2021

Article original datant du 17/06/21

Nous connaissons maintenant le nom du transfuge chinois dont RedState a parlé pour la première fois le 4 juin, qui travaille avec la Defense Intelligence Agency (DIA) depuis quelques mois, ainsi que sa position au sein de l’armée et du gouvernement chinois, entre autres détails.

Matthew Brazil et Jeff Stein, de Spy Talk, ont fait état de cette « rumeur » et ont donné le nom et le parcours du transfuge présumé :

Les médias anticommunistes en langue chinoise et Twitter sont en ébullition cette semaine avec des rumeurs selon lesquelles un vice-ministre de la Sécurité d’État, Dong Jingwei (董经纬) a fait défection à la mi-février, s’envolant de Hong Kong vers les États-Unis avec sa fille, Dong Yang.

Dong est, ou était, un fonctionnaire de longue date du ministère chinois de la Sécurité d’État (MSS), également connu sous le nom de Guoanbu. Ses antécédents accessibles au public indiquent qu’il était responsable des actions de contre-espionnage du ministère en Chine, c’est-à-dire de la capture d’espions, depuis sa promotion au poste de vice-ministre en avril 2018. Si ces histoires sont vraies, Dong serait le transfuge de plus haut niveau de l’histoire de la République Populaire de Chine.

Les sources de RedState ont confirmé que le transfuge est bien Dong, qu’il était chargé des efforts de contre-espionnage en Chine et qu’il s’est rendu aux États-Unis à la mi-février, prétendument pour rendre visite à sa fille dans une université de Californie. Lorsque Dong a atterri en Californie, il a contacté les responsables de la DIA et leur a fait part de son intention de faire défection et des informations qu’il avait apportées avec lui. Dong s’est ensuite « caché à la vue de tous » pendant environ deux semaines avant de disparaître sous la garde de la DIA.

Selon Spy Talk, le nom de Dong a été évoqué lors du sommet sino-américain qui s’est tenu en Alaska en mars 2021 :

Dans un tweet publié mercredi, Han [Dr. Han Lianchao, un transfuge chinois], citant une source anonyme, a affirmé que le ministre chinois des affaires étrangères Wang Yi et le chef des affaires étrangères du Parti communiste Yang Jiechi ont exigé que les Américains renvoient Dong et que le secrétaire d’État Anthony Blinken a refusé.

Selon les sources de RedState, les responsables chinois ont demandé aux États-Unis de leur rendre Dong, mais Blinken n’a pas réellement refusé ; à l’époque, Blinken ne savait pas que Dong se trouvait dans les mains du gouvernement américain, disent les sources, et il a dit à la Chine que les États-Unis n’avaient pas Dong.

Ce n’est qu’au cours des trois ou quatre dernières semaines que quelqu’un en dehors de la DIA a été mis au courant du transfuge, selon les sources de RedState. Avant cette période, la DIA vérifiait les informations fournies et confrontait les responsables de Langley (Quartier général de la CIA, NdT) avec ce qu’ils avaient appris sans divulguer la source.

Les experts cités dans l’article de Spy Talk disent essentiellement que la défection n’est qu’une rumeur et que les rumeurs arrivent tout le temps, mais que si c’est vrai, c’est une grosse affaire mais qui « ne change pas la donne ». D’après les conversations avec des sources familières avec les informations que Dong a déjà fournies, leur quantité et leur fiabilité, ce n’est tout simplement pas le cas. Non seulement Dong dispose d’informations détaillées sur les systèmes d’armes spéciaux de la Chine, sur l’exploitation par l’armée chinoise de l’Institut de Virologie de Wuhan et sur les origines du SRAS-CoV-2, ainsi que sur les actifs et les sources du gouvernement chinois aux États-Unis, mais il possède également des informations extrêmement embarrassantes et préjudiciables sur notre communauté du renseignement et nos responsables gouvernementaux dans les « téraoctets de données » qu’il a fournis à la DIA.

Certaines des informations fournies par Dong ont été rapportées par le Washington Free Beacon en début de semaine :

Des centaines de ressortissants chinois font l’objet d’une enquête fédérale après que des agents des forces de l’ordre ont signalé leurs voyages au début de la pandémie de COVID-19. Les ressortissants chinois sont rentrés aux États-Unis plus tôt que prévu en janvier 2020, après avoir souvent modifié leurs plans de voyage.

L’épisode est relaté dans un rapport interne qui a circulé parmi les différentes agences de sécurité nationale et d’application de la loi le 3 juin. Ce rapport suppose que les étudiants chinois sont rentrés aux États-Unis plus tôt que prévu afin d’éviter les futures restrictions de voyage causées par la pandémie de COVID-19.

« L’équipe a examiné 58 000 titulaires de visas F/J chinois entrants dans la base de données des [dossiers passagers] et a identifié 396 personnes dont le voyage de retour était [prévu] après janvier 2020 mais qui étaient revenues en janvier 2020 « , peut-on lire dans le rapport.

Le Free Beacon rapporte que les responsables du renseignement américain n’ont pas encore conclu si les étudiants faisant l’objet de l’enquête étaient ou non des espions, mais RedState a appris que, que l’on veuille ou non utiliser le terme « espion », ces étudiants ont été renvoyés aux États-Unis avec des directives spécifiques de collecte d’informations dans le but d’aider Pékin à comprendre la réponse du gouvernement américain à la pandémie à un niveau beaucoup plus profond que ce qu’ils pourraient obtenir par le biais de documents accessibles au public. Ces étudiants (espions) étaient chargés de faire un rapport sur les changements de politique publique, la réponse et les dommages économiques, les impacts sur le système de santé (pénurie d’équipements/lits d’hôpitaux, etc.), les impacts sur la chaîne d’approvisionnement (y compris le temps qu’il fallait à des choses comme les semi-conducteurs de Chine pour atteindre les États-Unis), les troubles civils, etc.

De plus, Dong a fourni à la DIA les informations suivantes :

  • Les premières études pathogéniques du virus que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de SRAS-CoV-2
  • Les modèles de prévision de la propagation et des dégâts du COVID-19 aux Etats-Unis et dans le monde
  • Les dossiers financiers détaillant les organisations et gouvernements exacts qui ont financé la recherche sur le SRAS-CoV-2 et d’autres recherches sur la guerre biologique.
  • Les noms des citoyens américains qui fournissent des renseignements à la Chine
  • Les noms des espions chinois travaillant aux États-Unis ou fréquentant des universités américaines
  • Les dossiers financiers montrant les hommes d’affaires et les fonctionnaires américains qui ont reçu de l’argent du gouvernement chinois.
  • Les détails des réunions que des responsables du gouvernement américain ont eues (peut-être à leur insu) avec des espions chinois et des membres du SVR russe.
  • Comment le gouvernement chinois a eu accès à un système de communication de la CIA, entraînant la mort de dizaines de Chinois qui travaillaient avec la CIA.

Dong a également fourni à la DIA des copies du contenu du disque dur de l’ordinateur portable de Hunter Biden, montrant les informations dont dispose le gouvernement chinois sur le problème de pornographie de Hunter et sur ses relations d’affaires (et celles de Joe) avec des entités chinoises. Certains des fichiers fournis par Dong mettent en lumière la manière dont a été approuvée la vente de Henniges Automotive (et de sa technologie furtive) au fabricant militaire chinois AVIC Auto.

Toujours selon les sources, Dong a déclaré aux débriefers de la DIA qu’au moins un tiers des étudiants chinois fréquentant les universités américaines sont des actifs de l’APL (Armée Polpulaire de Libération) ou font partie du Plan Mille Talents et que beaucoup d’entre eux sont ici sous des pseudonymes. L’une des raisons de l’utilisation de pseudonymes est que beaucoup de ces étudiants sont les enfants de militaires de haut rang et de dirigeants du parti.

Comme nous l’avons initialement rapporté, la DIA a une grande confiance dans la véracité des revendications de Dong. Le fait que depuis notre rapport original, qui a été balayé par les apologistes de Langley, le New York Times a publié une interview rare avec le Dr Shi Zhengli (la « femme chauve-souris » du WIV), ABC News a commencé une « enquête » sur les origines du COVID-19, et maintenant le nom réel du transfuge a été publié dans un blog anti-Trump, favorable à la CIA, démontre ce que les sources ont dit à RedState aujourd’hui : « Ce transfuge fait peur au reste de la communauté du renseignement et à la communauté des forces de l’ordre. »