Live du 10 nov 2020

Royaume-Uni: Les données officielles « exagèrent » le risque de Covid
10 novembre 2020
Faisons un clip ENSEMBLE ! On va y arriver.
10 novembre 2020



Conférence de presse complète de Mike Pompeo (16min)

Extrait (traduction en cours)

10 novembre 2020, Washington D.C.
Conférence de presse de Michael Pompeo, actuel Secrétaire d’État US (équivalent de Ministre des Affaires Étrangères, et membre de plus haut rang du cabinet)

QUESTION d’un journaliste :
Le département d’État se prépare-t-il actuellement à collaborer avec l’équipe de transition de Biden et, sinon, à partir de quel moment un retard entraverait-t-il une transition en douceur ou poserait-t-il un risque pour la sécurité nationale ?

RÉPONSE de Michael Pompeo :
𝗜𝗹 𝘆 𝗮𝘂𝗿𝗮 𝘂𝗻𝗲 𝘁𝗿𝗮𝗻𝘀𝗶𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗲𝗻 𝗱𝗼𝘂𝗰𝗲𝘂𝗿 𝘃𝗲𝗿𝘀 𝘂𝗻𝗲 𝗱𝗲𝘂𝘅𝗶𝗲̀𝗺𝗲 𝗮𝗱𝗺𝗶𝗻𝗶𝘀𝘁𝗿𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗧𝗿𝘂𝗺𝗽. 𝗡𝗼𝘂𝘀 𝘀𝗼𝗺𝗺𝗲𝘀 𝗽𝗿𝗲̂𝘁𝘀.

Michael Pompeo est l’actuel Secrétaire d’État US (équivalent de Ministre des Affaires Étrangères, membre de plus haut rang du cabinet) :

.

La réponse complète de Michael Pompeo (traduction GF) :

« Il y aura une transition en douceur vers une deuxième administration Trump. Nous sommes prêts. Le monde regarde ce qui se passe ici. Nous allons compter tous les votes. Une fois le processus terminé, des grands électeurs seront sélectionnés.
Il y a un processus. La Constitution le présente assez clairement.
Le monde doit être convaincu que la transition nécessaire pour que le Département d’État soit fonctionnel aujourd’hui, gagnant aujourd’hui et gagnant avec le président en fonction le 20 janvier, une minute après midi, sera également couronnée de succès.
J’ai participé à une transition sur le devant de la scène. J’ai aussi été de l’autre côté. Je suis convaincu que nous ferons tout ce qui est nécessaire pour nous assurer que le gouvernement, le gouvernement des États-Unis, continuera à remplir sa mission de sécurité nationale à mesure que nous progressons. »

QUESTION: « Vous pensez donc qu’il y a une fraude électorale généralisée, que les résultats que nous recevons de Pennsylvanie, du Michigan montrant des écarts massifs ou importants avec des dépouillements à 99% vont être annulés, et que les États-Unis n’ont pas réussi à organiser une élection irréprochable ? »

RÉPONSE : « Je suis le secrétaire d’État. Je reçois des appels du monde entier. Ces gens observent nos élections. Ils comprennent que nous avons un processus légal. Ils comprennent que cela prend du temps. Il nous a fallu plus de 37 jours lors d’une élection en 2000. Nous avons à l’époque réalisé une transition réussie.
Je suis convaincu que nous compterons – et nous devons compter – chaque vote légal. Nous devons nous assurer que tout vote qui n’était pas légal ne soit pas compté. Cela fausse votre vote si cela n’est pas fait correctement.
Nous devons bien faire les choses correctement. Et quand ce sera fait, ce sera fait.
Nous sommes bien partis. »


CNN liste les sénateurs qui n’ont pas encore félicité Biden


Travailleur des élections à Detroit : « Mon superviseur m’a demandé d’ajuster la date d’envoi de ces colis de bulletins de vote par correspondance pour qu’ils soient datés plus tôt qu’ils n’ont été effectivement envoyés. Le superviseur faisait des annonces pour que tous les travailleurs s’engagent dans cette pratique ».


Les chercheurs ont mis en doute la fiabilité des nouvelles machines de vote que les autorités étatiques et locales se sont empressées de mettre en place sur leurs lieux de vote à l’approche de l’élection présidentielle de 2020.


Intervention sur Fox News de Adam Laxalt, l’ancien procureur général du Nevada. Dans son interview, il parle de points intéressants par rapport a l’enquête sur le programme Dominion. Voici les points spécifiques important annoncés : les points ci-dessous ne sont qu’une retranscription des paroles de Rudy Giuliani et ne réprésentent en rien une prise de position ou une confirmation de quoi que se soit:

  • Admission en cour ouverte que le programme de vérification de signatures sur le bulletins de vote a été altéré pour ne contrôler que 40% des signatures.
  • Des experts en Intelligence Artificielle on dit que le système d’entrainement du programme n’est plus suffisant et donc que l’algorithme de vérification est totalement déficient suite à l’altération des paramètres d’usine.
  • L’algorithme requiert une image d’une qualité de 200 dpi pour lire correctement les signatures. Les photos prise au Nevada sont bien en dessous de 200 dpi.
  • Aucun humain n’a fait de vérification des bulletins de votes comptés par Dominion et le système de lecture de signatures.
  • Ils disposent de preuves personnes décédées ayant tout de même voté.
  • Ils disposent de preuves que 3000 votes de personnes qui n’habitent plus au Nevada on été comptabilisés, rien que pour la ville de Las Vegas,

Les révélations, même si certaines ne sont pas confirmées, restent importantes, car elles permettent de mieux comprendre la position de la campagne juridique qui est lancée depuis lundi. Il reviens aux juges, et uniquement aux juges, de statuer si ces preuves sont recevables ou non.



Le comptage juste avant qu’ils ne cessent de compter à 3 heures du matin. Ce serait peut-être une bonne idée de le partager avec d’autres personnes que vous connaissez.



A partir des élections de 2016 :

Smartmatic, une société britannique impliquée dans Soros, a acheté une société californienne qui contrôlait les machines à voter dans 16 États. (WA, OR, CA, NV, AZ, CO, MO, IL, WI, MI, PA, VA, LA, FL)

Très intéressant…


Truquage des votes : Comment repérer les signes révélateurs

L’opposition gabonaise affirme avoir été trompée de victoire, après que les résultats officiels aient montré un taux de participation de 99,93% dans la région d’origine du président Ali Bongo, avec 95% des voix en sa faveur. Elizabeth Blunt a été témoin de nombreuses élections en Afrique, en tant que journaliste de la BBC et observatrice électorale. Elle examine six signes de possibles fraudes électorales :

Trop d’électeurs
Surveillez les chiffres de participation – ils peuvent être très révélateurs.
On n’obtient jamais un taux de participation de 98 % ou 99 % lors d’une élection honnête. On ne l’obtient pas, c’est tout.

Un taux de participation élevé dans certains domaines
Même lorsque le taux de participation est dans les limites du possible, si le chiffre est très différent du taux de participation ailleurs, il sert d’avertissement.

Pourquoi une zone particulière, ou un bureau de vote individuel, aurait-il un taux de participation de 90 %, alors que la plupart des autres zones enregistrent un taux inférieur à 70 % ?

Un grand nombre de votes non valables

Plus de votes que de bulletins de vote émis

Des résultats qui ne correspondent pas

Retard dans l’annonce des résultats


Tout d’abord, rappelez-vous que nous n’élisons pas le président directement. Le 3 novembre, nous avons voté pour les électeurs présidentiels – collectivement connus sous le nom de Collège électoral – qui choisiront le président et le vice-président le mois prochain.
La Constitution nous dit que les principaux législateurs pour les élections présidentielles sont les assemblées législatives des États. L’article II, section 1, clause 2, stipule que les électeurs présidentiels de chaque État sont nommés « de la manière que la législature de cet État peut ordonner ».
Mais la Constitution limite également ce pouvoir de plusieurs façons. L’une de ces limites est l’interdiction d’organiser des élections prolongées, où les gens votent à des moments différents ou pendant une période prolongée.
Les observateurs indépendants ont beaucoup plus de mal à surveiller les élections prolongées que les élections qui se déroulent le jour même. Cela encourage également les méfaits électoraux.
Les élections prolongées sont injustes parce que les électeurs qui votent tôt et ceux qui votent tard ont des informations différentes. Cette année, par exemple, des preuves supplémentaires sont apparues – alors que le vote était en cours – qui auraient montré que Biden était personnellement impliqué dans le trafic d’influence de sa famille. Au moins certains électeurs tardifs le savaient ; les électeurs précoces ne le savaient pas.
Pour de telles raisons, les fondateurs ont rejeté les élections prolongées. La Constitution contient une disposition appelée « clause du même jour » (ou clause du vote présidentiel). Elle stipule ce qui suit :
« Le Congrès peut déterminer l’heure du scrutin et le jour où les électeurs doivent voter, ce jour devant être le même sur tout le territoire des États-Unis ».
Si vous lisez attentivement la clause du même jour, vous verrez qu’elle accorde deux pouvoirs au Congrès : Premièrement, le Congrès peut désigner un seul jour où tous les électeurs présidentiels votent. Le Congrès a exercé ce pouvoir (Code des États-Unis, titre 3, section 7). En 2020, ce jour est le 14 décembre.
Deuxièmement, le Congrès peut fixer l' »heure » à laquelle nous choisissons les électeurs présidentiels, c’est-à-dire le moment où nous nous rendons tous aux urnes. La forme singulière du « Temps » nous indique que le moment choisi par le Congrès doit être le même dans tout le pays.
Le Congrès a exercé ce pouvoir – mais (comme nous le verrons) pas entièrement. Le Code des États-Unis, Titre 3, Section 1, stipule
« Les électeurs du président et du vice-président sont nommés, dans chaque État, le mardi suivant le premier lundi de novembre, tous les quatre ans, après l’élection du président et du vice-président.
En 2020, cette date était le 3 novembre.
La loi est donc claire. Nous pouvons voter pour les électeurs présidentiels le premier mardi après le premier lundi de novembre, et seulement à ce moment-là.
Mais cette année, dans notre arrogance collective, nous avons décidé de ne pas tenir compte de la Constitution et de la loi adoptée en vertu de celle-ci. Nous avons plutôt opté pour un vote par correspondance s’étendant sur plusieurs semaines.
Les autorités de l’État peuvent répondre qu’elles ont utilisé le 3 novembre comme date limite pour recevoir les bulletins de vote – même si certains, apparemment, comptaient les bulletins déposés plus tard. Mais une date limite n’est pas la même chose qu’un « temps de chasse aux électeurs ». En 2020, le choix des électeurs s’est étalé sur plusieurs semaines, et les périodes n’étaient pas uniformes d’un État à l’autre, comme l’exigent la Constitution et la loi fédérale.
Les résultats ont été exactement comme les fondateurs l’auraient prédit : Les informations dont disposaient ceux qui votaient à des moments différents étaient différentes. Certains fonctionnaires ont apparemment manipulé les processus d’envoi, de collecte et de dépouillement des bulletins de vote par correspondance. Les observateurs des bureaux de vote, même lorsqu’ils étaient autorisés à observer, avaient une tâche impossible.
La Constitution offre deux moyens de sortir de ce gâchis, tous deux meilleurs que les autres.
La première consiste à ce que le Congrès convoque une nouvelle élection présidentielle.
Il est peu probable que le Congrès convoque une nouvelle élection. C’est parce que la Chambre des représentants est sous contrôle démocratique,
Mais la Constitution et la loi fédérale offrent d’autres options plus simples.
Comme indiqué plus haut, le Congrès n’a exercé qu’une partie de son pouvoir de fixer le moment du choix des électeurs présidentiels. Il a laissé le reste aux assemblées législatives des États. Code des États-Unis, titre 3, section 2


GORSUCH : « Rien dans notre document fondateur n’envisage le type d’intervention judiciaire qui a eu lieu ici, et il n’y a pas non plus de précédent en 230 ans de décisions de cette Cour ».


Encore un big Stop pour BIDEN: « You should be aware, the only official announcement about an election result that matters is from the head of GSA, so until the head of GSA makes a determination as to who won an election, nothing changes. There is no transition in place, » Barsa told his colleagues, according to a recording of the call obtained by the Washington Free Beacon.


Le président russe Vladimir Poutine ne reconnaîtra pas la victoire du président élu Joe Biden à l’élection présidentielle tant que les contestations judiciaires du président Trump n’auront pas été résolues devant les tribunaux américains, a déclaré lundi un porte-parole du Kremlin.


Je suis heureux d’annoncer que Christopher C. Miller, le très respecté directeur du National Counterterrorism Center (confirmé à l’unanimité par le Sénat), sera Secrétaire à la Défense par intérim, à compter de maintenant .

Ca c est super important!!! Esper etait un membre du deep state, il est en controle de l armee. il aurait ete en mesure d empecher l armee d intervenir en cas de tentative de renversement de Trump. le DS pensait avoir cette carte en main… too bad


Je suis devenu ami avec le président Trump en 2011, il y a près de 10 ans. Il m’a dit quelque chose que je n’ai jamais oublié. Il m’a dit « Je suis un contre-pointeur ». Nous sommes sur le point de voir cela en plein effet ! CE N’EST PAS TERMINE !!!!!


Vous souvenez-vous de la fameuse élection de Bush en 2000 ? Qui a gagné finalement ?


Tout le monde est content de la défaite de Trump, mais où était Biden quand le petit Kévin avait besoin d’aide ?