Live du 17 nov 2020




Dans cette vidéo, Sidney Powell (de l’équipe légale de Trump) décrit l’algorithme de fraude nativement présent dans le système Dominion.

Dans cette autre vidéo, elle affirme :
– que Trump a gagné par une marge de millions de bulletins de vote.
– que certains gouverneurs d’états auraient reçu des rétrocommissions pour l’installation de machines Dominion dans leur états
– que des enquêtes criminelles pourraient avoir lieu dans les états qui ont accepté ces machines à voter.
– qu’elle n’affirme jamais rien sans preuves


https://twitter.com/SidneyPowell1/status/1328592300398743553
https://twitter.com/M2Madness/status/1328725111378239490?s=20

Vous êtes le rédacteur en chef ultime

Jack Dorsey et Mark Zuckerberg se sont fait fouetter par les républicains et les démocrates lors d’une audition au Sénat.

Les républicains ont accusé Facebook et Twitter de se mêler de l’élection pour nuire au président Donald Trump en censurant les conservateurs par des avertissements sur les tweets du GOP concernant le vote par correspondance.

Les démocrates ont critiqué leur incapacité à freiner les efforts de Trump pour délégitimer l’élection et se sont attaqués à leurs collègues du GOP pour avoir organisé un « spectacle politique » afin d’intimider deux des principaux PDG du pays dans le domaine de la technologie.

La confrontation bipartite des législateurs devant la commission judiciaire du Sénat mardi – la deuxième apparition virtuelle de Mark Zuckerberg sur Facebook et de Jack Dorsey sur Twitter en moins de trois semaines – reflète la colère collective croissante à l’égard de la « Big Tech ».

La présidente de la commission judiciaire du Sénat, Lindsey Graham, a ouvert l’audition par un appel à la réforme de l’article 230 de la loi sur la décence dans les communications.

La commission judiciaire du Sénat a fait avancer un projet de loi de Graham et du sénateur Richard Blumenthal, D-Conn. visant à réformer la section 230, appelée EARN IT Act, qui supprimerait certaines des protections juridiques vieilles de plusieurs décennies qui protègent les entreprises technologiques de la responsabilité pour ce que les utilisateurs publient sur leurs plateformes.

Graham a contesté la décision de Facebook et Twitter d’étouffer la diffusion d’un article du New York Post sur les relations d’affaires de Hunter Biden. « Vous êtes le rédacteur en chef ultime », a-t-il déclaré.

Le sénateur Mike Lee, du R-Utah, a également contesté la manière dont le contenu de Facebook et Twitter a été contrôlé par la police.

« Il y a des cas où vos plateformes adoptent une approche très distinctement partisane, et non neutre, de la modération du contenu électoral », a-t-il déclaré.

Zuckerberg et Dorsey ont défendu les politiques de leurs entreprises tout en exprimant leur volonté de travailler avec les législateurs pour réformer l’article 230.

« Nous avons beaucoup de retard », a déclaré M. Zuckerberg dans son discours d’ouverture. « Nous bénéficierions de conseils plus clairs de la part des élus ».

Les réactions de la gauche se sont également intensifiées lors de l’audition de mardi. Blumenthal a menacé de démanteler Facebook en décollant Instagram et WhatsApp.

Il a également accusé Facebook de céder à la pression des conservateurs et de faire marche arrière sur l’application accrue de dangereuses tactiques de désinformation et de suppression d’électeurs avant les deux élections de janvier en Géorgie qui détermineront qui contrôle le Sénat.

Trump continue à promouvoir des allégations non fondées de fraude électorale et à contester la victoire de Joe Biden sur les médias sociaux. Graham et d’autres législateurs républicains soutiennent le président alors même que les responsables fédéraux et des États déclarent que l’élection a été la plus sûre de l’histoire des États-Unis.

« Ils travaillent avec les référents et ils gagnent », a déclaré M. Blumenthal.

Les chercheurs n’ont trouvé aucune preuve que Facebook et Twitter sont biaisés contre les voix ou les points de vue conservateurs et les entreprises nient toute censure à motivation politique. Mais les législateurs républicains continuent d’affirmer que les entreprises technologiques ont supprimé les articles du New York Post sur les relations d’affaires du fils de Biden, Hunter, à l’approche des élections.

La majorité du GOP au sein de la commission judiciaire du Sénat a menacé Dorsey et Zuckerberg de les assigner à comparaître s’ils ne se présentaient pas volontairement à l’audience de mardi. Cette citation était à l’origine présentée comme une mise en accusation de la manière dont les sociétés avaient traité la couverture de Biden par le New York Post, mais elle s’est plutôt concentrée sur leur gestion de l’élection.


GROSSE NOUVELLE: Trey Trenor, le boss de la FEC (organisme gouvernemental independant dont la mission officielle est de s assurer de la validite du process democratique ) a declare qu il y avait des preuves massives de fraude electorale. https://twitter.com/M2Madness/status/1326911446517772288. Notez que Twitter n’affiche pas de message d’avertissement comme quoi c’est de la désinformation. Pourquoi? Parce que c’est précisemment le role de cet organisme de statuer sur la validité ou non sur la validité de l’election. Patriots in control. Trust the Plan.

https://twitter.com/M2Madness/status/1326911446517772288


Le piège se referme

Par l’autorité qui m’est conférée en tant que Président par la Constitution et les lois des États-Unis d’Amérique, notamment la loi sur les pouvoirs économiques en cas d’urgence internationale, la loi sur les urgences nationales, la section 212(f) de la loi sur l’immigration et la nationalité de 1952, et la section 301 du titre 3 du code des États-Unis,

Je soussigné, DONALD J. TRUMP, Président des États-Unis d’Amérique, estime que la capacité de personnes situées, en tout ou en grande partie, en dehors des États-Unis à interférer dans les élections américaines ou à saper la confiance du public dans ces élections, notamment par l’accès non autorisé aux infrastructures électorales et de campagne ou par la diffusion secrète de propagande et de désinformation, constitue une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis. Bien qu’il n’existe aucune preuve qu’une puissance étrangère ait modifié le résultat ou le décompte des voix lors d’une élection américaine, les puissances étrangères ont toujours cherché à exploiter le système politique libre et ouvert des États-Unis. Ces dernières années, la prolifération des appareils numériques et des communications basées sur Internet a créé des vulnérabilités importantes et a amplifié la portée et l’intensité de la menace d’ingérence étrangère, comme l’illustre l’évaluation de la communauté du renseignement de 2017. Je déclare par la présente une urgence nationale pour faire face à cette menace.

En conséquence, j’ordonne par la présente :

Section 1. (a) Au plus tard 45 jours après la conclusion d’une élection aux États-Unis, le directeur du renseignement national, en consultation avec les chefs de tous les autres départements et agences exécutifs (agences) appropriés, doit procéder à une évaluation de toute information indiquant qu’un gouvernement étranger, ou toute personne agissant en tant qu’agent ou au nom d’un gouvernement étranger, a agi dans l’intention ou le but d’interférer dans cette élection. L’évaluation doit identifier, dans toute la mesure du possible, la nature de toute ingérence étrangère et les méthodes employées pour l’exécuter, les personnes impliquées et le ou les gouvernements étrangers qui l’ont autorisée, dirigée, parrainée ou soutenue. Le directeur du renseignement national remet cette évaluation et les informations appropriées à l’appui au président, au secrétaire d’État, au secrétaire au Trésor, au secrétaire à la défense, au procureur général et au secrétaire à la sécurité intérieure.

b) Dans les 45 jours suivant la réception de l’évaluation et des informations visées à la section 1, point a), de la présente ordonnance, l’Attorney General et le Secretary of Homeland Security, en consultation avec les chefs de tous les autres organismes appropriés et, le cas échéant, les fonctionnaires des États et des collectivités locales, remettent au président, au Secretary of State, au Secretary of the Treasury et au Secretary of Defense un rapport d’évaluation concernant les élections aux États-Unis qui font l’objet de l’évaluation visée à la section 1, point a) :

(i) la mesure dans laquelle toute ingérence étrangère visant l’infrastructure électorale a eu une incidence importante sur la sécurité ou l’intégrité de cette infrastructure, sur le dépouillement des votes ou sur la transmission en temps voulu des résultats des élections ; et
(ii) si une ingérence étrangère concerne des activités visant l’infrastructure d’une organisation politique, d’une campagne ou d’un candidat, ou s’y rapportant, la mesure dans laquelle ces activités affectent sensiblement la sécurité ou l’intégrité de cette infrastructure, y compris par l’accès non autorisé à des informations ou données, leur divulgation ou menace de divulgation, ou l’altération ou la falsification de celles-ci.

Le 12 septembre 2018, par le décret 13848, j’ai déclaré une urgence nationale conformément à la loi sur les pouvoirs économiques en cas d’urgence internationale afin de faire face à la menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis constituée par la menace d’une ingérence étrangère dans les élections américaines ou de l’érosion de la confiance du public dans celles-ci.

Bien qu’il n’y ait eu aucune preuve qu’une puissance étrangère ait modifié les résultats ou le décompte des voix lors d’une élection aux États-Unis, les puissances étrangères ont toujours cherché à exploiter le système politique libre et ouvert de l’Amérique. Ces dernières années, la prolifération des appareils numériques et des communications basées sur Internet a créé des vulnérabilités importantes et a amplifié la portée et l’intensité de la menace d’ingérence étrangère. La capacité de personnes situées, en tout ou en grande partie, en dehors des États-Unis à interférer ou à saper la confiance du public dans les élections américaines, notamment par l’accès non autorisé à l’infrastructure électorale et de campagne ou par la diffusion secrète de propagande et de désinformation, continue de constituer une menace inhabituelle et extraordinaire pour la sécurité nationale et la politique étrangère des États-Unis. Pour cette raison, l’état d’urgence national déclaré le 12 septembre 2018 doit rester en vigueur au-delà du 12 septembre 2020. Par conséquent, conformément à la section 202(d) de la loi sur les situations d’urgence nationale (50 U.S.C. 1622(d)), je maintiens pour un an l’urgence nationale déclarée dans le décret 13848 en ce qui concerne la menace d’ingérence étrangère dans les élections aux États-Unis ou la menace de saper la confiance du public dans ces élections.

Cet avis sera publié dans le registre fédéral et transmis au Congrès.

DONALD J. TRUMP


Mike Pompeo en visite à Paris

Ordre du jour de la révision constitionnelle en France qui sera soumise au vote
Visible sur le site de l’assemblée nationale ce jour

Hold-Up : On fact-check les fact-checkers

Archive de l’article de septembre 2020 sur archive.org (supprimé d’internet depuis)

Poliovirus circulant dérivé d’un vaccin de type 2 – Soudan
Nouvelles sur les épidémies
1er septembre 2020

Le 9 août 2020, le ministère fédéral de la santé du Soudan a notifié à l’OMS la détection d’un poliovirus de type 2 dérivé d’un vaccin (cVDPV2) en circulation dans le pays. Selon la notification, le virus est génétiquement lié au Tchad (les résultats du séquençage ont montré 12 à 19 changements de nucléotides). Deux cas de paralysie flasque aiguë (PFA) ont été notifiés. Le premier cas, un enfant de 48 mois, a commencé à être paralysé le 7 mars 2020 et était originaire de la ville de Sulbi, dans la localité de Kas, dans l’État du Darfour Sud. Cet État est situé dans l’ouest du pays, à la frontière de la République centrafricaine, du Sud-Soudan et près de la frontière avec le Tchad. Le second cas, un enfant de 36 mois, a été paralysé le 1er avril 2020 et était originaire de la ville de Shari, dans la localité d’AI Gedarif, dans l’État de Gedarif, à l’est, près de la frontière avec l’Érythrée et l’Éthiopie. Les deux enfants ont reçu leur dernière dose de VPOB (types 1 et 3) en 2019. L’enquête initiale indique que ces cas sont liés aux cVDPV2 du groupe d’émergence CHA-NDJ-1 qui a été détecté pour la première fois en octobre 2019 et qui circule actuellement au Tchad et au Cameroun. Onze autres cas suspects ont également été confirmés en tant que cVDPV2 et les rapports d’enquête sur le terrain sont en cours de consolidation. Ces cas se trouvent dans les États suivants : mer Rouge, Darfour occidental, Darfour oriental, Nil blanc, fleuve Nil et Gezira. Ainsi, entre le 9 août et le 26 août 2020, un total de 13 cas de cVDPV2 ont été signalés. En outre, trois échantillons environnementaux positifs pour le cVDPV2 ont été détectés sur les sites de Soba, Elgoz et Hawasha à Khartoum (échantillons collectés le 29 mars 2020). Le séquençage des virus isolés au Soudan jusqu’à présent montre que ces virus sont liés à des virus signalés précédemment au Tchad voisin, d’où de multiples introductions distinctes au Soudan en provenance du Tchad. Il existe une circulation locale au Soudan et un partage continu de la transmission avec le Tchad.

La réponse de la santé publique
Suite à la détection du PVDVc2 dans le pays, les activités d’intervention suivantes sont en cours de planification et/ou de mise en œuvre :

Le ministre fédéral de la santé par intérim a déclaré un foyer de PVDVc2 au Soudan au cabinet dans les huit heures suivant le jour zéro de l’épidémie (9 août 2020) ;
Le ministère de la santé, soutenu par les partenaires de l’Initiative mondiale pour l’éradication de la poliomyélite (IMEP), a mené une enquête complète sur le terrain et a commencé à mettre en œuvre le plan de préparation et d’intervention en cas de flambée de poliomyélite dès le jour zéro ;
Un groupe de travail national pour la lutte contre les épidémies, composé de représentants de l’OMS et de l’UNICEF, a été mis en place. L’équipe épidémiologique fédérale a finalisé le mandat et la composition du comité technique national pour la lutte contre les épidémies de PVDVc2 et a convoqué sa première réunion le 9 août 2020 ;
Le sous-secrétaire à la santé préside le comité directeur pour la réponse aux épidémies, et la première réunion a été convoquée le 9 août 2020 ;
L’équipe épidémiologique fédérale a conseillé aux responsables épidémiologiques des États du Sud Darfour et d’Al Gedarif, ainsi que d’autres États ayant des cas, d’activer le comité d’urgence de l’État et de commencer à mettre en œuvre le plan de préparation et de réponse aux épidémies de polio ;
La réponse est coordonnée avec d’autres départements tels que la promotion de la santé et les urgences sanitaires ; et une coordination transfrontalière avec les pays voisins est en cours de mise en place.
Évaluation des risques par l’OMS
L’OMS estime que le risque d’une nouvelle propagation internationale du PVDVc2 en Afrique centrale et dans la Corne de l’Afrique est élevé. Avec des mouvements de population à grande échelle avec d’autres régions d’Afrique centrale et de la Corne de l’Afrique. Une évaluation plus approfondie des risques à l’échelle régionale est menée par le programme de lutte contre la polio. Sur l’ensemble du continent africain, 172 cas de type 2 ont été signalés dans 14 pays en 2020.

Conseils de l’OMS
Il est important que tous les pays, en particulier ceux qui voyagent fréquemment et qui sont en contact avec des pays et des zones touchés par la polio, renforcent la surveillance de la paralysie flasque aiguë afin de détecter rapidement toute nouvelle importation de virus et de faciliter une réaction rapide. Les pays, territoires et zones devraient également maintenir une couverture vaccinale de routine uniformément élevée au niveau des districts afin de minimiser les conséquences de toute introduction de nouveau virus.

L’OMS recommande que tous les voyageurs se rendant dans des zones touchées par la polio soient entièrement vaccinés contre la polio. Les résidents (et les visiteurs de plus de 4 semaines) des zones touchées par la polio devraient recevoir une dose supplémentaire de VPO ou de vaccin antipoliomyélitique inactivé (VPI) dans les 4 semaines à 12 mois suivant leur voyage.

Selon l’avis d’un comité d’urgence convoqué en vertu du Règlement sanitaire international (2005), les efforts visant à limiter la propagation internationale du poliovirus restent une urgence de santé publique de portée internationale (PHEIC). Les pays touchés par la transmission du poliovirus sont soumis à des recommandations temporaires. Pour se conformer aux recommandations temporaires émises dans le cadre de la PHEIC, tout pays infecté par le poliovirus doit déclarer l’épidémie comme une urgence de santé publique nationale et envisager la vaccination de tous les voyageurs internationaux qui vivent ou ont visité le pays pendant quatre semaines ou plus. Les pays infectés par le PVDVc2 devraient encourager les résidents et les visiteurs de longue durée à recevoir une dose de VPI quatre semaines à 12 mois avant leur voyage international.


Archive de l’article de septembre 2020 sur archive.org (supprimé d’internet depuis)

Programme de lutte contre la polio : déclarons la victoire et passons à autre chose

Résumé

On espérait qu’après l’éradication de la polio, la vaccination pourrait être arrêtée. Cependant, la synthèse du virus de la polio en 2002 a rendu l’éradication impossible. On prétend qu’il était contraire à l’éthique d’amener les pays pauvres à consacrer leurs maigres ressources à un rêve impossible au cours des dix dernières années.

En outre, alors que l’Inde est exempte de polio depuis un an, on a constaté une augmentation considérable des cas de paralysie flasque aiguë non liés à la polio (PFAAP). En 2011, 47 500 nouveaux cas de paralysie flasque aiguë non poliomyélitique ont été recensés. Cliniquement impossible à distinguer de la paralysie due à la polio, mais deux fois plus mortelle, l’incidence de la NPAFP était directement proportionnelle aux doses de polio reçues par voie orale. Bien que ces données aient été recueillies dans le cadre du système de surveillance de la polio, elles n’ont pas fait l’objet d’une enquête. Le principe de primum-non-nocere a été violé.

Les auteurs suggèrent que l’énorme facture de 8 milliards de dollars US dépensée pour le programme, est une petite somme à payer si le monde apprend à se méfier de tels programmes verticaux à l’avenir.

« Car de tous les tristes mots de la langue ou de la plume, les plus tristes sont ceux-ci : « Cela aurait pu être » ! »

John Greenleaf Whittier (1807-1892)

Le 12 janvier 2012 a marqué une étape importante pour l’Inde. C’était le premier anniversaire du dernier cas de polio sauvage signalé en Inde. Maintenir le pays exempt de polio pendant toute une année a été un exploit qui rend hommage au gouvernement indien et à ses 2,3 millions de vaccinateurs, qui ont visité plus de 200 millions de foyers pour s’assurer que les quelque 170 millions d’enfants (de moins de cinq ans) soient vaccinés à plusieurs reprises avec le vaccin oral contre la polio (VPO) (1). Le programme indien a été en grande partie autofinancé. Le pays a jusqu’à présent dépensé plus de 120 milliards de roupies (2,5 milliards de dollars US 1 = 50 roupies) pour l’éradication de la polio après le lancement du programme en 1994 (2). Les 2,5 milliards de dollars dépensés par l’Inde doivent être comparés aux 2 milliards de dollars dépensés par les États-Unis d’Amérique pour l’éradication mondiale de la polio (3), aux 1,3 milliard de dollars dépensés par Bill Gates (4) et aux 0,8 milliard de dollars réunis par la voix la plus forte pour l’éradication de la polio – Rotary International – au cours des 20 dernières années (5).

Les célébrations du 12 janvier 2012 auraient été accompagnées d’un soupir de soulagement collectif et massif car une nouvelle politique de « nom et de honte » a été adoptée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS), apparemment sans approbation (6), pour stimuler l’effort d’éradication. Dans cet esprit, l’acronyme PAIN a été utilisé, tout en faisant référence aux pays d’endémie de la polio que sont le Pakistan, l’Afghanistan, l’Inde et le Nigeria. Bien que l’origine exacte de cet acronyme souvent répété ne soit pas claire (7,8), l’Inde sera heureuse de se débarrasser de l’opprobre.

Sur le plan international, les partisans de l’éradication avaient désespérément besoin d’une victoire en Inde pour susciter l’enthousiasme, à un moment où l’engagement en faveur du programme faiblissait et où les fonds se tarissaient rapidement. Avec un déficit de 410 millions de dollars dans les fonds disponibles, cette lacune menace de saper les efforts d’éradication (9). Alors que l’Inde est considérée comme exempte de polio depuis un an, quatre autres pays, l’Angola, le Tchad, la République démocratique du Congo et le Soudan, ont connu des épidémies tout au long de l’année. Treize autres pays ont connu des infections récentes, dont huit en Afrique, ainsi que le Népal, le Kazakhstan, le Tadjikistan, le Turkménistan et la Russie (10). L’éthique qui consiste à dépenser autant pour l’éradication de la polio a été remise en question par Richard Horton, rédacteur en chef de The Lancet (11), et Arthur L Caplan, directeur du centre de bioéthique de l’université de Pennsylvanie (12). Par ailleurs, d’anciens partisans du programme s’interrogent aujourd’hui sur sa faisabilité (13-16).

Histoire et origine

Le professeur William Muraskin, historien de renom spécialisé dans les problèmes de politique sanitaire internationale et de maladies infectieuses, a écrit dans son livre Polio Eradication and its discontents que le programme de lutte contre la polio a été conçu avant tout pour prouver l’utilité fondamentale de l’éradication en tant qu’outil de santé publique par l’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) – l’incubateur des campagnes d’éradication (17).

Il convient de noter que le programme Pulse Plus a été lancé en Inde avec une subvention de 0,02 milliard de dollars provenant de l’étranger en 1995 (18), à un moment où les experts indiens estimaient que l’éradication de la polio n’était pas la priorité absolue du pays. Quatre ans après le début du programme d’éradication, en 1998, le Dr T Jacob John a écrit : « Aujourd’hui, la poliomyélite n’est pas la priorité numéro un de la santé publique en Inde. Cependant, nous devons l’éradiquer pour le bien du reste du monde ». (19). Ayant accepté la subvention de 0,02 milliard de dollars, l’Inde a dépensé cent fois plus. C’est un rappel étonnant de la manière dont les financements initiaux et les subventions de l’étranger faussent les priorités locales.

Terminologie : éradication versus élimination versus contrôle

La première étape pour comprendre la question est de clarifier ce que le terme d’éradication implique par rapport à l’élimination et au contrôle de la maladie.

Les différents concepts ont été décrits par Dowdle (20) :

La lutte est la réduction de la maladie à un niveau localement acceptable grâce à des efforts délibérés ; une intervention continue est nécessaire pour maintenir la réduction.
L’élimination est la réduction de l’incidence d’une maladie à zéro dans une zone géographique définie, grâce à des efforts délibérés. Même après l’élimination, une intervention continue est nécessaire pour maintenir l’incidence à zéro.
L’éradication est la réduction permanente à zéro de l’incidence mondiale de l’infection à la suite d’efforts délibérés, de sorte qu’une intervention n’est plus nécessaire.
On dit qu’il y a extinction lorsque l’agent infectieux spécifique n’existe plus dans la nature ou dans le laboratoire.
L’éradication épargne aux générations futures le risque d’infection et rend inutile toute nouvelle vaccination. L’éradication est donc considérée comme un investissement qui permet de réaliser d’énormes économies du fait qu’il n’est plus nécessaire de vacciner (6, 21). Dans son essai intitulé « L’éradication des maladies est-elle éthique ? », Caplan a noté que l’éradication peut être la plus grande arme rhétorique de la santé publique et qu’elle est inégalée dans sa capacité à obtenir un financement, un soutien populaire, l’attention des politiciens et une couverture médiatique positive (12). L’enjeu est de porter le soulagement à jamais et de relâcher la garde de l’humanité contre la maladie (12).

La polio de synthèse rend l’éradication impossible

La mascarade sur l’éradication de la polio et les grandes économies qu’elle permettra de réaliser a persisté jusqu’à présent. Il est paradoxal que, alors que le directeur général de l’OMS, Margret Chan, et Bill Gates s’efforcent de mobiliser le soutien en faveur de l’éradication de la polio (22), la communauté scientifique sait depuis plus de dix ans que l’éradication de la polio est impossible. En effet, en 2002, les scientifiques avaient synthétisé un produit chimique appelé « poliovirus » dans une éprouvette, avec la formule empirique C332,652H492,388N98,245O131,196P7,501S2,340. Il a été démontré qu’en positionnant les atomes en séquence, une particule peut émerger avec toutes les propriétés requises pour sa prolifération et sa survie dans la nature (23, 24). Wimmer écrit que la synthèse en éprouvette du poliovirus a anéanti toute possibilité d’éradiquer le poliovirus à l’avenir. Le poliovirus ne peut être déclaré éteint car la séquence de son génome est connue et la biotechnologie moderne permet de le ressusciter à tout moment in vitro. L’homme ne peut donc jamais baisser sa garde contre le poliovirus. En effet, la campagne mondiale d’éradication des poliovirus, lancée il y a 18 ans, devra être poursuivie à jamais sous une forme ou une autre. Les avantages monétaires « infinis » promis depuis longtemps par l’arrêt de la vaccination contre le poliovirus ne seront jamais atteints (24). L’attrait que l' »éradication » exerce sur les décideurs politiques disparaîtra une fois que cette vérité sera largement connue.

L’éléphant dans la salle : le problème de la paralysie flasque aiguë non poliomyélitique (PFA)

Il a été rapporté dans le Lancet que l’incidence de la PFA, en particulier la PFA non liée à la polio, a augmenté de manière exponentielle en Inde après l’introduction d’un vaccin anti-polio très puissant (25). Grassly et ses collègues ont suggéré, à l’époque, que l’augmentation de la PFA était le résultat d’un effort délibéré pour intensifier la surveillance et la notification en Inde (26). Le programme national de surveillance de la polio a soutenu que l’augmentation du nombre de cas était due au signalement d’une faiblesse légère, sans doute sans grande conséquence (27). Toutefois, en 2005, un cinquième des cas de PFA non liés à la polio dans l’État indien de l’Uttar Pradesh (UP) ont fait l’objet d’un suivi après 60 jours. 35,2 % d’entre eux présentaient une paralysie résiduelle et 8,5 % étaient décédés (soit un total de 43,7 % de paralysies résiduelles ou de décès) (28). Sathyamala a examiné les données de l’année suivante et a montré que les enfants qui avaient été identifiés comme n’étant pas atteints de PFA due à la polio couraient un risque plus de deux fois plus élevé de mourir que ceux qui étaient atteints d’une infection sauvage par la polio (27).

Les données de l’Inde sur le contrôle de la polio sur 10 ans, disponibles auprès du Projet national de surveillance de la polio, ont maintenant été compilées et mises en ligne pour être examinées par les épidémiologistes et les statisticiens (29).

Ces données montrent que le taux de PFA non poliomyélitique augmente proportionnellement au nombre de doses de vaccin anti-polio reçues dans chaque région. Au niveau national, le taux de PFA non poliomyélitique est maintenant 12 fois plus élevé que prévu. Dans les États de l’Uttar Pradesh (UP) et du Bihar, qui organisent des tournées de vaccination contre la polio presque tous les mois, le taux de PFA non poliomyélitique est 25 et 35 fois supérieur aux normes internationales. La relation entre le taux de PFA non poliomyélitique et le taux de PFA est curviligne, avec une augmentation plus marquée au-delà de six doses de VPO en un an. Le taux de PFA non poliomyélitique au cours de l’année est le plus étroitement corrélé aux doses cumulées reçues au cours des trois années précédentes. L’association (R2) du taux de PFA non poliomyélitique avec les doses de VPO reçues en 2009 était de 41,9 %. L’addition des doses reçues à partir de 2007 a augmenté l’association (R2 = 55,6 % p < 0,001) (30). La densité de population n’a pas montré d’association avec le taux de PFA non poliomyélitique, bien que d’autres aient suggéré qu’il était lié à la PFA poliomyélitique (31).

L’incidence internationale de la PFA non liée à la polio serait de 1 à 2/100 000 dans les populations de moins de 15 ans (32, 33). Le critère d’une bonne surveillance est la capacité à détecter un cas de PFA pour 100 000 enfants, même en l’absence de polio (34). En 2011, 47 500 enfants supplémentaires ont été paralysés au cours de l’année, ce qui dépasse la norme de 2/100 000 cas de PFA sans poliomyélite qui est généralement acceptée comme la norme. (32-33). Il est triste que, même après une surveillance méticuleuse, cet excès important de paralysies n’ait pas été étudié comme un signal possible, et qu’aucun effort n’ait été fait pour essayer d’étudier le mécanisme de cette poussée de PFA non poliomyélitique. Ces conclusions soulignent la nécessité d’une évaluation critique pour trouver les facteurs contribuant à l’augmentation de la PFA non liée à la polio avec l’augmentation des doses de VPO – peut-être en examinant l’influence des changements de souches des entéropathogènes induits par le vaccin administré pratiquement une fois par mois.

Du point de vue de l’Inde, l’exercice a été extrêmement coûteux, tant en termes de souffrance humaine qu’en termes monétaires. Il est tentant de spéculer sur ce qui aurait pu être réalisé si les 2,5 milliards de dollars dépensés pour tenter d’éradiquer la polio avaient été consacrés à l’eau, à l’assainissement et à la vaccination de routine. Peut-être que le contrôle de la polio, au niveau de l’élimination, pourrait bien avoir été réalisé comme il l’a été dans les pays plus développés. Lorsque les États-Unis se sont retrouvés dans une situation très difficile en Irak en 2005, Joe Galloway a suggéré que les États-Unis devaient simplement déclarer la victoire, puis se retirer (35). Le moment est peut-être venu d’adopter une stratégie aussi honorable en ce qui concerne l’éradication de la polio.

Stratégie pour l’avenir

Eckard Wimmer a noté que la politique actuelle de l’OMS appelle à l’arrêt de la vaccination par le VPO trois ans après le dernier cas de poliomyélite causée par le poliovirus. Le vaccin antipoliomyélitique injectable (VPI) remplacera le VPO dans les pays qui peuvent se le permettre. Les risques inhérents à cette stratégie sont immenses. L’immunité des troupeaux contre la poliomyélite diminuera rapidement à mesure que des enfants naîtront sans avoir été infectés par des virus de type sauvage ou sans avoir été vaccinés, une situation qui n’a jamais existé dans l’histoire de l’humanité. Ainsi, toute flambée de poliomyélite sera désastreuse, qu’elle soit causée par des échantillons résiduels de virus stockés dans les laboratoires, par des poliovirus dérivés de vaccins ou par un poliovirus synthétisé chimiquement dans une intention maligne (24).

Les coûts énormes des séries répétées de VPO en termes d’argent et de PFA non poliomyélitique montrent que l’administration mensuelle du VPO doit cesser. La faible incidence de la PFA non poliomyélitique dans les endroits recevant moins de six doses, suggère que la vaccination de routine est relativement sûre. Nos ressources sont peut-être mieux utilisées pour contrôler la poliomyélite plutôt que d’essayer d’éradiquer la maladie. L’immunisation de routine doit être renforcée et peut-être qu’une ou deux séries de polio pulsées seront nécessaires.

Le problème est toutefois que les fabricants de VPO pourraient cesser de produire le vaccin – un scénario qui a été prévu pour l’Inde il y a huit ans (36). Le gouvernement indien se trouve dans une situation délicate, ayant renoncé à sa capacité de fabriquer le VPO sur place, sur les conseils erronés de l’étranger (37). Il est maintenant dépendant des fabricants internationaux pour son approvisionnement. L’Inde doit de toute urgence s’assurer que des quantités suffisantes des vaccins dont elle a besoin soient disponibles pour nos enfants, afin que cette aventure d’éradication ne se transforme pas en catastrophe épidémique.

Conclusion

Le programme d’éradication de la poliomyélite incarne presque tout ce qui ne va pas dans les projets verticaux « spécifiques à une maladie » financés par les donateurs, au détriment des investissements dans les soins de santé primaires axés sur la communauté (programmes horizontaux)(38). Gilliam a décrit comment les programmes verticaux sapent les services de santé au sens large en faisant double emploi (chaque programme de lutte contre une maladie nécessite sa propre bureaucratie), faussent les plans et les budgets nationaux de santé et, comme les salaires des programmes verticaux financés par les donateurs sont souvent plus du double de ceux de fonctionnaires également formés, conduisent à détourner le personnel de santé local qualifié des soins de santé primaires, provoquant une « fuite interne des cerveaux » (39). Nous avons vu comment la polio, qui n’était pas une priorité pour la santé publique en Inde, a fait l’objet d’une tentative d’éradication avec un don symbolique de 0,02 milliard de dollars. Le gouvernement indien a finalement dû financer ce programme extrêmement coûteux, qui a coûté au pays 100 fois plus que la valeur de la subvention initiale.

De Maeseneer et ses collègues suggèrent que les programmes verticaux ont involontairement augmenté l’incidence d’autres maladies et enfreint la première règle de la médecine – primum non nocere – d’abord ne pas nuire. Ils citent l’exemple du VIH et de l’hépatite causés par les programmes d’immunisation contre d’autres maladies approuvés par l’OMS (40). L’éradication de la polio a entraîné une augmentation considérable de la PFA non liée à la polio, en proportion directe du nombre de doses de vaccin utilisées. Bien que toutes les données aient été recueillies dans le cadre d’un excellent système de surveillance, cette augmentation n’a pas fait l’objet d’une enquête ouverte. Une autre question que les éthiciens se poseront est de savoir pourquoi les champions du programme ont continué à exhorter les pays pauvres à dépenser leurs maigres ressources dans un programme dont ils auraient dû savoir, en 2002, qu’il n’allait jamais réussir.

En dernière analyse, si les bonnes leçons ont été tirées et que le monde ne répète pas ces erreurs, les coûts peuvent encore être justifiés.




Ca commence en France

Via @Quoi2news

Foule monstre à Paris alors que la nuit tombe. Les rues adjacentes sont pleines à craquer. Silence radio dans les médias.
La police utilise des gaz lacrymogènes après le départ d’une manifestation spontanée autour de l’Assemblée. #LoiSecuriteGlobale
Les milliers de manifestants sont coincés par la police aux abords de l’assemblée nationale. Un incendie dans une des rues bloquées. Certains essaient de l’éteindre.
Situation tendue à Toulouse où les forces de l’ordre gaz copieusement les manifestants.

Les Superbes dessins de Raphaël

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations