L’utilisation de la peur pour contrôler les comportements lors de la crise COVID était « totalitaire », reconnaît un groupe de scientifiques

Article original datant du 15/05/21

Les membres du Groupe Scientifique sur le Comportement en cas de Pandémie de Grippe ont regretté les méthodes « contraires à l’éthique » utilisées pour contrôler le comportement lors de la crise Covid et ont admis qu’elles devaient être considérées comme « totalitaires ».

Les scientifiques membres d’un comité qui a encouragé l’utilisation de la peur pour contrôler le comportement des gens pendant la pandémie de Covid ont admis que leur travail était « contraire à l’éthique » et « totalitaire ».

Les membres du Scientific Pandemic Influenza Group on Behaviour (SPI-B – Groupe Scientifique sur le Comportement en Cas de Pandémie de Grippe) ont regretté ces tactiques dans un nouveau livre sur le rôle de la psychologie dans la réponse du gouvernement à la Covid-19.

Le groupe a averti en mars de l’année dernière que les ministres devaient augmenter « le niveau perçu de menace individuelle » du Covid-19 car « un nombre substantiel de personnes ne se sentent toujours pas suffisamment menacées individuellement ».

Gavin Morgan, un psychologue de l’équipe, a déclaré : « Il est clair que l’utilisation de la peur comme moyen de contrôle n’est pas éthique. L’utilisation de la peur a des relents de totalitarisme. Ce n’est pas une position éthique pour un gouvernement moderne. Par nature, je suis une personne optimiste, mais tout cela m’a donné une vision plus pessimiste des gens. »

Le gouvernement a dû faire face à une avalanche de critiques et a été accusé d’exacerber la menace de la pandémie pour justifier les confinements et contraindre le public à les respecter.

Cette affirmation sera examinée lors de la prochaine enquête publique sur la réponse à la pandémie.

Le SPI-B est l’un des sous-comités qui conseillent le Groupe Consultatif Scientifique pour les Urgences (Sage), dirigé par Sir Patrick Vallance, le conseiller scientifique en chef.

Un scientifique du SPI-B a déclaré à Mme Dodsworth :

« En mars 2020, le gouvernement était très inquiet de la conformité et pensait que les gens ne voudraient pas être enfermés. Des discussions ont eu lieu sur le fait que la peur était nécessaire pour encourager la conformité, et des décisions ont été prises sur la façon d’augmenter la peur. La façon dont nous avons utilisé la peur est dystopique. […] L’utilisation de la peur a absolument été éthiquement discutable. C’était comme une expérience bizarre. En fin de compte, ça s’est retourné contre nous parce que les gens ont eu trop peur. »

Un autre membre du SPI-B a déclaré :

« On pourrait appeler la psychologie ‘contrôle de l’esprit’. C’est ce que nous faisons… Nous essayons clairement de le faire de manière positive, mais cela a été utilisé de manière néfaste dans le passé. »

L’un d’entre eux a mis en garde contre le fait que « les gens utilisent la pandémie pour s’emparer du pouvoir et faire passer des choses qui ne se produiraient pas autrement… Nous devons faire très attention à l’autoritarisme qui s’insinue ».

Steve Baker, le vice-président du groupe de députés conservateurs Covid Recovery (Rétablissement après la Covid), a déclaré :

« S’il est vrai que l’État a pris la décision de terrifier le public pour obtenir le respect des règles, cela soulève des questions extrêmement sérieuses sur le type de société que nous voulons devenir. […] Si nous sommes vraiment honnêtes, est-ce que je crains que la politique du gouvernement d’aujourd’hui ne joue avec les racines du totalitarisme ? Oui, bien sûr, c’est le cas. »

The use of fear to control behaviour in the Covid crisis was ‘totalitarian’, scientist group ...
Members of the Scientific Pandemic Influenza Group on Behaviour have expressed regret about ‘unethical’ methods used to control behaviour in Covid crisis and admitted they should be considered ‘totalitarian’. Scientists on a committee that encouraged the

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations