McCarthy choisit les républicains du comité d’enquête voté par Pelosi sur les émeutes du 6 janvier : un mélange de « purs conservateurs » et d’experts des forces de l’ordre

La majorité des informations erronées sur le COVID provient de 12 personnes, selon un rapport
21 juillet 2021
Des documents de l’audit de Géorgie de novembre 2020 ont été créés la semaine dernière, après une requête FOIA
21 juillet 2021

Article original datant du 19/07/21

Le chef de la minorité de la Chambre des représentants, Kevin McCarthy (élu républicain de la Californie), prévoit d’annoncer lundi le nom des cinq républicains qui siégeront à la commission de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi (élue démocrate de la Californie), chargée d’enquêter sur l’émeute survenue le 6 janvier au Capitole des États-Unis.

M. McCarthy nommera les Républicains. Jim Jordan (élu républicain de l’Ohio), Jim Banks (élu républicain de l’Indiana), Troy Nehls (élu républicain du Texas), Kelly Armstrong (élue républicaine du Dakota du Nord), et Rodney Davis (élu républicain de l’Illinois) pour siéger au comité restreint de 13 membres, selon un collaborateur responsable du parti républicain de la Chambre qui connaît bien la question.

Toutes les personnes nommées par McCarthy ont voté contre la mise en accusation (Impeachment) de l’ancien président Donald Trump en janvier et ont toutes voté contre la création du comité restreint. Jordan, Banks et Nehls ont également voté contre la certification des résultats du collège électoral de 2020 dans certains États contestés.

Jordan est le membre le plus haut placé de la commission judiciaire et un cador de supervision de longue date, et Banks, une étoile montante au sein de son caucus, préside la commission d’étude républicaine.

Après la publication de cette histoire, Banks et Jordan ont publié des réponses à leurs nominations aux comités.

Banks a publié une déclaration disant que l’échec des démocrates à enquêter sur les violentes émeutes qui ont découlé des manifestations de Black Lives Matter l’été dernier indique qu’ils ne sont pas sérieux au sujet de « l’enquête sur la violence politique ».

« Si les démocrates étaient sérieux dans leur volonté d’enquêter sur la violence politique, ce comité étudierait non seulement l’émeute du 6 janvier au Capitole, mais aussi les centaines d’émeutes politiques violentes de l’été dernier (2020), au cours desquelles beaucoup plus d’Américains innocents et d’agents des forces de l’ordre ont été attaqués », a déclaré Banks, ajoutant : « Et bien sûr, le comité ne négligerait pas le meurtre du vendredi saint de l’agent de l’USCP (Police du Capitole, NdT) Billy Evans, perpétré par un extrémiste d’extrême gauche. »

Banks a poursuivi : « Ne vous méprenez pas, Nancy Pelosi a créé ce comité uniquement pour calomnier les conservateurs et justifier le programme autoritaire de la gauche. »

Jordan n’a répondu qu’en publiant sur les médias sociaux une compilation vidéo d’une série de démocrates s’opposant aux résultats des élections présidentielles passées :

Aux côtés des deux piliers conservateurs, on trouve Nehls, un vétéran de l’armée et ancien shérif de comté qui apportera la perspective d’un officier de police à la commission ; Armstrong, un avocat de la défense pénale de premier plan ; et Davis, qui est le plus familier avec la sécurité du Capitole de par sa position de membre de rang de la commission de l’administration.

Pelosi a introduit la résolution pour le comité le mois dernier après que les républicains du Sénat aient bloqué la commission du 6 janvier en mai. La résolution stipule que la commission aura un pouvoir d’assignation à comparaître dans le cadre de son enquête sur l’émeute du 6 janvier. Mme Pelosi a déclaré que l’installation de la commission est « impérative », malgré le fait que le ministère de la Justice ait mené sa propre enquête sur l’incident et ait déjà procédé à des centaines d’arrestations liées à celui-ci.

« Le 6 janvier a été l’un des jours les plus sombres de l’histoire de notre nation », a déclaré l’oratrice dans un communiqué. « Il est impératif que nous établissions la vérité sur ce jour et que nous veillions à ce qu’une telle attaque ne puisse plus se reproduire. La commission spéciale enquêtera et fera un rapport sur les faits et les causes de l’attaque et fera des recommandations pour prévenir toute attaque future. »

Pelosi avait huit sièges à pourvoir au sein de la commission et a proposé de nommer un républicain pour apaiser les critiques selon lesquelles les conclusions de la commission seraient trop partisanes pour être prises au sérieux par le public.

La républicaine que Pelosi a fini par choisir, la représentante Liz Cheney (élue républicaine du Wyoming), s’est opposée à son propre parti à plusieurs reprises en blâmant Trump pour l’émeute du 6 janvier et en votant en faveur de la mise en accusation de Trump, en faveur de la législation de Pelosi sur la Commission du 6 janvier, qui a échoué, et en faveur de la commission spéciale.

Outre Cheney, Pelosi a également nommé le président du comité de la sécurité intérieure, Bennie Thompson (élu démocrate du Missouri), qui présidera le comité restreint, et le président du comité de l’administration, Zoe Lofgren (élue démocrate de Californie), ainsi que Adam Schiff (élu démocrate de Californie), Jamie Raskin (él démocrate du Maryland), Elaine Luria (élue démocrate de Virginie), Stephanie Murphy (élue démocrate de Floride), et Pete Aguilar (élu démocrate de Californie).

Pelosi avait précédemment nommé Schiff et Raskin pour officier en tant que responsable de « l’impeachment » dans les deux procès de mise en accusation de Trump, respectivement.

La commission tiendra sa première audience publique le 27 juillet.

McCarthy Stacks Pelosi’s 1/6 Committee with Mix of GOP Killers, Law Enforcement Experts
GOP Leader Kevin McCarthy plans to announce five Republicans, including Reps. Jim Jordan and Jim Banks, for Pelosi's January 6 Committee.