New York Times : Une méfiance bien plus profonde que les gens ne le pensent entre Biden et Zelensky

Le chroniqueur du New York Times Thomas Friedman a écrit lundi qu’il existe une « profonde méfiance » entre le président Biden et le président ukrainien Volodymyr Zelensky et que la Maison Blanche est très préoccupée par la direction du pays.

« La guerre en Ukraine n’est pas terminée. Et en privé, les responsables américains sont beaucoup plus préoccupés par le leadership de l’Ukraine qu’ils ne le laissent paraître. Il existe une profonde méfiance entre la Maison Blanche et le président ukrainien Volodymyr [Zelensky] – beaucoup plus que ce qui a été rapporté », écrit Friedman.

En mai, Friedman a qualifié l’Ukraine de « émaillée par la corruption » et a ajouté : « J’ai l’impression que l’équipe Biden marche sur la corde raide avec Zelenskyy, bien plus qu’il n’y paraît à première vue – elle veut faire tout son possible pour s’assurer qu’il gagne cette guerre, mais elle le fait d’une manière qui maintient une certaine distance entre nous et les dirigeants ukrainiens.

Les propos du chroniqueur de gauche ont du poids étant donné sa proximité relative avec Biden parmi les membres des médias ; il a eu un déjeuner privé avec le président en mai et s’est ensuite extasié sur ses compétences en matière de politique étrangère.

House Speaker Nancy Pelosi waves to media as she tours the parliament house in Kuala Lumpur, Tuesday, Aug. 2, 2022. Malaysia’s Department of Information via AP
La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, salue les médias alors qu’elle visite le Parlement à Kuala Lumpur, le mardi 2 août 2022.

Les propos de Friedman ont attiré l’attention de Damir Marusic, de l’Atlantic Council, qui a tweeté :

« L’article porte ostensiblement sur le voyage de Pelosi à Taiwan. Mais ce qui est plus intéressant, c’est que c’est la deuxième fois qu’une source haut placée de la Maison Blanche dit explicitement à Tom Friedman que les Etats-Unis ont peu de confiance en Zelensky et en l’Ukraine. »

Dans son nouvel article, Friedman soutient que le voyage de la présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, à Taïwan est imprudent, dangereux et irresponsable, et affirme que « beaucoup de mauvaises choses » pourraient se produire à la suite de ce voyage.

Il a noté que son voyage à Taïwan « plane » maintenant sur le conflit avec la Russie. Des hauts fonctionnaires de l’administration auraient déclaré que Biden a dit à Xi Jinping que si la Chine soutenait la Russie dans la guerre, « Pékin risquerait de perdre l’accès à ses deux plus importants marchés d’exportation – les États-Unis et l’Union européenne. »

Pelosi doit se rendre à Taïwan cette semaine après sa visite à Singapour. Elle devrait rencontrer des responsables taïwanais mardi et mercredi.

Friedman a écrit que la Chine n’a fourni aucune aide militaire à la Russie en réponse.

« Pourquoi diable la présidente de la Chambre des représentants choisirait-elle de se rendre à Taïwan et de provoquer délibérément la Chine maintenant, devenant ainsi le plus haut responsable américain à se rendre à Taïwan depuis Newt Gingrich en 1997, alors que la Chine était bien plus faible économiquement et militairement ? » a écrit Friedman.

Friedman a également écrit qu’une « drôle d’affaire » se déroulait à Kiev, puisque Zelensky a licencié le chef de l’agence de renseignements intérieurs de l’Ukraine, ainsi que le procureur général du pays.

House Speaker Nancy Pelosi speaks to reporters. Getty Images
La présidente de la Chambre des représentants, Nancy Pelosi, s’adresse aux journalistes.

« Cette guerre en Ukraine n’est ABSOLUMENT pas terminée, ABSOLUMENT pas stable, ABSOLUMENT pas sans surprises dangereuses qui peuvent surgir à tout moment. Pourtant, au milieu de tout cela, nous allons risquer un conflit avec la Chine au sujet de Taïwan, provoqué par une visite arbitraire et frivole de la présidente de la Chambre ? » a-t-il déclaré.

Friedman a ajouté que l’équipe de sécurité nationale du président a fait savoir très clairement à Pelosi qu’elle ne devait pas se rendre à Taïwan. « Mais le président ne l’a pas appelée directement pour lui demander de ne pas y aller, craignant apparemment de passer pour un tendre avec la Chine, ce qui laisserait une ouverture aux républicains pour l’attaquer avant les mi-mandat », a-t-il écrit.

Les États-Unis ont envoyé lundi une autre aide militaire de 550 millions de dollars à l’Ukraine, comprenant 75 000 cartouches d’artillerie de 155 mm et davantage de munitions pour les systèmes de roquettes d’artillerie à haute mobilité (HIMARS).

L’administration Biden a envoyé plus de 8 milliards de dollars d’aide à l’Ukraine depuis l’invasion des Russes en février.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations