Nous avons trouvé l’association caritative secrète du milliardaire pédophile Jeffrey Epstein

Article original datant du 16/04/2019 ; Mise à jour le 04/11/2019

Révélation : L’homme d’argent

Par le biais d’une fondation privée occulte, le pédophile Jeffrey Epstein a continué à verser de l’argent à des célébrités, à des universités d’élite et à une école pour filles.

Note de la rédaction : Jeffrey Epstein a été arrêté à New York le 6 juillet 2019 et a fait face à des accusations fédérales de trafic sexuel et de complot pour commettre un trafic sexuel. Le 10 août 2019, il est mort dans un suicide apparent en prison. Pour plus d’informations, voir le reportage du Daily Beast.

Le pédophile milliardaire Jeffrey Epstein a peut-être cessé de se vanter de ses dons de millions de dollars à des organismes de bienfaisance à la lumière des accusations d’avoir molesté des dizaines de jeunes filles mineures. Mais il continue à distribuer discrètement sa fortune – y compris à des organisations à but non lucratif de Deepak Chopra, Elton John et un médecin lié au président Trump – par le biais d’une fondation privée obscure appelée « Gratitude America, Ltd », a appris The Daily Beast.

Gratitude America, Ltd. a été lancée en 2012 pour soutenir « les organisations du monde entier qui cherchent à célébrer les États-Unis d’Amérique et les idéaux américains », a déclaré le groupe dans sa demande de statut d’exonération fiscale. Ces idéaux, ajoute l’organisme à but non lucratif, comprennent « la liberté, l’égalité, la démocratie, l’individualisme, l’unité et la diversité ». À l’époque, Epstein était sorti de prison depuis trois ans, mais les allégations troublantes de ses victimes présumées, dont une qui affirmait qu’Epstein la gardait comme « esclave sexuelle » pour ses amis célèbres, continuaient de le poursuivre.

Epstein avait apparemment besoin de nouvelles favorables pour changer le récit et s’est lancé dans une croisade de relations publiques qui le dépeint comme un « philanthrope scientifique » renommé, plutôt que comme un délinquant sexuel condamné.

À ne pas confondre avec GratitudeAmerica, Inc, une organisation à but non lucratif de Floride pour les vétérans, la dernière fondation privée d’Epstein ne semble pas avoir de site Web ou de présence en ligne. Les seules traces du groupe se trouvent dans des déclarations d’impôts, un site de collecte de fonds pour la sclérose en plaques, et un livre de résumés d’une conférence universitaire de 2017 en Californie.

En 2016 et 2017, Gratitude America Ltd a financé une école pour filles à Manhattan, un programme de tennis pour les jeunes, des associations de lutte contre le cancer, la célèbre troupe de théâtre de Harvard, des sociétés artistiques new-yorkaises huppées au Lincoln Center et à l’Orchestre des musiciens du Met, ainsi qu’un organisme à but non lucratif lié à la femme d’un ancien président de Harvard qui a voyagé dans le jet privé d’Epstein, surnommé le « Lolita Express » par la presse.

En effet, un examen des déclarations d’impôts révèle que la fondation d’Epstein a fait don d’au moins 1,84 million de dollars à de nombreuses causes, dont 15 000 dollars à la Hewitt School, l’école privée de filles d’élite de l’Upper East Side ; 30 000 dollars au O’Gorman Garden, une école maternelle de Harlem ; et 25 000 dollars au Junior Tennis Champions Center de College Park, dans le Maryland.

Les dons les plus importants de Gratitude America comprennent un versement de 375 000 dollars à l’International Peace Institute Inc, un groupe de réflexion new-yorkais composé d’anciens fonctionnaires des Nations Unies et dirigé par le diplomate norvégien Terje Rød-Larsen, et 225 000 dollars à l’Alliance pour la recherche sur le mélanome, deux organismes qu’Epstein se vantait de soutenir financièrement dans le passé.

Comme le Daily Beast l’a précédemment rapporté, Epstein a autrefois cultivé une présence sur le web qui dépeignait un super-héros aux multiples facettes : un « activiste de l’armistice » avec l’institut de la paix ; l’un des plus grands bailleurs de fonds des scientifiques du monde entier » qui a contribué à freiner le braconnage de l’ivoire ; et un « activiste de l’éducation » qui a fourni aux îles Vierges son premier programme Head Start (Wiki).

Pourtant, la philanthropie de ce financier de 66 ans n’a pas réussi à redorer sa réputation.

Au début des années 80, Epstein était connu pour côtoyer des gens comme Bill Clinton, Donald Trump, Woody Allen et Kevin Spacey. Son ascension énigmatique de professeur de physique à Dalton à « homme d’argent international mystérieux » qui fréquentait le prince Andrew et la mondaine britannique Ghislaine Maxwell a été décrite par les tabloïds, le magazine New York et Vanity Fair, qui rapportait en 2003 : « Epstein est connu dans la ville comme un homme qui aime les femmes – beaucoup de femmes, la plupart jeunes ».

« Il est imprudent, et il l’est devenu encore plus », a déclaré un ancien associé à Vanity Fair à propos d’Epstein, qui possède des manoirs à Palm Beach, en Floride et dans l’Upper East Side de Manhattan, ainsi qu’un ranch au Nouveau-Mexique. « C’est l’argent qui vous fait ça. Il rompt le serment qu’il s’est fait à lui-même – qu’il ne ferait jamais rien qui puisse l’exposer dans les médias. »

Trump, lui aussi, a fait une fois allusion au penchant d’Epstein pour les jeunes femmes. « Je connais Jeff depuis quinze ans. Un type formidable », a déclaré Trump au New York en 2002. « C’est très amusant d’être avec lui. On dit même qu’il aime les belles femmes autant que moi, et beaucoup d’entre elles sont du côté des plus jeunes. Il n’y a aucun doute là-dessus : Jeffrey apprécie sa vie sociale. »

Quatre ans plus tard, Epstein a été arrêté après que cette « vie sociale » soit devenue le sujet d’une enquête de 13 mois par les détectives de Palm Beach.

Selon la police, Epstein abusait sexuellement de jeunes filles âgées de 13 ans seulement, souvent issues de familles pauvres et de foyers brisés. Et, selon les procès intentés par les victimes, Epstein les prêtait à ses amis célèbres. Epstein aurait également payé des filles pour qu’elles recrutent d’autres victimes adolescentes, disant à l’un des recruteurs : « Plus c’est jeune, mieux c’est ». (Epstein a nié avoir fait du trafic de filles pour ses amis, déclarant dans un document judiciaire que lui et ses amis étaient « le sujet des attaques, allégations et inventions les plus farfelues et offensantes »).

Les autorités avaient suffisamment de preuves pour envoyer Epstein en prison à vie. Mais dans le cadre d’un accord de plaidoyer suspicieusement conciliant conclu avec l’ancien procureur des États-Unis et actuel secrétaire du travail Alexander Acosta, Epstein n’a purgé que 13 mois d’une peine de 18 mois dans une aile privée de la prison du comté, principalement en « work release » 16 heures par jour, six jours par semaine.

Epstein a plaidé coupable à deux chefs d’accusation de l’État : sollicitation de la prostitution et fourniture de mineurs à des fins de prostitution. Maintenant, le ministère de la Justice enquête sur cet accord de plaidoyer secret, qu’un juge fédéral a jugé contraire à la loi, et sur la question de savoir si Acosta et d’autres procureurs ont « commis une faute professionnelle. »

À l’ère de #MeToo, les appels à la justice pour les victimes présumées d’Epstein sont de plus en plus forts. Le Miami Herald et l’accusatrice d’Epstein Virginia Roberts Giuffre, qui affirme qu’Epstein l’a forcée à avoir des relations sexuelles avec le Prince Andrew et le professeur de droit de Harvard Alan Dershowitz (allégations que les trois hommes nient avec véhémence), se battent pour que soient dévoilés les dossiers judiciaires dans le cadre d’un procès en diffamation que Giuffre a intenté contre l’amie d’Epstein, Ghislaine Maxwell. Les avocats des victimes présumées d’Epstein affirment que les dossiers montreront qu’Epstein et Maxwell ont trafiqué des filles pour le bénéfice de leurs amis de haut vol. Maxwell, qui a nié les affirmations de Giuffre, a réglé l’affaire à la veille du procès en 2017.

La semaine dernière, le New York Post a révélé que le bureau du procureur du district de Manhattan disposait de « preuves graphiques et détaillées » de l’agression de jeunes filles mineures par Epstein avant de plaider la clémence lors d’une audience d’enregistrement des délinquants sexuels en 2011. À l’époque, un juge avait refusé la demande du procureur d’enregistrer Epstein comme un délinquant à « faible risque », déclarant : « Je dois vous dire que je suis un peu dépassé parce que je n’ai jamais vu le bureau du procureur faire quelque chose comme ça ».

La mauvaise presse qui ne cesse de s’abattre sur l’affaire a conduit certaines organisations caritatives et certains candidats politiques à se tenir à l’écart de l’homme d’affaires pervers.

En 2006, l’ancien gouverneur du Nouveau-Mexique, Bill Richardson, a déclaré qu’il distribuerait le don de campagne de 50 000 dollars d’Epstein à des organisations caritatives dans tout l’État, tandis que le candidat au poste de gouverneur de l’État de New York, Eliot Spitzer, et le candidat au poste de procureur général, Mark Green, ont retourné des dons de 50 000 et 10 000 dollars, respectivement, du milliardaire.

En 2015, des organisations à but non lucratif, dont le Ballet Palm Beach de Floride, ont déclaré à Reuters qu’elles n’accepteraient plus l’argent d’Epstein à la suite des allégations de Giuffre qui ont fait la une des journaux. « Plus je peux me tenir éloigné de ce genre de choses, mieux c’est », a déclaré le fondateur du ballet.

Lorsqu’Epstein a essayé de faire un don aux démocrates de la Chambre des représentants en octobre dernier, ceux-ci ont rapidement retourné une offre de 10 000 dollars du paria politique. Un porte-parole du Democratic Congressional Campaign Committee a déclaré au Daily Beast : « Sans arrière-pensée, le DCCC a immédiatement remboursé ce don non sollicité ».

Pourtant, d’autres ont discrètement accueilli l’argent d’Epstein. Son ancienne organisation caritative, la C.O.U.Q. Foundation, a donné 25 000 dollars à l’organisation caritative de Bill et Hillary Clinton, selon la déclaration d’impôts 2006 de C.O.U.Q.. Le groupe figure parmi les donateurs passés et présents sur le site Web de la Fondation Clinton.

Harvard a également conservé un chèque de 6,5 millions de dollars d’Epstein pour financer le Program for Evolutionary Dynamics (Programme sur la dynamique de l’évolution) de l’université, selon le Harvard Crimson en 2006.

En mars de cette année, le Daily Beast a révélé qu’Epstein avait financé l’association à but non lucratif d’un mannequin russe qui défend les intérêts des femmes entrepreneurs.

Et le Hasty Pudding Institute of 1770 de Harvard, qui comprend la troupe de théâtre historique de l’université, a noté Epstein parmi ses principaux donateurs en 2018, dans la catégorie « Les gardiens du Sphinx ».

Argent sale

Dans l’année qui a précédé la création de Gratitude America, les liens d’Epstein avec ses amis éminents ont été examinés de près. L’une de ses victimes présumées, Virginia Roberts, s’est présentée au Daily Mail en février 2011, pour dire qu’elle n’avait que 15 ans quand Epstein l’a recrutée « pour être une prostituée pour lui et ses amis », dont le Prince Andrew.

Le même mois, Epstein a minimisé sa condamnation en Floride, déclarant au New York Post : « Je ne suis pas un prédateur sexuel, je suis un « délinquant ». C’est la différence entre un meurtrier et une personne qui vole un bagel ». Ces commentaires faisaient suite à la décision d’un juge new-yorkais selon laquelle Epstein doit s’inscrire comme délinquant sexuel de niveau 3, ce qui signifie qu’il présente « un risque élevé de récidive et qu’une menace pour la sécurité publique existe. »

Les allégations choquantes n’ont cependant pas empêché Epstein de publier une flopée de communiqués de presse annonçant son soutien aux sciences. En janvier 2012, la « Fondation Jeffrey Epstein » a annoncé qu’elle parrainait une conférence organisée par Marvin Minsky du MIT, sous le titre « Des scientifiques de haut niveau se rencontrent pour discuter des plus grandes menaces pour la Terre ».

En mars 2012, une autre annonce déclarait : « Le philanthrope scientifique Jeffrey Epstein convoque une conférence de lauréats du prix Nobel pour définir la gravité. » Elle a été suivie quelques jours plus tard d’un autre bulletin : « Jeffrey Epstein, philanthrope scientifique, organise une conférence mondiale sur l’apocalypse ».

Un mois plus tard, Gratitude America Ltd. a été créée dans les îles Vierges « pour soutenir l’expression de la gratitude pour les idéaux de l’Amérique », selon une demande d’exonération fiscale déposée auprès de l’Internal Revenue Service. (Epstein a spécifié les Îles Vierges, où il possède une île privée, comme son adresse permanente dans les enregistrements annuels de délinquants sexuels).

« La collecte de fonds, le cas échéant, se fera par le biais d’une sollicitation personnelle par les membres du conseil d’administration », indique la demande de l’IRS. « La contribution initiale à l’organisation proviendra du principal donateur, M. Epstein.

Le groupe a déclaré qu’il « réaliserait son objectif par le financement direct de célébrations et d’autres événements planifiés, y compris des symposiums, des conférences et des galas, tant aux États-Unis qu’à l’étranger, planifiés par des tiers et d’autres organisations à but non lucratif et des entités gouvernementales », via « des dons privés de particuliers ».

Le groupe du financier en disgrâce n’a toutefois pas répertorié de revenus avant 2015 ni de contributions à des organismes de bienfaisance avant les années fiscales 2016 et 2017.

Gratitude America Ltd a fait don de 150 000 dollars chacun en 2017 au MIT et à la Kuhn Foundation, dirigée par l’écrivain Robert Lawrence Kuhn, qui anime une émission de télévision intitulée « Closer to Truth. » (Plus près de la vérité) (Une biographie sur le site de la Fondation Chopra indique que Kuhn est « un stratège d’entreprise international, un banquier d’affaires et un expert de la Chine » et qu’il a « un doctorat en recherche sur le cerveau »).

Plutôt que de répertorier Gratitude America Ltd. en tant que donateur dans son propre formulaire fiscal 990 en 2017, Kuhn a enregistré un don de 150 000 dollars de la « Fondation Jeffrey Epstein » aux soins de « Richard Kahn KBRK Associates 57 », ce qui semble être une mauvaise orthographe de l’entreprise de Kahn, HBRK. Kahn, qui a servi dans les précédentes entreprises à but non lucratif d’Epstein, est le président de Gratitude America, selon les déclarations fiscales. Il dirige une société appelée HBRK Associates, Inc. d’après les déclarations de revenus de l’Etat de New York.

Epstein a également financé un organisme à but non lucratif qui produit une émission de télévision animée par la femme de Larry Summers, économiste à Harvard et secrétaire au Trésor sous l’ancien président Clinton.

En 2016, Gratitude America Ltd. a déboursé 110 000 dollars pour Verse Video Education. Cet organisme à but non lucratif basé à Cambridge, dans le Massachusetts, produit l’émission de PBS Poetry in America, dont la créatrice et animatrice est Elisa New, professeur à Harvard. La déclaration de revenus 2016 de Verse désigne New comme présidente du groupe, mais n’indique pas les donateurs spécifiques pour ses 1,38 million de dollars de contributions totales.

New est mariée à Summers, l’ancien président de l’université Harvard, qui a fréquenté Epstein dans des groupes d’élite de relations internationales et, comme Bill Clinton, a volé dans le jet privé d’Epstein. L’article de Vanity Fair de 2003 mentionne Epstein affichant fièrement la lettre d’engagement de Summers au « Programme Epstein de biologie mathématique et de dynamique évolutive » à Harvard. Epstein « dit qu’il était réticent à ce que son nom soit associé au programme, mais Summers l’a persuadé », indique l’article.

Summers est revenu sur le tapis lors de la déposition d’Alan Dershowitz, en octobre 2015, qui faisait face à un procès en diffamation, désormais réglé, de la part de deux avocats des victimes d’Epstein. Dershowitz a témoigné que l’ancienne assistante d’Epstein, Sarah Kellen, travaillait « au bureau de Harvard » où Epstein tenait des réunions avec des dirigeants de l’université, dont Summers.

Interrogé sur les femmes de l’entourage d’Epstein, Dershowitz a déclaré qu’elles servaient le café ou prenaient des notes pendant les réunions universitaires. « Et ces personnes n’étaient pas seulement vues par moi. Elles ont été vues par Larry Summers, elles ont été vues par [le professeur de génétique George] Church, elles ont été vues par Marvin Minsky, elles ont été vues par certains des plus éminents universitaires et chercheurs du monde. Il n’y avait aucune allusion ou suggestion de quoi que ce soit de sexuel ou d’inapproprié en présence de ces personnes ».

Les largesses d’Epstein se sont également étendues à la célèbre troupe de théâtre de Harvard. Le Hasty Pudding Institute of 1770, l’un des anciens bénéficiaires d’Epstein, a reçu 50 000 dollars de Gratitude America Ltd en 2016. L’Institut comprend le Hasty Pudding Club, le plus ancien club social du pays, et Hasty Pudding Theatricals, la plus ancienne organisation théâtrale des États-Unis, ainsi que le groupe a capella Harvard Krokodiloes.

Sur le site Web du Hasty Pudding Institute, le nom d’Epstein figure en tête d’une liste de donateurs de 2018 appelée « les gardiens du Sphinx » pour leurs dons de 50 000 dollars ou plus, tandis que l’entreprise de Kahn, HBRK Associates, figure sur une page « sponsors » pour un don de 50 000 dollars ou plus.

Pendant ce temps, Gratitude America Ltd. a également soutenu l’un des alliés du président Trump pendant deux années consécutives, un examen des déclarations de revenus montre.

La Fondation Bruce et Marsha Moskowitz a reçu 100 000 dollars en 2016 et 50 000 dollars en 2017, selon les déclarations de Gratitude America Ltd. Bruce Moskowitz, un médecin de Palm Beach, a été révélé par ProPublica comme l’un des copains de Mar-a-Lago du président Trump influençant secrètement les politiques au sein du ministère des Anciens combattants.

Mais dans ses propres déclarations de revenus 990, l’association à but non lucratif de Moskowitz déclare avoir reçu de l’argent de Jeffrey Epstein, et non de Gratitude America.

Moskowitz – dont le nom a été trouvé dans le « petit livre noir » d’Epstein aux côtés d’autres médecins, dans la catégorie « médical » – a listé deux dons d’une valeur de 50 000 dollars en 2016 et 2017 provenant de « Jeffrey Epstein/HBRK Assoc., Inc. »

On ne sait pas pourquoi Gratitude America Ltd a enregistré un don de 100 000 dollars dans ses déclarations fiscales pour 2017, alors que Moskowitz a enregistré un don pour la moitié de ce montant.

La Crohn’s Colitis Foundation of America, qu’Epstein a financée à plusieurs reprises depuis au moins 2012, a reçu un total de 20 000 $ en 2016 et 2017.

Epstein a également donné 10 000 $ en 2016 à la Women Global Cancer Initiative Inc, un organisme à but non lucratif dirigé par la fondatrice de l’agence de mannequins Next, Faith Kates. Il a également donné 10 000 dollars à l’école de médecine Icahn de Mt. Sinai et 5 000 dollars à la Leukemia & Lymphoma Society.

En 2017, Epstein a donné 75 000 dollars au Cancer Research Wellness Institute, un organisme à but non lucratif californien créé par un petit-fils du docteur Max Gerson, spécialiste des traitements alternatifs contre le cancer, et 25 000 dollars à Nautilus Think, un organisme à but non lucratif new-yorkais qui publie un magazine scientifique. Epstein a en outre versé 50 000 dollars à la Fondation de l’Université d’Arizona, et l’université de recherche de Tucson a inscrit Gratitude America Ltd. comme sponsor de sa conférence de 2017 sur la science de la conscience dans un livre de résumés.

Il a fait d’autres dons en 2017, dont 15 000 dollars à « Friends of Elton John », qui semble être la Elton John AIDS Foundation, une organisation caritative qu’Epstein avait annoncé financer des années auparavant.

Gratitude America a indiqué un don de 50 000 dollars à la Fondation Chopra, 60 000 dollars à un groupe appelé « Association Mind Education » à Rome, en Italie, et 50 000 dollars à l’United Jewish Appeal (UJA) Federation of New York.

Epstein semble avoir fourni la totalité du financement de l’Association internationale des aumôniers de police et de pompiers en 2017 avec un don de 50 000 dollars. Le groupe, basé à Taylor, dans le Michigan, a déclaré des recettes brutes de 50 000 $ ou moins en 2017, et pour les dernières années, selon les dossiers de l’IRS.

Le milliardaire a également soutenu un grand nombre d’organisations à but non lucratif new-yorkaises dédiées aux arts.

Il a donné 25 000 dollars à la Film Society of Lincoln Center et 50 000 dollars aux musiciens de l’orchestre du MET en 2017. Il a également fait don de 10 000 $ à un groupe basé à Brooklyn, l’Independent Filmmaker Project (Gratitude America semble avoir fait une erreur en les appelant « Independent Feature Project » dans sa déclaration de revenus, mais a utilisé la même adresse de l’IFP).

Gratitude America a déclaré avoir fait don de 50 000 dollars à la New York Concert Artists Association en 2016, mais l’association a nié avoir reçu des fonds d’Epstein ou de sa fondation.

Cette année, Gratitude America Ltd a apparemment fait un don à la page de collecte de fonds de l’éminent avocat plaidant Stephen Susman pour Bike MS, un événement cycliste qui collecte des fonds pour la National Multiple Sclerosis Society. Le don de 10 000 dollars d’Epstein était la contribution la plus élevée sur le site Web, à côté d’un autre 10 000 dollars de la femme de Susman, Ellen. (En 2017, Gratitude America a noté un don de 5 000 dollars à la « Marche pour la sclérose en plaques » dans le New Jersey, qui semble ne pas être lié au versement de Susman).

Epstein et Susman se sont connus dès 2010, alors qu’Epstein était en probation pour ses crimes sexuels en Floride. Epstein s’est rendu à New York à plusieurs reprises pour rencontrer Susman, qui, selon une lettre dans le dossier de probation d’Epstein, a déclaré que leurs réunions étaient destinées à discuter de « réclamations potentielles contre D.B. Zwirn », un fonds spéculatif qui s’est effondré en 2008 et qui aurait coûté des millions à Epstein, selon le Palm Beach Post.

Le Daily Beast a laissé des messages à toutes les écoles et organisations caritatives que le groupe d’Epstein a listées comme bénéficiaires. Certains représentants ont dit qu’ils ne savaient pas qui gérait Gratitude America Ltd. D’autres ont dit qu’ils n’avaient jamais reçu de tels dons.

Dans un e-mail, Howard Straus, président du Cancer Research Wellness Institute, a déclaré que son groupe n’avait « JAMAIS reçu un don de cette ampleur de QUICONQUE ».

« Je le saurais », a poursuivi Straus. « Nous sommes perpétuellement à court de fonds et nous serions ravis de recevoir de telles largesses, mais pas de la part de prédateurs sexuels. »

Jennifer Park, de New York Concert Artists, a déclaré que son groupe n’a jamais reçu de don de Gratitude America. « Je suis désolée mais vous avez des informations totalement erronées », a-t-elle déclaré dans un courriel, ajoutant que son association à but non lucratif a peut-être été confondue avec un autre groupe.

Après avoir examiné la déclaration d’impôts de Gratitude America, Mme Park a de nouveau déclaré que son groupe ne devrait pas figurer parmi les bénéficiaires de la fondation. « C’est faux, et celui qui a mis le nom de notre organisation doit être responsable de toutes les conséquences », a ajouté Park. « Nous n’avons jamais reçu aucun don de ce que vous décrivez ».

Lisa Thomas, directrice de la publicité de la Film Society of Lincoln Center, a déclaré que le don de 25 000 dollars de Gratitude America « était un cadeau anonyme pour notre 44e gala du prix Chaplin », qui a honoré l’acteur Robert De Niro en mai 2017.

« M. Epstein n’a pas assisté à l’événement et n’a pas été un de nos mécènes avant ou depuis », a déclaré Thomas dans un courriel.

Le don de 50 000 dollars d’Epstein au Centre d’études de la conscience de l’Université d’Arizona en 2017 « était un don anonyme unique », a déclaré Chris Sigurdson, vice-président de l’université pour les communications.

John Steele, l’éditeur de Nautilus Think, a déclaré au Daily Beast qu’il avait rencontré Epstein en 2017, mais qu’il ne pouvait pas se rappeler dans quelles circonstances. Steele a déclaré qu’Epstein, qui a soutenu de nombreuses causes scientifiques, a aimé son magazine.

« Il a fait un don unique et c’était l’étendue de la chose », a déclaré Steele.

Les mêmes acteurs

Gratitude America, Ltd. est dirigée par un trio d’agents d’Epstein qui étaient également impliqués dans ses précédentes organisations à but non lucratif. En effet, ils étaient les seuls dirigeants des groupes suivants, maintenant fermés : la Fondation C.O.U.Q., la Fondation J. Epstein Virgin Islands et Epstein Interests.

Darren K. Indyke, un avocat de longue date d’Epstein, est vice-président de Gratitude America, selon la déclaration d’impôts de 2017. Les années précédentes, il était trésorier.

Indyke était actif dans les trois anciennes fondations d’Epstein, en tant qu’administrateur d’Epstein Interests et vice-président de la C.O.U.Q. Foundation (également connue sous le nom de Florida Science Foundation) et de la J. Epstein Virgin Islands Foundation (qui s’appelait Enhanced Education).

C’est Indyke que les autorités new-yorkaises ont contacté en mars 2015 pour savoir pourquoi l’une des organisations caritatives d’Epstein, la Jeffrey Epstein VI Foundation, basée dans les îles Vierges, devait être exemptée de la loi de l’État, a rapporté Reuters. Quelques mois plus tard, Indyke était présent lors de la déposition de Dershowitz, et représente actuellement Lana Pozhidaeva, le mannequin dont Epstein a financé l’association à but non lucratif en 2017, dans une demande de marque pour sa société.

Erika Kellerhals, une avocate fiscaliste des îles Vierges, est la secrétaire et la trésorière de Gratitude America. Elle était également secrétaire, trésorière et administratrice de la J. Epstein Virgin Islands Foundation, selon une déclaration d’enregistrement de 2015 déposée auprès du bureau des organismes de bienfaisance du procureur général de l’État de New York.

Kellerhals a refusé de commenter lorsque The Daily Beast l’a contacté. Indyke et Kahn, joints par téléphone avant de raccrocher, n’ont pas retourné d’autres messages.

Epstein a été président de Gratitude America, Ltd de 2012 à 2015, lorsqu’un de ses associés, Richard D. Kahn, a assumé ce rôle. Cette année-là, Gratitude America, Ltd. a enregistré des revenus pour la première fois, avec un seul don de 10 millions de dollars provenant d’une mystérieuse société appelée BV70 LLC, selon un examen des déclarations fiscales.

Autrefois expert-comptable agréé et ancien trésorier de la Fondation C.O.U.Q., Kahn n’a pas été mentionné en tant que dirigeant de Gratitude America avant 2015. La déclaration d’enregistrement de 2015 de Gratitude America mentionne Richard Kahn comme président et Jeffrey Epstein comme directeur.

Dans ce document, le groupe a déclaré qu’il ne solliciterait pas de dons en Floride, à New York et dans les îles Vierges comme prévu initialement.

La C.O.U.Q Foundation a déposé des déclarations d’impôts à New York dès 1999 et s’est dissoute en 2012, selon les documents déposés auprès du Charities Bureau de l’État.

Epstein Interests a été actif de 1992 à 2012, selon les déclarations fiscales, tandis que la J. Epstein Virgin Islands Foundation semble avoir été largement inactive. Cette dernière a été constituée en 2000, mais le Daily Beast n’a pu trouver qu’une déclaration d’impôts pour 2002, bien que le groupe ait déposé une déclaration d’enregistrement à New York pour 2015.

Certains des groupes d’Epstein semblent se transférer de l’argent entre eux. En 2008, Epstein Interests a noté une subvention de 100.000 $ à la Fondation C.O.U.Q.. Au cours de l’année fiscale 2009, C.O.U.Q. a inscrit l’organisme de bienfaisance d’Epstein, « Enhanced Education », comme contributeur de 200 000 $.

En plus de participer aux organismes de bienfaisance d’Epstein, le trio d’agents à but non lucratif a également fait des dons à des candidats politiques soutenus par Epstein, selon un examen des dossiers électoraux étatiques et fédéraux.

Le 23 juillet 2018, Epstein, Indyke et Kahn ont chacun donné 2 700 $ – la limite fédérale pour les dons individuels – à la campagne primaire de la députée Stacey Plaskett des îles Vierges américaines. (Kellerhals et les partenaires de son cabinet d’avocats ont été des donateurs fréquents de Plaskett, selon les dossiers).

Dans un reçu détaillé d’un don, Kahn a indiqué que sa profession était « avocat » et que le nom de son employeur était « lui-même ». Mais selon l’Office of Court Administration de New York, Kahn, 46 ans, n’a jamais été enregistré comme avocat dans l’État.

Le trio Epstein, Indyke et Kahn a également fait un don à Plaskett le 4 août 2016, chacun pour un total de 5 400 $ pour ses campagnes générales et primaires. Le 25 juillet 2016, Kellerhals a envoyé à Plaskett 2 200 $ pour les primaires et 1 350 $ pour l’élection générale.

Le 3 juillet 2014, Kahn et Indyke ont tous deux donné 2 600 $ à la campagne primaire de Plaskett, tandis que Kellerhals a donné un total de 1 000 $ en juillet 2013 et en janvier 2014.

Pendant ce temps, Indyke, indiquant sa profession comme « avocat », a donné 5 200 $ à la campagne du candidat au poste de gouverneur du Nouveau-Mexique, Gary King, le 17 juin 2014. Six jours plus tard, l’entreprise de Kahn, HBRK Associates Inc. a donné 5 200 dollars à King.

Dans les semaines qui ont suivi, les entreprises liées à l’adresse d’Epstein à St. Thomas, dans les îles Vierges, ont donné plus de 35 000 dollars à la campagne de King.

JEGE, LLC, qui semble posséder le jet privé d’Epstein, a donné 5 200 dollars en septembre 2014, tandis que « JEGE, Inc » a donné 5 000 dollars en juillet 2014. Les sociétés appelées « FT RealEstate », « Laurel, Inc. » et « Nautilus, Inc. » ont chacune contribué à hauteur de 5 000 dollars, et « Maple, Inc. » et « Neptune LLC » ont donné 5 200 dollars chacune.

King a déclaré au Santa Fe New Mexican qu’il allait rendre l’argent, en disant : « Ma campagne a toujours eu pour règle de ne pas accepter de contributions directes de M. Epstein et, après un examen plus approfondi, nous avons appris qu’il avait un intérêt dans les sociétés en question ».

M. Epstein avait également fait un don à la campagne de 2006 de M. King pour le poste de procureur général. À l’époque, King avait déclaré qu’il rendrait un don de 15 000 dollars d’Epstein « pour éviter toute apparence d’irrégularité », selon le Santa Fe New Mexican.

« Je ne pense pas l’avoir jamais rencontré personnellement. Il connaît mieux d’autres membres de ma famille », a déclaré King, dont le père, l’ancien gouverneur Bruce King, a vendu à Epstein son ranch Zorro de 10 000 acres à Stanley, au Nouveau-Mexique.

Bruce King et l’ancien gouverneur Bill Richardson figuraient côte à côte dans le petit carnet noir d’Epstein, qui a été subtilisé par l’ancien directeur de maison d’Epstein, Alfredo Rodriguez, qui a travaillé pour le financier en 2004 et 2005.

Le carnet d’adresses, obtenu par Gawker en 2015, contenait les noms des victimes présumées d’Epstein, ainsi que des noms en gras, dont Courtney Love, David Blaine, Alec Baldwin et Donald, Ivana et Ivanka Trump.

Les archives montrent qu’en 2007, un an après que Richardson ait rendu l’argent d’Epstein pour sa course au poste de gouverneur, Kahn et sa femme ont chacun donné 2300 dollars à la campagne présidentielle de Richardson. Indyke et sa femme ont chacun fait un don de 2 300 $ quelques jours plus tard.

REVEALED: We Found Billionaire Pedophile Jeffrey Epstein’s Secret Charity
Through a shadowy private foundation, convicted pedophile Jeffrey Epstein has continued to shell out cash to celebrities, elite universities—and an all-girls school.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations