Obstruction à la justice à la Cour suprême

Article original datant du 08/05/22

Le régime Biden a fait savoir très clairement qu’il n’y aura pas de justice dans l’affaire des fuites.

Dans l’affaire Roe v. Wade (WIKI – Loi en faveur de l’avortement, NdT) de 1973, une majorité de la Cour suprême des États-Unis a découvert le droit des femmes à l’avortement caché dans les « pénombres » non écrites de la Constitution. Avant ce tour de magie judiciaire, l’avortement avait été soumis à des lois promulguées par les représentants élus du peuple. Au moment où la loi Roe a été décidé, trente États interdisaient carrément l’avortement, tandis qu’une minorité l’autorisait à des fins limitées. Mais Roe a effectivement invalidé toutes ces lois et, dans un exercice de ce que le juge dissident Byron White (WIKI) a appelé « le pouvoir judiciaire brut« , a retiré la question de l’avortement aux législatures des États.

Ayant passé de façon péremptoire outre la volonté du peuple telle qu’exprimée par les gouvernements élus des États, la loi Roe a déclenché un conflit national furieux qui, depuis, divise amèrement l’Amérique.

Le projet d’opinion majoritaire du juge Samuel Alito (WIKI) dans l’affaire Dobbs contre Jackson Women’s Health Organization présente une base érudite et convaincante pour abroger la loi Roe ainsi que l’affaire ultérieure de droit à l’avortement Casey v. Planned Parenthood (WIKI). La publication par Politico d’une copie volée du projet a déclenché une tempête de protestations de la part des défenseurs de l’avortement qui assimilent à tort et de manière hystérique l’annulation des lois Roe et Casey à l’interdiction de l’avortement. Au contraire, voici ce que dit réellement le projet d’Alito dans sa partie pertinente :

La loi Roe était manifestement erronée dès le départ. Son raisonnement était exceptionnellement faible, et la décision a eu des conséquences dommageables. Et loin d’apporter un règlement national de la question de l’avortement, les lois Roe et Casey ont enflammé le débat et approfondi la division.

Il est temps de tenir compte de la Constitution et de renvoyer la question de l’avortement aux représentants élus du peuple. « La licéité de l’avortement, et les limites qui lui sont imposées, doivent être résolues comme la plupart des questions importantes de notre démocratie : par des citoyens qui essaient de se persuader les uns les autres, puis qui votent. » [Citation omise] C’est ce que la Constitution et la règle de droit exigent. »

Imaginez cela. Le projet d’avis demande de permettre aux Américains de décider de cette question vitale et source de division par le biais du processus législatif. Quel concept nouveau et radical.

Néanmoins, l’industrie de l’avortement et ses adeptes sont passés en mode d’effondrement total. Quelques heures après la publication par Politico du projet d’avis, des manifestants agités se sont rassemblés devant le bâtiment de la Cour suprême. Cela a nécessité la mise en place de clôtures de protection autour du palais de justice.

Puis les adresses personnelles des juges Barrett (WIKI), Alito (WIKI), Kavanaugh (WIKI), Thomas (WIKI), Gorsuch (WIKI) et du juge en chef Roberts (WIKI) ont été rendues publiques. Ce doxing (WIKI) a été rapidement suivi par des manifestants pro-choix en colère et criant devant les résidences du juge Kavanaugh et du juge en chef Roberts.

Une manifestante de 39 ans, aurait déclaré : « Le temps de la civilité est terminé, mec. Être poli ne te mène nulle part ». D’autres ont scandé « Le monde entier nous regarde !« ; « Nous ne reviendrons pas en arrière » et « Mon corps, mon choix« .

Le but évident de ces protestations dans le bâtiment de la Cour suprême et au domicile des juges était d’influencer, d’intimider et de décourager la Cour d’abroger la loi Roe.

Et c’est là que les choses deviennent intéressantes.

L’article 1507 du 18 U.S.C. (Code des Etats-Unis) stipule, dans sa partie pertinente, ce qui suit :

« Quiconque … dans l’intention d’influencer un juge … dans l’exercice de ses fonctions, organise des piquets ou des défilés dans ou près d’un bâtiment abritant un tribunal des États-Unis, ou dans ou près d’un bâtiment ou d’une résidence occupée ou utilisée par un tel juge … ou recourt à toute autre manifestation dans ou près d’un tel bâtiment ou d’une telle résidence, sera condamné à une amende en vertu de ce titre ou à une peine d’emprisonnement d’un an maximum, ou les deux. »

De même, 18 U.S.C. § 1503 prévoit, dans sa partie pertinente, ce qui suit :

« Quiconque … par une communication … menaçante, s’efforce d’influencer, d’intimider ou d’entraver tout … officier d’un tribunal des États-Unis … dans l’exercice de ses fonctions … ou par une communication … menaçante … s’efforce d’influencer, d’entraver ou d’empêcher la bonne administration de la justice » est passible d’une amende ou d’une « peine d’emprisonnement de 10 ans maximum » ou des deux.

Et puis, il y a le 18 U.S.C. § 371 qui désigne comme crime l’action de deux ou plusieurs personnes de conspirer pour commettre toute infraction contre les États-Unis. Si ces personnes conspirent pour violer le § 1503, elles risquent une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à 5 ans. Pour une conspiration visant à violer le § 1507, elles risquent une peine d’emprisonnement allant jusqu’à 1 an.

Sur la base de ce que nous savons jusqu’à présent, il semble que les manifestants, ceux qui ont organisé les manifestations, la ou les personnes qui ont doxé les juges, la ou les personnes qui ont fourni le projet d’opinion d’Alito à Politico, et la ou les personnes de Politico qui ont publié l’opinion risquent d’être arrêtées et poursuivies en vertu des lois susmentionnées. Tous semblent avoir agi et conspiré dans le but d’influencer, d’intimider et d’empêcher les juges de la Cour suprême de statuer sur une affaire en instance devant eux.

En bref, ces conspirateurs semblent être entrés dans l’histoire en s’efforçant d’entraver la justice au plus haut niveau possible de l’appareil judiciaire.

Ces événements historiques inciteront-ils le régime Biden à charger les guerriers du FBI de faire toute la lumière sur cette conspiration d’obstruction à la justice à la Cour suprême ? Et, si cette tâche lui est confiée, le FBI agira-t-il à la manière de ses chasses à l’homme du 6 janvier au Capitole en organisant une rafle agressive et minutieuse de ces mécréants ?

Tout aussi important, le FBI utilisera-t-il la même technique d’enquête agressive qu’il a utilisée contre Project Veritas en faisant une descente dans les bureaux de Politico pour apprendre qui a divulgué le projet d’avis ?

Et, si des arrestations sont effectuées, le ministère de la Justice exigera-t-il que les accusés de cette attaque sans précédent et profondément délétère contre la plus haute cour de la nation soient détenus sans caution ? Comme ceux des accusés du Capitole du 6 janvier, leurs procès seront-ils retardés de plusieurs mois, voire de plusieurs années ?

Jeudi de la semaine dernière, la porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki (WIKI) , a été interrogé sur la publication de l’adresse personnelle des juges. Elle a répondu : « Ecoutez, je pense que l’opinion du président est qu’il y a beaucoup de passion, beaucoup de peur, beaucoup de tristesse de la part de beaucoup, beaucoup de gens à travers ce pays à propos de ce qu’ils ont vu dans ce document qui a fuité. »

Elle a ensuite ajouté : « Nous voulons que les gens protestent pacifiquement s’ils le souhaitent. C’est certainement le point de vue du président. » (C’est nous qui soulignons)

Le lendemain, un journaliste a demandé à Mme Psaki : « Le président veut-il que les manifestants influencent les juges de la Cour suprême pour qu’ils maintiennent la loi Roe ? » Elle a répondu : « Je ne dirais pas qu’il a une opinion à ce sujet« , puis a ajouté que le président « croit aux protestations pacifiques, mais ils [la Cour] vont prendre les décisions qu’ils prennent, et nous n’allons pas préjuger d’une décision finale. »

Psaki parlait-elle en fait pour Biden, qui souffre de troubles mentaux, ou pour les personnes qui tirent ses ficelles ? Quoi qu’il en soit, il semblerait que les conspirateurs n’aient rien à craindre du régime Biden ou de son FBI et de son département de la justice.

Après tout, par l’intermédiaire de Psaki, la Maison Blanche a explicitement approuvé les « manifestations pacifiques » devant la Cour suprême et au domicile des juges, malgré le fait que ces manifestations sont illégales puisqu’elles ont été clairement et sans équivoque entreprises pour influencer et intimider la Cour dans le jugement d’une affaire en cours devant elle.

Bien entendu, cette approbation ne devrait pas surprendre puisque le régime Biden sert à promouvoir les intérêts de l’industrie de l’avortement et de ses défenseurs qui constituent un électorat privilégié du Parti démocrate.

C’est ainsi que, par simple calcul politique, malgré la nature historique et scandaleuse de l’obstruction à la justice en cause, il reste à voir si le régime Biden et son appareil répressif traduiront ou non les conspirateurs en justice.

Obstruction of Justice at the Supreme Court - The American Spectator | USA News and PoliticsThe ...
In the 1973 case of Roe v. Wade, a majority of the U.S. Supreme Court discovered a woman’s right to...

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations