Moins de deux semaines après l’investiture de Biden, on recommence à entendre les tambours de guerre…

Un porte-parole du Pentagone a déclaré jeudi que les talibans mettaient en péril le processus de paix avec les États-Unis en ne respectant pas leur promesse de couper les liens avec les groupes terroristes comme Al-Qaïda et de cesser leurs attaques contre les forces afghanes.

Les responsables américains ont entamé un nouveau cycle de négociations avec les talibans à Doha, au Qatar, en septembre, qui a abouti à un accord que les responsables de l’administration Trump espéraient voir aboutir à un retrait définitif des troupes américaines d’Afghanistan. Les principales préoccupations des négociateurs américains étaient de convaincre les talibans de cesser de coopérer avec les groupes terroristes qui cherchent à tuer des Américains, comme Al-Qaïda, et d’encourager les responsables talibans à utiliser des moyens politiques, et non à attaquer les troupes américaines, pour s’emparer du pouvoir politique.

Les Talibans ont exigé la fin du gouvernement afghan – les Talibans se considèrent comme le seul gouvernement légitime de l’Afghanistan – et l’imposition d’un califat djihadiste sunnite en Afghanistan. L’Afghanistan est déjà une république islamique, régie en partie par la charia, ou loi islamique.

Si les responsables américains n’ont pas accédé à cette demande, les talibans ont réussi à obtenir du gouvernement afghan qu’il accepte de libérer des centaines de jihadistes talibans de prison, faisant ainsi avancer les négociations. Selon les Nations Unies, l’Afghanistan a enregistré une baisse spectaculaire du nombre de victimes civiles en 2020, en partie grâce à la diminution des attaques des talibans contre les Américains et les civils, et à l’augmentation des attaques contre les forces de sécurité afghanes.

Les forces américaines devaient quitter complètement l’Afghanistan d’ici mai 2021 si les talibans tenaient leurs promesses.

L’avertissement du Pentagone selon lequel les talibans, en plus de continuer à attaquer les forces afghanes, ont également maintenu des liens avec des groupes terroristes comme Al-Qaïda pourrait mettre à mal la situation diplomatique déjà délicate.

« Nous sommes toujours en train d’essayer d’obtenir un règlement négocié. Les talibans n’ont pas respecté leurs engagements », a déclaré jeudi John Kirby, porte-parole du Pentagone, selon le Khaama News d’Afghanistan. « Sans qu’ils ne respectent leurs engagements de renoncer au terrorisme et de mettre fin aux attaques violentes contre les forces de sécurité nationales afghanes, et à travers cela le peuple afghan, il est très difficile de voir une voie spécifique pour le règlement négocié. ”

Kirby a ajouté que, sans une indication claire que les talibans mettaient en œuvre de bonne foi leurs engagements dans le cadre de l’accord, le Pentagone ne pouvait pas garantir un retrait complet des troupes américaines d’ici Mai.

« Ce que je veux dire, c’est que toute décision concernant les niveaux de forces en Afghanistan sera dictée par nos exigences en matière de sécurité, par les engagements pris dans ce pays en matière de sécurité et par les conditions qui y règnent », a-t-il souligné. « Aucune décision n’a été prise sur le futur dispositif de forces. ”

Le département du Trésor américain, qui mène des activités visant à limiter le financement du terrorisme, a également averti dans son rapport de janvier qu’il disposait de preuves indiquant qu’Al-Qaïda renforçait son emprise financière en Afghanistan, en partie grâce à l’aide des talibans.

Al-Qaida, selon le rapport du Trésor, s’enrichit dans le pays « grâce à son réseau de mentors et de conseillers qui sont intégrés aux talibans, fournissant des conseils, des orientations et un soutien financier. « Le rapport a explicitement accusé les talibans d’offrir une « protection » à Al-Qaida, en contradiction directe avec les engagements pris dans le cadre des accords de paix.

« En mai 2020, les talibans et Al-Qaïda entretenaient une relation solide et continuaient à se rencontrer régulièrement », selon le rapport.

Les porte-parole des talibans se plaignent depuis au moins octobre que le gouvernement américain ne respecterait (prétendument) pas sa part de l’accord en raison de la poursuite des frappes aériennes sur des cibles terroristes.

« Ces derniers jours, les forces américaines ont mené des frappes aériennes de jour et de nuit à Nahri Saraj, Khoshkawa, Babaji de la province de Helmand, y compris dans les districts de Gereshk, Sangin, Nawa et Nad Ali », a déclaré à l’époque le porte-parole des talibans, Muhammad Yousuf Ahmadi. « Il y a également des frappes aériennes à Farah et dans d’autres provinces, ce qui constitue une violation évidente de l’accord de Doha. ”

De même, les représentants des talibans ont protesté vendredi qu’ils avaient rempli leur part du contrat mais qu’en permettant au gouvernement légitime de l’Afghanistan de continuer à exister, Washington nuisait à ses relations avec l’organisation djihadiste.

« L’administration d’Ashraf Ghani est le seul obstacle à la paix », a déclaré vendredi le négociateur taliban Sher Mohammad Abbas Stanekzai depuis Moscou, en référence au président de l’Afghanistan. « Une de leurs insincérités est que leur équipe (de négociation de la République afghane) n’a pas reçu la pleine autorité pour les négociations. ”

Stanekzai était à Moscou, a-t-il dit, pour faire pression sur la Russie et d’autres pays voisins afin d’aider à convaincre l’administration du président Joe Biden de se retirer d’Afghanistan.

« Ces pays sont très proches de nous, ce sont nos voisins, ils sont impliqués dans les affaires afghanes. C’est pourquoi nous leur parlons, nous partageons leurs préoccupations et nous recherchons leur soutien pour le processus de paix en Afghanistan », a répondu M. Stanekzai lorsqu’on l’a interrogé sur sa tournée.

« Nous espérons que les Américains se conformeront à ce traité de paix qui a été signé à Doha. C’est une bonne occasion pour les Américains… c’est en leur faveur », a-t-il déclaré.

Voice of America a cité Stanekzai qui a noté que les talibans donnaient aux troupes américaines une chance sans précédent dans l’histoire de l’ancien pays et a nié avec véhémence les rapports alléguant que le gouvernement russe avait offert des primes aux talibans pour le meurtre d’Américains.

« Nous n’avons besoin de personne pour nous récompenser du meurtre d’Américains. Les Américains sont les envahisseurs et nous [les] tuons depuis 2001 », a-t-il affirmé. « S’ils restent en Afghanistan après cette date [le délai convenu], nous les tuerons également même si quelqu’un nous récompense ou ne nous récompense pas. Nous prenons notre récompense de Dieu. Nous combattons les envahisseurs sans récompense, sans aucune prime. ”

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations