Peter Daszak travaillait-il pour la CIA ?

Article original datant du 19/01/22

Un lanceur d’alerte d’EcoHealth Alliance se manifeste

« Nous avons trouvé d’autres coronavirus chez les chauves-souris, toute une série, dont certains ressemblaient beaucoup au SRAS. Nous avons donc séquencé la protéine spike : la protéine qui s’attache aux cellules. Puis nous… Ce n’est pas moi qui ai fait ce travail, mais mes collègues en Chine. Vous créez des pseudo particules, vous insérez les protéines spike de ces virus, vous voyez si elles se fixent aux cellules humaines. À chaque étape, on se rapproche de plus en plus de ce virus qui pourrait vraiment devenir pathogène pour l’homme. On se retrouve avec un petit nombre de virus qui ressemblent vraiment à des tueurs. »

Cette déclaration a été faite par le président d’EcoHealth Alliance, Peter Daszak, lors d’un forum de 2016 consacré aux « maladies infectieuses émergentes et à la prochaine pandémie ». Daszak, qui a reçu plus de 118 millions de dollars en subventions et contrats de la part d’agences fédérales, dont 53 millions de dollars de l’USAID, 42 millions de dollars du DOD (Département de la Défense) et 15 millions de dollars du HHS (Equivalent américain du ministère de la santé, NdT), a semblé se vanter de la manipulation de coronavirus « tueurs » de type SRAS effectuée par ses « collègues en Chine » au désormais tristement célèbre Institut de Virologie de Wuhan.

Selon les recherches d’investigation menées par le journaliste indépendant Sam Husseini et The Intercept, une grande partie de l’argent accordé à EcoHealth Alliance ne portait pas sur la santé ou l’écologie, mais plutôt sur la guerre biologique, le bioterrorisme et d’autres utilisations dangereuses d’agents pathogènes mortels.

EcoHealth Alliance a reçu la majorité de ses fonds de l’Agence Américaine pour le Développement International (USAID), une filiale du département d’État qui sert souvent de couverture à la Central Intelligence Agency (CIA – WIKI). La deuxième source de financement la plus importante provient de la Defense Threat Reduction Agency (DTRA – WIKI), une branche du Département de la Défense (DOD – WIKI) qui déclare avoir pour mission de « contrer et dissuader les armes de destruction massive et les réseaux de menaces improvisées. »

L’Agence américaine pour le développement international (USAID – WIKI) sert depuis longtemps de véhicule contractuel pour diverses activités secrètes de la CIA. Avec un budget annuel de plus de 27 milliards de dollars et des opérations dans plus de 100 pays, un ancien directeur de l’USAID, John Gilligan, a admis un jour qu’elle était « infiltrée de haut en bas par des gens de la CIA ». Gilligan a expliqué que « l’idée était de planter des agents dans chaque type d’activité que nous avions à l’étranger ; gouvernementale, bénévole, religieuse, toutes sortes. »

En 2013, un câble américain publié par WikiLeaks a décrit la stratégie américaine visant à saper le gouvernement du Venezuela par le biais de l’USAID en « pénétrant la base politique de Chavez », en « divisant le Chavismo » et en « isolant Chavez au niveau international. » En 2014, l’Associated Press a révélé que l’USAID a sous-traité un projet visant à développer un rival de Twitter afin de fomenter une rébellion à Cuba.

De 2009 à 2019, l’USAID s’est associée à EcoHealth Alliance dans le cadre de son programme PREDICT, qui a permis d’identifier plus de 1 200 nouveaux virus, dont plus de 160 souches de coronavirus, de former environ 5 000 personnes dans le monde à l’identification de nouvelles maladies et d’améliorer ou de développer 60 laboratoires de recherche.

Quel meilleur moyen pour la CIA de recueillir des renseignements sur les capacités de guerre biologique dans le monde ?

Financement fédéral d’EcoHealth Alliance 2004 – 2022
Financement total reçu par EcoHealth Alliance par le biais de subventions et de contrats des agences fédérales américaines depuis 2002. Le National Institute of Allergy and Infectious Diseases est une division du
Department of Health and Human Services et ses subventions sont représentées sous HHS.

Le Dr Andrew Huff a obtenu un doctorat en santé environnementale, spécialisé dans les maladies émergentes, avant de devenir vice-président associé d’EcoHealth Alliance, où il a développé de nouvelles méthodes de bio-surveillance, d’analyse de données et de visualisation pour la détection des maladies.

Le 12 janvier 2022, le Dr Andrew Huff a publié une déclaration publique (sur Twitter) dans laquelle il affirme que Peter Daszak, le président d’EcoHealth Alliance, lui a dit qu’il travaillait pour la CIA.

La déclaration complète du Dr Andrew Huff se trouve ci-dessous :

Anetrew Hutt, PhO, MS.

Pour mémoire : En 2015, le Dr. Peter Daszak m’a arrêté alors que nous quittions le travail tard dans la nuit, et m’a demandé si il devrait travailler avec la CIA. J’étais choqué étant donné mon expérience dans le domaine de la sécurité. Au cours des 2 mois suivants, il m’a donné des mises à jour à 3 occasions différentes sur son travail avec la CIA.

Quand il m’a posé la question, j’ai dit : « Peter, ça ne fait jamais de mal de leur parler et il pourrait potentiellement y avoir de l’argent à se faire là-dedans. » Pendant ce temps, j’étais gêné qu’il m’ait dit cela, dans un cadre non classifié (un SCIF), à une personne qui n’était pas « lue », et à une personne non habilitée (moi).

Puis, au cours des deux mois suivants, dans la zone de pause, en prenant un café ou entre les réunions, il a déclaré qu’ils étaient intéressés par les endroits où nous travaillons, les personnes impliquées, les données que nous recueillions, et que le travail avec eux était en cours.

Avec le recul, je crois maintenant qu’EcoHealth Alliance était une organisation de façade de la CIA pour collecter des échantillons viraux et pour collecter des informations sur les laboratoires étrangers. Il n’y avait aucun moyen que les données collectées ou ou les modèles développés, pouvaient prédire la transmission ou les pandémies.

Dans ce contexte, EcoHealth était à peine solvable et il était « courant de licencier des employés avec des salaires élevés » et il était courant de licencier des employés avec le flux et le reflux des fonds fédéraux et privés. Peter était prêt à faire ou à dire n’importe quoi pour obtenir des fonds. Les organisations de renseignement ciblent souvent les personnes en détresse financière.

Du point de vue de la CIA, c’était un plan génial à mon avis, si ce que le Dr Peter Daszak a dit était vrai. Comme
Peter avait l’habitude de mentir, je ne l’ai pas nécessairement cru quand il me l’a dit. Cependant…

En se basant sur les deux derniers mois où le gouvernement américain a dépensé des millions de dollars pour me surveiller, moi et les employés de MTRX INC, y compris les avions militaires, en tentant de détruire ma maison, de mettre sur écoute tout ce qui s’y trouve, de voler mes biens, et pirater tous mes appareils, je crois que le…

…le pire est probablement vrai. EcoHealth Alliance est probablement une organisation de façade de la CIA. Le COVID-19 est le plus grand échec du renseignement depuis le 11 septembre. Cette dissimulation est la plus grande de l’histoire des Etats-Unis, bien pire que le scandale Iran-Contra. La vérité est en train de sortir et je vais en témoigner sous serment.

Le Dr Huff poursuit : « … Je ne serais pas surpris que la communauté CIA / IC ait orchestré la dissimulation du COVID en agissant comme intermédiaire entre Fauci, Collins, Daszak, Baric, et bien d’autres. Au mieux, il s’agit de la plus grande conspiration criminelle de l’histoire des États-Unis par des bureaucrates ou des personnes nommées à des postes politiques. »

Qu’ont-ils dissimulé exactement ?

L’EcoHealth Alliance de Peter Daszak, financée par USAID, le ministère de la Défense et d’autres agences gouvernementales américaines, s’est associée au Dr Ralph Baric de l’Université de Caroline du Nord et au Dr Shi Zhengli de l’Institut de Virologie de Wuhan pour mener des recherches sur les coronavirus transmis par les chauves-souris.

Baric a réussi à créer un coronavirus « chimérique » en 2015. Il existe une trace écrite scientifique bien documentée qui détaille la façon dont le Dr Baric et le Dr Zhengli ont continué à collaborer sur la recherche de gain de fonction ensemble pour créer ce qui est devenu un précurseur potentiel du virus SRAS-CoV-2.

Les docteurs Anthony Fauci, Francis Collins et Peter Daszak, qui étaient les promoteurs de ce type de collaboration internationale sur la recherche de gain de fonction, ont été fortement incités à dissimuler la possibilité d’une origine de laboratoire parce qu’ils avaient auparavant acheminé l’argent des contribuables américains vers le laboratoire chinois.

Au début de l’année 2020, la question de l’origine du virus SRAS-CoV-2 a fait couler beaucoup d’encre. Deux articles publiés en mars 2020 – l’un dans Nature Medicine et l’autre dans The Lancet – ont orienté le dialogue sur l’origine du virus.

Ces deux articles ont été cités à maintes reprises par Fauci, Collins, Daszak, les médias d’entreprise et les grandes entreprises technologiques comme preuves pour fermer et même censurer toute discussion sur la possibilité que le virus provienne de l’Institut de Virologie de Wuhan.

Ce n’est que plus tard, grâce à des courriels caviardés publiés par la FOIA, que nous avons appris que Fauci, Collins et Daszak étaient intimement impliqués dans la rédaction des deux articles qui rejetaient les hypothèses d’origine du laboratoire comme « théorie de la conspiration ».

En février 2020, Daszak a dit au Dr Ralph Baric, chercheur sur le coronavirus à l’Université de Caroline du Nord, qu’ils ne devraient pas signer la déclaration condamnant la théorie de la fuite de laboratoire afin qu’elle semble plus indépendante et crédible. « Vous, moi et lui ne devrions pas signer cette déclaration, afin qu’elle ait une certaine distance par rapport à nous et ne fonctionne donc pas de manière contre-productive », a écrit Daszak.

D’autres courriels non censurés ont révélé que, même si ces scientifiques pensaient que le rejet par le laboratoire était le scénario le plus probable, ils ont tout de même travaillé à faire connaître au public le récit de l’origine naturelle dans les articles publiés dans Nature Medicine et The Lancet.

En avril 2020, M. Daszak s’est opposé à la publication des données sur les séquences du virus Covid-19 recueillies en Chine dans le cadre du programme PREDICT de l’Agence américaine pour le développement international (USAID), car il a déclaré que cela attirerait « une attention très malvenue » sur les programmes « PREDICT et USAID » susmentionnés.

De : Peter Daszak
Il est extrêmement important que nous n’ayons pas ces séquences dans le cadre de la diffusion de PREDICT à Genbank à ce stade.

Comme vous l’avez peut-être entendu, elles faisaient partie d’une subvention qui vient d’être annulée par les NIH.
https://www. politico.com/news/2020/04/27/trump-cuts-research-bat-human-virus-china-213076

Le fait qu’ils fassent partie de PREDICT attirera une attention très malvenue sur UC Davis, PREDICT et USAID.

A la vôtre,

Peter

En septembre 2020, les scientifiques ont été scandalisés lorsque M. Daszak a été choisi pour diriger le groupe de travail de l’Organisation Mondiale de la Santé chargé d’examiner la possibilité que le Covid-19 ait fuité de l’Institut de Virologie de Wuhan.

Malgré de nombreuses tentatives évidentes de couper court à une enquête scientifique légitime sur l’hypothèse de l’origine du laboratoire de Wuhan, la théorie a continué à persister, principalement parce que le gouvernement chinois n’a pas été en mesure de fournir la moindre preuve à l’appui de la théorie de l’origine naturelle.

En mai 2021, la donne a changé lorsque Nicholas Wade, ancien journaliste scientifique du New York Times, a publié un article fondamental dans lequel il défendait la théorie de la fuite de laboratoire comme origine du Covid.

Pour le SRAS1, une espèce hôte intermédiaire a été identifiée dans les quatre mois suivant l’apparition de l’épidémie et l’hôte du MERS a été identifié dans les neuf mois. Pourtant, quelque 15 mois après le début de l’épidémie de SRAS2, et après des recherches vraisemblablement intensives, les chercheurs chinois n’avaient pas réussi à trouver la population de chauves-souris d’origine, ni l’espèce intermédiaire à laquelle le SRAS2 aurait pu être transféré, ni aucune preuve sérologique d’une origine naturelle.

À chaque étape, Fauci, Collins et Daszak ont fait tout ce qui était en leur pouvoir pour obscurcir, tromper et désinformer le monde sur la possibilité que le SRAS-CoV-2 provienne de l’Institut de Virologie de Wuhan.

Si le Dr Andrew Huff dit la vérité, Fauci, Collins et Daszak pourraient dissimuler l’origine de laboratoire non seulement pour eux-mêmes, mais aussi pour la Central Intelligence Agency, le ministère de la Défense et le gouvernement américain.

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations