Pilule Rouge – Fact checking : Et si on arrêtait un peu les bêtises ?

Petit amuse-bouche pour démarrer

Ainsi, selon le graphique que nous reproduisons ci-dessus, le nombre de morts officiels cumulés depuis 2019 est de “seulement”, tous âges confondus, de 54.813. Soit deux fois moins que le gouvernement ne l’annonce. 

À notre humble avis… c’est peut-être encore beaucoup trop

Au Québec

Parmi les cas décédés, il y avait une condition médicale préexistante dans 97% des cas. Parmi ceux qui ont été hospitalisés, 87 % présentaient une condition médicale préexistante.

En Italie

Selon le nouveau rapport (qui n’a pas été mis à jour depuis juillet) de l’Istituto Superiore di Sanità sur la mortalité due au Covid, le virus qui a mis le monde à genoux a tué beaucoup moins de personnes qu’une grippe ordinaire. […] selon l’échantillon statistique de dossiers médicaux collectés par l’institut, seuls 2,9 % des décès enregistrés depuis fin février 2020 étaient dus au Covid 19. Ainsi, sur les 130 468 décès enregistrés par les statistiques officielles au moment de la préparation du nouveau rapport, seuls 3 783 étaient dus à la puissance du virus lui-même.

Aux États-Unis

Un nouveau rapport des Centres fédéraux de contrôle et de prévention des maladies montre que dans 94 % des cas de personnes décédées du COVID-19, une autre pathologie – dans la plupart des cas probablement provoquée ou exacerbée par la présence du virus COVID – était également à l’œuvre chez la victime.

Le cas Mendès

Dans notre live du 3 décembre 2021, nous dénoncions, une fois encore les fact-checkers et autres censeurs de la pensée.

On n’était pas les premiers…

En plus de 24 minutes d’émission, le trio de « Complorama » [Marina Cabiten, Rudy Reichstadt et Tristan Mendès France] n’a pas trouvé le temps de dire le moindre mot de ce qui fut pourtant,[…]« le grand feuilleton médiatique des années Trump, le thème dominant des titres de “une”, et toujours traité à sens unique, avec des révélations accablantes à la pelle. »

La réaction ne s’est pas faite attendre

(source)

On salue donc la réaction du principal concerné mais on va pas se mentir:

C’EST LOIN D’ÊTRE SUFFISANT!!!

Et pour cause:

Ce monsieur, ainsi que toute la clique des fact checkers et autres censeurs de la pensée ne peuvent pas se contenter d’un petit correctif noyé dans un long fil de message. Venant de la part de “spécialistes du complot” comme les personnes à qui nous avons à faire, on se serait attendu:

– A une explication dans une de vos tribunes (financées par le contribuable) de ce qu’est le RussiaGate et de pourquoi c’est important.

– Une explication de votre retrait, et de sa justification par cet article:

En effet, cet article fait clairement référence à John Durham qui est un élément central des messages de Q comme on peut le constater ici.

Du coup je suis perdu….

1. Notre ami Tristan a fait son tweet initial sur la base des informations contenues dans le dossier Steele

2. Q, que notre cher Tristan appelle à tort Qanon, nous a prévenu dès 2017-2018 que quelque chose ne tournait pas rond avec certains mandats FISA délivrés par la justice américaine et avec le dossier Steele. Ce scandale sera connu plus tard sous les noms de FISAGate, Spygate, Obamagate, notamment via les drops de Q.

3. Quatre ans plus tard, les informations fournies par Q sont confirmées lorsque John Durham inculpe Igor Dachenko

4. Notre camarade Tristan se rétracte sur la base de l’inculpation de Danchenko par Durham

Du coup, est ce que dans ce message discret Tristan Mendès France valide (une partie au moins) des informations données par Q dans ses messages?

Sauf erreur de notre part, personne, à part Q, n’avait fait ce genre de prédiction, du coup, je m’adresse à Monsieur Mendès, qui, très manifestement s’intéresse à nos émissions et je lui pose ces questions:

– Si Q est une théorie délirante de conspirationnistes malades, comment expliquez-vous ces prédictions si précises qui, lorsque confirmées par les médias traditionnels des années plus tard, vous obligent à vous rétracter?

– L’ensemble de la presse française a contribué à propager ce faux narratif que vous dénoncez dans vos propos. Le public français s’attend a voir les experts de la lutte contre les fausses informations que vous êtes vous positionner sur ces sujets et exiger de la part de la Presse de référence française d’apporter un démenti catégorique à toutes ces informations. Allez-vous le faire ?

Le sujet est compliqué, nous le reconnaissons. Si vous avez besoin d’information sur la question, nous vous invitons à consulter notre série d’article intitulée Dévolution, qui cherche à rendre cette information accessible au plus grand nombre.

Le fact-checkisme en question…

Depuis quelques une nouvelle “forme d’expression” journalistique est née : le fact-checkisme. Nous dénonçons vivement, chez les DéQodeurs, cette nouvelle forme de censure qui est fondamentalement viciée comme nous avons déjà eu l’occasion de nous en rendre compte à maintes reprises.

En effet, si le débat contradictoire est salutaire pour une société fonctionnelle, le fact checking est purement et simplement un argument d’autorité qui part du postulat suivant: “les fact-checkers ont raison”.

En effet, on a vu des experts dans leurs domaines professionnels se faire fact-check sur les réseaux sociaux. On pense notamment à des noms comme Perrone, Henrion-Caude, Raoult, Toubiana, Montagnier, Malone, Yeadon, Zelenko…

Comprenons-nous bien: Nous sommes opposés, dans tous les cas, aux arguments d’autorité et ce n’est pas la stature de ces personnalités dans leur discipline qui leur donne automatiquement raison. Néanmoins, cette stature est justement ce qui donne à ces gens là une crédibilité pour s’exprimer en dehors des sentiers battus. Crédibilité qui a systématiquement été dévoyée et ignorée par les fact-checkers.

Qui sont les fact-checkers?

Conflits d’intérêt

Il s’est avéré que les vérificateurs de faits de Facebook sur les vaccins COVID-19 étaient parrainés par des actionnaires derrière les grandes sociétés pharmaceutiques qui fabriquent les vaccins.

Compétence, éthique et probité – le cas de Snopes.com

Snopes.com est le site Web par excellence pour démystifier les rumeurs, canulars et légendes urbaines les plus récents. Il attire environ 5 millions de visiteurs par mois.

Snopes retire 60 articles plagiés par son cofondateur : « Notre personnel est dévasté ».
Le site de vérification des faits a interdit à David Mikkelson, qui possède la moitié de la société, d’écrire des articles après qu’une enquête de BuzzFeed News a déclenché une révision interne.

Lors du divorce, Barabra Mikkelson a allégué que son ancien mari et fondateur de Snopes avait détourné 98 000 dollars de la société et les avait dépensés pour lui-même et pour les services de prostituées.

Humour ou mauvaise foi? Un exemple parmi des milliers d’autres

Le titre de l’article

Vérification des faits : Robert Byrd, dont l’éloge funèbre a été prononcé par Joe Biden, n’était pas le grand sorcier du KKK.

(source)

La conclusion de l’article

VERDICT:
En partie faux. Joe Biden a prononcé un éloge funèbre pour Robert Byrd. Byrd n’a jamais été le grand sorcier du Ku Klux Klan.

Mais si on lit l’article en entier, on découvre, au milieu du DOUZIÈME paragraphe:

Byrd est nommé à l’unanimité « cyclope exalté », ce qui signifie que Byrd est l’officier supérieur du klan local. Les responsabilités de ce rôle comprenaient la direction des réunions et l’initiation des nouveaux membres.

Ça se passe de commentaires…

De la validité même d’une telle démarche…

Le principe

Le principe du fact-checking est le suivant:

1. Un individu exprime une idée/information/opinion sur un réseau social

2. Un groupe de fact-checkers affirme que cette idée/information/opinion est fausse

3. L’individu est censuré sur les réseaux sociaux de même que l’idée/information/opinion. Des efforts technologiques très importants vont être déployés pour que cette idée/information/opinion ne se propage pas, moyennant des sanctions parfois très importantes (suppression de compte/chaîne/etc)

A noter qu’aux Etats Unis, les plateformes de réseaux sociaux sont protégés par la tristement célèbre section 230 qui rend très difficile d’attaquer ces plateformes devant la justice.

Le problème

Et si l’idée/information/opinion était vraie? Voici plusieurs informations qui ont été censurées pour cause de fact checking et qui se sont avérées plus tard être vraies (ou pour le moins très plausibles):

– Le SARS-COV-2 est issu du laboratoire P4 de Wuhan

Et puis on a appris un certain nombre d’informations sur cette théorie.

– Kyle Rittenhouse a agi en légitime défense

  • En août 2020, Facebook, devenu Meta, a empêché les utilisateurs de rechercher Kyle Rittenhouse ou de faire son éloge.
  • La société a confirmé à la BBC qu’elle était revenue sur sa politique concernant la recherche de Rittenhouse.
  • Rittenhouse a abattu deux hommes et en a blessé un troisième en août 2020. Un jury l’a acquitté le mois dernier.

Cas d’étude: Les Vaxxins expérimentaux ne modifient pas l’ADN humain

Mark Lynas, chercheur invité du groupe Alliance for Science de l’université Cornell, a démenti l’idée qu’un vaccin à ADN puisse modifier génétiquement un organisme. Lynas a déclaré à Reuters qu’aucun vaccin ne peut modifier génétiquement l’ADN humain.
« Ce n’est qu’un mythe, souvent diffusé intentionnellement par les militants anti-vaccination pour générer délibérément la confusion et la méfiance », a-t-il déclaré. « La modification génétique impliquerait l’insertion délibérée d’un ADN étranger dans le noyau d’une cellule humaine, ce que les vaccins ne font tout simplement pas. Les vaccins fonctionnent en entraînant le système immunitaire à reconnaître un agent pathogène lorsqu’il tente d’infecter le corps – cela se fait principalement par l’injection d’antigènes viraux ou de virus vivants affaiblis qui stimulent une réponse immunitaire par la production d’anticorps. »

C’est qui Mark Lynas au juste?

Mark Lynas est un ancien journaliste devenu un défenseur promotionnel des aliments génétiquement modifiés et des pesticides qui fait des affirmations inexactes sur ces produits depuis son perchoir de la Cornell Alliance for Science, financée par la Fondation Gates. Hébergée à l’Université Cornell depuis 2014, la Cornell Alliance for Science est une campagne de relations publiques qui forme des porte-parole et crée des réseaux d’influence, notamment dans les pays africains, pour promouvoir l’acceptation des OGM et des produits agrochimiques. (source)

Et dans le même temps on a aussi ça:

Dans cet entretien, cette ancienne directrice de recherche à l’Inserm – déjà à l’origine de précédentes infox sur les tests PCR ou les protocoles de recherche sur les vaccins – affirme notamment que les vaccins à ARN-messager contre le Covid-19 peuvent « s’intégrer au génome » des patients.

Donc un lobbyiste est en désaccord avec une généticienne. Dans le meilleur des cas ça s’appelle une controverse scientifique. Selon quel principes scientifiques est ce que la “prestigieuse” agence Reuters tranche cette controverse en faveur du lobbyiste?

Et que dire lorsque c’est Albert Bourla lui-même, le PDG de Pfizer qui déclare dans une interview qu’une des débouchées potentielles des vaccins est l’édition des gènes?

Réponse à la team zététique (d’ailleurs on les entend plus trop ceux-là…)

Alors les tatillons de tout bord pourraient rétorquer que la technologie permet l’édition des gènes mais que ce vaxxin spécifique ne le fait pas. À ceux là, plusieurs questions:

– Qu’en savez vous?

– Avez vous connaissance de ces informations:

Pfizer a-t-elle déjà été reconnue coupable de fraude scientifique par un tribunal ?La réponse est : OUI. (source)

Pfizer a-t-elle déjà été reconnue coupable de corruption de médecins ? La réponse est : OUI. (source)

Pfizer a-t-elle déjà été reconnue coupable par un jury de racket frauduleux ?La réponse est : OUI. (source)

Du coup on fait quoi?

Question importante: Réponse simple.

On continue ce qu’on fait depuis le début: On prend à cœur notre rôle de citoyen journaliste et on continue, inlassablement, jour après jour, à exposer les mensonges de ces élites qui nous gouvernent. Et soyez convaincus d’une chose: A la fin, c’est nous qui gagnons:

CNN chute de 68% en Prime alors que Fox News Channel écrase la concurrence dans les taux d’audience de l’information par câble au deuxième trimestre.

Par rapport à la saison 2019-’20, le téléjournal phare d’ABC a plongé, affichant une perte de -7% du nombre total de téléspectateurs, et de -10% chez les adultes 25-54.[…]
Le téléjournal phare de NBC a rassemblé en moyenne 7,32 millions de téléspectateurs et 1,41 million d’adultes de 25 à 54 ans au cours de la saison 2020-21. Par rapport à 2019-’20, c’est -11% au total des téléspectateurs et -20% chez les adultes 25-54.[…]
CBS Evening News with Norah O’Donnell a fait de légers gains sur la concurrence, avec une moyenne de 5,4 millions de téléspectateurs totaux et 984 000 adultes 25-54 dans la saison 2020-’21. Cela représente une baisse de 8 % du nombre moyen de téléspectateurs et de 11 % des adultes de 25 à 54 ans par rapport à la moyenne du journal télévisé en 2019-20, ce qui est moins grave que les pertes subies par la concurrence.

Petite cerise sur le gateau en terminant cette tribune…

En travaillant sur cette tribune, on est tombé sur ce document qui va dans le même sens que nous:

John Stossel poursuit Facebook après que les « vérificateurs de faits » de Facebook ont qualifié de « fausses et trompeuses » les informations sur le changement climatique que Stossel a publiées. […] Facebook vient de démolir l’argument de la « vérification des faits » devant les tribunaux.

Dans sa réponse à la plainte pour diffamation de Stossel, Facebook répond à la page 2, ligne 8 du document judiciaire […] que Facebook ne peut pas être poursuivi pour diffamation (qui consiste à faire une affirmation fausse et nuisible) parce que ses « vérifications des faits » sont de simples déclarations d’opinion plutôt que des affirmations factuelles.

Les opinions ne peuvent pas faire l’objet de plaintes pour diffamation, alors que les fausses affirmations factuelles peuvent faire l’objet de diffamation. La citation de la plainte de Facebook est la suivante : « Les étiquettes elles-mêmes ne sont ni fausses ni diffamatoires ; au contraire, elles constituent une opinion protégée ».

Il persiste le bougre!!!

Surprise ce matin au réveil de constater que l’ami Tristan persiste dans ses bêtises. Donc on se doit d’aller le corriger:Le nombre de page du dossier Steele et du rapport Mueller n’est pas important. Ce qui compte, c’est le CONTENU… mais pour ça il faut un peu bosser Monsieur Mendès, et ne pas se contenter de publier le contenu du NY Times qui s’est déjà discrédité si souvent (juste un exemple parmi beaucoup d’autre: l’officier Sicknick. Si vous ne savez pas qui c’est cherchez sur notre site!!)

Regardez notre Pilule Rouge Devolution 6, et vous apprendrez ceci:

  • Mueller affirme dans son rapport ne pas avoir de certitudes sur l’origine du hack
  • Il a « oublié » d’interroger la NSA qui aurait pu lui fournir cette information
  • Il a également « oublié » d’interroger Assange et plusieurs autres témoins critiques sur cette affaire
  • Assange, témoin principal de cette affaire nie que les documents proviennent de Russie
  • La chronologie établie par Mueller ne tient pas du tout la route
  • Il a laissé la tristement célèbre compagnie Crowdstrike gérer toute l’enquête et décider de ce qui pouvait être divulgué au gouvernement américain ou pas.
  • Shawn Henry, CEO de CrowdStrike a déclaré sous serment devant le Congrès ne pas avoir la preuve de quoi que ce soit incriminant la Russie
  • La NSA a témoigné que les vitesses de transfert des données exfiltrées du DNC ne correspondaient pas à un hack via Internet mais beaucoup plus probablement à une copie sur une clé USB, ce qui confirme l’hypothèse Seth Rich
  • Il est établi un lien entre la compagnie Perkins Coie »Si j’étais un parieur en ce moment, je dirais que Trump va se représenter. Je veux dire qu’il semble se mettre en place pour le faire et s’il n’est pas tenu responsable, alors il pourra le faire à nouveau. Je pense que ça pourrait être la fin de notre démocratie. Je ne veux pas être trop pointu, mais je veux que les gens comprennent que c’est un moment décisif. Si lui, ou quelqu’un de son acabit, était à nouveau élu président – et si surtout il avait un congrès qui lui obéirait – vous ne reconnaîtriez pas notre pays. », le FBI et le meurtre de Seth Rich

Chapitres

Vous êtes notre indépendance

Soutien par d’autres modes et montants ici.

Informations